Pèlerinage à Compostelle par le Camino del Ebro

Epilogue...

par El Peregrino


Pour revenir à l’étape précédente...

Vouloir s’exprimer par des concepts sur le chemin de Compostelle me paraît saugrenu... J’ai l’impression de vouloir m’attarder et faire digression sur une idée toute simple aussi simple qu’une Initiation Traditionnelle... C’est vouloir apprendre à chacun la conjugaison du verbe Aimer... !

Les mots sont difficiles quand ils doivent exprimer la vision du cœur... Exactement la même difficulté que peut rencontrer un vieux Franc-Maçon qui doit parler de son cheminement et de sa spiritualité. Les mots sont pauvres et nous savons tous que la transmission utilise le plus souvent la forme, mais le fond, le vrai secret est incommunicable... À chacun son cheminement...

Je suis maintenant convaincu qu’il n’y a qu’une seule initiation. Mais pour ça, il nous faut la chance de découvrir l’essentiel comme l’exprime Kalou Rimpoché « l’or de l’éveil est dans le sol de notre esprit, mais si nous ne creusons pas, il reste caché »... Alors nous pouvons nous permettre d’être initié/initiant, de découvrir l’Unicité et de se savoir IL et ELLE... !

Il est difficile de parler de ce nomadisme retrouvé et de ce départ sur le chemin tous les matins. C’est une provocation pour la raison, c’est un mélange curieux pour l’effort physique d’un corps pas encore dans le rythme et du plaisir intellectuel d’être là pour aller voir ailleurs. Le tout s’associant à la peur toujours présente...

Il y a trois degrés dans l’initiation. Le Camino lui aussi se déroule en trois épisodes : il y a d’abord l’apprentissage du corps et de ses possibilités, il faut l’écouter, le ménager et apprendre avec humilité. Ensuite commence le vrai voyage, la douleur peut s’oublier, s’estomper, le regard du cœur s’ouvre à soi et aux autres. Ce Camino peut alors se terminer au « bout du monde » à Fisterra, trois jours de marche après Saint-Jacques pour atteindre la pointe la plus extrême de l’Europe, au bord de la mer. Au pied du phare qui est là, il y a la reproduction en bronze d’une paire de chaussures semblable à celle que portent les pèlerins. La tradition veut alors que le vieil homme, devenu pèlerin initié, y brûle ses oripeaux devenus inutiles... C’est une mort symbolique pour une renaissance vers l’universelle sensibilité, celle qui nous permettra de croiser et comprendre tous les regards du monde...

Le Camino reste au fond de mon cœur comme la nostalgie de l’éveil à une spiritualité qui se conjugue avec la douleur et la sensualité... ! ! ! Je sais maintenant pourquoi certains reviennent sur ce même chemin de nombreuses fois... Je crois même savoir pourquoi des moines ou des sœurs peuvent trouver le bonheur dans un état et des conditions de vie que le profane n’est pas capable d’appréhender... Je n’ai rien d’un mystique et pardonnez cette dernière remarque qui peut paraître un peu théâtrale et présomptueuse, mais il faut faire un jour la démarche du temps, de la douleur et de l’Amour sur le Chemin de Compostelle. La spiritualité de chacun prend alors des cheminements insoupçonnables...

Il faut faire le chemin en une seule fois et seul de préférence. (Tous les cheminements initiatiques se font seul). En une seule fois parce que la composante temps est très importante pour que l’alchimie opère : durée, souffrance, spiritualité agissent et la solitude permet paradoxalement de retrouver une grande ouverture aux autres...

Notre recherche du juste milieu devrait être un objectif constant dans notre vie de tous les jours. Le chemin en est aussi l’apprentissage après la reconnaissance de soi autant du point de vue physique que psychologique. Nous parlons souvent du "lâcher prise" des bouddhistes, mais il est peut-être bon parfois de laisser vivre ses émotions, l’expérience de la souffrance intellectuelle ou émotionnelle est source de compassion pour comprendre les autres.

Faire seul le Chemin de Compostelle provoque un conditionnement inhabituel, tout semble plus vrai. Nous découvrons le temps et la nature pour seule compagne et le masque social se décompose... Je pense à Arturo rencontré sur la via de La Plata. Nous nous sommes côtoyés une seule soirée, mais très vite il s’est passé quelque chose, nous avons parlé, parlé, parlé, du Camino en exprimant la même chose, nous avons en quelque sorte communié de la même initiation... !!! Nous savons tous que quelques heures suffisent parfois à deux hommes pour se reconnaître avec le cœur...

Je pense à Andréas (l’Allemand), à Mike (l’Américain du nord) et moi le Français, nous refaisions un monde de fraternité avec beaucoup de facilité et de connivence. Ce soir-là, la vie nous a offert un moment d’universalité, demain, dans un mois, dans un an, ces instants provoqueront le désir incontrôlable de les retrouver. Je reprendrai alors ma mochila pour jouir d’une utopie qui semble réalité quand l’amour des uns pour les autres prend sens ...

Nous faisons souvent un effort dans notre vie sociale pour atténuer les réactions de l’homme animal, ici sur le Camino les sens retrouvent une place que nous avons oubliée... Le cœur, la raison, la douleur sont une trilogie qui en s’associant au temps donne une alchimie vers la « connaissance ». L’homme civilisé a un peu oublié cette démarche ...

Oui, j’ai tutoyé ce qui pourrait être une belle utopie, ce chemin de Compostelle laisse entrevoir ce que pourrait être une société basée sur la Fraternité. Il y a là encore un parallèle évident avec un cheminement maçonnique : une première partie est la découverte de soi par les sens, une forme d’introspection sur son propre corps qui permet au profane de se découvrir avec humilité... Cette phase est importante il y a danger pour celui qui ne dominera pas son ego... Une dizaine de jours passés, le corps et sa souffrance s’estompent et alors tout peut arriver...

Cette solitude est pour moi une nécessité et malgré le nombre important de pèlerins sur le chemin, c’est toujours possible. C’est une attitude que beaucoup de personnes ne comprennent pas, d’autres qui croient parfois bien me connaître, l’expliquent encore moins. J’ai également beaucoup de mal à communiquer sur le sujet... Comment expliquer que ce cheminement sur des centaines de kilomètres donne aussi des moments lumineux... ? Des moments fugaces de félicité où tout semble à sa place, des moments de grâce où le grain de sable que je suis ne pense plus à rien, des moments lumineux où tout l’être semble être intégré et à sa place dans le cosmos. Il est assis ou il marche, il est en pleine nature et il a la sensation forte, incommunicable, d’être partie intégrante d’une harmonie universelle... Il prend conscience de la totalité de son être par la fatigue de son corps, de sa présence d’esprit et des palpitations de son cœur... Alors synchronisme et harmonie deviennent des mots connus... !

Il n’y a pas de mysticisme dans ces paroles, mais c’est une des explications de cette répétition, d’année après année, de ma présence sur le Camino... De retour dans le monde, que j’ose dire « profane », je garde au fond de moi ce désir constant de retrouver ces moments de plénitude...

Vous dire que pendant ces voyages, il m’est arrivé d’éclater en pleurs sans savoir pourquoi, c’est de l’impudeur et certains diront c’est de l’exaltation, mais moi je sais et je ne ferai pas de commentaire sur ce sujet...

Beaucoup parlent de la promiscuité dans les refuges du Camino. Je trouve ces mélanges très instructifs sur la nature humaine et sur ce que nous sommes. Il y a un nivellement des valeurs sociales habituelles qui demande à tous une adaptation et qui interroge beaucoup sur la tolérance ! L’humanité est idéalisée par le Chemin de Compostelle et elle apparaît un peu plus belle. Nous nous voyons les uns les autres à travers le filtre du cœur en oubliant les différences sociales et surtout en oubliant la compétition. Le masque tombe plus facilement, le vrai se fait jour, l’ego se met en sommeil...

J’ai découvert sur le chemin une spiritualité du cœur sans présent ni futur et même sans raison.(Ici et maintenant) C’est un état naturel, presque guidé par un instinct qui ne peut avoir comme origine que LUI... De ce LUI mes amis vous en faites ce que vous voulez, il est mon jardin secret, il est le vôtre, il est le nôtre... C’est notre Grand Architecte de l’Univers...

Mes péripéties vers Compostelle peuvent se résumer très simplement en une phrase : « Le but n’est rien, il est peut-être inconnaissable, mais le chemin est le tout ». Encore une phrase qui peut s’adapter conjointement au chemin de Compostelle et au dessein maçonnique. Il se déroule, avec dans notre sac à dos, toutes nos peurs : peur d’avoir faim, peur d’avoir soif, peur d’avoir froid, mais aussi peur des résonances psychologiques que ce long cheminement nous fait découvrir...

Mes amis,
Ne lui donnons pas de nom, simplement IL EST et à la lecture de mes petites histoires, qu’IL vous donne l’envie de l’aventure...

L’histoire humaine d’un cheminement initiatique est incommunicable, les mots sont toujours de trop. Ceux que j’ai utilisés pour vous donner un aperçu du Camino de Santiago sont du même ordre, ils sont pauvres, ils ne pourront vous exprimer le lumineux résultat du mariage de la solitude, de la douleur, du temps et de l’Amour...

Pour tous les hommes, peut-être, mais sûrement pour vous mes amis qui m’avez accompagnés, je vous souhaite du plus profond de mon cœur de prendre demain, dans un an ou dans dix ans, le temps de faire seul le chemin de Compostelle. Il restera en vous un souvenir : la réalisation de votre chef d’œuvre...

« La croix et les chrétiens, d’un bout à l’autre, je les ai examinés. Il n’était pas sur la croix. J’allai au temple hindou, à l’antique pagode. Là non plus aucun signe. J’allai sur les hauteurs de l’hérat et à Kandahar. Je regardai. Il n’était pas sur les hauteurs ni dans la plaine. Résolument je montai au sommet de la montagne du Kaf. Ne s’y trouvait que l’oiseau Anqa. J’allai à la Kaaba. Il n’était pas là. Je posai des questions à son sujet à Ibn Sina : il était par-delà les limites du philosophe Avicenne... Je regardai dans mon propre cœur. Je le vis là, à sa place. Il n’était nulle part ailleurs » Rumi

Merci à LUI...

Pour laisser un commentaire à la suite de cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

El Peregrino

Cette page a déjà été visitée 2223 fois.


Etape précédente...

Pour revenir à la "carte" du Camino...

Etape suivante...
Pour être informé par un court message dans votre boîte aux lettres de la mise en ligne d'une prochaine aventure, inscrivez-vous à la liste de diffusion : "Sur les Routes de la Tradition"

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Corps - Ame
Le premier chant de l’aube
Etape 3 : De Gandesa par Batea à Fabara
Quand la porte reste fermée...
Les rédempteurs ou les rédemptrices
...au salut des Mages !
"Les guérisseurs, la foi, la science !" : un DVD à découvrir sans tarder !

Croix
William Beckford et l’héraldique
Le motif central de la marque
Souvenirs imaginaires d’anonymes (3)
La volonté
Les armes de William Beckford

Eveil
La fête de Boddhi
"Le monde entier est TON maître."
Ondoiement et premier pas
Ô Toi !
Autrefois, la Malle des Indes, aujourd’hui des E-mails de l’Inde

Franc-Maçonnerie
Rencontre avec Jean-Pierre Bayard : en guise de conclusion...
Raymond Bernard : "toute ma vie était pré-ordonnée"
Etape 22 : De Tardajo par Hontanas à Castrojeriz
Eclats de pierre
La double Couronne de l’Orant
Calendrier de la Tradition : Juin !
Calendrier de la Tradition : Mars !
40ème anniversaire du musée du Compagnonnage de Tours
Expo "Franc-Maçon" à Tours
Calendrier de la Tradition : Novembre !

Fraternité
Léonard de Vinci
La Pomme Bleue
Réflexions "naïves" sur l’économie de ce monde
Sous le signe du Verseau : onzième jour
Jean-Pierre Bayard parle de Raymond Bernard
Comprendre l’humain, en regardant les témoignages de "6 milliards d’autres"

Harmonie
Le Chiffre Quatre
Raymond Bernard : "le chercheur doit trouver l’Etre en lui"
Raymond Bernard : "pourquoi j’ai fondé le CIRCES..."
Thérèse de Lisieux
Souvenirs imaginaires de Louisa Beckford

Kaaba
Mystérieuses météorites

Masculin - Féminin
Le mythe de Rama (5)
La femme - L’homme et l’androgynat
A propos de Kyot...
La cosmogonie de Jacob Boehme
"Un homme ou une femme..."

Oiseau
Sous le signe des Gémeaux : troisième jour
Jeux de mots laids
Quel est ce blason ?
Il est temps que le pigeon voyageur…
La Société Angélique

Rûmî (Djalâl al-Dîn Rûmî)
Le vendangeur du Mont-Saint-Michel
Le Sommeil des Sept Dormants
Vie de Maître Eckhart
Les versets de la Lumière
Djalâl al-Dîn Rûmî

Solitude
Etape 8 : De Fuente de Ebro à Zaragosa par Burgo de Ebro
Le versant éclairé
Etape 19 : De Redecilla par Belorado à Villafranca Montes de Orca
Etape 12 : De Tudela à Alfaro
Etape 4 : De Fabara à Caspe

Utopie
Balzac et le Martinisme : Conclusion
La doctrine de Saint Martin
Le mythe de Rama (3)
La masse commune : une utopie ?
Le choix des Illuminés : la masse commune intégrale !
"Incarner l’utopie" : 26e forum de Terre du Ciel

Vie - Mort
Echanges sur "Conscience"
"Je reconnais être fondamentalement un incorrigible optimiste..."
Swami Premananda : la libération
Médecin et patient : une co-responsabilité face à la vie et la mort
Bénarès
"La Vie après la Vie", 30 ans après !!
"Harry Potter and the Deathly Hallows"

Il y a actuellement 11 contribution(s) au forum.


Epilogue...
29 mai 2009, par Kris

merci pour ton témoignage Peregrino ... l’Essence de ton Chemin contribue à faire vivre LA Vibration Universelle pour tous ceux qui sont en marche ...


Epilogue...
25 juin 2007, par Gilbert

Merci El Peregrino,

D’avoir partagé avec nous cette initiation. Grâce à toi, nous avons compris qu’il se passe quelque chose de magique sur le Camino, mais de bien réel au niveau de notre Être. Car c’est Lui qui nous interpelle et nous remet sur le Chemin tous les matins. Ce parcours est finalement une intrusion dans un monde intermédiaire, celui où les formes sensibles s’immatérialisent et où les intelligences pures prennent une corporéité spirituelle.

C’est en opérant ce dépouillement quotidien et permanent que nous pouvons enfin vivre ici et maintenant un avant goût du Paradis. Mais pour cette grâce, tu nous l’as bien expliqué, il faut savoir perdre tout ce qui est inutile : ses certitudes, ses illusions, le goût du confort, ses habitudes et bien d’autres futilités.

Tu nous as fait comprendre que la magie du chemin est en fait une grâce qu’IL nous fait, un merveilleux cadeau qu’IL nous offre. Le Chemin n’est autre que cette voie lactée visant à rejoindre le Champ des Etoiles, Compostelle, cet Orient de l’âme situé à l’Occident de la terre. Ce pèlerinage dans la boue et la poussière est en même temps un voyage céleste qui nous rapproche de notre Centre. Cette progression vers notre Être nous fait vivre une réconciliation avec le Principe et nous procure l’illusion du retour à l’état adamique. Les portes de l’Eden se sont entrouvertes à travers ton récit.

Merci à toi El Peregrino.

Merci à LUI.

Je t’embrasse, mon Frère,

Gilbert


Epilogue...
25 juin 2007, par catherine

extra-ordinaire !!!
que de plaisir et + de lire et d’essayer de vivre cette aventure en restant ds natre quotidien parfois si pauvre et dur ...
on a tant d’amour a partager ,je vs remercie d’avoir mis des mots sur votre initiation qui ns apprend le depouillement et la verite...
arretons de courir et soyons vrai
benediction a vs
felicitations
Catherine


Epilogue...
24 juin 2007, par Hu

Je vous remercie de nous avoir partager le Tout avec votre Coeur ! Inspiration et dépassement voilà ce qui m’est resté !
Avec Gratitude
Huguette


Epilogue...
24 juin 2007, par Carmine

Mon Cher Frère
Du fond du coeur sois remercié de nous avoir fait partager les péripéties de ton courageux "camino".

Je n’ai plus l’âge d’entreprendre une telle randonnée qui mène à SA rencontre, mais grâce à toi j’ai la confirmation qu’IL existe et qu’en conséquence je pourrai partir en paix quand IL le voudra.

Encore Merci
Guy Carmine


Epilogue...
24 juin 2007, par Bayazid

Quelle émotion, Peregrino, à lire cet épilogue !

Tu dis ne pas avoir les mots pour communiquer ce que le Camino a fait de toi. Mais si, je te rassure, tes "pauvres mots" , comme tu dis, sont des mots splendides qui nous disent très bien qu’IL est dans ton coeur à jamais, maintenant que tu l’as senti dans la nature et dans le coeur des hommes et des femmes qui faisaient le même chemin que toi.

"Alors nous pouvons nous permettre d’être initié/initiant, de découvrir l’Unicité et de se savoir IL et ELLE... !"

Sentir l’Unicité, dépasser la dualité est une expérience que jamais, jamais nous ne pouvons oublier. Elle est fondatrice d’une nouvelle Foi.

Pour naître à cette réalité, tu as du souffrir, oublier ton ego, rompre avec un quotidien qui, parfois, endort nos facultés spirituelles.
La leçon est retenue. Osons rompre avec ce qui nous "endort". Osons l’exigence. Notre âme, une fois éveillée, nous le réclamera sans cesse. Plus ne sera jamais comme avant...

Merci, merci pour tout ce que tu nous apprends, pour ce don de toi que tu as fait pour nous tous.

Qu’IL te maintienne en Sa grâce !


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2018 - Les Baladins de la Tradition