Où l’Appel s’orne d’une majuscule !
lundi 14 avril 2008

par Ismée de Voulton


Pour revenir à la page précédente...

Marcher ! Marcher est une activité que j’ai toujours appréciée. J’ai marché en promenade, en randonnée, en montagne... en pèlerinage aussi puisque j’ai eu l’occasion d’aller de Paris à Chartres à pied, il y a bien des années [1]. J’ai une toute petite idée ainsi de l’effet produit par le fait de me déplacer en plusieurs jours d’un point à un autre sans l’aide d’aucun véhicule de transport. Je sais un peu de cette sensation étonnante de plénitude de l’être qui se découvre "capable"...

Mais marcher vers Compostelle ? J’ai beau chercher dans ma mémoire, j’ai peine à retrouver la trace initiale de ce projet... C’était il y a quinze ou vingt ans... Ou peut-être même cela remonte-t-il bien au-delà ? Une sorte d’appel puissant venant du fond des âges et qui résonne au plus profond, par vague, par période... Un appel symbolique vers "plus haut", vers "plus loin", vers "plus intérieur" qui m’aurait toujours habitée ?

Oui, je situe mes souvenirs les plus précis il y a une quinzaine d’années... Pourquoi n’ai-je pas pris la route à cette époque ? "Il faut du temps pour aller à Compostelle et je travaille. J’attendrai donc la retraite. Si tout va bien, je serai encore en forme et là, je pourrai vraiment connaître cette Aventure !"

Tout en remettant ainsi le départ "aux calendes grecques", je commence à me documenter sérieusement, j’achète un premier guide, je rêve...

Je pars dans l’Histoire et découvre le récit d’Aymeri Picaud rédigé au XIIe siècle [2]. Et je vois partout cité l’ouvrage de deux journalistes qui semble faire référence : "Priez pour nous à Compostelle" [3]. A l’époque, j’ai du mal à le trouver car il est épuisé. Internet et ses sites de ventes entre particuliers n’existe pas encore et il me faut me rendre bien souvent dans quelques librairies qui proposent des ouvrages d’occasion avant d’en trouver - enfin - un exemplaire ! Je le dévore... !

Je deviens bien vite une familière du Champ de l’Etoile et de ses légendes, des villes du Chemin et de leurs monuments, je vois la cathédrale du Puy comme si je la connaissais depuis toujours et mille fois en pensée j’en franchis l’initiatique portail, jetant un dernier regard vers le lointain avant de baisser les yeux vers le sol et d’attaquer la descente de sa longue volée de marches et de la rue des Tables...

Et puis le temps a passé... La vie a déroulé son fil... Et j’ai "oublié" Compostelle...

C’est il y a quelques semaines seulement que l’appel est devenu l’Appel !

Ce fut immédiat, décisif, impératif ! "C’est décidé : je pars cet été !" Je travaille toujours, je ne peux toujours pas faire le chemin d’un bout à l’autre comme je l’ai toujours souhaité mais, là, maintenant, cela n’a plus aucune importance ! De toutes façons, c’est comme ça, c’est comme une averse subite ou le soleil trop fort, c’est comme un paysage merveilleux au détour du sentier ou un fort dénivelé inattendu sur le chemin : il faut prendre les choses comme elles arrivent et y aller !

Le Chemin, pour moi, sera ce qu’il doit être ! Inutile de vouloir le façonner à ma guise... en restant assise à dévorer des livres !

D’où partir ?

J’avoue ne même pas m’être posé la question tant il est évident pour moi que ce sera du Puy. C’est de là que je me suis toujours vue partir. Cette question est donc réglée !

Et me voilà commençant à balayer le large panorama des préparatifs indispensables : d’abord, il me faut m’entraîner, puis lire les topos-guides et me renseigner sur le matériel indispensable à acquérir...

Compostelle : le retour !

C’est à ce moment que je lis le merveilleux roman d’Henri Vincenot : "Les étoiles de Compostelle" mettant en scène les Compagnons bâtisseurs du Moyen-Age, les moines de Saint Bernard, l’un des derniers druides et le Chemin... La lecture de cet ouvrage est une révélation ! Et je le referme avec, en tête, une nouvelle certitude intérieure : il me faut revenir de là-bas... à pied !

Comment faisaient les pèlerins des temps passés ? Rentraient-ils en avion, en train ou en car ? Et ce temps passé à revenir était-il superflu ? Et revient LA question : Quel est le but ? Est-ce de marcher ? Est-ce d’arriver ? Est-ce.... ?

C’est un peu prétentieux de le dire avant d’avoir fait un seul pas, mais, oui, c’est vrai, je voudrais accomplir le cercle complet et revenir "chez moi" à pied ! Revenir par une autre route peut-être, le Chemin du Nord en Espagne et la route de Tours ou de Vézelay en France... Je ne sais pas encore mais je voudrais savoir ce qu’est le "retour" du pèlerin et le vivre, si cela m’est offert...

Et puis, je surfe sur le net, mon activité sédentaire préférée avec la lecture, presque une addiction... Je découvre les sites des associations de marcheurs de Saint-Jacques et y pioche de nombreuses informations. Pour me "détendre", je cherche sur Youtube et Dailymotion des vidéos de pèlerins pour partir un peu, déjà, en leur compagnie... [4]

Parmi celles-ci, je découvre cet extrait de film.... Il me fait tant rire que je décide de trouver le DVD...

La rencontre avec "Saint-Jacques... La Mecque" de Coline Serreau est un nouveau tournant... [5] Pour moi, ce film est "inspiré", il est une porte ouverte ! Il va me conduire tout droit face au Matamore...

Pour lire la suite de ce récit...


La démarche d’écrire ces pensées et démarches "d’avant le premier pas" n’est pas chose aisée comme je l’ai dit dans l’article qui précède. Partager ce qui est intérieur "avant" même de l’avoir vécu, c’est prendre le risque aussi de "quitter le chemin du nécessaire monologue intérieur"... Les forums de ces pages vous sont ouverts comme il est de coutume sur ce site et je suis fort intéressée, voire touchée par vos interventions. Mais, pour rester "en moi-même" dans cette phase de préparation, j’ai choisi, après mûre réflexion, de ne pas m’immiscer dans ces forums qui seront les vôtres, ouverts à vos témoignages, à vos interrogations, à vos réflexions et aux échanges qui se développeront peut-être... De mon côté, je garderai le silence, au moins tant que je ne serai pas revenue de mon premier périple, s’il m’est donné de le vivre...


Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Ismée de Voulton

 

Les illustrations proviennent des sites :
- http://picasaweb.google.com/
- http://www.chantelavie.com/composte...


[1] A découvrir sur ce site, récit et "topo-guide" inédit pour faire ce pèlerinage loin des grandes foules : Pélerinage Paris-Chartres

[2] "Le guide du pèlerin de Saint-Jacques-de-Compostelle" Traduit du latin par Jeanne Vielliard - Librairie Philosophique J. Vrin - Faisant partie du Codex Calixtinus (XIIe s.), ce guide, attribué à un Poitevin du XIIe siècle, décrit quatre voies en France et son itinéraire jusqu’à Compostelle : monuments, reliques, populations à comprendre, conseils pratiques sur la route à suivre.

[3] "Priez pour nous à Compostelle" de Pierre Barret et Jean-Noël Gurgand - Editions Hachette - Pierre Barret et Jean-Noël Gurgand, qui ont fait revivre le Moyen Age, à travers plusieurs ouvrages remarqués, ont mis leurs pas dans ceux des pèlerins, en allant à pied de Vézelay à Saint-Jacques de Compostelle. Ils se sont appuyés sur une importante documentation historique pour faire revivre la grande aventure du pèlerinage : qui étaient ces pèlerins ? quels étaient les motifs de leur départ ? leurs soucis quotidiens, leurs prières, les maladies et les dangers que ce long périple impliquait ? Un voyage fascinant au coeur du monde médiéval.

[4] J’ai rassemblé un certain nombre de ces vidéos sur le Chemin ici pour les partager avec ceux qui le souhaitent : http://fr.youtube.com/user/IsmeeDeV...

[5] "Saint-Jacques... La Mecque" réalisé par Coline Serreau avec Muriel Robin, Artus de Penguern, Jean-Pierre Darroussin - UGC - 2004

Cette page a déjà été visitée 1829 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE A suivre... C’est décidé : je pars ! Où l’Appel s’orne d’une majuscule ! Tours et détours en prélude au Chemin... Préparer Compostelle : les deux pieds sur terre et la tête dans les étoiles ! Oublie tes livres, Pèlerin ! A la découverte du Puy-en-Velay ! Au Puy-en-Velay : naissance d’un pèlerin !

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Chemin du Puy (Via Podiensis)
Une main à Saint Michel
Le martyr byzantin de Notre Dame du Puy-en-Velay
A la découverte du Puy-en-Velay !
Le combat de Nasbinals

Espagne
Les deux Thérèse...
William Beckford de 1787 à 1822
Echec et Mat ! (1)
La grenouille du cloître de la cathédrale de Barcelone

Marche
Pierres sèches
Pour découvrir la suite...
Oublie tes livres, Pèlerin !
Etape 37 : De Arca à SANTIAGO DE COMPOSTELLA
L’Ermite
El Peregrino est parti

Moyen-Age
Le culte de Saint Blaise
A propos du labyrinthe...
La légende de saint Mexme à Rivière
Le monachisme Irlandais et Colombanien
Voldemort et la Licorne
"Aube Templiers 2012" : six mois d’événements !
Décès d’Azalaïs

Puy-en-Velay (Le)
Préparer Compostelle : les deux pieds sur terre et la tête dans les étoiles !
Enigme N°59
Les évêques croisés bâtisseurs de la cathédrale de Cahors
Au Puy-en-Velay : naissance d’un pèlerin !
Calendrier de la Tradition : Août !

Quête spirituelle
Jean-Pierre Bayard parle de Mircea Eliade, Robert Charroux, Dan Brown...
Balzac et le Martinisme : Conclusion
Swami Premananda : être ou ne pas être...
"Quand sommes-nous : nous ?"
Du carbone au diamant

Silence
Grottes de Barabar
Jean Cocteau
A la Chartreuse de la Verne : rencontre...
Un lys pour Blanche, pour Lylia ou pour Lou ?
Jeanne Guesdon


Il y a actuellement 4 contribution(s) au forum.


Où l’Appel s’orne d’une majuscule !
13 avril 2015, par G.rare

La mise en valeur des articles anciens fait que je découvre celui-ci ; je ne sais pas si mon témoignage concerne cette partie ou la suite, aussi je la propose ici. Il s’agit d’un article que j’ai publié récemme sur mon blog personnel.
Il s’agit là d’un rêve que je fis dans les années 2000. J’avais rendu visite à un couple d’Amis, non loin d’ Annecy. A la fin du repas, ils me présentèrent un album de photographies faites lors d’un voyage récent en direction de Saint Jacques de Compostelle, avec d’autres Amis voyageant par car parti de France ; je ne sais plus si le Portugal et Bélèm étaient au programme ou s’il s’agissait d’une autre pérégrination.
Ainsi, ils avaient continuer le voyage de St Jacques au-delà jusqu’à l’Océan sous la conduite d’un autre Ami qui Guidait le groupe. Il leur expliqua que le chemin vers l’étoile ne s’arrêtait pas forcément à la Cathédrale mais pouvait continuer bien après jusqu’aux rives océaniques.
Nous avons donc beaucoup parlé au sujet de ces photos qu’ils m’ont commentées avec entrain. Et leur reportage s’arrêtait lorsque arrivés au bout, à la fin de la terre d’Espagne, justement au cap Finisterre.
Puis je partis me reposer dans le pré en douce pente qui bordait leur maison et m’endormit. Lorsque je les rejoignis vers 4 heures de l’après-midi, je leur racontai un rêve étrange qui les émerveilla ; les images m’ont tellement imprégné qu’aujourd’hui encore je les revois avec détails.
Sur la rive extrême de ce cap Finisterre, se trouvait un étrange appareillage : une gigantesque cloche visiblement de bronze décoré. Plus haute qu’une maison ordinaire, si haute que l’on pouvait entrer à l’intérieur. Elle était posée sur des murets disposés à son pourtour de place en place. Combien ? Je ne sais pas, mais en tous cas plus de 4 ou 5. Ce qui fait qu’un espace était libre entre chaque partie de muret. L’ensemble était desservi par des sortes de prêtres qui paraissaient officier là ; vêtus de longues robes rouge ornementées de parures dorées, coiffés d’une sorte de bonnet haut lui-même ornementé de parements.
Et chaque jour, lors du zénith du soleil de midi, un énorme mécanisme se mettait en route sous l’effet d’un jeu de miroirs, qui enclenchait le mouvement du battant de la cloche et cela déclenchait un son immense et très grave, et ce son se prolongeait sur les flots, très très loin sur l’océan là où se trouvaient des terres encore émergées (Platon aurait dit au-delà des colonnes d’Hercule).


Où l’Appel s’orne d’une majuscule !
24 août 2013, par 0ziam

Pour compléter ce magnifique appel à la marche vers le champs des étoiles, et pour tous ceux qui envisagent de partir du Puy en Velay, une information : il existe désormais dans la haute ville du Puy un Centre d’accueil pour les pèlerins (et pour ceux qui le deviendront un jour). Le Camino (c’est son nom) aménagé dans l’ancien Hôtel Saint Vidal (16ème siècle), est un "lieu d’accueil et d’expérience". Des enregistrements de pèlerins qui ont vécu le Chemin s’écoutent au casque, en regardant les très belles images qui défilent sous nos yeux, car à travers une scénographie remarquable (lumières, cadre architectural très inspirant, musique...) , on est immédiatement immergés dans le chemin de Saint-Jacques, à travers les expériences de marcheurs très différents. Toutes les sensibilités sont exprimées, avec une grande ouverture, et l’on est frappés de constater que malgré la diversité des motivations, la Réalité du Chemin rend l’expérience très homogène. Les plus beaux textes de pèlerins ornent les murs et sont affichés par thème : la Liberté, la Solitude, La Souffrance, la Joie.
L’association des pèlerins du Velay reçoit ceux qui sont prêts à partir tous les jours de 17h30 à 19h30.
http://www.lecamino.org/


Où l’Appel s’orne d’une majuscule !
30 mai 2008, par Loupio

Bonne route et merci de faire partager ce rêve qui l’a été pour nombreux d’entre nous, mais dont la santé ne l’a pas permis ! Un petit loup.


Où l’Appel s’orne d’une majuscule !
8 mai 2008

Bonjour Ismée, si vous permettez cette familiarité du seul usage de votre prénom, familiarité d’un amoureux de la marche à une vraie marcheuse, je dis amoureux parce que adepte d’une marche tranquille où les arrêts sont multiples et contemplatifs des ambiances et des lumières de ces instants parcourus dans un oubli momentané du corps alors que sans doute dans cette marche sur le "chemin" le corps a en permanence toute son importance, celle du véhicule de l’âme du pèlerin de Compostelle que je vous envie déjà.
Je regarde, j’épie le site à l’affut du nouvel épisode paru. Alors, Merci de tout coeur pour ce partage de ces moments si particuliers de la conception ou plus exactement de la révélation en vous de l’impérieuse nécessité du pèlerinage.
A bientôt,
Gustave d’Altillac


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2018 - Les Baladins de la Tradition