"J’ai vu l’Ordre émerger du chaos. La lumière émerger de l’Ordre. La vie émerger de la lumière."
Hermès Trismégiste



Nuits
vendredi 22 décembre 2006

par Abd Al Haqq

Il y eut tant de nuits sur le chemin. Tant de nuits d’incertitudes ou de révélation. Il y eut d’abord cette nuit où contemplant les étoiles du bord de la margelle, dans le fond du puits, il te fut donné de pressentir que « ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ». De ressentir en ton cœur adolescent ce que l’on ne nommait pas encore « univers fractal ».

« Tel le corps humain est le corps cosmique
Tel l'esprit humain est l'esprit cosmique
Tel le microcosme est le macrocosme
Tel l'atome est l'univers. »

Les Upanishads

Premier trait de lumière, première Fulgurance de l’Initiation naturelle. Elle grava en toi le désir, la soif impérieuse de connaissance. Depuis lors tu sus que le mystère se tenait là, à peine voilé par l’ombre de la nuit, à portée de ta main, à portée d’homme.

C’est cette certitude qui a guidé tes pas. Tu pouvais apprendre du ciel et de la terre leur origine. Avec cette certitude vint l’impérieux besoin de marcher vers cette Lumière sans nom dont les livres d’école ne nous entretiennent pas. Tu as compris alors que ta vie ne trouverait sa raison et son aboutissement que dans cette illumination dont tu venais de goûter les délicieuses prémisses. Elle devint quête impérative, urgence de connaissance.

Puis il y eut ces nuits de folles courses à travers la campagne, heurtant l’huis désespérément clos des églises à la recherche de cet amour ! Tu l’avais rencontré, ou du moins tu avais rencontré ton rêve et tu devais être mené au désert pour que Le connaître un peu mieux. Ivresse du bonheur trop fort et de la douleur mêlée.

Vint le chemin, el Camino Réal, et tu mis tes pas dans ceux des pèlerins de tous les siècles, tu devins une partie du grand pèlerin, un avec le chemin et la nuée, un avec le Tout. Et la nuit du couvent où tu cherchais un maître pouvant te dire ce qui t’advenait.

Mais les religions institutionnelles et les religieux ne savent rien de la grande liberté des fils de la lumière. Ils ne connaissent qu’un dogme et une règle. Ils ne rencontrent qu’un dieu à leur image ; anthropomorphe sentimental, et lointain. Leur christ est pour toujours crucifié à Jérusalem et s’il est monté aux cieux c’est pour s’éloigner de l’homme. La transsubstantiation ne leur parle pas, elle n’est pas le symbole d’une réalité présente en eux...

Leurs pères, Elie, Saint Jean de la Croix, Maître Eckhart, ne sont que sujets d’études intellectuelles. Il n’y a pas d’autre maître que le Maître intérieur qui grandit chaque jour en toi et non dans cette église perdue dans une dimension horizontale, sociale, dont les clochers ne montrent plus du doigt qu’un ciel où le sacré a fait place aux cosmonautes.

Qui dira la grande souffrance de ceux, qui ayant abandonné le dieu extérieur et personnel, comme on quitte un amour de jeunesse trop petit pour un cœur trop grand, n’ont pas encore trouvé le Dieu intérieur qui dépasse l’univers ?

L’Unicité vécue ne trouva d’échos, pour toi, hors de l’Initiation que dans le Qoran : « Il n’y a de Dieu que Dieu »... Il n’y a que Dieu ! Béni soit le Shaykh Abd El Kader qui te mit sur la voie ! Et les Sûfis devinrent tes compagnons de route. Le Zen et l’Oraison profonde des outils.

Un moine d’occident, pourtant avait pris la peine de te dire que les doctrines sont une et qu’il n’y avait pas qu’elles... Bienheureux portier d’un monde de calme, de paix et de spiritualité. Il souriait encore lorsque la mort vint le prendre opportunément, la bonne farce ! Il souriait toujours lorsque la nuit de la terre se referma sur sa coule et sur son corps pendant qu’aux yeux de son âme éclatait la Lumière des connaissants. Sa tombe adossée à l’abbatiale est un lieu de bonheur pour celui qui sait.

Mais il y eut tant de nuits qu’elles se confondent dans la mémoire et qu’elles se bousculent sans souci de chronologie...

Ô nuit plus belle que le jour !

Ô nuit plus belle que le jour ! Nuit sereine, nuit souveraine sur les cœurs et les corps. Nuit de tous les mystères. En toi renaissent nos espoirs et se réparent les énergies pour la vie. Nuit du rêve et de la révélation, nuit pour l’amour et la tendresse, nuit du silence habité. Nuit froide d’hiver au firmament étoilé, nuit de l’avent...

Nuit de l’âme en quête de l’Etoile, l’inaccessible étoile. C’est le pourquoi de la vie dans la solitude subie, le pour quoi de la prison du corps, le pourquoi de la souffrance. Noël n’est pas une fête pour celui à qui est révélée sa solitude. Les festins en famille rendent tout à coup plus criant le désespoir de l’homme abandonné par ses semblables. Les vitrines, la rue, tout crie, tout hurle aux yeux de celui-là. Il n’était pas seul, l’enfant roi, dans sa crèche de Palestine. Entouré, choyé, attendu...

Mais Noël est aussi le chiffre, le symbole d’une autre nativité sous le rameau vert de l’arbre. Le signe initiatique d’une nativité éternelle qui te fait parent des anges.

« Christ serait-il né mille fois à Bethléhem, c’est en vain pour toi s’il n’est pas né en ton cœur » (Angelus Silesius)

C’est là en effet que se passe la vraie Nativité, c’est dans la grotte du cœur dans le lieu vital du respire figuré par la mangeoire entre l’âne de la science et le bœuf, taureau castré des passions, que, du sein vierge informé par l’Esprit peut naître le Maître intérieur...

Naissance libératrice de toute servitude, de toute solitude... Ce n’est ni de la science ni de l’ascèse que procède cette naissance en toi. Mais de la virginité, de ce lieu vide ou rien n’est encore inscrit. Dans la nuit de l’âme, le non-savoir, le non-penser.

Les nuits fécondes de l’âme commencent toutes pas l’acceptation de la nuit. Par un « Qu’il me soit fait selon ta parole ». Aucune lumière artificielle de la science ne peut rivaliser avec la connaissance illuminatrice du « fiat lux » divin.

Elles commencent par le constat et l’acceptation du vide... Il faut que la mangeoire soit vide pour y mettre l’enfant... (Pour lire la suite de ce texte...)

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Abd Al Haqq

 

Les illustrations proviennent toutes du superbe site : http://fractales.free.fr


Les articles de ce parcours ne se veulent ni complets ni exhaustifs. C'est pourquoi nous invitons les visiteurs de ce site à utiliser largement le forum lié à chaque article en cliquant sur le lien Pour répondre à cet article afin de noter les réflexions, remarques et commentaires qu'ils souhaiteraient partager ici.

Cette page a déjà été visitée 8228 fois.


Lune précédente...

Revenir au sillage de Lumière

Lune suivante...

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

1 - Un
Les tables de l’Alliance
Le Bateleur
La Couronne de l’Avent : 1ère bougie
Le Soleil
Impromptu divin

Atomes
A la Rencontre de l’Incroyable !
Pierres des extrêmes
Jonas sort des ténèbres
Le Supramental : une autre planète (3)
Beauté, où es-tu ?
Antimatière : du nouveau !

Connaissance
La Pierre, mémoire jaillie de la Source
Le versant éclairé
Les statuts de l’association "Les Baladins de la Tradition"
Visualisation
Médecin généraliste : un métier merveilleux !
« L’Europe et L’Islam, la liberté ou la peur ? »
"Le Voyage alchimique" : sept DVD à découvrir !

Coran
Méditation sur un verset du Qôran
La Théologie apophatique
Le ramadan : un mois de piété dédié à la Révélation
L’épreuve qui va exalter le destin de Joseph.
Le pardon des Sept Dormants à Vieux-Marché
Aïd el Fitr le 25 juin 2017

Corps - Ame
Etape 3 : De Gandesa par Batea à Fabara
"Rien de ce qui est humain ne vous sera jamais étranger."
Swami Premananda : choisir sa vie
Quand la porte reste fermée...
Le Rire
"Les guérisseurs, la foi, la science !" : un DVD à découvrir sans tarder !

Désir
Renoncement
Dix mots grecs pour dire "Aimer"
Le labyrinthe
Le calendrier de l’Avent
L’apport fondamental de la version coranique

Eckhart (Maître)
La Spiritualité dans les chansons des "Derniers Trouvères"
Maître Eckhart
Vie de Maître Eckhart
Mais en quoi Elie nous concerne-t-il aujourd’hui ?

Elie (Prophète)
La double Couronne de l’Orant
Le martyr byzantin de Notre Dame du Puy-en-Velay
Pourquoi une étude ayant pour sujet le prophète Elie ?
Melchisédech à Chartres
Elie dans la tradition chrétienne
Calendrier de la Tradition : Août !
Calendrier de la Tradition : Juillet !

Illumination
L’illumination
Arco iris
Le voile d’Isis retombe sur le mystère brumeux
Le Sommeil des Sept Dormants
La fête de Boddhi

Jean de la Croix (Saint)
Elie dans les écrits chrétiens en dehors de la Bible
Nuits (suite)
Les deux Thérèse...

Noël (Nativité)
Noël... ou le renversement des valeurs
La Vierge couchée, Notre Dame du Yaudet
Athanor !
La Couronne de l’Avent
William Beckford de 1777 à 1783
Sur ce site, (re)découvrez les lumières de l’Avent jusqu’à l’Epiphanie !
Calendrier de la Tradition : Décembre !

Nuit
La nuit la plus longue
Le Mont du Soleil
Le premier chant de l’aube
Le solstice d’hiver
Rencontre avec l’esprit du rocher

Pèlerinage
Swami Premananda : passé, présent, futur ...
Oublie tes livres, Pèlerin !
Après Compostelle vers le bout du monde...
Les jours d’avant...
Voyage symbolique en compagnie de la cigogne
"A la découverte de l’ancien pèlerinage de saint Denis !"

Puits
Comme cette femme de Samarie...
Le symbolisme du puits

Silesius (Angelus)
Maître Eckhart et le néoplatonisme
Angelus Silesius
La Couronne de l’Avent : 4ème bougie


Il y a actuellement 3 contribution(s) au forum.


Nuits
22 décembre 2006, par El peregrino

Merci Abd Al Haqq, notre camino est commun et c’est une douceur quand l’être perçoit une telle communion... Mais l’homme a des perceptions trop fugaces et son animalité masque trop souvent SA lumière... Pourtant, pendant ces éclairs, il peut espérer vivre des moments « d’exception » sans contrôle intellectuel... Il peut devenir vrai et laisser aller les larmes qui accompagnent ce trop grand bonheur, révélation de l’Amour dans la nature, dans un homme ou une femme, mais aussi dans la solitude de son cœur... Merci à LUI.


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2019 - Les Baladins de la Tradition