Echec et Mat ! (3)
Dansons !
jeudi 28 avril 2005

par Dazur


- Pour revenir au début de cet article...
- Pour aller à la page précédente ...

Mais peut-être n’y a-t-il pas deux camps adverses dans ce jeu... Peut-être faut-il considérer autrement le plateau et ses pièces ?

Regardons encore !

Et...si tout était Un ?

L’échiquier ressemblerait alors à une forteresse dont les déplacements possibles des 4 tours délimiteraient des remparts qui la cerneraient toute entière telle une Citadelle... Reflet sacré de l’univers...

Et si la forteresse est une,
Peut-être n'y a-t-il qu'un seul joueur ?
Et... peut-être est-ce... moi...?

Mais reprenons cette partie et observons à nouveau :

L’échiquier est noir et blanc, comme le beaucéant du Temple.

Et l’une des pièces les plus étonnantes est le Cavalier. Lui, dont le nom n’a jamais changé depuis l’origine...

Il se déplace en faisant deux pas dans une direction puis un à la perpendiculaire. On peut aussi considérer qu’il trace la diagonale d’un rectangle de 2 sur 3. Manifestement, c’est un familier du Nombre d’Or...

Si on le place vers le centre d’un échiquier vide, et que l’on dessine toutes ses possibilités de déplacements, on voit alors apparaître la croix du Temple sur le Beaucéant...

C'est le cavalier du beaucéant,
le Chevalier du Temple...

Lui seul peut sauter par-dessus d’autres pièces, lui seul dispose de cette mobilité intérieure. L’esprit de la Chevalerie est essentiel au monde comme le cavalier est important à la partie. Il est la pièce la plus imprévisible car la moins linéaire..

Lorsqu’il quitte une case blanche, il arrive toujours sur une case noire et vice-versa. Il sait fouler tous les sols, rien ne lui est étranger... son ouverture est grande...

Comme dans beaucoup de romans initiatiques, le premier tome des aventures d’Harry Potter décrit une pathétique partie d’échecs et c’est le cheval qu’enfourche Ron. L’épreuve est d’importance puisqu’il s’agit de préserver l’ordre du monde. Ron, le chevalier, est prêt à sacrifier sa vie dans la partie.

Echec et mat !
Le roi est mort !

Harry et Hermione peuvent passer dans la pièce suivante...
Mais, qui est le Roi du jeu d'échecs?

Qui es-tu, toi que je viens de prendre, de maîtriser ?

Je viens de te reconnaître :
Tu es ma peur !
Je viens de t'embrasser :
Tu es ma colère !
Je viens de dire ton nom, Roi :
Tu es ma vanité...

Echec et mat !

Il faut se débarrasser de ces puissances négatives qui nous étouffent et non pas les... embrasser !
Ce discours est folie !


Echec et mat !

Mat ? Vous avez dit : "Mat" ?
Et qui est le Mat ?

Le Mat, souvenez-vous, c’est l’arcane sans nombre, le "Fou" du Tarot. Celui qui, loin de la logique de notre mental trompeur est en marche d’un pas léger, son baluchon sur l’épaule.

Le Fou, celui qui, fort de sa folie, de son sourire et de sa tranquille détermination poursuit son chemin sans souci du qu’en dira-t-on. Le Fou, l’initié qui se laisse mordre le mollet par la bête qui le suit sans jamais utiliser son bâton de mage pour la frapper !

Le Fou, celui qui semble défier les lois du monde alors qu’il a simplement dépassé et laissé en chemin les valeurs des hommes : gloire, pouvoir, richesse... Le Fou, celui qui, de chaque expérience, fait chanter la Vie !

Le Fou, celui qui sait que Dieu est "un éternel enfant jouant un jeu éternel dans un éternel jardin." [1]

Echec et mat !

Le Jeu est divin et nous y sommes conviés !

Echec et mat !

Dansons avec Shiva !

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Dazur

 

Les illustrations proviennent des sites :
- http://harissa.com/
- http://classes.bnf.fr/
- http://www.skgiessen.de/
- http://www.tarot.org.il/.


[1] Extrait de "La Joie d’Etre" de Sri Aurobindo

Cette page a déjà été visitée 6182 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE Echec et Mat ! (1) Echec et Mat ! (2) Echec et Mat ! (3)

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Aurobindo (Sri)
A propos de la Bhagavad Gita
Le mythe de Rama (2)
Raymond Bernard : "toute ma vie était pré-ordonnée"
"Méditation"
Balzac et le Martinisme : Conclusion
Calendrier de la Tradition : Août !
"Mai : je m’en vais..."

Cheval
La localisation particulière des Crops Circles
Tours et détours en prélude au Chemin...
Souvenirs imaginaires d’anonymes (1)
Santa Claus
L’énigme de la cathédrale de Cahors

Croix
Jacob Boehme et la naissance de Dieu
La Couronne de l’Avent : 3ème bougie
Le Maître Inconnu
Etape 16 : De Logroño à Navarette
Le graal de Saint-Michel-en-Grève

Echecs (Jeu d’)
Courtes méditations sur les thèmes du Livre et de la Lecture
Echec et Mat ! (1)
Enigme à Tarascon
Echec et Mat ! (2)

Harry Potter
Sirius Black et les étoiles...
D’une lune à l’autre...
Ombre et Lumière dans Harry Potter
Etrange saule...
Les Mines de la Moria
Harry Potter : Tome V
"Harry Potter and the Deathly Hallows"

Jeu
"La partie de dés" (1)
Jeu du pendu des Alchimistes
La surprise des Gémeaux
Les toupies de Hanoukkah
Pierres, Pouvoir et Tradition
Pour les amoureux des labyrinthes...

Lame sans nombre - Le Mat ou Fou
Noël... ou le renversement des valeurs
L’élégance du Compas

Mur, muraille, enceinte...
Pierres sèches
La Couvertoirade
Des bateaux par milliers !
Martin, jeune légionnaire
Le manteau de Martin

Tarot
Le Jugement
La crèche de Noël
Sous le signe du Sagittaire : neuvième jour
La Maison-Dieu
Le Bateleur

Temple (Ordre du)
L’agneau des Templiers de Laon
Raymond Bernard : "pourquoi j’ai fondé le CIRCES..."
Thérèse et Jeanne d’Arc
Souvenirs imaginaires d’anonymes (2)
Souvenirs imaginaires d’anonymes (3)
Un nouveau site sur la toile !
Templum Aeternum


Il y a actuellement 7 contribution(s) au forum.


> Echec et Mat ! (3)
2 mai 2005, par Célestin Valois

Bonjour Dazur

C’est un sujet immense et infini dans le domaine du symbolisme.
Il est exposé ici dans une belle allure enjouée libérée des noirs nuages de la dépression. La victoire est là.
Comme chante Brassens :
« Il y a peu de chances qu’on détrône le roi des cons" mais c’est pourtant le but du jeu des échecs.
Renverser l’ego, nous n’avons jamais d’autre adversaire.
Mais ce combat est un jeu. Voilà la grande leçon morale et ce n’est pas surprenant qu’elle nous vienne à l’origine encore des Indes.
Nous ne manquons pas de spiritualité ou plutôt d’idées religieuses influentes dans le monde. Mais elles constituent le plus souvent la trame même de notre asservissement alors que nous en attendons une libération.
Le combat contre l’ego échoue chaque fois que nous voulons faire un massacre alors que le plan divin est un jeu, une liLâ comme on le dit en Inde pour désigner la fantaisie Divine des Avatars ainsi que leurs miracles.
Je ne sais pas si vous aviez lu le numéro 363 d’automne 1990 de la revue Atlantis ? Le thème «  : Jeux initiatiques à l’aube du Verseau."
Echecs-Jeu de l’Oie-Jeu de Go-Marelle".
Dans son édito Jaques d’Arès nous invite à trouver l’indice de la véritable signification initiatique du jeu en remontant à l’origine du mot.
Jocus en latin qui vient du Grec iakhos, signifiant cri, qui lui-même provient de voix ia.
Mais il vaut mieux que je cite Jacques d’Arès :
"Selon certains auteurs, iakhos était un cri lancé lors de cérémonies initiatiques orphiques. Le mot ia n’est composé que de deux voyelles et Orphée est donné comme ayant enseigné les voyelles aux hommes, voyelles indispensables pour que la voix puisse émettre la parole, le "Verbe". Au surplus, ia, dans l’alphabet grec a pour valeur numérale 11(iota = 10+ alpha), nombre symbolisant le renouvellement, et la Force spirituelle dans le tarot. Il convient d’ajouter qu’en grec le jeu se dit Kubos, le cube d’où le dé à jouer."
Quelques remarques sur ce passage.
Le fait que le jeu soit associé au cri nous éclaire dans la signification que le cri revêt en héraldique.
Il résume le chevalier.
Le jeu d’une personne est bien son cri.
Si je te prends aux échecs je vais savoir qui tu es et te montrer qui je suis. Le jeu c’est comme le graphisme ou la démarche de quelqu’un, cela parle,pic que cela... c’est même criant !
Nous retrouvons aussi dans ce passage de Jacques d’Arès le Tarot que vous invitez à juste tutre à comparaître pour éclairer le jeu des échecs et l’Arcane XXI que vous identifiez à la Reine, c’est vrai qu’elle a toute la puissance.
Coiffée du 8 elle nous conduit à l’arcane 19 le Soleil de l’illumination.
Dernière remarque à propos du cuben ,du dé : Vous avez bien rappelé que le jeu indien fait intervenir les dés et donc le hasard.
Il est à la fois significatif et regrettable que notre jeu aie abandoné la palce laissée au hasard dans le jeu car elle lui donne tout son sens comme elle peut enrichir la partie.
Comme vous le savez Albert Einstein disait que le hasard c’est le nom de Dieu quand il veut rester anonyme !
L’indien projette son esprit sur un jeu dans un but pédagogique à savoir la recherche des significations métaphysiques de l’existence, il ne va certainement pas oublier de laisser Dieu jouer dans la partie !
Or la vraie vie est bien ainsi.
L’adresse, la force, la stratégie peuvent être inutiles devant les coups du destin.
L’occidental veut être maître du jeu il, a besoin de théories puis échafaude des stratégies enfin cherche à dominer. Mais l’oriental a plus de sagesse.
Il sait que c’est Dieu ou que ce sont les Dieux qui écrivent l’Histoire. Il garde à l’esprit qu’il lui faudra toujours s’adapter non seulement au jeu de l’adversaire qui demeure encore prévisible car c’est un autre lui-même mais encore au jeu divin imprévisible sauf à devenir dieu soit même.
La guerre du Mahabarata est déclenchée par une partie de jeu. Cette partie fait perdre aux 5 Pandavas tous leurs droits et toutes possessions jusqu’à leur épouse commune Draupadi.
Les Kauravas ont gagné en trichant car il y a aussi une façon de jouer, c’est de tricher.
Dès qu’il y a une guerre c’est que quelqu’un a triché !
Mais le Divin vient toujours faire triompher le Dharma afin de rétablir les justes.C’est le rôle de l’Avatar.
Enfin je voudrais dire que la permanence du cavalier dans les déférents jeux d’échec témoigne de la permanence de la chevalerie à travers les époques.
Etre chevalier c’est échapper à l’impermanence. Voilà une bonne définition. Mais qu’est-ce que la permanence et l’impermance ?
L’impermance peut singer la permanence mais elle n’est alors que répétition vide, mécanique et non vivante.
La permanence est cyclique mais elle est pérennité dans la renaissance et le vif éclat d’un regard toujours neuf sur la création.

Il y a permanence de la chevalerie pour autant qu’elle soit issue de la Souveraineté pérenne.
C’est pourquoi je vais achever mon message par une définition du Roi comme pièce maîtresse du jeu des échecs en citant l’article de Claudius Barbat, artiste porté par la vision d’un jeu du quadriforme du sphinx. Cet article est tiré du numéro d’Atlantis que je viens de recenser. Je pense que ces mots peuvent aider ceux qui aujourd’hui se sentent encore confus dans la phase transitoire de cette si délicate mutation d’hommes des Poissons en hommes du Verseau que nous vivons en ce moment même. Jouons, jouons encore car l’enjeu (en Je = Je en ou Jean) en vaut la chandelle( ou chant/ champ d’Elle.)
L’article est intitulé :
Notre jeu des échecs : une stratégie géospirituelle du Verseau :
"L’extrémité de l’ère des Poissons, avec la mentalité "fin de siècle" qui caractérise notre millénaire moribond, n’a laissé subsister, apparaître de ce jeu royal en son principe, que ce sport cérébral qu’illustrent nos Karpov et nos Kasparov, sur des scènes médiatiques...Elle le livre aussi aux analyses atomisantes et aux répétitions infinies d’une informatique délirante !
Les pièces principes en ont perdu leur chair(celle de l’intuition esthétique), leurs corps d’archétypes. L’échiquier a vu s’évanouir son aire liturgique, sa stratégie de beauté spirituelle, sa puissance théurgique. ce gnomon de gouvernement jadis voué à l’équilibre du Ciel et de la Terre, s’est vu réduire à un simple hochet, entre les mains d’ignares du spirituel !!!...
.../...

- Un aigle, posé sur une sphère cosmique, figure le roi du jeu. dans la stratégie spirituelle, cet oiseau incarne le pôle solaire, le principe axiale du Haut Pharaon, coeur de l’être, Ciel sur la Terre, autour de lui vont se déployer les mouvements offensifs et défensifs de ses Energies émanées dans les autres pièces de son armée. Il se tient dans une quasi-immobilité de roi du monde, impavidement hiératique durant l’affrontement. Il symbolise une sagesse non-humaine ; celle du "Seul" dont la transcendance en fait aussi pour nous, le "pauvre" absolu, l’enjeu dépossédé de tout pouvoir au profit de ses combattants, de son camp tout entier. Il est l’enjeu que nous identifions à notre "je" et que le vol de notre esprit saura gagner ou perdra ! .../...
Chacun de nous aime le Sphinx et ne cesse d’être aimé de lui, même si ce Sphinx semble vouloir le dévorer..."

Merci encore Dazur.
Iakhos !

Célestin Valois


> Le tour du Cavalier
1er mai 2005

Effectivement, le Cavalier est une pièce curieuse. Les mathématiciens depuis plusieurs siècles "planchent" sur ce qu’ils nomment "le tour du Cavalier" ou la façon de déplacer cette pièce successivement sur toutes les cases de l’échiquier sans passer deux fois par la même ;-)

Une solution (et de nouvelles questions) ici : http://cavalier.pagevillage.com/...


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2016 - Les Baladins de la Tradition