"On peut aussi bâtir quelque chose de beau avec les pierres qui entravent le chemin."
(Goethe)


Pierres du Chemin
vendredi 12 juin 2015

par Morgane



Ainsi la pierre n’est pas toujours positive, en apparence. Quiconque a cheminé avec un caillou dans sa chaussure ou une lourde pierre au fond du cœur sait de quoi je parle.

Pourtant nous savons que c’est dans l’adversité que nous nous dépassons sur tous les plans.

Chacun selon sa méthode, avec ses outils propres : "Ce n’est pas dans la facilité que se conquiert le ciel."

Et si nous passons l’épreuve avec notre foi vive et intacte, elle sera acquise et aura peu de chance de se représenter, ou alors de façon plus légère, pour mesurer le chemin parcouru.

La facilité n’est pas pour celui qui veut avancer.

L’important je crois est ce que nous faisons de ces expériences difficiles. Il est l’heure de s’interroger.

Comment me positionner par rapport à ce qu’il m’est donné d’expérimenter ?

Qu’est-ce que cela m’apporte ?

De quoi la souffrance m’a-t-elle enrichie dans ma vie ?

On peut prendre l’exemple de l’huître dans la mer. On sait que l’huître est une magicienne qui fabrique parfois des perles précieuses.

En fait au départ il s’agit d’un intrus, un petit caillou, un petit poisson rentré dans sa coquille et qui la dérange, qui la blesse car elle est très délicate.

Alors, avec la nacre de sa coquille intérieure elle recouvre ce petit caillou pour le rendre moins blessant, moins irritant, plus doux.

Au final cela fait quelque chose de beau et précieux. Donc on peut dire que l’huître est une sorte d’alchimiste qui s’ignore. Pierre noire, pierre blanche...

Peut-être est-elle ici la pierre philosophale, celle qui amène à un éveil ultime de la conscience ?
Taillée dans un cristal d’émeraude ?

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Morgane

 

Les photos ont été prises par les Baladins de la Tradition.


Cette page a déjà été visitée 5654 fois.


Pierre précédente...

Pierre suivante...

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

12 juin

Goethe (Johann-Wolfgang von)
La Société Angélique
Préparer Compostelle : les deux pieds sur terre et la tête dans les étoiles !


 

Durant tout le printemps 2015, un nouvel article de ce "Voyage au coeur de la Pierre" va paraître tous les quatre jours. Pour ne rien manquer de cette aventure et être informé par une rapide annonce dans votre boîte aux lettres de la mise en ligne du prochain article, inscrivez-vous à : "La Lettre des Baladins de la Tradition" ou retrouvez-nous sur "Facebook".

 

Il y a actuellement 4 contribution(s) au forum.


La mort de Javer
16 juin 2015

"On ne voyait rien, mais on sentait la froideur hostile de l’eau et l’odeur fade des pierres mouillées. Un souffle farouche montait de cet abîme. Le grossissement du fleuve, plutôt deviné qu’aperçu, le tragique chuchotement du flot, l’énormité lugubre des arches du pont, la chute imaginable dans ce vide sombre, toute cette ombre était pleine d’horreur.

Javert demeura quelques minutes immobile, regardant cette ouverture de ténèbres ; il considérait l’invisible avec une fixité qui ressemblait à de l’attention. l’eau bruissait. Tout à coup, il ôta son chapeau et le posa près du rebord du quai ; un moment après, une figure haute et noire, que de loin quelque passant attardé eût pu prendre pour un fantôme, apparut debout sur le parapet, se courba vers la Seine, puis se redressa, et tomba droite dans les ténèbres ; il y eut un clapotement sourd ; et l’ombre seule fut dans le secret des convulsions de cette forme obscure disparue sous l’eau."

Victor Hugo, Les Misérables, 1862


Pierres du Chemin
14 juin 2015

Mais que savons nous de ce que sait l’Huître alchimiste d’elle même ? L’homme sait, il n’est pas seul à savoir mais il est peut être seul à savoir qu’il sait comme disait Pierre, Theilhard de Chardin :

L’Homme non plus seulement « un être qui sait » mais un être « qui sait qu’il sait ». La pierre humaine ayant une intériorité peut appréhender l’intériorité des autres hommes. La pierre dans mon jardin, celle contre laquelle j’achoppe sur le sentier, le cailloux dans ma chaussure, et même la vicieuse pierre placée dans le chapeau placé au sol contre laquelle je vais m’écraser le pied en le lançant bêtement contre mais aussi la pierre qui va bloquer avec calcul mes reins, organe de la relation aux autres, les pierres des dents qui grincent.Autant de noyaux durs en résistance à l’Amour que frappe la canne de l’initiateur pour faire sourdre une nouvelle source.


Pierres du Chemin
13 juin 2015

Goethe disait aussi que l’architecture est le la musique congelée.


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2020 - Les Baladins de la Tradition