"Comme le soleil est la joie de ceux qui recherchent son jour, ainsi ma joie, c’est le Seigneur, car il est mon soleil. Ses rayons m’ont redressé, sa lumière a dissipé toute ténèbre de mon visage."
15e Ode de Salomon



La lumière des regards
dimanche 7 janvier 2007

par Guerrière Pacifique

Le métro est un endroit merveilleux

Fin d'après-midi de décembre, un peu triste, sous la pluie.
Retour chez moi après une séance de cinéma avec une amie.
Séparation dans le métro, entre deux couloirs.
Un dernier signe de la main, un sourire pour s'encourager.
Des regards qui disent :
« C'était un chouette moment, pas envie de rentrer seule, on se revoit bientôt ! »

Dans la rame, beaucoup de monde.
Après la complicité de l'amitié, l'anonymat de la foule.
J'ai oublié mon livre et ne peux m'échapper.
Alors j'observe.
J'invente des histoires derrière les visages fermés.
Les regards s'évitent, lointains, un peu absents, se voient sans vraiment se voir.
Des regards vides, en pause, presque incolores.
Ne rien laisser paraître, se couper du monde pour mieux se protéger.
La protection ultime de soi : devenir transparent en éteignant son regard.

Si je te regarde, je te rencontre.
Quand les mots hésitent, les yeux déclarent,
Si les mots mentent, les yeux avouent.

Regard d'amour, éclair ensorcelant
Pensée secrète transmise dans le secret absolu
De ce lien invisible et magique.
Désir dévoilé en toute confidence,
Les yeux ont leur raison que la raison oublie.

Regard d'enfant, lumière mystérieuse
Troublante et sans détour
Emerveillement joyeux et infini.
Toute la beauté du Monde
Dans le reflet de tes yeux.

Dans « regarder », il y a « garder ».
Je garderai la chaleur de ce regard,
Etincelle d'humanité retrouvée,
Dans cette foule anonyme.

Ma station est passée, j'ai oublié de descendre...

Vraiment, le métro est un endroit merveilleux

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Guerrière Pacifique

 

- Le logo provient d’un tableau de Guidoreni "Saint Mathieu évangéliste" - Musée du Vatican (Photographié par l’auteur).
- Le portrait du vieil homme et l’enfant de Girlandiao provient du site : http://lionel.dutrieux.free.fr


Les articles de ce parcours ne se veulent ni complets ni exhaustifs. C'est pourquoi nous invitons les visiteurs de ce site à utiliser largement le forum lié à chaque article en cliquant sur le lien Pour répondre à cet article afin de noter les réflexions, remarques et commentaires qu'ils souhaiteraient partager ici.

Cette page a déjà été visitée 2310 fois.


Lune précédente...

Revenir au sillage de Lumière

Lune suivante...

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Déréliction
Souvenirs imaginaires de Gregorio Franchi
L’amitié initiatique révèle le sens de la souffrance
La nuit la plus longue
Souvenirs imaginaires de William Courtenay
Et Jonas dort

Emerveillement
Les petits cailloux
Gilles Baudry
Alphonse de Lamartine
Léonard de Vinci

Joie
Sous le signe de la Vierge : sixième jour
Etre vrai !
Thérèse de Lisieux : 1895
Louis-Claude de Saint-Martin
Médecin et patient : une co-responsabilité face à la vie et la mort

Oeil - Yeux - Vue
Le Diable
Lumière de Compostelle
Pierres d’illusions
"Le silence"
Le symbolisme du puits

Rencontre
Jean-Pierre Bayard : le Maître dans sa demeure
Songer au retour
Raymond Bernard : "avec une ouverture d’esprit absolue"
Avec Maïtreyi Amma (1)
Sadhinata et les Bâuls du Bengale
19ème Festival de Musiques Sacrées à Fès

Salomon
Les lingams venus d’en haut : un plan sur la comète...
Hanoukkah


Il y a actuellement 6 contribution(s) au forum.


La lumière des regards
8 janvier 2007, par Dazur

Merci pour ce beau récit et tout ce qu’il véhicule ! On dit que les yeux sont les portes de l’âme... Sans doute est-ce pour cela que la lumière émanant du regard est parfois si révélatrice de l’être... Et pour cela aussi qu’il y a tant à échanger entre deux êtres par le regard... Merci !


La lumière des regards
7 janvier 2007, par El Peregrino

Merci pour cette résonance d’un moment de vie... J’aime les textes qui ont un morceau d’intimité... L’écriture est toujours belle quand elle se fait l’écho d’une palpitation et quelle oublie un peu la pudeur... Alors il passe dans les mots l’animalité et l’affectif qui fait aussi les êtres... La Tradition parle toujours d’Amour...
El peregrino


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2016 - Les Baladins de la Tradition