La cueillette de champignons
vendredi 4 mai 2007

par Igor


Pour revenir à la page précédente des aventures d’Igor...

Hum, j’aime marcher. J’avais bien dit ça, non ? Ce jour-là, je ne pensais pas, mais alors, pas du tout, à un jour comme celui-ci.

Oui ! Ah ça, oui ! J’aime marcher dans le vent et la pluie et cette sublime symphonie de gris et, et, j’aime aussi à m’asseoir quand je suis fatigué et à manger lorsque j’ai faim ! Et là, vraiment ! C’en est trop ! Plus un centimètre au sec, pas le moindre abri en vue et nulle âme rencontrée depuis ce matin. Pas même un châtaignier dans ce bois. J’AI FAIM !

Bon, un peu de calme, ventre avide et tête râleuse. Là, tout doux, pense à autre chose. Sens, écoute, regarde. Regarde sans rien te raconter, vois ces couleurs flamboyantes aux mille nuances malgré la pluie, malgré le gris, ces gris changeants mouvants comme un autre monde qui t’invite pour un autre regard. Ecoute, entends le chant unique de chaque vent en chaque feuillage. Sens, sens l’odeur pleine et riche de la terre humide et enfeuillée de l’automne, hume, hume encore...

Il y a autre chose que la terre et l’eau et les feuilles mêlées. Oui, je sens, je sens dans cette odeur quelque chose à m’emplir le palais, une odeur au bon goût plein, et rond et chaleureux avec un petit quelque chose de.... Un rien de .... Une pointe d’épices. Hum ! Manger ! Cette fois je ne lèverai plus le nez avant que d’avoir trouver d’où provient ce capiteux parfum comme promesse de complétude ventrale.

Me voilà comme cochon chercheur de truffes à quatre pattes dans les feuilles trempées cherchant ce "je ne sais quoi", une fragrance comme un repas.

Par là, c’est sûr, c’est par là. Je ne vois que feuilles et feuilles et des rousses et des noires et brunes et d’autres vertes encore, pourtant ce n’est pas leur odeur. Là ! Ca y est ! C’est là, j’en suis sûr. Où diable cela se cache-t-il ? Une feuille, une autre encore,... Vu ! Hé, hé ! Contre le nez d’Igor, tu avais perdu d’avance.
Mais, que sens-je ? Tu ne me donnes pas le complet de l’odeur. Je vais chercher encore, j’en veux le tout mais, déjà ton beau pied blanc, tes lamelles ouvertes... Bon, je me retiens, te croquerai plus tard avec ce que je cherche encore. Hé ! Hé ! mon nez s’affine et mon œil s’aiguise : vous pouvez vous donner des airs, des airs de feuilles humides, flétries, vu !

Ah ? Là, facile, tu ne te caches pas, tu te montres, en majesté, ma foi, et ton chapeau... Chapeau !

JPEG - 14.6 ko
Oh qu’il est beau celui là ! Hum comme il doit être bon ! Mais de peu de chair encore, et l’odeur n’y est pas toute.
Je cherche encore.
JPEG - 5.8 ko
Coprin

Ah là, je ne sais si tout y est mais pour la quantité, je serai bien nourri.|

Voyons un peu le repas.

Ici mes crudités, gracieuses et fines, manque de poivre, je le sens, et de couleur aussi. Voyons encore...
JPEG - 6.5 ko
Russule émétique
Un peu de celui-ci, une pincée de celui-là.
JPEG - 8.6 ko
Scléroderme commun
Tiens un morceau de toi, là, qui t’accrochait à l’arbre comme bernique au rocher...
JPEG - 19.2 ko
Polypore
Hum ! Un peu dur. Je te garde à mâcher pour distraire de la faim.
JPEG - 48.7 ko
Bolet rude

Ah toi ! Tu seras le plat de résistance ! Un petit feu pour la cuisson, plat de feuilles, baguettes ; ce soir je mange à la chinoise ! Voyons que je me souvienne, que m’avait donc dit Mâdhyle pour trouver du bois sec aux jours de pluie ? Ah ! oui, prendre les branches mortes encore à l’arbre.

- Ca y est ! A table !

JPEG - 9.2 ko
Amanite phalloïde
- HALTE !
JPEG - 6.5 ko
Amanite tue-mouche

- Quoi ? Qu’est-ce ? D’où vient ce cri ?
- Bonjour ! Brillant cueilleur de champignons. Bravo ! C’est donc là ton repas ? Tu es si las de vivre ?
- Ben, heu... pas du tout, au contraire et j’ai grand faim et tout cela est fort beau et sent si bon. Je vous fais une assiette ?
- Grand merci ! Il y a là, sans même y regarder de près, au moins un champignon tout à fait mortel !
- Non, ce n’est pas possible ! Dame nature ne saurait se parer de si beaux atours et douces odeurs là où elle n’est pas comestible.

- Entends ce que tu veux mais le plus beau, ici, est le plus dangereux, je ne dîne pas avec toi. Par contre, si tu veux je t’invite à ma cabane. Nous partagerons la soupe et même si cela t’intéresse, nous verrons à observer, étudier et reconnaître quelques champignons. J’espère que tu as bien pris tout le pied ! Sinon, nous ne serons sûrs de rien. J’espère aussi que tu es patient, il nous faudra aussi en étudier les spores au microscope. Sais-tu qu’une seule spore sous une seule semelle peut être à l’origine de l’apparition de champignons jamais encore repérés dans nos contrées ? Quoiqu’il en soit, même affamé, si tu aimes la vie, apprends à connaître ou demande à un vrai connaisseur.
Alors, tu viens ?

Pour découvrir la suite des aventures d’Igor...

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Igor

 

Les photos ont été prises par l’auteur.

Cette page a déjà été visitée 1291 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE Pour découvrir la suite... La rencontre avec Mâdhyle Le bain de pieds au lierre ! Scandale chez les abeilles La cueillette de champignons

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Champignons
Souvenirs imaginaires d’anonymes (1)
La bûche de Noël
1 - Jehan perdu... Jehan trouvé !

Forêt
A propos du sanglier...
Dans la Forêt
Brocéliande : quelques liens...
Le menhir dans la forêt
William Beckford à Fonthill

Nourriture
Etape 14 : De Calahorra par Carca et Lodosa à Alcanadre
Les 13 desserts de Noël
Chyle & Chyme
Swami Premananda : être ou ne pas être...
Le rituel de l’Abishekam


Il y a actuellement 1 contribution(s) au forum.


La cueillette de champignons
17 mars 2008, par isha

Voilà bien un voyage appétissant et odorant. La forêt renferme tant de secrets, tant de charmes ! une sorte d’église verte qui enferme et en même temps élève l’esprit - qui incite à tourner son regard vers le bas, pour l’élever vers le haut - grimper comme le fait l’écureuil tout au long de cet arbre à l’écorce rugueuse ou lisse, jusqu’aux branches larges ou hautes avec ces multitudes de petites feuilles vertes qui s’agitent au vent comme des mains faisant signe à l’invisible regard de Dieu ! l’arbre et l’homme , l’homme et l’arbre ! avec tout autour de lui intégré à la Terre-Mère tout un monde vivant et palpitant, tout un monde statique ou bougeant, tout animée de la vie qui fait de nous des Vivants.
Les champignons ? en dehors de leur valeur gustative, quel en est le message de vie ? une interrogation ! qu’a voulu faire dire au Petit Prince, lorsque ce dernier courroucé de la réponse de St ex. "je suis un homme sérieux" lui parle de ce Monsieur cramoisi qui n’a jamais respiré une fleur et qui n’est pas un homme, mais un champignon .... " Je n’en ai jamais trouvé l’explication !



Site : la cueillette des champignons

Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2016 - Les Baladins de la Tradition