De la Naissance de l'Homme au salut des Mages


Dixième jour

La double Couronne de l’Orant
vendredi 4 janvier 2008

par Aymeri


Le mot : genou lui-même en français est de même racine que : générer, engendrer. Du reste, certains rites initiatiques (franc-maçonnerie....) dans les perspectives des engendrements intérieurs, invitent celui qui vient vivre une nouvelle naissance à se présenter un genou découvert.

Peut-être est-ce un rappel de ce que Pythagore, celui qui donne naissance, qui engendre à la connaissance était appelé : le maître au genou d’or ? Dans sa valeur arithmologique, le genou contient déjà les énergies du Fils, dont nous savons que s’il les accomplit, l’Homme entre alors dans la dimension "d’épouse couronnée". Pour cela, dès sa naissance, il reçoit la bénédiction.

Dans la Bible [1], la seule attitude de prière mentionnée est celle-ci en III Rois-XVIII ; 42 : " Achab s’en alla pour manger et pour boire, et Elie monta sur le haut du Carmel où se penchant contre la terre, il mit son visage entre ses genoux."

Cette posture de prière, qui est encore celle des musulmans, donne un sentiment très ardent d’appel à la pluie pour la terre desséchée... qui n’est autre qu’un passage à la fécondité. On remarque aussi que la tête et les genoux forment un nouveau couple d’accomplissement. Ils se présentent comme soudés par leur respective qualité de couronne. En effet, Kether (la couronne) ne trouve-t-elle pas dans les deux petites couronnes que forment les rotules au départ de l’Arbre, l’affirmation de sa promesse ? Par ailleurs, le langage hippologique précise pour un cheval qui s’est blessé au genou, qu’il s’est "couronné". En fait la posture d’Elie donne au corps de l’orant la forme d’un germe concentrateur de la totalité des Forces.

Dans l’iconographie chrétienne, de très énigmatiques dessins entourent de cercles concentriques les genoux du Christ en Gloire. Ils apparaissent aussi à d’autres niveaux du corps. Probablement, ils signifient des centres de Force importante dont chacun détient une Puissance spécifique. Quelle serait celle des genoux ?

D’après Annick de Souzenelle, les genoux correspondent à la séphirah Malkhuth en tant qu’élément Terre par rapport aux pieds en tant qu’élément Eau. Si les pieds sont liés au foetus dans le ventre de la mère, les genoux le sont à l’enfant à sa naissance, et selon le Livre de la Genèse l’expression des genoux correspond à l’accompli par le symbole "sec" ou "terre" et celle des pieds au non encore accompli par le symbole "eau" ou "humide". Malkhuth - le Royaume - est réceptacle de toutes les Energies. Il est germe de Création au fond de l’expir divin, qui au plan cosmique est réceptivité de toutes les énergies créées dans les quatre éléments dont elle est constituée, capable de la ramener à son unité principielle par la quintessence d’un cinquième élément, inspir divin.

Un autre aspect de la posture de l’orant s’accomplit : celui qui concerne le contact des genoux (et de la tête) avec la terre. Celui qui est adoubé Chevalier met un genou à terre car tout postulant d’une force du ciel s’ancre en terre par les genoux. Au plan du symbole, la couronne des genoux se trouve enfin confirmée par la planète Saturne, maître du signe du Capricorne dans le Zodiaque sachant que l’on sait qu’un anneau entoure cet astre.

Finalement, la posture même de la pénitence, genoux et visage embrassant la terre, épousant la terre, est symbole de la Adamah intérieure. La terre ne donnera son eau qu’en réponse à l’amour de l’Homme. Elie qui cherchait l’eau pour la terre le savait ! L’Homme ne recevra d’elle sa force pour croître et ses fruits pour multiplier que si, genoux à terre, humble (au sens de humus) il revient à elle, en redevenant son époux aimant. Christ l’a accompli. Il a levé la malédiction du divorce Adam-Adamah. Chacun de nous, greffé à son noyau Christ, peut lever cette malédiction et sortir de la servitude lorsque les genoux retrouveront leur fonction de fécondité.

De nombreuses traditions font du genou le siège principal de la force du corps, de la puissance... de là le sens des expressions : faire plier les genoux, mais aussi : s’agenouiller devant..., plier le genou..., toucher les genoux...

Pour ajouter un commentaire à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Aymeri

Les illustrations proviennent des sites : http://www.vezelay-visiteur.com/ et http://blog.scuolaer.it/.


[1] Traduction de Lemaître de Sacy


Cet article s’inscrit dans le cadre des "Enigmes du Sphinx" présentées du 26 décembre 2007 au 6 janvier 2008.
Pour revenir à la page de L’énigme du Dixième Jour...

Cette page a déjà été visitée 5016 fois.


Jour précédent...

Voir tous les articles

Jour suivant...

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

04 janvier
Sous le signe du Capricorne : dixième jour

Capricorne (Signe du)
L’enfance de Thérèse
Athanor !
Ombre et Lumière dans Harry Potter

Chevalerie
L’Ange
La doctrine de Martinez de Pasqually
Les deux Thérèse...
Etre vrai !
Thérèse de Lisieux : 1895 et 1896

Couronne
Le menhir dans la forêt
Mots-croisés N°1
La Couronne de l’Avent : 2ème bougie
Le Sommeil des Sept Dormants
La couronne d’épines de Sorigny
Sur ce site, (re)découvrez les lumières de l’Avent jusqu’à l’Epiphanie !

Elie (Prophète)
Pourquoi une étude ayant pour sujet le prophète Elie ?
Le martyr byzantin de Notre Dame du Puy-en-Velay
Melchisédech à Chartres
Elie dans la tradition chrétienne
Saint Colomban : la légende
Calendrier de la Tradition : Juillet !
Calendrier de la Tradition : Août !

Franc-Maçonnerie
Balzac et le Martinisme : Conclusion
Souvenirs imaginaires d’anonymes (2)
Etape 22 : De Tardajo par Hontanas à Castrojeriz
Influences diverses - Le rôle des femmes
Graine d’Agni
Calendrier de la Tradition : Mars !
Expo "Franc-Maçon" à Tours

Genoux
Le labyrinthe de Chartres : miroir du Sentier
Tours et détours en prélude au Chemin...
Le premier chant de l’aube
Le Diable
Retour

Kether
La Couronne de l’Avent : 4ème bougie
Les dix émanations ou Sephitoth
Géburah ou la Détermination du Chevalier
La Couronne de l’Avent : 1ère bougie
La Couronne de l’Avent

Malkhuth
Les quatre éléments
Plantes régies par le Feu, l’Air, l’Eau et la Terre
L’arbre de vie ou arbre séphirothique
Les plantes sur les sentiers 29 à 32 de l’Arbre de vie

Prière
Thérèse de Lisieux : jusqu’à sa mort...
Bodh Gaya
Départ de Bruno
De Buddha-land
"Le silence"
Une nuit de prière pour les victimes de la torture
24 h de méditation pour la Terre du 1er au 2 novembre 2015

Pythagore
L’amitié initiatique révèle le sens de la souffrance
Le coq
Pythagore
Courtes méditations sur les thèmes du Livre et de la Lecture
De la physiologie du mot à l’essence du verbe


Il y a actuellement 6 contribution(s) au forum.


La double Couronne de l’Orant
13 novembre 2011, par fanfoine

merci pour cette explication. aussi je me demande quelle signification donner au fait de s’agenouiller sur le genou droit dans certaines occasions ou sur le genou gauche dans d’autres .
Pouvez vous me répondre SVP.
merci par avance


La double Couronne de l’Orant
19 mars 2009, par freddy melchior

S’agenouiler represente l’humilité qu’un être ressent devant la toute-puissance de son Créateur ou de l’Ordre qui accorde le pouvoir au supérieur pour l’adouber.


La double Couronne de l’Orant
5 janvier 2008, par Célestin

Ameyri,merci beaucoup c’est super !Mais je n’ai jamais bien compris le sens de l’expression "tu rigoles des genoux". Mais c’est certain les genoux sont bien plus que l’on y pense.Ils sont tellements plus érotiques que la zone dont j’ai parlé ! Enfin c’est l’avis de notre cher Henri Salvador.C’est par là que commence souvent un contact de dessous de table, faire du genou, et bien sûre en matière de jeu de mot laid ou jeu de mollet, mais là je glisse déja vers l’article suivant,ce mot désigne le passage ou l’articulation du je au nous.
Mais j’aime cette chanson ; C’est une parodie d’une chanson dont le titre en anglais est shame shame shame.
Un moment de honte est vite passé !
Oh j’aime cette chanson !

"Ah, oh lève ta jupe..
Non, non, non, plus haut, plus haut..
Ah non ! non, plus bas..
Ah voila c’est ça !
Maintenant, ne bouge pas,
Ne bouge pas, hein ?
Reste comme ça

J’en ai connu des jolies filles
Dix fois plus belles que toi, j’en ai connu
Avec des corps parfaits,
Qui ne m’ont jamais fait l’effet
Que tu me fais, me fais, me fais, me aïe
Dès que tu t’assieds, chuis fait

Oh j’aime, j’aime, j’aime
Oh j’aime tes genoux,
Ca, j’adore tes genoux
Ah oui j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime
J’aime tes genoux
Le reste je m’en fous

Il y a des photos, il y a des tableaux
De tes beaux genoux, partout sur les murs,
Y en a au plafond,
Y a des genoux plein la maison
Et j’en ai même collé sur notre joli plancher,
Aïe, pour être sur les genoux

Et j’aime, j’aime, j’aime
Aïe j’aime tes genoux,
Et par-dessus tout
Oh j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime
J’aime tes genoux
Ils me rendent fou

Tes p’tits seins se tiennent bien
Le bas de ton dos est juste comme il faut,
Mais tout ça me laisse froid,
M’intéresse pas,
Le reste non plus, car c’est du déjà vu,
Ca ne fait que me gêner,
Ca m’empêche de me concentrer
J’te dis

J’aime, j’aime, j’aime, ah aïe
J’aime tes genoux
Et rien que tes genoux
Oh j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime
J’aime tes genoux
Le reste je m’en fous

parlé :
Ah, montre-moi tes genoux
Oh ! ça ! ça c’est du genou !
Du beau, du vrai genou !
A genoux devant tes genoux
Je regarde tes genoux, puis ah
Aaaah aaaah

J’aime, j’aime, j’aime aaah
J’aime tes genoux
A chacun ses goûts
Ah j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime
J’aime tes genoux
Et j’en suis jaloux

Quand on va s’promener sur les Champs Elysées
Moi je marche à quat’ pattes pour mieux les voir
Et quand un agent me demande pourquoi, comment,
Je lui dis "vous inquiétez pas,
Je sais pourquoi je marche comme ça"

Oh j’aime, j’aime, j’aime
J’aime ses genoux,
Je les suis partout
Ah j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime
J’aime ses genoux
Mais je suis pas fou

J’aime, j’aime, j’aime ses genoux
Tenez, baissez-vous
J’aime, j’aime, j’aime ses genoux
R’gardez-moi ces genoux
J’aime, j’aime....



Site : un moment de honte

La double Couronne de l’Orant
4 janvier 2008, par Bayazid

Merci, Aymeri, d’avoir ainsi annobli le rôle des genoux, socle de la prière et de l’invocation divine dans toutes Traditions.

Les genoux, de par ce rôle, ont la marque de cette évolution/transformation qui se fait de l’homme ordinaire à l’Homme primordial, du terrestre au celeste. C’est peut-être pour cela que les "cercles concentriques" que l’iconographie chrétienne place sur les genoux du Christ sont en fait...des spirales !

Voici quelques précisions sur le rôle des genoux dans la prière musulmane :

La prosternation

La prosternation n’est que la 4ème phase de la prière.

Le fidèle se prosterne à terre, en disant : « Allahou akbar », et en posant à terre, d’abord, les genoux avant les mains....

Il faut, dans la prosternation, donner au corps le temps de se poser tranquillement sur les septs parties du corps suivantes : le front, le nez, les deux mains, les deux genoux et le dessous des orteils, tous touchant la terre.

Le fidèle devra écarter modérément les bras de ses côtés, le ventre écarté des cuisses et les cuisses écartées de ses jambes ; comme il évitera de faire reposer ses avant-bras sur le sol, et cela conformément au conseil suivant du Prophète :

"Tenez-vous droit dans la prosternation, et qu’aucun de vous n’étende ses bras et ses avant-bras sur le sol, comme le chien".

"Dans la prosternation à terre, appliquez-vous à invoquer Allah de tout votre coeur, d’implorer Son pardon, Ses grâces et Ses bienfaits, car il est fort possible que vos voeux soient agréés".
Et, dans cette position, il dira :

Gloire à mon Seigneur (Allah), le Très Haut.

"Soubhaana rabi al’ala"



Site : ’’EPITRE SUR LA PRIERE’’ de Cheikh Abdul Ben AbdAllah Ben Baz

Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2018 - Les Baladins de la Tradition