"Célébrons les SEPT Saints au nombre égal à celui des colonnes où la Sagesse bâtit sa maison, comme pierres, leurs paroles ont brisé l’ordre impie du tyran." (Sixième ode byzantine des Matines du 4 août célébrant les SEPT Dormants)


Noël... ou le renversement des valeurs
jeudi 23 décembre 2004

par Voldor


Les Saturnales célébrées par les Romains à cette époque de l’année tournaient déjà en dérision le pouvoir et les principes bien établis de la société, la fête des fous du Moyen Age perpétua cette coutume : d’aucuns prenaient ce jour-là l’habit de l’évêque et singeaient les cérémonies en ridiculisant les formules consacrées.

Noël vient conforter le renversement des valeurs. Le puissant Roi tant attendu, le Messie, se fait fragile nouveau-né ! Quelle dérision pour l’observateur trop rapide !

Le "renversement" des valeurs ?
Mais qu'est-ce donc ?

Simplement, la possibilité - tel l’acrobate - de faire une pirouette - mais intérieure, celle-ci - dans les situations les plus critiques.

Tout souci, aussi profond et grave soit-il, devient alors une occasion d’apprendre. D’apprendre à mieux réagir la prochaine fois, d’apprendre la compassion envers autrui parce que nous savons que, nous aussi, nous sommes capables de tomber.

Oui, mais... Quand on est vraiment très affecté par les événements... On n’a guère envie de jouer les acrobates ! Parce que ce n’est pas sérieux et qu’il y a plus urgent à faire....

Oui, c’est ce que l’on croit habituellement. Les soucis sont choses sérieuses. C’est vrai... et faux aussi... Vrai quand on est dans le tourbillon du monde. Faux quand nous pirouettons pour nous décentrer de nous-même car tout, alors, nous apparaît différent. Fou, complètement fou, pour celui qui, jamais, n’a osé l’expérience...

Le plus difficile est sans doute de penser à prendre son élan pour quitter mentalement son analyse raisonnable et raisonnante de la situation. Nous dirons que c’est... une habitude à développer ;-)

"Et j’entendis le rire des anges. C’était l’envers du silence et leur troupe nidifiait sur les corniches du temple et le temple s’appelait Poésie parce qu’il ne pouvait avoir d’autre nom." (Jean Cocteau)

Noël ou le renversement de nos valeurs,
Noël, la fête des fous,
Noël, le signe de tous les possibles...

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Voldor

L’acrobate est au fronton du portail central de la basilique de Vézelay. Cette photo provient du site http://www.art-roman.net.


Les articles de ce parcours ne se veulent ni complets ni exhaustifs. C'est pourquoi nous invitons les visiteurs de ce site à utiliser largement le forum lié à chaque article en cliquant sur le lien Pour répondre à cet article afin de noter les réflexions, remarques et commentaires qu'ils souhaiteraient partager ici.

Cette page a déjà été visitée 4027 fois.


"Porte" précédente...

Revenir au carré magique

"Porte" suivante...

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

25 décembre
De la Naissance de l’Homme...
Les trois messes de Noël
La naissance de Mithra

Basilique
L’annonceur de Dinan
Marie-Madeleine à Reims
Un banquet à Saint Remi
Enigmes : du nouveau !
L’escalier de Louis XI

Lame sans nombre - Le Mat ou Fou
L’élégance du Compas
Echec et Mat ! (3)

Noël (Nativité)
La Couronne de l’Avent
Christkindel
Nuits
Croyez-vous au Père Noël ?
La crèche de Noël
Sur ce site, (re)découvrez les lumières de l’Avent jusqu’à l’Epiphanie !
Calendrier de la Tradition : Décembre !

Retournement
Jonas, colombe de Dieu
Sous le signe du Scorpion : huitième jour
Amma
La Charité et l’Inconnu
La Lune

Roue
L’expédition de 1421
Le lion de Chamalières-sur-Loire
Swami Premananda : être ou ne pas être...

Saturnales

Tarot
La Maison-Dieu
Le Diable
Le Soleil
L’Ermite
Le Bateleur


Il y a actuellement 1 contribution(s) au forum.


> Noël... ou le renversement des valeurs
23 décembre 2004, par Gerfaut

Au Moyen-Age, la Messe des fous dite aussi Messe de l’Ane, était célébrée à l’époque de Noël. Comme il est dit dans l’article, elle rentre dans la Tradition des réjouissances marquant le solstice d’hiver dont l’origine serait les saturnales romaines.
La Messe des fous est la mise en scène du renversement de l’ordre social et de l’autorité : un "roi" ou "fou" est élu parmi les démunis ; les serviteurs et leurs maître échangent leurs rôles.
Les célébrants se font des dons rituels de cadeaux pastiches et de nourriture et prononcent des discours burlesques.
Ils bafouaient la hiérarchie ecclésiastique avec des mots grossiers et blasphématoires, charivaris, élection d’un" fou" comme faux évêque qui entrait sur un âne dans la cathédrale, assis à l’envers, et qui était intronisé devant l’autel...

La Messe des fous serait un scénario permettant à l’homme de vivre le sacré par la transgression et de transcender le temps profane.

L’autre aspect de la messe, c’est l’innocence merveilleuse personnifiée par le "fou" , l’idiot du village, le plus démuni, souvent le plus jeune.

Ne nous fait-il pas penser au Ravi de la crèche ?


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2019 - Les Baladins de la Tradition