Accueil du site Champs du monde Société Education et traditions populaires en Haïti Education et traditions populaires en Haïti : perspectives

Education et traditions populaires en Haïti : perspectives
vendredi 5 décembre 2014

par Marie-Aure


Pour retourner à la page précédente "Haïti : les campagnes d’alphabétisation"

Le paysan, sous le fardeau de sa misère séculaire, a tourné le dos à la classe politique ; il a tourné le dos à la terre improductive pour devenir un migrant par vocation. Aujourd’hui, il ne semble plus attaché à son jardin, à la terre de ses dieux. Là où il est bien, là il cherche sa raison de vivre, sa vraie patrie. La crise haïtienne a atteint une dimension incroyable. Le pays est menacé aujourd’hui, à la veille du troisième millénaire, dans les principes mêmes de son existence.

Nous est-il permis de désespérer ? Qu’il soit dit, dès maintenant, que le pessimisme est interdit aux étudiants du mysticisme que nous sommes ! Les vicissitudes qui constituent la trame douloureuse de notre vie de peuple seront le ferment d’une nouvelle étape de l’évolution collective, sitôt qu’aura été vécu, compris et intégré dans notre univers personnel, l’enseignement qu’elles contiennent. L’alchimie de nos misères quotidiennes, de nos souffrances plusieurs fois séculaires, voilà la voie royale du progrès national.

Même si toutes les tentatives d’éducation populaire se sont jusqu’ici soldées par un constat d’échec, nul ne songe à conclure que l’œuvre qui nous incombe à tous se révèle au-dessus de nos forces et de nos moyens. En vérité, la promotion véritable des masses populaires passe inéluctablement par l’action éducative. Ce qu’il importe avant tout de fixer, c’est à la fois une philosophie inspiratrice et une pédagogie.

L’œuvre d’éducation des masses sera d’abord et avant tout une œuvre haïtienne, même si elle doit bénéficier, de manière accessoire, de la coopération technique externe.

En dehors d’une volonté politique soutenue, elle ne saurait être promise au succès. Le temps des « ismes » est maintenant dépassé. A l’âge des lumières qui avance à un rythme accéléré, il est impérieux que chacun travaille, au-delà des choix politiques et religieux, à l’instauration d’un règne de fraternité véritable pour le bonheur de l’humanité. Les privilégiés du « savoir intellectuel », se méfiant de toute science vaine, feront preuve d’une haute conscience de leurs devoirs vis-à-vis de tous les laissés-pour-compte, de leur profond attachement aux valeurs humaines universelles.

Ainsi, en dehors de toutes préoccupations religieuses, de tout préjugé contre le vaudou ou la civilisation nègre, l’approche éducative sera holistique, en ce sens qu’elle prendra en compte la globalité de l’homme haïtien, de la situation sociale haïtienne dans des « interactions constantes et paradoxales ».

La fragmentation du réel paraît, en somme, l’une des causes de l’échec des tentatives d’éducation des masses. On ne peut se permettre d’alphabétiser pour alphabétiser. L’alphabétisation doit être fonctionnelle, autrement dit, pensée en relation avec le type de société globale qu’il convient de former. Tous les métiers se valent en terme d’utilité sociale. Les expériences pilotes, limitées dans l’espace et dans le temps, seront promises à un sort éphémère. C’est un mythe que de vouloir détruire une culture populaire. Les traditions populaires ne peuvent disparaître qu’avec les conditions qui les ont créées.

L’éducation des masses n’est possible que si elle assume les traditions populaires.

Pour revenir à la page de présentation de cette étude : "Education et traditions populaires en Haïti"

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Marie-Aure

 

Le logo est une photo prise par les Baladins de la Tradition en Haïti.

La représentation des trois marassa a été empruntée au site http://www.noulacoop.com/boutique-e...

Cette page a déjà été visitée 130 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE Haïti : les tentatives d’éducation de masse Haïti : une société profondément attachée à ses traditions populaires Haïti : un vieux débat Haïti : au confluent de deux cultures Haïti : l’offensive du clergé catholique : une thérapeutique de choc Haïti : l’action des missions protestantes Haïti : l’offensive américaine Haïti : les campagnes d’alphabétisation Education et traditions populaires en Haïti : perspectives

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Education
L’enseignant et son maître intérieur
Swami Premananda : passé, présent, futur ...
Raymond Bernard : "avec une ouverture d’esprit absolue"
Haïti : au confluent de deux cultures
Haïti : l’action des missions protestantes
"Pour méditer comme une grenouille"
"L’Odyssée de l’empathie" : un projet à découvrir !

Enseignement
Songer au retour
Ecrire au tableau ou... la conscience de la marmotte
Invitation pour un voyage dans le coeur du monde enseignant
"Le monde entier est TON maître."
Bientôt d’autres "Minuscules vécus pédagogiques" ;-)

Haïti
Haïti : un vieux débat
Haïti : les tentatives d’éducation de masse
Le règne végétal revêt pour l’être humain une importance vitale.
Haïti : l’offensive du clergé catholique : une thérapeutique de choc
Haïti : l’offensive américaine

Vaudou


Il y a actuellement 3 contribution(s) au forum.


Education et traditions populaires en Haïti : perspectives
9 mars 2015

Alors il faut donner la parole aux poètes Haïtiens comme James Noël

James Noël est né à Hinche en 1978. Il est écrivain, poète et acteur. Ancien pensionnaire de la Villa Médicis (Rome), il écrit régulièrement des chroniques pour Mediapart et anime la revue IntranQu’îllités, dont il est le fondateur. Ses publications lui ont valu de nombreuses distinctions et des invitations un peu partout dans le monde. Ses textes sont lus et mis en musique par de nombreuses voix comme Arthur H, Wooly Saint-Louis Jean, James Germain, Tamara Suffren, Pierre Brisson et tant d’autres. Avec Pascale Monnin, il a fondé la résidence Passagers Des Vents, première structure de résidence en Haïti, créée dans le but d’offrir l’hospitalité aux imaginaires du monde entier. Il écrit dans deux langues, « le créole pour la main gauche, le français pour la main droite. » Dans Kanna sutra il dit :
il suffit d’une seule tache de sang
sur la page vide
pour avoir la révélation
toute la révélation
sur la nuit blanche de la mort
en vérité je vous le dis
la mort attaque
à arme blanche
dans la nuit blanches des heures


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2019 - Les Baladins de la Tradition