"A Jéricho, SEPT prêtres porteurs de SEPT trompes de bélier se mettent en marche devant le coffre de Yhwh en soufflant dans les trompes." (Josué 6,13)


Christkindel
samedi 27 novembre 2004

par Alain Goine


Quelques synonymes :
Pomme de Noël, Santa Klaus, Pomme St-Nicolas...

Il est intéressant de noter la présence de la pomme, symbole de convoitise originelle, de désir de la Connaissance. La pomme, avec sa consonance mystique “OM” ou “AUM”. Dans l’Est de la France, le Christkindel est une variété de pommier avec ses pommes !

C’est très curieux pour les personnes qui ne sont pas de l’Est d’écouter vibrer ce mot : “Christkindel”. Pour essayer de l’amadouer, tout au moins phonétiquement, j’ai essayé de le “décortiquer” et là j’ai trouvé deux amis : Christ, bien entendu, mais aussi “kind” : aimable en anglais. C’est plutôt rassurant.

Cette ancienne fête de la St-Nicolas drainait une grande ferveur dans l’Est de la France depuis le Moyen âge. Cette dévotion à St-Nicolas se traduisait jusque dans un pèlerinage à St-Nicolas-du-Port.

Jugée quelque peu païenne au début du XVIe siècle, par la Réforme Protestante, cette fête très populaire du 6 décembre fut décalée au 25 décembre en une dévotion au Christ, la baptisant Christkindel. Il fallait attendre quelques jours de plus pour recevoir des cadeaux dans ses souliers.

Plus tard le Christkindel apparaît sous les traits d’un jeune homme ou, plus souvent, d’une jeune femme toute vêtue de blanc avec couronne et bougies. Les représentations graphiques la montre accompagnée dans sa distribution de cadeaux aux enfants sages, du terrible Hans Trapp (alias “le père fouettard”, l’ancien compagnon de St-Nicolas). Le rôle de ce sinistre personnage est de donner des coups de bâton aux enfants méchants et de les emporter dans son grand sac. Ce triste sire serait historique et aurait été un tyran du Wissembourg qui aurait laissé un souvenir traumatisant dans l’inconscient collectif.

On s’aperçoit ici que nous avons bien là, réunies, les deux forces, la douce et la dure. Le cycle est donc bien complet.

Cette symbolique, lorsqu’il s’agit d’une jeune femme, est-elle l’annonciation du renouveau de la nature, la fin de la période hivernale, la fin de l’année, le retour du soleil... Est-ce un clin d’œil à la Mater originelle célébrée au fil des millénaires ? Est-ce l’annonciation de la clarté, la Ste-Lucie, fête du feu et de la lumière, en date du 23 décembre, au Solstice d’hiver, le jour le plus court.

Plus tard, les deux symboles St-Nicolas et Christkindel s’affronteront. C’est la surenchère entre St-Nicolas volant, mi-lutin, mi-homme et Christkindel. La publicité et les contes à New-York propulsent le Père Noël SuperStar. Le Père Noël internationalement reconnu supplante St-Nicolas.

Une bonne nouvelle, le Père Fouettard disparaît aussi de l’imagerie populaire.

On ne peut pas exclure de Christkindel le sapin de Noël. Au VIIe siècle, St-Boniface déclara que le sapin, serait l’arbre de l’immortalité et de l’enfantement : "Nous appellerons le sapin, l’arbre de l’enfant Jésus" ; plus tard, il devint le sapin de Noël. Le sapin était décoré de pommes (omniprésentes dans Christkindel) et de bougies, plus tard de guirlandes électriques. Mais aussi de l’étoile de Bethléem, de clochettes, d’angelots et d’autres décorations toutes plus symboliques les unes que les autres. Toute la magie de ce petit monde lilliputien nous transporte dans nos rêves, dans les contes.

Ce résineux, notre ami, comme il supporte aimablement nos us et coutumes qui le déciment. Comme cette fête doit te paraître barbare petit sapin. Toi, dans un salon, sans tes racines, sans ta couverture neigeuse, merci compagnon annuel.

Une synthèse de Christkindel :
- St-Nicolas bienfaiteur, il distribua des pièces d’or pour aider des malheureuses.
- Le Père Noël bienfaiteur, il distribue des cadeaux et des gourmandises.
- Le Christ bienfaiteur de l’humanité.

La fête de Christkindel est vraiment une période magique : la féerie des enfants et l’avènement de l’enfant Jésus.

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Alain Goine

Les illustrations proviennent des sites : http://www.neworleansmistic.com/ et http://www.joyeuse-fete.com/.


Les articles de ce parcours ne se veulent ni complets ni exhaustifs. C'est pourquoi nous invitons les visiteurs de ce site à utiliser largement le forum lié à chaque article en cliquant sur le lien Pour répondre à cet article afin de noter les réflexions, remarques et commentaires qu'ils souhaiteraient partager ici.

Cette page a déjà été visitée 6944 fois.


"Porte" précédente...

Revenir au carré magique

"Porte" suivante...

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Nicolas (saint)
Saint Nicolas
Santa Claus

Noël (Nativité)
De la Naissance de l’Homme...
Le calendrier de l’Avent
La Couronne de l’Avent : 4ème bougie
Athanor !
Les décorations de Noël
Sur ce site, (re)découvrez les lumières de l’Avent jusqu’à l’Epiphanie !
Calendrier de la Tradition : Décembre !

Pomme
"La partie de dés" (2)
Le sapin de Noël
Etape 34 : De Sarria par Portomarin à Hospital de la Cruz
Les 13 desserts de Noël

Protestantisme
Haïti : les tentatives d’éducation de masse
Quelles sont nos données de base ?
Haïti : l’action des missions protestantes

Sapin
Croyez-vous au Père Noël ?
La bûche de Noël


Il y a actuellement 6 contribution(s) au forum.


Christkindel
24 juin 2008, par Azalaïs

Christkindel, c’est effectivement "le petit enfant Christ" et le passage du 6 décembre au 25 correspond à la réforme du calendrier opérée par un certain Jules, César de sa fonction. Mais le plus intéressant, ici, serait le mariage du sapin et de la pomme.

Pomme de pommier pour remplacer les pommes de pin ! Certes, et le sapin, arbre du nord, arbre du froid et des montagnes, est celui qui reste toujours vert quand tous les autres semblent mourir en se dépouillant de leurs feuilles, de leurs attraits, en devenant squelettes d’arbres. Seule la neige lui fait un blanc manteau sous lequel il paraît noir, comme dans toutes les dualités. Mais on secoue la neige pour accrocher les pommes ! Des pommes rouges, bien mûres de l’automne et gardées fraîches sur la paille. Rouge et vert, autres complémentaires ! Rouge du crépuscule et de l’aurore, et vert de la vie végétale.

Pommes d’Avallon, pommes d’immortalité dans la mythologie celtique ou germanique, pommes d’or des Hespérides, pommes associées à la femme, à l’étoile, à la quête d’une île... Pomme que l’on a fini par christianiser en la faisant croquer par Eve et son Adam dans une synthèse mythique un peu mal fichue que ne justifie ni hébreu ni grec mais un vague jeu de mot latin entre malus et malum... Pomme et sapin, l’étrange rencontre qui n’a de sens que si l’on se place très au nord : au solstice d’hiver le "jour" n’est plus qu’une fugitive trace rouge, pourpre, qui signe l’ultime disparition mais annonce le retour de la lumière. Rencontre aussi de deux signes d’immortalité : ce qui demeure et ce qui transmet.


Christkindel
30 décembre 2007, par Petitjean

La décomposition du mot Christkindel me semble un peu hasardeuse.

Certe, il y a Christ, mais le seconde partie, Kindel, correspond plutôt à "enfant", en alsacien, Kind (enfant) en allemand.

Soit : l’enfant Jesus.

Références :
http://www.culture.gouv.fr/culture/...
http://www.cigogne.net/Mais-qui-est...

Cordialement


> Christkindel
28 novembre 2004, par Janaor

Cher Baladin,

Je pense que Christkindel vient de Christ et kindel de l’Allemand kandel : cièrge, bougie. Christkindel : christ Lumière du monde. On distribue d’ailleurs des cièrges
Salutations
Jacques


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2018 - Les Baladins de la Tradition