"Dans les SEPT centres du corps humain se trouvent représentées la structure et la dimension élémentaires de l’univers..." (Lama Anagarika Govinda)


La bûche de Noël
lundi 20 décembre 2004

par Alain Goine


Peut-on décrire une sensation ? Qui peut peindre par des mots la convivialité d’un morceau de bois qui crépite dans une cheminée ? De quelle couleur imprimer ces textes pour faire ressentir comment le bois nous parle encore, même dans la cheminée. N’est-il pas venu en ce bas monde, outre ses fonctions liées à la chlorophylle, pour nous communiquer sa douce odeur suave de fumée. N’est-il pas vrai qu’il communique avec nos cinq sens !

Le rituel suivant les régions différait, certains mettaient une grosse bûche, d’autres, autant de bûches que de personnes habitaient la maison. Outre la forte mystique de l’arbre, il emmène la sève de la terre vers le ciel de son vivant ; mort, dans la cheminée, il purifie par le feu les habitants de la demeure en servant de “témoin”.

La bûche était arrosée d’huile, de sel et de vin cuit. Il ne fallait pas qu’elle s’éteigne pendant la messe de minuit, sous peine de catastrophes pour la maisonnée, les cendres étaient gardées toute l’année. Nous avons ici en trois lignes une multitude de symboles. L’huile, le sel, le vin, le feu, la messe de minuit, les cendres, les superstitions, les peurs !

Cette coutume très rurale, puisqu’il fallait trouver sa ou ses bûches sur ses terres ou qu’elles soient offertes, s’est prolongée jusqu’à l’arrivée des poêles en fonte. Là, on mettait symboliquement une petite bûche avec des bougies. À noter la démarche non matérialiste de cette coutume, “chercher et trouver”, un être humain face à son créateur dans l’abondance de la Nature.

Après la guerre de 1939-1945, un pâtissier a permis à cette noble coutume de perdurer en faisant une bûche gourmande avec différentes recettes.

Oui, mais pourquoi cette coutume ?
Il semblerait qu’elle soit généralisée à toute l’Europe païenne. Culte rendu au Soleil la veille de Noël, culte de la lumière, les mille étincelles qui en jaillissent, les ombres et les silhouettes à interpréter, être à l’écoute des messages de l’au-delà !...

Il est à noter que toute cette féerie de l’âtre et de l’âme, se retrouve sur les bûches glacées. Tout ce microcosme qui gravite sur les pâtisseries. Les nains ou lutins, le houx, le sapin de Noël, les champignons des contes, le Père Noël et son traîneau, la scie et la hache (le clin d’œil à la vraie bûche dans la cheminée), les banderoles de bons vœux... Il est évident que tout ce petit monde enchanté sur un gâteau, c’est bien tentant.

Ne mangez pas votre bûche glacée, rêvez-la !

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Alain Goine

L’illustration provient du site http://www.joyeuse-fete.com/.


Les articles de ce parcours ne se veulent ni complets ni exhaustifs. C'est pourquoi nous invitons les visiteurs de ce site à utiliser largement le forum lié à chaque article en cliquant sur le lien Pour répondre à cet article afin de noter les réflexions, remarques et commentaires qu'ils souhaiteraient partager ici.

Cette page a déjà été visitée 2663 fois.


"Porte" précédente...

Revenir au carré magique

"Porte" suivante...

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Arbre
Du maquis à l’humanitaire : le chemin d’un homme
Le Jardin
William Beckford de 1787 à 1822
Arbres et Palais de Mysore
Oeuvrons pour le Printemps de la Planète !

Champignons
Souvenirs imaginaires d’anonymes (1)
1 - Jehan perdu... Jehan trouvé !
La cueillette de champignons

Noël (Nativité)
William Beckford de 1777 à 1783
Les santons de la crèche
Les douze jours de Noël à l’Epiphanie...
Les bergers de Noël
La Vierge couchée, Notre Dame du Yaudet
Sur ce site, (re)découvrez les lumières de l’Avent jusqu’à l’Epiphanie !
Calendrier de la Tradition : Décembre !

Nourriture
L’élégance du Compas
Crise de foie
Etape 14 : De Calahorra par Carca et Lodosa à Alcanadre
Chyle & Chyme
Le rituel de l’Abishekam

Peur
Etape 19 : De Redecilla par Belorado à Villafranca Montes de Orca
"L’homme a d’immenses possibilités inexploitées et des pouvoirs inconnus."
Méditation marathon (suite et fin)
Djalâl al-Dîn Rûmî
Je suis la Souffrance, je suis.
« L’Europe et L’Islam, la liberté ou la peur ? »

Sapin
Croyez-vous au Père Noël ?
Christkindel
Les décorations de Noël
Le sapin de Noël


Il y a actuellement 0 contribution(s) au forum.

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2019 - Les Baladins de la Tradition