Un jeune médecin catholique
Rencontre avec le Docteur Le Danois
lundi 15 octobre 2007

par Malwenn


Pour revenir à la page précédente...

Vous disiez tout à l’heure : « Nous étions militants catholiques » donc avec tout ce que cela comporte de...
De rigidité

Oui, de rigidité mais aussi de secourir les autres, etc., et ça, ça vous a été transmis quand même par votre mère.
Oui, complètement. Et pas par mon père du tout, lui, au contraire.

Vous avez vécu cette expérience en étant dans cette structure catholique. Pourquoi avoir insisté sur votre militantisme catholique ?
Parce que à ce moment là je faisais baptiser les enfants. Parce que les prêtres catholiques que je pouvais connaître, l’Evêque de la Ville de Nantes, m’avaient repéré comme un jeune médecin catholique qui se met en groupe, expérience inhabituelle avec partage de l’argent, donc des personnes très intéressantes. Alors tous ceux qui étaient un peu en pointe dans le catholicisme, les têtes pensantes, ont mis le harpon sur moi, sans que je m’en rende compte. Et moi, j’y allais à plein tube, les honneurs, peut-être, aller chez l’Evêque, enfin tout ce que vous voudrez.

En quoi ces médecins travaillant en groupe les intéressaient tout particulièrement ?
Des gens qui vivent leur catholicisme concrètement, dans un métier. Dans un métier qui est surtout représenté, dans notre région à Nantes, par une majorité de médecins catholiques mais dont on sait très bien qu’ils sont tous largement pourvus en argent. Tout d’un coup, voilà des canards boiteux pour qui l’argent n’est pas le but premier !!!

Et en quoi cela vous a-t-il dérangé ?
Je ne me suis pas rendu compte tout de suite que je leur servais de petite vedette. Je me suis senti manipulé petit à petit, sans le savoir, pendant un certain temps. J’étais convaincu, j’y allais. Etant dans un groupe de militants catholiques, j’ai toujours enquiquiné tout le monde. Pourquoi ? Je ne pouvais pas admettre une discussion, comme celle que nous avons là, sans demander : « Tu gagnes combien ? », y compris aux bourgeois de tradition dont j’étais et ça m’intéressait parce que quand les gens me disaient ce qu’ils gagnaient, je les voyais mentir, tricher, ne dire que le quart de ce qu’ils gagnent ! Alors, là, moi, j’évoquais la « tricherie », je mettais en lumière, entre nous mais clairement, les incohérences voire les mensonges.

JPEG - 34 ko
Image des années 50

Où se situe la religion là-dedans ?
Où se situe la religion là-dedans ? Je me mets à avoir des doutes sur mon milieu bien pensant qui communie tout le temps et qui a comme on dit, le cœur à gauche et le portefeuille à droite, expression concernant justement la bourgeoisie catholique. Je me sens de plus en plus mal à l’aise avec moi-même reconnu comme médecin catholique tandis que dans le même temps je m’éloigne du catholicisme au galop. Et je me rends compte également, alors que j’étais en cours d’Internat dans un service de chirurgie, (nous touchions une indemnité d’astreinte de trois cents francs par mois, ce n’est qu’à la fin de l’Internat que l’on touchait un vrai salaire) qu’à la sortie des opérations en clinique le Patron nous donnait cinquante balles de la main à la main, demandant par ailleurs aux patients plus que ce qu’il signait sur la feuille de sécurité sociale. Cet homme là faisait partie du conseil des prêtres de sa paroisse, il allait communier, et il trichait comme pas un ! La honte ! Alors ça, vous savez, ça vous fait virer votre cuti, ça et la mentalité ; je ne sais pas comment vous dire, je n’ai pas pu supporter.

Et puis tout d’un coup, la découverte de drames : quand vous exercez votre métier, que vous commencez et puis que vous découvrez les drames de l’avortement. Alors là, croyez-moi, c’est la loi du silence ; on ne doit rien faire : on n’a pas le droit à la contraception, c’était interdit en France. Vous vous dites que ce n’est pas possible. Enfin, vous voyez ce que je veux vous dire : tout d’un coup des mensonges de tous les côtés. On ne peut pas être catholique, enfin pour moi, avoir une religion, avoir une foi en Dieu, ou tout ce qu’on voudra et toutes ces malhonnêtetés, moi j’ai dit : « c’est fini ces trucs-là », alors bêtement, un jour, j’ai tout balancé : « l’enfant avec l’eau du bain » ; je n’ai plus du tout discerné ce qui pouvait être foi profonde et ce qui pouvait être l’institution religieuse. Bon maintenant c’est clair, mais malgré tout, j’ai toujours de l’urticaire. Mais je le regrette. J’ai été trop marqué. Je le regrette parce que j’aurais pu être plus intelligent, je crois. Mais enfin, bon.

Pour lire la suite de cet échange...

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Malwenn

 

- Le logo provient du site : http://www.canalu.fr/
- Le gif provient du site : http://www.maxi-gif.com/
- La photo des années 50 provient du site : http://www.cyclic.info/
- La photo d’Alain Le Danois est publiée avec son aimable autorisation.

Cette page a déjà été visitée 2328 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE La découverte d’une vocation Cinq médecins gravissent la colline ! Le choix des Illuminés : la masse commune intégrale ! La masse commune : une utopie ? La clientèle des Illuminés Les Illuminés dans la Cité L’étincelle de la vocation Un jeune médecin catholique La foi dans l’homme ! Adulte, enfants : que transmettre ? Médecin et patient : une co-responsabilité face à la vie et la mort Médecin généraliste : une révolution nécessaire Et l’argent, Docteur ? Médecin généraliste : un métier merveilleux ! Du maquis à l’humanitaire : le chemin d’un homme

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Catholicisme
Jean-Pierre Bayard parle de la Franc-Maçonnerie et de l’Eglise
Haïti : les tentatives d’éducation de masse
Le Maître Inconnu
Le martyr byzantin de Notre Dame du Puy-en-Velay
Raymond Bernard : "toute ma vie était pré-ordonnée"
Sur ce site, (re)découvrez les lumières de l’Avent jusqu’à l’Epiphanie !

Foi
La nuit la plus longue
Les belles vertus de Sainte-Avoye
Que Toi qui sois avec moi !
Thérèse de Lisieux : 1895 et 1896
Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face

Vérité
"Rien de ce qui est humain ne vous sera jamais étranger."
La pierre d’angle
Maurice Maeterlinck
De la physiologie du mot à l’essence du verbe
Swami Premananda : passé, présent, futur ...


Il y a actuellement 1 contribution(s) au forum.


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2018 - Les Baladins de la Tradition