Echanges sur "La Souffrance"
lundi 24 février 2003

par Nazur


Vous venez de lire le texte "Je suis la Souffrance, je suis." qui se trouve sur ce site et vous souhaitez échanger à son propos... Ce forum vous est ouvert...

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Nazur

 

Cette page a déjà été visitée 2746 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE A propos du labyrinthe... A propos de la navigation mystique A propos des Vierges noires... A propos du Bâton... Echanges sur "Conscience" A propos de la vinaigrette... Echanges sur "Le Silence" Echanges sur "La Souffrance" A propos du sanglier...

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Attachement - Détachement
Renoncement
"Rien de ce qui est humain ne vous sera jamais étranger."
Colère et Vipassana
Je suis la Souffrance, je suis.
Dix mots grecs pour dire "Aimer"

Souffrance
Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face
Thérèse de Lisieux : 1888 à 1890
Louis-Claude de Saint-Martin
Médecin et patient : une co-responsabilité face à la vie et la mort
L’amitié initiatique révèle le sens de la souffrance
Une nuit de prière pour les victimes de la torture


Il y a actuellement 5 contribution(s) au forum.


Echanges sur "La Souffrance"
13 mars 2008, par Isha

Voilà bien un thème de réflexion qui ne débouche pas facilement sur une réponse, mais qui pose surtout des questions ! Personnellement je resterai toujours interpellée par la souffrance quelle qu’elle soit.
Le Père M.J. Le Guillou appelle cela le "scandale du mal"
Nous la rencontrons partout depuis l’origine même de l’homme. Souffrance morale, souffrance physique ; quel en est donc le sens ? Dieu souffre-t-il Lui aussi en même temps que nous ? beaucoup de penseurs le disent en cherchant une réponse et surtout quelle en est l’utilité ?
Simone Weil parle d’enseignement et de transformation ! je cite "Pathos signifie à la fois "souffrance" (notamment souffrance jusqu’à la mort) et "modification" (notamment transformation en un être immortel "
Dans le Livre, nous voyons Job face à l’épreuve, face à l’expérience de la souffrance ; il ne comprend pas pourquoi et se met entre autre à hurler ... " en plein assemblée je me dresse et je hurle. Je suis entré dans l’ordre des chacals et dans la confrérie des effraies" ..
Job expérimente non seulement la souffrance physique, mais la souffrance morale et en même temps la révolte. Il est paniqué. Il ne comprend plus ce Dieu qu’il a toujours loué et pour lequel il a fait le bien autour de lui, afin de se rendre juste aux yeux de son Créateur qui semble être devenu son agresseur.
Mais de quoi est donc responsable Job ? pourquoi toutes ces souffrances ?
Chacun lira ce Livre selon l’état de son âme du moment, mais tous nous aurons tendance à dire comme Job que nous sommes innocents, et lui certainement bien plus que nous-mêmes !
Pour Job pourtant, il va se passer quelque chose, une lente transformation, une lente métamorphose qui l’entraîne à vouloir dialoguer avec Dieu ; il a besoin de lui parler et de comprendre. Et c’est au travers de ce dialogue et au travers de sa souffrance que Job re-découvrira non pas un Dieu violent, mais un Dieu d’Amour. Celui à qui il va dire dans un total retournement de lui-même "avant je ne te connaissais que par ouï-dire, mais maintenant mes yeux t’ont vu" ...
Alors, la souffrance une nécessité ? En tout cas, elle fait partie du champ d’expérience de l’humain et sans la louer ni la désirer, on ne peut que l’accepter. Assis, en face d’elle et osant la regarder sans baisser les yeux. Le Père M.J. Le Guillou disait "sans biaiser". Il disait également "Le mal sert à dévoiler le fond du Mystère de Dieu" -
Quant à moi je dirai, pour conclure sur la conclusion de l’auteur de cet article "Après la souffrance, Je suis"



Site : La souffrance

> Echanges sur "La Souffrance"
12 novembre 2005, par Amy

Pendant de longues annees, j’ai pense que la souffrance etait un moteur de l’evolution et qu’a ce titre, elle etait necessaire.
Puis, lorsque j’ai pris conscience que nous etions les createurs du chemin de notre aventure, j’ai compris qu’il nous etait possible de trouver d’autres voies.
J’ai prie pour que tous les etres puissent enfin vivre dans le bien-etre, la douceur et l’amour.
Recemment, j’ai lu le dernier livre de Soria et voici ce que j’y ai trouve :
"Il fut un temps dans le passe de la terre ou un groupe d’etres a decide de retenir la souffrance comme moteur d’evolution. Mais aujourd’hui, nous avons recu vos messages telepathiques nous priant d’annuler la souffrance comme reference de progression. vous demandez que cette voie soit aplanie, plus lumineuse. La souffrance va partir, elle ne sera plus un moteur de l’experience, D’autres chemins vous seront presentes."
Puisse-t-il en etre ainsi !
Soyons nombreux a exprimer ce desir afin que la souffrance disparaisse au plus vite de notre champ d’experience !
Amy.


> Echanges sur "La Souffrance"
27 février 2004

<< Un être humain est comme une goutte d’eau. Une goutte d’eau, c’est si petit que, quand elle tombe dans l’océan, on ne peut la retrouver. Mais l’océan est fait de milliers de gouttes d’eau. Et l’humanité est comme l’océan, Toru. Je suis sûr que tu es en train de te dire : "Quelle différence fait une seule personne ?" Ce monde est fait de milliers de personnes et chacune d’elle est un être unique. Pense-y. Chaque vie est précieuse.

<< J’aimais ce passage. Une fois le tournage terminé, je pris conscience de la différence entre l’homme et la goutte d’eau. Une différence cruciale. La goutte d’eau est semblable à sa voisine, tandis que les hommes, eux, sont tous dissemblables.

<< En donnant le meilleur de ce que nous avions, à savoir nos différences, nous réalisâmes un beau film. Pour moi, cette prise de conscience à elle seule donnait à tout le projet la peine d’être vécu.>>

[extrait de la biographie de Hirotada OTOTAKE : "Personne n’est parfait"]

Amande


> Echanges sur "La Souffrance"
6 avril 2003, par simonne rodet

Quand je souffre c’est que quelque chose ne va pas, c’est que j’ai trop d’attachement à moi-même ainsi, la souffrance me permet de rechercher dans ma source pourquoi ? pourquoi j’ai mal ou pourquoi je suis sans souffrance, sans attachement devant certaines personnes et pourquoi dans tel autre cas cela ne va pas. L’Amour agapé ne souffre pas de l’autre, il accepte, il accompagne, il comprend et rien ne peut l’atteindre. Avec amour. Simonne.


> Echanges sur "La Souffrance"
1er mars 2003

Félicitations à Nazur pour avoir su si bien résisté à Souffrance...
Heureusement que Force et ses petites soeurs Tenacité et Volonté équilibrent nos douleurs


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2019 - Les Baladins de la Tradition