Melchisédech à Chartres
Réponse de l’énigme N°1
samedi 14 janvier 2006

par Bayazid


La photo de l’énigme N°1 a effectivement été prise à Chartres. C’est l’encensoir de Melchisédech qui est représenté sur une paroi de la baie centrale du portail Nord de la cathédrale. Ce portail ayant été récemment restauré, tous les détails de ces célèbres statues réapparaissent maintenant...

Il est à côté d’Abraham, à qui il a, selon la Genèse, offert la première communion par le pain et le vin. Abraham le regarde, cet homme qui se distingue des patriarches.

Il est à part : il est placé à l’extrémité, presque à l’extérieur du groupe des 5 statues-colonnes, mais sa marginalité rayonne, attire.

Un demi-sourire extatique donne une lumière au visage. Il a peut-être les yeux fermés, ou grand ouverts sur ce monde dans lequel il nous convie. Il voit clair. Il exprime une saveur, une musique céleste ou un « fin silence ».

Il nous fait respirer une saveur spirituelle. Car pour une fois, les sculpteurs ne l’ont pas représenté portant un calice, du pain et du vin. Non : le prêtre éternel porte ici un encensoir, comme les anges thuriféraires.

Melchisedek, roi de paix et de justice, « sans père et sans mère » selon Saint Paul, est « sans généalogie » comme Marie est « toujours vierge ». Il est de tous les temps, il est toujours nouveau, et toujours identique à lui-même. C’est lui qui nous nourrit par la communion des âmes auquel nous invite le parfum de l’encens. C’est par lui que nous nous connaissons tous, que nous nous tenons tous les uns aux autres dans l’unité de l’Amour « comme une semence répandue dans le monde entier »...

Pour retourner au jeu des énigmes sur les routes de la Tradition...

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Bayazid

 

Photos prises par "Les Baladins de la Tradition" en juillet 2005.

Cette page a déjà été visitée 4406 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE Le labyrinthe de Chartres : miroir du Sentier Melchisédech à Chartres La femme de Putiphar Le petit cerf de Chartres

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Abraham
Un lys pour Blanche, pour Lylia ou pour Lou ?
Les Mines de la Moria
Abraham à Laon
La colère de Jonas

Ame
Thérèse de Lisieux : juin 1897
L’arbre de vie ou arbre séphirothique
Maurice Maeterlinck
Swami Premananda : la libération
Swami Premananda : choisir sa vie

Chartres
La Présentation de la Vierge
Pierres, Pouvoir et Tradition
Lumen de Lumine !
Janvier et le Janus à deux visages
Empreintes dans la pierre
"Le Voyage alchimique" : sept DVD à découvrir !

Elie (Prophète)
Le martyr byzantin de Notre Dame du Puy-en-Velay
La double Couronne de l’Orant
Nuits
Saint Colomban : la légende
Elie dans la tradition chrétienne
Calendrier de la Tradition : Juillet !
Calendrier de la Tradition : Août !

Encens
Les Rois Mages
Le rituel de l’Abishekam
Sainte Marie, mère de Dieu
Etape 37 : De Arca à SANTIAGO DE COMPOSTELLA

Eucharistie

Extase
Lettre à un jeune chevalier
Le premier chant de l’aube
Alphonse de Lamartine
"Laissez l’initiative à Dieu"
A la découverte du Puy-en-Velay !
Oum Kalsoum est toujours vivante !

Melchisédech
Le petit cerf de Chartres
Raymond Bernard : "le chercheur doit trouver l’Etre en lui"
Saint Ambroise
La doctrine de Martinez de Pasqually
Graine d’Agni

Paul (Saint )
Feux de la Saint Jean
Sous le signe du Lion : cinquième jour
Maître Eckhart et le néoplatonisme
"Le corps universel est le corps de Dieu lui-même"

Sculpteur
Le dromadaire de Runan
La femme de Putiphar
Le signe de Saint Yves
Avec Jean-Pierre Bayard : la Franc-Maçonnerie, les rites et le Compagnonnage...
Joseph et la femme de Putiphar


Il y a actuellement 7 contribution(s) au forum.


Melchisédech à Chartres
9 février 2017

Bonjour,

Étrange cette indication venant de Paul, « sans père et sans mère » , alors que dans le judaïsme on le nomme Sem, l’un des fils de Noé...

Cordialement

Virant de la Roche


Melchisédech à Chartres
10 mars 2012, par G.rare

Dire que la première fois que je suis allé à Chartres...c’était pour lui, pour voir mon pôte, comme,j’aime à le dire en pratiquant l’humour...(il est un autre personnage dont je dis la même chose et que j’adore, c’est Saint François-Régis de la Louvesc, mais cela est une autre histoire, apparamment tout-au-moins). Je suis donc allé le voir et ce n’était que la première fois d’une longue série, dans la limite de mes possibilités de voyage...Je suis allé bien loin alors que je l’avais...à portée de main...dans la cathédrale Saint Jean à Lyon, là-haut, tout en haut dans les vitraux du nord-est du transept (toujours du côté de l’Ancien Testament). Je suis allé bien loin alors que je l’avais à portée de main ...dans la cathédrale pythagoricienne de Chalon-sur-Saône, sur une tapisserie géante du XV°siècle (il me semble) ou XVI° qui recouvrait la totalité de la facade de la Maison de Echevins lors des fêtes religieuses...Mais je me fais long...et quand on lit le livre de Jean Tourniac disciple de René Guénon...il est partout...et même plus tel que je l’ai retrouvé au hasard de lectures...C’est même le nom qu’il se donne lui-même dans l’Alchimiste de Paulo Coelho...


Melchisédech à Chartres
27 mai 2009, par Bayazid

Un ami m’adresse un extrait d’un texte d’André Savoret concernant Melchisedech. Je le livre tel quel au lecteur passant.

« Melchissédec est certainement le personnage le plus énigmatique de l’Ancien Testament. Il est sans généalogie. Il apparait solitaire et disparaît de même, sans qu’il soit fait mention de sa mort. Il est prêtre et roi. Prêtre du Très-Haut et roi de Salem. Il n’est pas apparenté au patriarche Abraham, mais celui-ci lui offre la dîme, reçoit sa bénédiction et communie avec lui sous les espèces du pain et du vin.
Le Psalmiste (Ps.110) nous apprend que le Messie attendu est « Prêtre pour l’éternité à la manière de Melchissédec ».
Saint Paul développe et interprète ce qui précède : « C’est ce Melchissédec, roi de Salem, sacrificateur du Dieu souverain, qui vint au-devant d’Abraham quand celui-ci revenait après avoir défait les rois, et qui le bénit ... dont le nom signifie premièrement « roi de justice », et qui était aussi roi de Salem, c’est-à-dire « roi de paix » : sans père, sans mère, sans généalogie, n’ayant ni commencement de jours, ni fin de vie ; étant ainsi semblable au Fils de Dieu, il demeure sacrificateur pour toujours... » (Héb. VII).
On sait que Melchissédec a été l’occasion de disputes sans nombre entre la Synagogue et l’Eglise du Christ. Ces controverses ... permettent de conclure qu’en dehors des textes laconiques des Ecritures, il existait à son propos des Traditions orales, encore vivantes aux premiers siècles de l’ère chrétienne.
Que ces Traditions aient été altérées et déformées sciemment par certains qu’elles gênaient, inconsciemment par d’autres, c’est ce qui ne fait aucun doute. Mais ces déformations... laissent assez transparaître le fond authentique dont elles procèdent. Les exagérations de la secte des Melchissédéciens, qui subordonnait le Christ même au prêtre-roi de Salem, les vues de Philon qui l’assimilait au Logos, le rapprochement fait par Clément d’Alexandrie entre l’Eucharistie et le partage du pain et du vin par Melchissédec... reposent, en définitive, sur une Tradition commune.
Interrogé sur « le plus grand de ceux qui sont nés de la femme », Jésus répond « Il est cet Elie qui doit revenir ».
Il y aurait un curieux parallèle à établir entre Melchissédec, préfiguration du Christ, aspect du Verbe, et Elie, identifié par Jésus à Jean-Baptiste....
Oui, l’homme déchu, jeté sur ce monde de deuil et d’abjection, ne fut jamais laissé sans guide. Les aspects que peut prendre, ici-bas, la sollicitude divine sont infinis. Qu’elle s’exprime à travers les prophètes prédestinés, qu’elle se présente sous tel voile approprié à la faiblesse de nos yeux, qu’elle s’incarne, pour ainsi parler, dans l’être mystérieux du roi de Paix et de justice, qu’elle délègue un ange pour signifier ses desseins et protéger ses serviteurs, elle reste toujours identique à elle-même, et c’est la même lumière qui brille dans les yeux de tous ses vrais serviteurs et dans ceux du Christ, Verbe du Dieu vivant.
Ainsi, tout se tient, dans le drame immense, multimillénaire, de la Rédemption, dont Melchissédec, quel qu’il soit, ouvre un des premiers chapitres. »



Site : [->http://livres-mystiques.com/p...

Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2016 - Les Baladins de la Tradition