Accueil du site Alphabétiquement vôtre Elie, le prophète Mais en quoi Elie nous concerne-t-il aujourd’hui ?

Mais en quoi Elie nous concerne-t-il aujourd’hui ?
lundi 7 février 2005

par Abd Al Haqq


Pour revenir à la page précédente de cette étude...

En premier lieu parce qu’Elie est l’archétype de l’initiateur, c’est-à-dire le modèle de l’initié, transmettant non pas un savoir, mais encore plus qu’une connaissance : il transmet l’Esprit. Il est plus précisément le père de toute lignée initiatique : il porte le "pagne de peau" que l’on reconnaît chez les Francs Maçons sous la forme du tablier et, s’il vous faut une preuve supplémentaire lisez un petit passage du cycle d’Elie et vous verrez quel rapport il entretient avec " le fils de la veuve" : 1Rois 17 :17 à 24
Or, si Elie est Maître spirituel que nous dit son exemple ?

Que nous dit son histoire sur sa recherche ?
Premièrement qu’il est à la recherche du Dieu Vivant, non pas à travers une image personnalisée et anthropomorphe, puisqu’au contraire il combat les représentations de Baal. Il est en quête de YHVH. Celui qui est ce qui est, la Parole perdue, un Dieu transpersonnel, l’Etre des êtres, la dimension ontologique de l’univers.

Quels moyens met-il en œuvre à cette fin ?
Dans sa quête, Elie fait en premier lieu une totale abstraction de sa volonté propre, de son ego. En cela, il est aussi le père de toute une école dite "néo-platonicienne" dont quelques figures marquantes sont : Jean Scott Erigène, Maître Eckaert, Plotin et surtout Saint Denys dont le patronyme nous rappel à la fois les mystères grecs et Saint Denis, évêque de Paris qui fut décollé... comme Jean le Baptiste. La décollation symbolise la perte du chef propre, c’est le sens qu’elle avait dans l’initiation chevaleresque. Il s’agit bien de perdre son chef propre, afin de devenir au sens littéral des musulmans (soumis), et de pouvoir dire : "Ce n’est plus moi qui vit en moi, mais un autre plus grand que moi."

Nous travaillons en effet à la construction d’un Temple, mais nous n’en sommes que les pierres, et ce Temple, qui n’est pas construit de mains d’hommes n’est pas pour notre usage... Cette perte du chef, de la volonté propre, est représentée lors des initiations maçonniques par le fait qu’avec le bandeau sur les yeux, c’est un autre qui mène l’impétrant là où, sans doute, il n’aurait pas voulu aller. (cf St Pierre) Ce symbole est également mis en œuvre à des niveaux plus élevés où tout invite à mourir à soi-même...

Mais de quelle manière particulière Elie mène-t-il sa quête ?
Une dernière référence sera faite au récit biblique : 1 Rois 19 : 7 à 14
Notons que, dans ce passage, le prophète se laisse mener par l’ange au désert, lieu de solitude et plus particulièrement dans une grotte. Nous retrouvons ici la première étape de toute initiation, la grotte, le tombeau ou le cabinet de réflexion, et son symbolisme d’intériorité. C’est donc vers l’intériorisation que ce premier stade nous renvoie.

Puis, dans ce parcours initiatique, Elie est confronté aux éléments déchaînés ; la pluie, l’orage, la foudre, l’ouragan, le tremblement de terre, un grand feu. Bref tous les ingrédients de l’initiation antique qui se perpétue encore aujourd’hui. Mais je voudrais attirer votre attention sur le verset 12. La traduction de l’école biblique de Jérusalem, une des meilleures, nous dit : "Et après le tremblement de terre, un feu, mais YHVH n’était pas dans le feu, et après le feu, le bruit d’une brise légère." Et c’est à ce bruit d’une brise légère qu’Elie, reconnaissant la Présence Divine, se voile la face.

Or, cette locution "le bruit d’une brise légère" pose un intéressant problème de traduction, celui de rendre la locution hébraïque "qol demama daqqa" ce qui signifierait littéralement : qol : un son ; demama : silence et daqqa : fin ou ténu. Ce qui dans un français un peu plus élaboré pourrait se dire "un son de fin silence". C’est donc dans "un son de fin silence" comme l’a d’ailleurs traduit A. Chouraqui, que l’exemple d’Elie nous propose de rencontrer la Divine Transcendance.

Mais ce n’est pas un simple silence des lèvres qui nous est suggéré ici ; c’est bien un silence intérieur qu’il nous faut obtenir. (Faire taire les passions et soumettre la volonté ; l’apéthéïa des anciens.)

C’est là, dans le silence du cœur qu’un jour nous entendrons la "Parole Perdue". Maître Eckhart a dit : "C’est seulement dans le silence de l’âme que Dieu murmure sa Parole Eternelle." La Bible recèle encore beaucoup d’autres trésors pour le chercheur zélé, comme d’ailleurs le Saint Coran.

Saint Isaac le Syrien disait : "Dieu à créé le monde visible par la Parole et le monde invisible par le silence". C’est à une très modeste investigation dans ce monde invisible, qui est le second monde, l’Ame du Monde et le reposoir des cycles, à laquelle vous avez été conviés par ce petit texte. Il est grand temps que lui succède le silence des sens afin que règne en nous l’harmonie des sphères et la "Parole retrouvée" qui sont au sein de ce silence, c’est-à-dire la Musique Eternelle du Dieu Vivant.

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Abd Al Haqq

 

Bibliographie sommaire
- Elie le prophète : TI et TII collectif - In les Etudes Carmélitaines Desclé De Brouwer 1956
- Elie ou l’appel du silence : Michel Masson - Cerf Paris 1992
- La Sainte Bible : trad de l’Ecole Biblique de Jérusalem - Desclé De Brouwer
- Le Saint Coran : trad de D. Masson - Col. folio classique Gallimard 1967
- Les tracés de lumière : Jean Tourniac - Dervy Livres Paris 1975

Sans oublier les œuvres dont s’inspire ce travail même si elles n’ont pas été consultées directement à cette occasion :
- L’œuvre de René Guénon
- Doctrine de la non-dualité et Christianisme ; par un moine d’occident

Chez Dervy
- L’œuvre d’Ibn Arabi dans les traductions de Michel Chodkiewicz
- Celles de Abdel Kader du même traducteur. (à qui nous sommes reconnaissant pour les bontés spirituelles et la grande patience qu’il a eu à notre égard)

Les illustrations proviennent des sites :
- http://orthodoxie.club.fr/
- http://www.roerich.org/

Cette page a déjà été visitée 7636 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE Pourquoi une étude ayant pour sujet le prophète Elie ? Elie, quelques préliminaires... Elie dans la tradition musulmane Elie dans la tradition judaïque Elie dans la tradition chrétienne Elie dans les écrits chrétiens en dehors de la Bible Mais en quoi Elie nous concerne-t-il aujourd’hui ?

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Chevalerie
Raymond Bernard : "pourquoi j’ai fondé le CIRCES..."
L’Ange
"L’oeuvre divine, dans sa réalité permanente, est le sacerdoce éternel..."
"Le Graal, c’est l’accession au secret de la vie universelle..."
Le Martinisme dans la Tradition

Décollation

Eckhart (Maître)
Vie de Maître Eckhart
La Spiritualité dans les chansons des "Derniers Trouvères"
Nuits
Maître Eckhart

Franc-Maçonnerie
Voyage au centre de notre planète, de Jules Verne à George Sand
Jean-Pierre Bayard et la Tradition
Jean-Pierre Bayard parle de Raymond Bernard
Jean-Pierre Bayard : le Maître dans sa demeure
A propos du Martinisme
40ème anniversaire du musée du Compagnonnage de Tours
Biographie de Raymond Bernard : un web-puzzle de plus de 300 pièces !

Pluie
Lumière de Compostelle
Impromptu divin
Etape 30 : De Rabanal del Camino à Molinaseca
Pluie sur Bbsr
La nuit la plus longue

Roerich (Nicholas)
Les lingams venus d’en haut : un plan sur la comète...
Agni, dieu de la Lumière
La Société Angélique
L’Etoile des Mages
Matins
Le mois de Ramadan 2016 commence le 7 juin

Tête
Le Chiffre Quatre
Le crâne de Longpont
Graine d’Agni
Sous le signe du Bélier : premier jour
"Le Coeur est Tout"
"A la découverte de l’ancien pèlerinage de saint Denis !"


Il y a actuellement 7 contribution(s) au forum.


> Mais en quoi Elie nous concerne-t-il aujourd’hui ?
1er mai 2005, par simonne.rodet@fnac.net

Cher Célestin - Même si Elie est monté directement au ciel , et si, à l’époque on s’était demandé si Elie était Jean Baptiste ou Jésus on peut se dire que si Elie était Jésus, on ne vois pas pourquoi il ne serait pas monté puis redescendu dans le Corps de Jésus qui a renouvelé l’ascenssion.

D’autre part, tout cela n’est peut-être que symboles et pourquoi n’y aurait-il pas d’autres "Christ" ? Ne sommes-nous pas tous appelé à entrer dans sa lignée en tant que chercheurs de vérité d’abord et ensuite dans l’illumination : c’est ce que je crois même s’il nous faut moultes cycles pour y arriver. Dans l’Amour du Christ. Simonne.


> Mais en quoi Elie nous concerne-t-il aujourd’hui ?
11 février 2005, par Célestin Valois

Quelle excellente étude !
A propos de la traduction de l’école Biblique de Jérusalem sur le verset 13 de Roi 19"le son de fin silence" vous mettez en lumière la difficulté de la traduction du texte hébreu.
J’hésite à en parler puisque vous terminez par une véritable invitation au silence.
Mais tout de même, je me demande ce que vous pensez d’Henri Meschonnic qui ouvre à nouveau ce débat des traductions bibliques par une nouvelle traduction qui se veut plus conforme à l’histoire selon lui.
Il dit selon les propos recueillis par le chroniqueur du Monde Henry Tincq :

"Avec la septante, traduction en grec du texte hébreu, la Bible est devenue fondamentalement un texte chrétien. Aussi, je travaille à la réhébraïser, à la déchristianiser, à la déshelléniser, à la délatiniser."
Une autre question :
Est-ce que vous laissez à entendre que Jean le Baptiste était la réincarnation d’Elie ?
Ceci est surprenant si on pense que le prophète a été enlevé dans son corps ce qui serait un très haut degré d’initiation, de réalisation spirituelle incompatible avec un "retour" une réincarnation classique par une naissance génétique humaine.
J’ai beaucoup aimé le passage où vous parlez de l’ordre religieux des Carmes qui ont le même manteau que les soufis.
D’ailleurs le mot soufi ne fait- il pas référence justement à ce vêtement de laine ?
Si Elie est l’inspirateur des soufis ceci explique leur place particulière dans la tradition musulmane
Enfin merci pour cette évocation d’Elie, vous nous avez transmis le manteau, cher Abd All Haqq !
Une dernière question si je peux abuser un peu :
Pouvez-vous nous expliquer votre nom Dieu Vérité ? Vous y faites allusion dans votre article.

Que les bénédictions du Tout Puissant soient sur vous, votre épouse et votre fils nouveau- né Jean-Elie.
C’est un très beau geste de nous confier cette joie dans votre dédicace. Votre contribution au site des Baladins comme y gagne en chaleur humaine.
Que votre fils soit une lumière pour le monde qui en a bien besoin dans la vibration fulgurante du prophète !

Célestin V.


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2019 - Les Baladins de la Tradition