"Quand tous les arbres qui sont sur la terre deviendraient des plumes, quand Dieu formerait des SEPT mers un océan d’encre, les paroles de Dieu ne seraient point épuisées ; il est puissant et sage." (Coran 31, 26)


Les Saturnales
Fête romaine
jeudi 16 décembre 2004

par Alain Goine


La symbolique des Dieux, que ce soit Cronos pour les Grecs et Saturne pour les Romains reste surprenante. Curieux Dieux en effet, Cronos le plus jeune des Titans coupe les testicules de son père pour ne pas être détrôné à son tour ! Et Saturne détrône son père Ouranos. Ces Dieux si proches des hommes dans leurs travers.

D’ailleurs, ces Saturnales, avec leur inversion d’autorité entre les riches et les pauvres, rejoignent le complexe d’œdipe, s’identifiant ainsi à leur Dieu Saturne. En fait, il vaut mieux avoir certains Dieux comme amis.

Il s’agit à la base d’une fête romaine qui se déroulait pendant huit jours du 17 au 24 décembre. Ce genre de fête décadente, que l’on nomme “fête” parce qu’elles sont données en l’honneur des Dieux, mais qui seraient appelées débauche en d’autres temps et d’autres mœurs.

Cette fête païenne rendait grâce à plusieurs dieux (dont Saturne...). Ensuite le 25 décembre, c’était l’adoration de Mithra (Dieu de la victoire et des armées des empereurs romains). Les victoires, n’est-ce pas le moteur de l’homme ?

Cette période était destinée à célébrer le retour du soleil, au solstice d’hiver, avec l’importance qu’a le soleil dans le monde agricole. À l’époque, évidemment les récoltes avaient un rôle capital pour la vie de l’empire. Et comme en astrologie Saturne est appelé le Grand Maléfique, symbolisant les obstacles, les carences, la malchance, il est aisé de comprendre cette dévotion.

Pendant ces “Saturnales”, les hiérarchies sociales s’abolissaient, voire s’inversaient. Le monde humain était en dévotion, ils honoraient leurs dieux. L’égalité régnait entre maîtres, serviteurs et même esclaves.

Le temps s’arrêtait, plus de travail, plus d’école, plus de justice ; un temps de réjouissances. Évidemment des excès avaient lieu. Des débauches tous azimuts, festins, ripailles, ivresse, sacrifices, orgies...

L’ère chrétienne et l’avènement de la naissance du Christ diminuèrent et arrêtèrent les Saturnales, les Chrétiens étant de plus en plus nombreux.

Bien que tombé en désuétude le vocable “Les Saturnales” reste synonyme de débauche et de licencieux.

Hormis le côté décadent, ces Saturnales devaient apporter un temps de réflexion et une prise de conscience aidée par l’alcool et les abus. Les prières, les méditations et les griseries apportaient une introspection qui servait d’exutoire.

Par extension, les Saturnales étaient une fête de la famille, du père, de la mère et bien sûr des semailles. Peut-être un garde-fou, pour éviter tout dérapage, car dans cette ivresse collective, il est bon de se garder quelques repères.

La gaieté et la joie étaient de mise. La nuit, la fête continuait à la lumière des torches.

On peut dire que les Saturnales se poursuivent de nos jours avec les carnavals. Vu le succès qu’ils ont, n’a-t-on pas des regrets de ne plus avoir de Saturnales ? Jorge Amado a dit : " Le carnaval est l’évènement culturel populaire le plus important que peut connaître un pays ". Il est certain qu’un défoulement, à l’échelon régional ou national, n’est pas chose courante, dans une vie faite de plus en plus de compromissions. Faire tomber les inhibitions est une très bonne thérapie.

Freud s’est intéressé à ces débordements. Dans sa “Psychologie de la fête", il y voit une réconciliation entre le Moi et l’idéal du Moi. Le côté restrictif du quotidien trouve dans la fête un contentement de Soi.

Le complexe de Saturne est de ne pas vouloir perdre les choses sur lesquelles on s’est cristallisé depuis l’enfance. Il est à parier que nous sommes beaucoup à avoir ce complexe de Saturne !

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Alain Goine

Les illustrations proviennent des sites : http://webpublic.ac-dijon.fr/ et http://www.cawley-viga.com/.


Les articles de ce parcours ne se veulent ni complets ni exhaustifs. C'est pourquoi nous invitons les visiteurs de ce site à utiliser largement le forum lié à chaque article en cliquant sur le lien Pour répondre à cet article afin de noter les réflexions, remarques et commentaires qu'ils souhaiteraient partager ici.

Cette page a déjà été visitée 5260 fois.


"Porte" précédente...

Revenir au carré magique

"Porte" suivante...

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Antiquité
La pierre percée de Villers-Saint-Sépulcre
Ostrakon & Calculi
Pierres reconstituées et rêves d’Empire
Courant ambarique ou électrique ?
Forum sur Hérodote
Une très antique bibliothèque vient de naître sur internet !

Astrologie
La surprise des Poissons
La Boussole d’Or
Jeux de mots laids
Rationalisation du mystère
Varanasi
Regards éclairés sur la célèbre Collection "L’aventure mystérieuse"

Mithra
Martin, jeune légionnaire
La naissance de Mithra
La Caverne des Sept Dormants
Les Rois Mages
La Lumière de Beltaine

Saturne
Plantes régies par le Feu, l’Air, l’Eau et la Terre
Pierres des extrêmes
Correspondances entre les centres d’énergie cosmique et les sphères d’activité sur notre planète
Les plantes sur les sentiers 29 à 32 de l’Arbre de vie

Solstice
La Saint Jean d’hiver
La nuit la plus longue
Solstice d’hiver : méditation pour la Paix
Le solstice d’hiver
Feux de la Saint Jean

Thérapeuthe
L’apport fondamental de la version coranique
"Les guérisseurs, la foi, la science !" : un DVD à découvrir sans tarder !


Il y a actuellement 2 contribution(s) au forum.


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2018 - Les Baladins de la Tradition