La rencontre, l’Autre
samedi 8 septembre 2007

par Louisa B.


-  Bonjour !
-  Qui es-tu ?

-  Je suis toi
-  Tu es moi ?

-  Je t’aime, tu sais
-  Mais aussi tu me hais

-  Tu m’as donné la vie
-  Et je te tue avec certitude

-  Je sais qu’un jour tu m’oublieras
-  Mais ta mémoire est gravée en moi dans chacune de mes plus intimes cellules

JPEG - 25.4 ko


-  Dans la nuit grâce à toi, j’ai prié
-  Et je t’ai répondu dans les plus abominables blasphèmes

-  Je te cherche partout
-  Parce que sans cesse tu me fuis
-  Qu’est-ce que tu me donnes ?
-  Je te prends tout
-  Je ne me lasse pas de t’entendre
-  Et tu te mures à jamais dans ton silence
-  J’ai toujours peur sans toi
-  Et toi tu es l’ombre terrifiante qui m’obscurcit

-  Je te rêve, tu existes
-  Tu me rêves, j’existe

-  Tu es l’image de ma conscience
-  Je suis ton seul miroir

-  Quand nous connaîtrons-nous ?
-  Quand je t’aurai reconnu

-  Et quand tu m’auras reconnu, nous naîtrons enfin,
-  Plus dans toi,

-  Ni dans moi
-  Mais en Lui.


-  En Lui.

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Louisa B.

 

- L’illustration est de l’auteur

Cette page a déjà été visitée 884 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE La rencontre, l’Autre

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Rencontre
Inde incroyable et inépuisable
Jean-Pierre Bayard et la Tradition
L’étincelle de la vocation
"Le monde entier est TON maître."
Avec Jean-Pierre Bayard : aux origines de la Franc-Maçonnerie...
19ème Festival de Musiques Sacrées à Fès


Il y a actuellement 2 contribution(s) au forum.


La rencontre, l’Autre
9 septembre 2007, par Bayazid

Ce trouble de mon coeur affligé, d’où vient-il ?

Cet amour qui courbe mon corps, d’où vient-il ?

Ce coeur qui dans mon être, jour et nuit

Pour toi lutte avec moi, d’où vient-il ?

...

Mon Bien-Aimé dit " Celui-ci, pourquoi vit-il ?

Puisque je suis son âme, comment vit-il sans âme ?

Je pleurais. Il dit : "C’est étrange !

Sans moi qui suis ses yeux, comment peut-il pleurer ?"

...

J’ai dit :" peut-être mon chagrin pour toi sera-t-il mon remède ?"

Comment aurais-je su que ce chagrin me rendrait sans remède ?

Il dit, par grâce : "quel est ton remède ?"

Je dis : "L’Union avec toi." Il répondit : "cela est sans remède."

Djalâl-od-dîn Rûmî


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2018 - Les Baladins de la Tradition