Dans la Forêt
mardi 22 juillet 2008

par Bayazid


C’est une forêt de basse futaie. Dans cette boucle de la Seine, sur un sol sableux, les arbres ne s’élèvent pas très haut.

Difficile à trouver, le chemin.

Il ne faut pas se tromper : la route, puis un chemin pierreux, puis une fourche avec deux allées. On prend celle de gauche, et tout de suite à droite, on emprunte une petite sente. Le sol est jonché d’orties et de hautes herbes. Les branches les plus basses, à hauteur d’homme, sont dissuasives. Il faut y aller quand même.

Au bout de quelques mètres, après avoir vaincu les défenses herbeuses et les barrières de branchages, on trouve un sentier étroit, mais tout à fait fréquentable. D’anciennes ornières prouvent qu’il a été passant, il y a bien longtemps.

Le soleil est derrière moi, je le sens à travers l’épaisseur des feuillages.

Il faut du temps, et bien des pas, pour s’habituer à ce ventre vert, humide du dernier orage, encore chaud. La vie humaine, peu à peu, semble lointaine.

J’arrive à une clairière.

Le chemin tourne deux fois, et me ramène en arrière : cette fois, la lumière est devant moi.

C’est alors que se produit le phénomène. L’allée est droite. Un vaste tunnel d’émeraude est tracé devant moi. Là-bas au loin, tout au fond, mes yeux perçoivent quelque chose d’étrange. C’est une lumière très vive, qui dessine comme un cercle au milieu duquel se détache une forme sombre et verticale. C’est très loin, au bout de la vision humaine.

Je marche. Je marche. Mes pas rebondissent sur un sol élastique, merveilleux. Mais, curieusement, plus je marche, plus la vision s’éloigne. Je n’ai plus la notion du temps. Toujours, je vois la même chose : le cercle lumineux et la silhouette sombre au milieu. Tout devient très intense. Je ne vois plus le ciel depuis longtemps. Un Océan vert m’a submergé.

Mes sens sont alors en éveil, je vois avec la vraie vue…Toutes les essences d’arbres, différentes, se présentent à moi et je les reconnais. Sur chaque arbre, je vois distinctement toutes les feuilles. Toutes les plantes qui m’entourent, dans la multiplicité de leurs formes, me sont connues, et forment l’unité vivante, parlante, de la forêt. C’est alors que je sais que je suis en Lui, qu’IL est en moi, car il m’a déjà donné à vivre cela.

À force de marcher, j’atteins l’espace visualisé de loin : ce grand cercle avec l’ombre d’un arbre noir au milieu. Mais juste après l’avoir vu pour la première et la dernière fois, le chemin tourne sur la gauche. Il semble s’enrouler, se déployer, s’évanouir, s’accélérer.

Brusquement, tout change dans mon coeur : je passe de l’intensité passionnée de l’attente à l’extase calme.

La lumière se fait plus claire à travers l’infinité des nuances du vert.

Sur la terre du chemin, une mousse épaisse et luxueuse reflète la luminosité ambiante. Les branches des arbres s’abaissent vers moi, caressent ma tête, mes bras... Je suis dans la Beauté.

La forêt fait vivre en moi ce qui est sauvage et connaissant. Je suis cette forêt, ce tunnel d’émeraude, comme je suis parfois ce vaste paysage de montagne ouvert aux lointains, ou bien cette mer grise et iodée, soulevée par les vents.

Je marche encore. Mes pas me portent sans que je m’en aperçoive.

Tout à coup, l’allée tourne brusquement : me voici en face d’un grand buisson fleuri de blanc, blanc comme une voile qui claque sur la mer.

C’est la fin. Je retrouve l’orée.

Comment faire, avec tant d’air dans la poitrine, avec tant d’espace dans le coeur, pour retrouver le monde habituel, les amis, la famille ?

Je passe devant les premiers murs du village, je souris à des passants et je tourne la poignée de la porte de la maison.

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Bayazid

 

- La photo en tête d’article est de l’auteur.
- Les deux suivantes proviennent du site : http://www.histoirepassion.eu/
- La suivante a été prise par El Peregrino.
- La dernière provient du site : http://anne-jardine.blogspot.com/

Cette page a déjà été visitée 3244 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE Conscience Bonjour Silence Je suis la Souffrance, je suis. Le Monde de Nulle Part Qui suis-je ? Le Rire Aide-toi et le ciel t’aidera ! La Voie Expérience... Dix mots grecs pour dire "Aimer" Ondoiement et premier pas Renoncement Ô Toi ! Impromptu divin Beauté, où es-tu ? Quand la porte reste fermée... Dans la Forêt Transparence L’Ange La Pomme Bleue

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Arbre
Le roi David à Sornay
William Beckford de 1787 à 1822
Hafez de Chiraz
Du maquis à l’humanitaire : le chemin d’un homme
Le Jardin

Forêt
A propos du sanglier...
William Beckford à Fonthill
1 - Jehan perdu... Jehan trouvé !
A vos plumes !
Le menhir dans la forêt

Illumination
L’illumination
Le Sommeil des Sept Dormants
Nuits
L’illumination du cordonnier
La fête de Boddhi
"Le Voyage alchimique" : sept DVD à découvrir !

Initiation
Méditation marathon (suite et fin)
La nuit la plus longue
La Lumière dans l’initiation
Le premier chant de l’aube
« Le Bout du Monde »

Marche
Etape 33 : De O Cebreiro par Triacastela à Sarria
Etape 4 : De Fabara à Caspe
Matins
La Voie
Oublie tes livres, Pèlerin !
El Peregrino est parti

Sentier mystique
Maître Yoda
La Théologie apophatique
C’est par où, Moi ?
Swami Premananda : être ou ne pas être...
Swami Premananda : choisir sa vie
Retrouvez-nous sur Facebook !


Il y a actuellement 3 contribution(s) au forum.


Dans la Forêt
25 juillet 2008, par garanos

Voilà, un vrai marchant,éclairé par sa poésie dans l’Essen-ciel.Des gouttes mysterieuses de lumière en dentelle pleuvent dans les arbres sous la brise, et tout cela se balance au vent ... le temps est hapé par un déva , la source coule sous nos pieds elle est là qui ondoie nos silences et ouvre le jour, le livre de nature dans un devenir plein de paix et de silence. dans la forêt on ne peut pas dire de grossieretés , tout appel , toute parole est comme l’entrée dans l’ile verte et blanche luminescente.Les oiseaux suspendent notre etant qui va de fleche en fleche , d’arbre en arbre , là-bas le silence ..... il faut rentrer c’est sûr ! mais est ce bien nécessaire..je trace le triban une derriere fois dans l’air pour quittez mes vieux amis de l’air , du son , du silence , ici rien ne nous distraie , c’est un rempart contre le monde , et puis nous reviendrons bientôt pour aimer et être aimé de dieu..lui OIW ou quel que soit le nom que tu lui donnes toi le marchant des mysteres. Au beau pays de la vacuité , du silence du père , du chant des oiseaux dans le fils mysterieux qui penche son âme sur nous..toi bayazid tu t’es reconnu dans le miroir au clartés , je sais que tu marches bien..c’est là une communion suprasensible sans les mots ...fraternellement bonne forêt, bonnes marches, parmi les saints qui aiment marcher avec nous dans cette verte église ...



Site : vacuité de forêt.

Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2018 - Les Baladins de la Tradition