Les Illuminés dans la Cité
Rencontre avec le Docteur Le Danois
samedi 13 octobre 2007

par Malwenn


Pour revenir à la page précédente...

Le fait d’avoir choisi ce mode d’exercer, enfin d’exercer cette profession en ayant toute capacité d’être assez indépendant finalement par rapport à l’hôpital je suppose, le fait d’avoir des bonnes conditions, le fait d’avoir des gens qui étaient bien reçus, qui étaient écoutés, le paiement visiblement n’avait pas l’air d’être excessif, donc d’y avoir accès. Est-ce que déjà, de proposer ça, ce n’est pas quelque chose de social ?

Et bien si vous voulez, oui, moi je le pense un peu mais ce n’était pas clairement vécu, pensé. Vécu oui, mais pas pensé.

Parce que à chacun son métier. Vous, vous étiez médecin et vous proposiez la meilleure façon d’être un médecin. Donc forcément c’est social.

Bon, ben là, je suis d’accord.

Si on veut vraiment faire du social, il faut commencer par la prévention, et c’est la définition de l’OMS. C’est ce que nous avons essayé de faire.

Dans ce but nous avons visité ce qui se faisait à Grenoble et à Marseille en 1976 et nous avons présenté un projet à la Mairie de Nantes et à la Mutualité Agricole de Loire Atlantique qui auraient pu nous fournir les financements nécessaires et dans ce cas la maison du groupe devenait la propriété de la Ville de Nantes ; nous devenions locataires ; la Mutualité, elle, payait tout ce qui était administration, secrétariat, secrétaires ; et nous-mêmes devenions salariés de la Mutualité Agricole. Nous avons échoué à un moment crucial, au bout de quinze ans d’exercice : l’année où c’était sur le point de se concrétiser, où nous avions commencé à avoir une réunion par mois avec les associations, confédérations syndicales des familles de la Cité, pour faire de l’information sur la diététique, le sport, l’activité, le tout en plein cœur de la cité. Parce que ça, c’est du social, pour moi. Et bien ça n’a pas tenu. Pourquoi ?

Cela n’a été ni la faute de la Ville, ni la nôtre. La Mutualité Agricole a dit : « Le Danois, ou les autres, vous faites vingt-deux actes par jour ! Et bien, ça ne peut pas s’équilibrer avec vingt-deux actes par jour. On a fait le calcul, il faut que vous fassiez deux actes de plus. Vingt-quatre, ça marche. » Alors moi, j’ai dit non. A onze heures par jour, avec ce temps-là, plus la formation médicale continue, je pourrais encore moins m’occuper de prévention ; on ne l’a pas fait, à cause de ça. Le fric encore un coup.

C’est encore vrai aujourd’hui comme je l’ai lu récemment dans le journal. Pour s’occuper de prévention, réellement, il faut du financement, et ça, ça ne paye pas. C’est à courte vue. Si, à Saint-Nazaire ça fonctionne un peu, c’est une toute petite ébauche ; le milieu ouvrier y est très fort, les cadres syndicaux et les syndicalistes de base cotisent pour ça. S’il n’y a pas une collectivité quelconque qui intervienne, ce n’est pas possible. Ce n’est pas un médecin tout seul, avec ces six ou sept francs, (vingt et un euros aujourd’hui), qui peut se payer tout, sans même parler d’avoir des gains personnels. Il ne peut pas tout faire. Ou alors la consultation est à cinquante euros, alors là il va pouvoir tout payer.

En fait, s’il est capable de le faire au niveau métier, au niveau profession, est-il le mieux placé pour faire de la prévention ?

Par forcément. Non. Car ce n’est pas plus mal que le médecin ne soit pas tout seul. Cela, je le crois.

Donc, quelque part ce n’est pas son rôle.

Non, à la limite, non. Et en plus, on n’est pas formés pour ça. Même aujourd’hui où l’on se vante que en sixième et septième année de médecine il y a une ou deux heures de psycho par semaine, et encore, ça dépend des facs, on n’est pas formés sur le plan psycho, on n’est pas formés sur le plan social, on n’est pas formés sur la prévention, on est faits pour soigner. C’était le but de la Sécurité Sociale d’ailleurs. Je ne suis pas pessimiste mais il faudra une révolution, il faudra encore un sacré bout de temps avant que ça se fasse vraiment et les mauvaises langues diront : « Si vous faites de la prévention vous aurez moins de malades et ça c’est embêtant. ».

Quels échos votre expérience a-t-elle eu dans le milieu médical ?

Au début, l’Ordre des médecins nous a posé de grosses difficultés pour exercer en groupe. L’Ordre des médecins est tout puissant pour délivrer l’autorisation d’exercer. Nous aurions souhaité quelque chose de plus large avec une ou deux spécialités comme l’oto-rhino-laryngologie pour les tous petits. Nous avons eu deux infirmières, un Kinésithérapeute. Pour l’Ordre, à cette époque là, l’argent qu’on mettait en commun, c’était du magouillage. Et si jamais il y avait un spécialiste, c’était se transmettre des patients, ça peut se concevoir, c’était du « compérage », donc interdit. Et puis, en plus, presque tous les confrères estimaient qu’on devait être de gauche pour mettre en commun l’argent, et ils craignaient que nous n’ébranlions la profession. Donc nous n’étions vraiment pas aimés dans le milieu médical. A quoi il faut ajouter la crainte du coût : « Construire une maison médicale pour ça ! Ne pas utiliser une chambre chez soi, son salon et un bureau ! C’est dix fois moins coûteux ! ».

Et la limitation de la liberté comme le montre la remarque d’un confrère urologue qui me dit :
- Et bien alors, Le Danois ! (on se connaissait très bien, je me faisais harponner toutes les fois) Alors ça va comment ton groupe ? (avec un petit peu de mépris) Ca marche bien, oui ?
- Ben, oui, très bien, au contraire. (Même si ça avait mal marché, j’aurais dit que ça allait très bien... !!!)
- Mais enfin dis donc la liberté ? Hein ? Moi, si je veux aller à la pêche à la ligne demain, je vais à la pêche à la ligne. Moi.
- Oui, effectivement, moi, je suis obligé de donner des dates, à trois il y en a un qui part ce mois-là, il y en a un autre qui part de telle date à telle date, c’est vrai. Mais toi, au fait, tu vas quelquefois à la pêche à la ligne ?
- Effectivement, ... je n’ai pas le temps !
- Hé bien moi, j’ai toujours mes semaines de vacances !

Pour lire la suite de cet échange...

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Malwenn

 

- La photo du Docteur Alain Le Danois a été prise par l’auteur.
- L’image provient du site :http://www.countway.harvard.edu/

Cette page a déjà été visitée 816 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE La découverte d’une vocation Cinq médecins gravissent la colline ! Le choix des Illuminés : la masse commune intégrale ! La masse commune : une utopie ? La clientèle des Illuminés Les Illuminés dans la Cité L’étincelle de la vocation Un jeune médecin catholique La foi dans l’homme ! Adulte, enfants : que transmettre ? Médecin et patient : une co-responsabilité face à la vie et la mort Médecin généraliste : une révolution nécessaire Et l’argent, Docteur ? Médecin généraliste : un métier merveilleux ! Du maquis à l’humanitaire : le chemin d’un homme

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Argent, écu, pièce, dîme...
En 2018, devenez membre de l’association "Les Baladins de la Tradition" !
La clientèle des Illuminés
Le choix des Illuminés : la masse commune intégrale !
La masse commune : une utopie ?
Bénarès
En 2016, devenez membre de l’association "Les Baladins de la Tradition" !

Médecine
La découverte d’une vocation
Et l’argent, Docteur ?
Thrissur
De Thrissur
Sainte Lucie
"Les guérisseurs, la foi, la science !" : un DVD à découvrir sans tarder !
Documentaires à découvrir !

Temps
Pas le choix !
A la découverte du Puy-en-Velay !
Moi, Lumière
Rencontre avec l’esprit du rocher
François Jollivet-Castelot
Calendrier de la Tradition : Janvier !
A Lille, le vidéaste Bill Viola nous immerge dans sa vision mystique du "Passage du Temps".


Il y a actuellement 0 contribution(s) au forum.

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2019 - Les Baladins de la Tradition