De la musique avant toutes choses
mardi 6 novembre 2007

par Célestin Valois


Cet article s’inscrit dans le cadre d’une vaste étude intitulée "Balzac et le Martinisme". Pour en consulter le plan. Pour revenir à la page précédente...

La musique est une voie de sublimation pour l’amour. Le duo fait résonner l’accord des deux notes issues de la vibration primordiale unique dont parle le texte "Aurélia" de Nerval. L’humain n’est plus qu’un instrument sous le souffle divin. Le duc de Caetano, usé par les plaisirs de la vie, ne se rattache à l’existence que par cette lubie étrange qui consiste à réaliser un accord entre la voix de la Tinti et une note de son violon ou bien encore la voix de Genovese. Ceci produit sur lui l’effet d’une extase mystique.

JPEG - 55.4 ko
La Malibran
Soprano dramatique contemporaine de Balzac.

"Il existe en musique un pouvoir plus magique que celui de la roulade ... L’accord de deux voies ou d’une voix et du violon, l’instrument dont l’effet se rapproche le plus de la voix humaine. Cet accord parfait nous mène plus avant dans le centre de la vie sur le fleuve d’éléments qui ranime les voluptés et qui porte l’homme au milieu de la sphère lumineuse où sa pensée peut convoquer le monde entier".

La musique trouve son pouvoir dynamisé par le sentiment amoureux. Ainsi, se trouve animée la substance même de la matière dans la nature supérieure de l’homme.

De même que Massimilla apparaît dans Gambara, il est question de Gambara dans Massimilla Doni. Il est le "musicien de Cremone"  [1]...lequel musicien "croit que les sons rencontrent en nous-mêmes une substance analogue à celle qui engendre les phénomènes de la lumière et qui chez nous produit les idées. Selon lui, l’homme a des touches intérieures que les sons affectent et qui correspondent à nos centres nerveux d’où s’élancent nos sensations et nos idées ! Capraja, qui voit dans les arts la collection de moyens par lesquels l’homme peut mettre en lui-même la nature extérieure d’accord avec une merveilleuse nature qu’il nomme la vie intérieure, a partagé les idées de ce facteur d’instrument qui fait maintenant un opéra".

La théorie sur l’unité son, lumière et pensée est exposée ici comme dans Gambara. L’amour produit les mêmes effets que l’art, que la musique surtout.

Quand Vendramin lui explique les extases que la musique provoque sur Cataneo et Capraja, Emilio reconnaît les symptômes de son amour pour Massimilla. "Tu viens d’expliquer mon amour pour la Massimilla" dit Emilio. "Cher, il est en moi-même une puissance qui se réveille au feu de ses regards, à son moindre contact et me jette en un monde de lumière où se développent des effets dont je n’osais te parler".

L’art ne peut pas se contenter d’imiter la nature, l’amour ne peut se satisfaire dans la consommation charnelle, le poète ou l’amant idéal doivent s’élever sur les hauteurs de l’abstraction à la recherche du Principe malgré le risque de folie et l’incompréhension générale.

"Mais aussi, dès que dans les choses de la nature morale un homme vient de dépasser la sphère où s’enfantent les oeuvres plastiques par les procédés de l’imitation pour entrer dans le royaume tout spirituel des abstractions où tout se contemple dans son principe et s’aperçoit dans l’omnipotence des résultats, cet homme n’est-il plus compris par les intelligences ordinaires".

Pour lire la suite de cette étude...

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Célestin Valois

 

Les illustrations proviennent des sites :
- http://plaquedevilla.free.fr
- http://fr.wikipedia.org/


[1] Le "musicien de Cremone" est l’appellation qui est habituellement donnée à Monteverdi. NDLE

Cette page a déjà été visitée 1668 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE Jeux de mots laids Ecriture et tradition Recherche du langage angélique dans le pouvoir des mots De la physiologie du mot à l’essence du verbe Qu’est-ce que la littérature ? Vers une théorie de l’art - la musique La loi des polarités sexuelles et de la folie De la musique avant toutes choses L’instrument et la mélodie Le voile d’Isis retombe sur le mystère brumeux

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Amour
Méditation marathon (suite et fin)
"Maitreya, le Bouddha futur"
La loi des polarités sexuelles et de la folie
De la physiologie du mot à l’essence du verbe
Que Toi qui sois avec moi !

Amour platonique - Amour charnel

Capraja

Centres nerveux (chakras)
Les dix émanations ou Sephitoth
Le menhir dans la forêt
Le Mantra Yoga
Où nous conduisent les Crops Circles ?
Le docteur Jouissance

Chant, art lyrique
L’instrument et la mélodie
24h de méditation pour la Terre (4h30)
Pierres des extrêmes
La grenouille du cloître de la cathédrale de Barcelone
24h de méditation pour la Terre (16h-17h)
Oum Kalsoum est toujours vivante !
19ème Festival de Musiques Sacrées à Fès

Extase
Rivière, Notre Dame et les chimères
La vibration de la roche
Le premier chant de l’aube
"La prière, la vie, la mort"
Renoncement

Gambara
L’amitié initiatique révèle le sens de la souffrance
Vers une théorie de l’art - la musique
Le voile d’Isis retombe sur le mystère brumeux

Maximilla Doni

Memmi (Emmilio)

Monteverdi (Claudio)

Musique
Souvenirs imaginaires de Gregorio Franchi
Sadhinata et les Bâuls du Bengale
Le roi David à Sornay
Les Bâuls et la musique
Souvenirs imaginaires de Maria Hamilton
L’édition 2008 du Festival des Musiques Sacrées de Fès se déroule du 6 au 16 juin.
Festival des Musiques Sacrées du Monde à Fès

Nerval (Gérard de)
La Société Angélique
Voyage au centre de notre planète, de Jules Verne à George Sand
Qu’est-ce que la littérature ?

Pouvoir
"La prière unit l’homme à Dieu..."
"Rien de ce qui est humain ne vous sera jamais étranger."
L’arbre de vie ou arbre séphirothique
Des bateaux par milliers !
Raymond Bernard : "ce village global, universel qu’il faut réaliser"

Sentier mystique
Etre vrai !
C’est par où, Moi ?
Etape 17 : De Navarrete par Najea à Azofra
A suivre...
Réaliser un Sri Yantra
Retrouvez-nous sur Facebook !

Souffle
Quand les pierres rencontrent le yoga...
"La puissance vibratoire de la pensée"
Poumons, bras : une mystérieuse complicité...
Saint Blaise et le celtisme
"La création est un respir de Dieu."
"Une Chapelle pour le roi"

Sublimation
Le martyr byzantin de Notre Dame du Puy-en-Velay

Vendramin

Violon
Raymond Bernard : "toute ma vie était pré-ordonnée"
Courant ambarique ou électrique ?
La Théologie apophatique
La doctrine de Saint Martin
24 h de méditation pour la Terre (9h-10h)

Voix
Ibn Arabi
Le culte de Saint Blaise
Le Passage sacré
Samedi 6 avril à 17h à Paris - Récital de chants sacrés indiens au profit du Kérala


Il y a actuellement 2 contribution(s) au forum.


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2019 - Les Baladins de la Tradition