"Certes, il est désirable entre tous, le jour où nous vivrons enfin dans la certitude, dans la vérité scientifique, totale, inébranlable ; mais en attendant, il nous est donné de vivre dans une vérité plus importante encore, la vérité de notre âme et de notre caractère ; et quelques sages nous ont prouvé que cette vie était possible au sein même des plus grandes erreurs matérielles."

Maurice Maeterlinck

 

Pour commenter cette pensée

Pour consulter le forum lié à cet article

 

"La Sagesse et la Destinée" Édition Le Cri . Essai p. 17

Cette page a déjà été visitée 185 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE : Pierre Teilhard de Chardin Pythagore Maharishi Valmiki Gilles Baudry Sri Aurobindo Djalâl al-Dîn Rûmî Khalil Gibran Frédérick Tristan Vladimir Jankélévitch Auguste Comte Morihei Ueshiba Christian Bobin Frédéric Ozanam Mansur al-Hallaj Léonard de Vinci Sultan Valad Maurice Maeterlinck Daniel Pons Carl Gustav Jung Mahatma Gandhi Albert Einstein Mahatma Gandhi Charles Ferdinand Ramuz Antoine de Saint-Exupery Maurice Maeterlinck Michel de Montaigne Djalâl al-Dîn Rûmî Ma Ananda Moyi Louis-Claude de Saint-Martin Maurice Zundel Victor Hugo Emmanuel Kant Sri Aurobindo Maître Yoda Ibn Arabi Léonard de Vinci Frédérick Tristan Jean Cocteau Bouddha Jeanne Guesdon Jean d’Ormesson Thérèse de Lisieux Maître Eckhart Maître Yoda Sogyal Rinpoché Amma Miyamoto Musashi Itsuo Studa Angelus Silesius Alphonse de Lamartine François Jollivet-Castelot Hafez de Chiraz Héléna Roerich Alexandra David-Neel Morihei Ueshiba

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Ame
Thérèse de Lisieux : juin 1897
Swami Premananda : choisir sa vie
Mots Croisés N°4
Alphonse de Lamartine
Maurice Maeterlinck

Maeterlinck (Maurice)

Vérité
Un jeune médecin catholique
La pierre d’angle
Raymond Bernard : "pourquoi j’ai fondé le CIRCES..."
Maât, la déesse de vérité
Le martyr byzantin de Notre Dame du Puy-en-Velay


Il y a actuellement 10 contribution(s) au forum.


Maurice Maeterlinck
25 avril 2015, par Bayazid

Ce q’on appelle la fameuse "voie du coeur", c’est le primat des émotions (des affects).

Mais l’homme fait fonctionner simultanément ses facultés cognitives et ses affects. On ne peut pas les séparer (sous peine de désordres mentaux/psychiques). Les représentations mentales, les facultés imaginatives, sont du côté des facultés cognitives. Le Créateur a bien conçu les choses ! Ce que Corbin appelle le monde imaginal (le monde des visionnaires) est le résultats simultané des affects et des facultés cognitives.

Il ne faut pas diaboliser la science. Les découvertes les plus récentes en astrophysique et en astronomie sont autant le fruit de l’intuition des chercheurs que des instruments d’investigation de l’espace, et que des mathématiques.

Pour ce qui est du sentiment de merveilleux et d’enchantement, la science (l’astrophysique notamment) fait naitre beaucoup d’émotion et de satisfaction de la pensée.
La science n’investigue pas "La Vérité", mais le réel. Et l’on ne peut pas vivre durablement en ignorant le réel.

Tant mieux si la phrase de Maeterlinck aboutit à de de telles réflexions !


Maurice Maeterlinck
18 avril 2015, par Bayazid

Pour une fois, je ne me sens pas en accord avec une pensée de Maeterlick !

Réponse à Maeterlinck

« Certes, il est désirable entre tous, le jour où nous vivrons enfin dans la certitude, dans la vérité scientifique, totale, inébranlable »

Faux : personne ne croit à un tel objectif. Et surtout pas les scientifiques. Il n’y a pas de certitudes inébranlables. Il n’y a que des vérités provisoires, qui seront détruites ou amendées par de nouvelles découvertes. Atteindre la Vérité Scientifique est impossible. Et heureusement : il nous reste encore à chercher, à trouver, à aller plus loin…

« Mais en attendant, il nous est donné de vivre dans une vérité plus importante encore, la vérité de notre âme et de notre caractère ; et quelques sages nous ont prouvé que cette vie était possible au sein même des plus grandes erreurs matérielles. »

Faux : il n’y a pas plus de vérité pérenne de notre âme ou de notre caractère que de vérité scientifique. Notre être intérieur est soumis également à des changements. Ce qui fait pour nous sensation de vérité un instant, peu se révéler erreur par la suite. Etre d’accord avec soi-même (l’égosynthonie), l’impression subjective d’une harmonie entre nos actes, nos pensées, notre vie intérieure et notre environnement, c’est d’abord le fruit d’un besoin de sens qui ne s’étayerait que sur du subjectif. C’est donc un affect égotiste qui peut dériver vers un sentiment de toute puissance fallacieuse (comme c’est le cas pour les scientifiques qui ne savent pas ressentir l’humilité de leur position). L’impression intérieure d’une harmonie est aussi impermanente que les provisoires vérités scientifiques.

Il est bien plus dangereux de se fier à la vérité intérieure de notre caractère que de se fier aux résultats provisoires de la recherche scientifique. La science a des méthodes rigoureuses et collectivement appliquées par une communauté, pour établir un état provisoire des connaissances. La science s’adresse à tous les humains. La vérité intérieure concerne l’individu seul.

La démarche scientifique est un garde-fou au sens premier du terme : elle nous oblige à utiliser nos fonction cognitives et notre rigueur à côté de nos sentiments et intuitions.

Lorsque des individus se rassemblent uniquement sur des vérités intérieures proches ou identiques, cela peut donner le dogmatisme, l’intégrisme, le sectarisme, et bien pire (le nazisme..).

Il est bon d’admettre qu’il n’y a pas d’autre vérité que celle de l’Instant, et que nous sommes toujours en marche, sur le plan de la scène psychique comme sur le plan matériel, à l’intérieur et à l’extérieur de nous-même, avec honnêteté et modestie.

Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2019 - Les Baladins de la Tradition