Le manteau de Martin
ou le Temps de l’Etre
vendredi 29 avril 2011

par Dazur


Aux martinets de Fès
arrivés dans le ciel de Lutèce
au soir de la parution de ce texte...

Pour revenir à la page précédente...

JPEG - 107.2 ko
Charité de saint Martin
Vitrail exposé à Paris dans l’ancienne église de l’abbaye Saint-Martin-des-Champs

"Un jour, au milieu d’un hiver dont les rigueurs extraordinaires avaient fait périr beaucoup de personnes, Martin, n’ayant que ses armes et son manteau de soldat, rencontra à la porte d’Amiens un pauvre presque nu. L’homme de Dieu, voyant ce malheureux implorer vainement la charité des passants qui s’éloignaient sans pitié, comprit que c’était à lui que Dieu l’avait réservé. Mais que faire ? il ne possédait que le manteau dont il était revêtu, car il avait donné tout le reste ; il tire son épée, le coupe en deux, en donne la moitié au pauvre et se revêt du reste. Quelques spectateurs se mirent à rire en voyant ce vêtement informe et mutilé ; d’autres, plus sensés, gémirent profondément de n’avoir rien fait de semblable, lorsqu’ils auraient pu faire davantage, et revêtir ce pauvre sans se dépouiller eux-mêmes." (Sulpice Sévère) [1]

La scène est célèbre. Qui ne la connaît ! Nous sommes en 354, Martin est soldat, il voit un pauvre qui a froid. A l’aide de son épée, il coupe son manteau en deux et lui en donne la moitié. Martin a dix-huit ans, c’est un garçon généreux. Son geste a été sculpté, peint, enluminé, représenté sur des vitraux... Chacun a tellement vu ces images que plus personne n’y prête attention !

Les plus érudits expliquent que s’il n’a donné que la moitié de son manteau, c’est parce que chaque légionnaire n’était propriétaire que de la moitié de son équipement et que le reste appartenait à l’armée. Il ne pouvait donc pas tout donner. D’autres savent que ce manteau de cavalier romain s’appelle une chlamyde [2] et que peut-être Martin en aurait donné la doublure, c’est-à-dire la partie chaude, gardant l’autre pour lui.

La scène s’appelle "La Charité de Saint Martin". Et au fil du temps, cet épisode est devenu et est resté jusqu’à nos jours, le symbole du Partage.

L’un possède davantage qu’un autre qui manque. Il partage son avoir avec lui. Le geste est noble et beau ! Voilà ! Tout est dit !

Mais, regardons d’un peu plus près cette scène si "connue"...

JPEG - 115.7 ko
Eglise Saint-Martin d’Etampes (Essonne)

L’objet central est le manteau. C’est un symbole de protection. Ici, il va couvrir - protéger - celui qui a froid. Le manteau est l’emblème des rois, des prophètes et des sages. Souvenons-nous d’Elie qui, pour adombrer, Elisée, son successeur, lui légat son manteau [3]

Le deuxième élément, plus discret et pourtant si présent est l’épée. L’épée qui tranche. L’épée du roi. Celle de Salomon qui se lève sur l’enfant réclamé par deux femmes. Celle du roi-chevalier : Excalibur ! Fichée dans le roc et levée vers le ciel par l’enfant, Arthur. Martin a sorti l’épée avec justice et va la rengainer avec simplicité.

Et puis, il y a le cheval. Dans les toutes premières représentations de la scène, Martin est à pied, comme le mendiant. Puis rapidement, on ne le représente plus qu’à cheval. Il est en effet cavalier dans l’armée romaine. Il chevauche en cette froide journée d’hiver du Nord de la Gaule. Et il arrête sa monture près de cet homme.

Il y a aussi les murailles de la ville de Samarobriva [4] et la porte au niveau de laquelle se passe la scène.

Bien sûr, il y a le jeune Martin qui a été frappé dans sa prime jeunesse par les enseignements de ses amis chrétiens et même s’il n’est pas chrétien lui-même, à cette époque de sa vie, il se plaît à regarder chacun de ceux qu’il croise avec cette compréhension nouvelle.

Pour finir, le "pauvre" est là. C’est lui qu’on regarde le moins dans ce tableau familier. Il est presque "accessoire" finalement. Juste présent pour révéler (au sens photographique du terme) la générosité de Martin. Le "mendiant" de la porte d’Amiens est relégué au rang d’objet par notre regard rapide.

Et si ce "pauvre" était la partie de notre être que nous traitons si... "pauvrement" ?

Si le jeune légionnaire était notre moi "actif", chevauchant la vie en homme pressé ?
Et si celui qui, au bord de la route, mendie un peu de son attention, était notre moi profond ?

Et si ces deux-là, symboliquement, n'en étaient qu'un ? Nous.

Alors, assurément, il nous faudrait repartir en voyage
pour lire à nouveau toutes ces images !

JPEG - 61.6 ko
Cathédrale de Tours (Indre-et-Loire)
Le "pauvre", le "frigorifié", c’est ce "moi intérieur" qui est bien là dans toutes les scènes de notre vie.

Celui que nous n’avons "pas le temps" de regarder, de prendre en considération. Celui-là même que nous oublions si souvent. L’ignoré...

Nous trouvons que la "vraie vie" avec ses "vrais" problèmes est tellement plus importante !

Le "mendiant" de Martin est parfois effondré sous sa charge qui, très souvent se matérialise par un fagot de bois. Du bois ? Mais alors ? Pourquoi a-t-il froid ?

C’est l’étincelle humaine qui lui manque pour allumer le feu qui le réchaufferait.

L’attention de ce moi "actif" qui s’active sans cesse pour régler les choses extérieures et qui jamais ne s’arrête...

C’est cela qui lui manque.

JPEG - 85.8 ko
Cathédrale Saint-Pierre de Condom (Gers)
JPEG - 125.1 ko
Eglise de Mosnes (Indre-et-Loire)
Car il faut que le cavalier arrête sa monture et fasse acte volontaire pour tourner son regard vers cet autre qui est... lui-même.

Parfois, malgré le geste, il semble qu’une distance existe encore entre eux...

Et puis ailleurs, les deux sont si proches... Un instant enveloppés dans le manteau qui est encore un.

Il arrive que le "pauvre" soit boiteux, blessé à la jambe, doté de béquille. Il reflète alors les soins qu’il n’a pas reçu auparavant de la part du moi "actif".

JPEG - 56.7 ko
Eglise Saint-Nicolas-des-Champs (Paris)

Ainsi, le légionnaire et le mendiant symboliseraient les deux parties de l’être,
représenteraient deux aspects de la même personne ?

JPEG - 88.9 ko
Eglise Saint-Séverin (Paris)
Lorsque l’on regarde certaines "charités", comment penser que cette idée n’a pas traversé l’esprit de l’artiste !

Ici, voilà, que les deux hommes ont presque le même visage... Les couleurs qu’ils portent sont complémentaires...

...et là, il n’y a plus de couleur et l’un et l’autre se sont "fondus" ensemble, ne dirait-on pas qu’ils ont retrouvé l’intimité perdue ?
JPEG - 53.6 ko
Eglise Saint-Martin-des-Champs (Paris)
JPEG - 93 ko
Cathédrale Notre-Dame (Paris)
Le manteau protège du froid, nous l’avons vu, mais sur un autre plan, il protège aussi celui qui le porte du regard de l’autre. Il permet d’être soi-même. Les deux parties du moi enveloppées ensemble dans le manteau sont ainsi secrètement une. Pour l’homme pressé, le manteau de Martin symbolise le Temps qu’il se doit de partager en toute conscience entre ses affaires si prenantes et la reconnaissance de sa vie intérieure...
Le manteau permet le recueillement dans le silence de l’Etre. Le manteau partagé, c’est le Un qui devient "Un et Un", créant le Deux qui dès ce moment se met en quête de l’Unité. Dans la bonne ville d’Amiens, l’on racontât longtemps que le partage du manteau avait eu lieu à la porte des Jumeaux... [5]
JPEG - 50.3 ko
Cathédrale d’Amiens (Somme)

Mais comment fait-on pour "prendre soin" de son moi intérieur ?

JPEG - 69.3 ko
Eglise abbatiale St-Germain d’Auxerre (Yonne)
Pour "prendre soin" de son moi intérieur, il faut d’abord prendre le temps de s’arrêter, comme le fait Martin. Faire taire l’agitation, l’activisme à tout prix, le bruit, les machines de toutes sortes qui nous entraînent "ailleurs"... Il faut cesser de courir après l’Avoir - aussi noble soit-il - et accorder du temps à l’Etre... Prendre le temps de faire une pause en sa propre compagnie...
Ainsi petit à petit, apprendre à ne plus être celui qui ne se voit pas mendiant à lui-même un peu d’amour, puis devenir celui qui s’arrête mais... un peu vite, trop rarement... Jusqu’à découvrir le face à face avec soi-même, avec notre partie "pauvre", "décharnée", celle que nous oubliions de "nourrir"... Celle qui nous attendait, depuis longtemps, sur le seuil d’un univers ignoré... Dès lors, les Jumeaux, revêtus du même manteau, peuvent passer le seuil et pénétrer ensemble dans le lieu de la Contemplation...
JPEG - 142.6 ko
Musée de Cluny (Paris)
JPEG - 115 ko
Eglise Saint-Martin d’Etampes (Essonne)
C’est alors que l’épée, celle qui a partagé avec justice, devient l’arme d’un très secret adoubement, celui de la re-connaissance de l’être...
A ce moment-là, ce n’est plus Martin qui tient l’épée, mais un bras jailli d’en haut. Les regards se sont croisés tout à l’heure. Ils expriment maintenant l’impersonnalité qui prévaut à l’action véritable. Martin, l’homme réunifié, est devenu l’artisan de Dieu !
JPEG - 118.7 ko
Cathédrale de Tours (Indre-et-Loire)
JPEG - 143.1 ko
Cloître de Moissac (Tarn-et-Garonne)

Puis, au soir de cette journée mémorable, Martin fit un songe...

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Dazur

 

Les sites et ouvrages utilisés pour réaliser cette recherche sont cités ici : Documentation sur Martin de Tours

Toutes les photos illustrant cette étude ont été prises par l’auteur. La première illustration a été prise en l’église de Luynes (Indre-et-Loire).


[1] Pour lire l’ensemble du texte de Sulpice Sévère : http://livres-mystiques.com/

[2] Chlamyde : pour en savoir davantage sur ce type de cape masculine...

[3] Elie : Voir sur le présent site : Elie, le prophète

[4] Samarobriva : Amiens (Somme) - Voir sur ce site l’article : "Saint Martin à Amiens"

[5] Voir sur ce site : "Saint Martin à Amiens"

Cette page a déjà été visitée 13852 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE Documentation sur Martin de Tours Pour découvrir la suite... Sur les pas de Martin de Tours Martin, jeune légionnaire Le manteau de Martin

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Amiens (80)
Voyage au centre de notre planète, de Jules Verne à George Sand
Un quatrefeuille à Amiens
A propos du labyrinthe...
Enigme N°5
Saint Martin à Amiens
Amiens : superbe !

Charité
La Charité et l’Inconnu
Le motif central de la marque
Swami Premananda : choisir sa vie
Etape 12 : De Tudela à Alfaro
L’étincelle de la vocation

Cheval
Une histoire cruelle
Saint Eloi
Le mythe de Rama (2)
L’Ankoù de Locmaria
L’énigme de la cathédrale de Cahors

Epée
Saint Blaise et le celtisme
Elie, quelques préliminaires...
Tours et détours en prélude au Chemin...
Le premier chant de l’aube
Géburah ou la Détermination du Chevalier

Etre - Avoir
Envie de donner
Dix mots grecs pour dire "Aimer"
La masse commune : une utopie ?
Raymond Bernard : "le chercheur doit trouver l’Etre en lui"
Renoncement
Salon national de l’Humanitaire 2006

Gémeaux (Signe des)
La surprise des Gémeaux
Sous le signe des Gémeaux : troisième jour
Poumons, bras : une mystérieuse complicité...

Générosité
Balzac et le Martinisme : Conclusion
Saint Nicolas
Santa Claus
Slumdogs 3
Souvenirs imaginaires d’anonymes (1)
Tsunami Asie : Solidarité
Merci, l’écureuil !

Guerrier, soldat
Morihei Ueshiba
Martin, jeune légionnaire
Sogyal Rinpoché
Le combat de Nasbinals
Morihei Ueshiba

Jambes
Le Bateleur
L’élégance du Compas
Sous le signe du Verseau : onzième jour

Manteau
Elie dans la tradition musulmane
Elie dans la tradition chrétienne
Documentation sur Martin de Tours
Sur les pas de Martin de Tours

Mur, muraille, enceinte...
Pierres sèches
Méditation sur un verset du Qôran
Des bateaux par milliers !
Echec et Mat ! (3)
La Couvertoirade

Période gallo-romaine
La légende de saint Mexme à Rivière

Porte
Janvier et le Janus à deux visages
Forum sur Merlin
Le Temple de Lanleff
Mahatma Gandhi
Quand la porte reste fermée...

Unité
Construire un pont ?
"La création est un respir de Dieu."
La Théologie apophatique
"Tout fut, est et demeure éternellement en Dieu."
Réaliser un Sri Yantra
"Le Voyage alchimique" : sept DVD à découvrir !
"Une Chapelle pour le roi"


Il y a actuellement 10 contribution(s) au forum.


Le manteau de Martin
24 janvier 2013, par Yéyé

J’avais jamais vu cet épisode de St Martin sous cet angle. Cool.
Yéyé


Le manteau de Martin
22 janvier 2013, par Vermeulen

Où se trouve le manteau St Martin ? Une amie me dit qu’elle l’aurait vue à Versailles ?


Le manteau de Martin
26 août 2012, par Opal

Merci, pour le fait d’exister. Votre aide m’a été précieuse
Bien à vous


Le manteau de Martin
12 juin 2012, par Patrice Wahlen

Bonjour,
la statue de saint Martin que vous publiez sous le titre " cathédrale d’Auxerre" ne s’y trouve pas, car elles est dans l’église abbatiale St-Germain de la ville et non à la cathédrale St-Étienne
Cordialement
Patrice Wahlen, " Les amis de la cathédrale d’Auxerre"


Le manteau de Martin
8 mai 2011, par El peregrino

Cette présentation de Saint Martin est séduisante et évoque une recherche de soi... Merci Dazur pour le commentaire ci-dessous...

Pour "prendre soin" de son moi intérieur, il faut d’abord prendre le temps de s’arrêter, comme le fait Martin. Faire taire l’agitation, l’activisme à tout prix, le bruit, les machines de toutes sortes qui nous entraînent "ailleurs"... Il faut cesser de courir après l’Avoir - aussi noble soit-il - et accorder du temps à l’Etre... Prendre le temps de faire une pause en sa propre compagnie...


Le manteau de Martin
5 mai 2011, par Glaukôpis

Merci pour cette présentation de Martin ! je ne pourrai plus regarder cette scène sans penser à la dualité de l’être...


Le manteau de Martin
1er mai 2011, par Marceau

Très intéressant cheminement sur la représentation progressive du mendiant vers un visage très christique que nous indique très justement Azalaïs et où le service prend sa valeur désintéressée et met en exergue le proverbe : "Charité bien ordonnée commence par soi-même".


Le manteau de Martin
30 avril 2011, par Azalaïs

Avez vous remarqué ? Sur le vitrail de Saint-Martin d’Etampes, le mendiant a la posture et le visage du Christ lors de son baptême dans le Jourdain, selon les représentations traditionnelles.


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2018 - Les Baladins de la Tradition