"Une chapelle avec six pierres depuis très longtemps élevée, une fontaine à SEPT sources où beaucoup de miracles sont arrivés, nous font voir clairement que les SEPT Saints que Dieu a choisi pour nous donner des grâces." (Gwerz bretonne de Vieux-Marché - XIIe siècle)


La fête de Boddhi
...ou l’éveil de Bouddha
mercredi 8 décembre 2004

par Hématite


Le 8 décembre, les bouddhistes célèbrent la fête de Bodhi. Lorsqu’il était prince, Siddhârta Gautama [1] vivait dans le luxe, mais cela ne pouvait le libérer de la réincarnation, de la vieillesse, de la maladie et de la mort.

Après de très longues réflexions et méditations, il décida de changer de vie, et de rompre avec tout ce qui le retenait dans ce bas monde. Il renonça à ses privilèges et parti vivre chez les moines et nonnes bouddhistes. Il mena la vie simple d’un ascète, et enseigna que l’austérité ne mène pas au chemin de la libération.

Dans sa quête de l’illumination, le bodhisattva se soumis à une vie misérable dans l’espoir de parvenir à la compréhension suprême. Gautama apprit à endurer les plus extrêmes mortifications, la faim et la douleur. Il finit par prendre conscience que les privations extrêmes ne pouvaient rien lui apporter. Gautama comprit que le même équilibre était nécessaire et résolu de mettre fin à l’extrême ascétisme de sa vie en acceptant de reprendre une vie plus normale.

Sur les berges de la rivière Nairanjana, il accepta l’offrande qui lui était faite. Il savait que l’illumination était proche car il avait eu dans la nuit cinq rêves prémonitoires. Il divisa donc l’offrande en quarante-neuf portions, une pour chaque jour qu’il savait devoir consacrer à la contemplation après la nuit de son illumination.

Il se rendit à Bodh Gayâ auprès de l’arbre que l’on nommerait plus tard l’arbre de la Bodhi (illumination). C’est là, pendant la nuit de pleine lune du mois de mai que le bodhisattva s’assit sous l’Arbre de la Bodhi, et qu’il parvint au nirvana, se libérant du cycle sans fin de la réincarnation et en devenant Bouddha. Il demeura sous l’arbre de la Bodhi quarante-neuf jours durant, méditant sur le sens de son éveil avant de parcourir le monde pour enseigner ses découvertes aux autres.

On dit que Bodh Gayâ (situé dans le bassin du Gange) est le seul lieu sur terre pouvant supporter le poids de l’expérience de l’illumination. Après qu’il eut atteint le nirvana, le Bouddha demeura sept semaines durant sous l’arbre de la Bodhi éprouvant un grand bonheur.

Ensuite, jusqu’à sa mort, pendant quarante cinq ans, le Bouddha enseigna le dharma, expression de la compassion du Boudha qui représente le principal moyen qu’il met en œuvre pour aider les êtres.

La doctrine bouddhiste mérite notre réflexion, il faut consacrer beaucoup de temps à étudier et à méditer dans l’espoir de changer l’humanité. Dans le bouddhisme, on ne cherche pas à dépendre des autres, pas plus qu’on n’escompte leur aide. Tout individu doit se comprendre, voir en lui très clairement et progresser par cette seule compréhension. Le Soi n’est édifiable que sur la Loi et celle-ci, inhérente à la vie de tout être, n’existe pas en dehors de lui.

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Hématite

Les illustrations proviennent des sites http://www.exoticindiaart.com/ et http://srimahabodhi.org/.


[1] Ce récit s’inspire de l’ouvrage " Le Boudhisme " d’Ornan Reten


Les articles de ce parcours ne se veulent ni complets ni exhaustifs. C'est pourquoi nous invitons les visiteurs de ce site à utiliser largement le forum lié à chaque article en cliquant sur le lien Pour répondre à cet article afin de noter les réflexions, remarques et commentaires qu'ils souhaiteraient partager ici.

Cette page a déjà été visitée 4950 fois.


"Porte" précédente...

Revenir au carré magique

"Porte" suivante...

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

08 décembre
L’Immaculée Conception

Arbre
Humilité, demeure !
Bodh Gaya
La bûche de Noël
24h de méditation pour la Terre (15h)
Du maquis à l’humanitaire : le chemin d’un homme

Bodh Gaya (Inde)
Gaya

Bouddha
"Maitreya, le Bouddha futur"
Amma
La Forge de l’existence
Bouddha
Alexandra David-Neel
"Ecologie et Spiritualité"

Bouddhisme
Raymond Bernard : "ce village global, universel qu’il faut réaliser"
"La prière, la vie, la mort"
Pratiques de méditation
Le Diable
Les lingams venus d’en haut : un plan sur la comète...
Alexandra David-Neel : un nouvel ouvrage remarquable
"Gestes et Symboles du Bouddhisme"

Eveil
La Pomme Bleue
Epilogue...
Autrefois, la Malle des Indes, aujourd’hui des E-mails de l’Inde
Ondoiement et premier pas
Ô Toi !

Illumination
Le Sommeil des Sept Dormants
Nuits
Correspondances entre les centres d’énergie cosmique et les sphères d’activité sur notre planète
Dans la Forêt
Meditation vipassana
"Le Voyage alchimique" : sept DVD à découvrir !

Karma
À propos de SlumDog Millionnaire et des Castes (Kannur)
Récolte du riz
Retraite sur le Livre Tibétain des Morts
Avec Maïtreyi Amma (2)
Swami Premananda : la libération

Réincarnation
Elie dans la tradition chrétienne
Le mythe de Rama (4)
L’histoire
"Quand sommes-nous : nous ?"
Raymond Bernard : "toute ma vie était pré-ordonnée"
Avec "L’homme sans âge", l’étonnant film de F-F. Coppola, Mircea Eliade est de retour !


Il y a actuellement 1 contribution(s) au forum.


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2019 - Les Baladins de la Tradition