Accueil du site Sur les routes Espagne Le Camino del Ebro Etape 3 : De Gandesa par Batea à Fabara
Pèlerinage à Compostelle par le Camino del Ebro

Etape 3 : De Gandesa par Batea à Fabara
Camino de l’Ebro : 85 km déjà parcourus

par El Peregrino


Pour revenir à l’étape précédente...

Jeudi 7 septembre 2006
Etape de 35 km

Presque 70 km en deux jours, c’est un peu trop pour une première semaine, mais les circonstances ont commandé...

Ce soir à Fabara, j’ai trouvé une pension de famille tenue par une vieille dame pour 23 euros et le repas du soir...

Je crois qu’à chaque étape du Camino, je pourrais écrire une nouvelle avec les péripéties et le spectacle de la nature.

Il est 7h30 à Gandesa ce matin quand je prends mon petit-déjeuner au bar à côté de la fondation. La météo à la télévision annonce de la pluie, mais mon voisin avec qui je prends parole est dubitatif, il m’apprend qu’il n’a pas plu ici depuis 8 mois... ! Effectivement les chemins sont couverts d’une couche de terre épaisse, très fine, qui se transforme en poussière au moindre souffle. En marchant, je vois mes chaussures dégager des volutes du plus bel effet... ! Aussi est-il impossible par précaution de se mettre en short. Oui, je reste persuadé que bien des problèmes pour les pieds sont causés par des infiltrations imperceptibles dans les chaussettes... À ce propos, je constate à nouveau que la préparation de mes pieds pour ces voyages reste efficace. Avoir une ampoule, je n’en connais toujours pas l’expérience... ! Mon massage journalier avec du beurre de karité un mois avant de partir, puis, pendant mon voyage, l’usage de la crème Nok (Akileine) tous les matins me donne toujours satisfaction. Pourtant, chacun doit trouver le protocole qui lui convient. Si j’utilise aussi de grosses chaussettes en laine, même en pleine canicule, c’est une expérience personnelle qui me l’impose et beaucoup s’en étonnent...

JPEG - 65.6 ko
Chaleur et poussière

En attendant, au départ de Gandesa ce matin le temps est couvert, mais il ne pleuvra pas. Mieux, vers 13h le ciel est presque bleu et la chaleur lourde flirte avec les 35°.

Je suis sur une petite route de campagne qui serpente entre les coteaux au milieu des vignes et des vergers. Elle vient d’être goudronnée, très bien pour les agriculteurs, mais pas terrible pour le marcheur. La route est étroite et en ce moment très fréquentée par les tracteurs. C’est la récolte avec des bennes lourdement chargées par des grappes de raisin ou plus surprenant avec des amandes... ! Il y a aussi des pommes, des poires succulentes et juteuses, en somme des gâteries pour le pèlerin qui doit se préserver de l’excès...

Il y a du monde dans cette campagne. Cette présence n’est pas forcément celle des gens du coin. Ceux-ci sont accompagnés par de la main d’œuvre saisonnière et les étrangers sont nombreux. Je vois souvent au petit matin, dans les villages, des hommes qui attendent appuyés contre un mur ou devant la porte d’un bar. Une voiture arrive, très vite un ou deux de ces jeunes s’engouffrent dans le véhicule, les autres attendent le prochain passage...

JPEG - 76.7 ko
Indication sommaire...

J’ai enfin quitté la route goudronnée. Un homme sympa m’a donné les bonnes indications et je suis sur le Camino. Revoilà les flèches jaunes qui sont rassurantes, mais pas toujours très présentes dans le secteur. Je suis maintenant sur un chemin de terre blanchâtre qui a l’aspect et la consistance du plâtre, il monte et redescend sans cesse comme un jeu. Je vous assure que ce genre de dénivelés successifs pourtant peu importants est assez cassant. Le corps souffre et il va en être ainsi pendant quelques jours. Pourtant, je suis déjà surpris de ma bonne condition physique, pour l’instant une bonne nuit semble suffire pour me retaper joliment. Evidemment en fin de journée ou quand je sors de mon duvet le matin, j’ai l’impression qu’il faut que j’utilise mon corps avec précaution... Comme si quelque chose pouvait se casser... !

Je viens déjà de quitter la Catalogne en franchissant la rivière d’Algars complètement à sec. Je suis maintenant en Aragon. Toujours et encore des arbres fruitiers autour de moi et de temps en temps pour me rafraîchir, une poire juteuse ou quelques grains de raisin gorgés de sucre.

JPEG - 97.3 ko
Pays du sud...

Pour l’instant mon corps accapare un peu trop mon esprit, il me surprend, mais j’espère très vite l’oublier pour m’occuper de moi, de l’autre moi-même et de LUI... Rimbaud disait : "Je est un autre"... ! Sur le Camino, il y a un temps pour le découvrir et en attendant, il faut passer par une écoute que je dirais "charnelle" pour s’ouvrir à la totalité de l’être...

Je crois sincèrement qu’il faut s’aimer pour faire le Chemin de Compostelle, s’aimer et vouloir se mesurer, se jauger, en résumé mieux se connaître...

Un orage terrible sur Fabara pendant que je suis avec vous... Après un repas très famille, je monte dans une chambre un peu spartiate. Il est 21 heures, je me glisse dans mon duvet, j’entends la pluie qui tombe, demain la poussière des chemins aura disparu...

Je pense à ceux que j’aime pour les associer à ce voyage... Merci à LUI

Pour laisser un commentaire à la suite de cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

El Peregrino

Les photos ont été prises par l’auteur durant son pèlerinage.

Cette page a déjà été visitée 1452 fois.


Etape précédente...

Pour revenir à la "carte" du Camino...

Etape suivante...
Pour être informé par un court message dans votre boîte aux lettres de la mise en ligne d'une prochaine aventure, inscrivez-vous à la liste de diffusion : "Sur les Routes de la Tradition"

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Aragon (Espagne)

Conseils au pèlerin
Tours et détours en prélude au Chemin...
Oublie tes livres, Pèlerin !
Préparer Compostelle : les deux pieds sur terre et la tête dans les étoiles !
Etape 4 : De Fabara à Caspe

Corps - Ame
Quand la porte reste fermée...
Le Rire
"Rien de ce qui est humain ne vous sera jamais étranger."
Renoncement
...au salut des Mages !
"Les guérisseurs, la foi, la science !" : un DVD à découvrir sans tarder !

Fruits
Les décorations de Noël
Etape 2 : De Xerta à Gandesa

Pieds
Pèlerinage : impressions
Scandale chez les abeilles
Empreintes dans la pierre
Aspects pratiques
L’élégance du Compas

Il y a actuellement 2 contribution(s) au forum.


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2018 - Les Baladins de la Tradition