Une histoire cruelle
jeudi 4 juin 2009

par Bayazid


Pour revenir à la page précédente...

La frise sculptée du portail Nord de Cahors raconte une histoire qui met en jeu une violence inouïe. On y voit le pays où elle s’est déroulée et le peuple qui en a été acteur ou victime.

Peut-on essayer de « comprendre » ce qui est raconté là ?

S’agit-il de réminiscences d’une histoire réelle ? Sommes-nous face à une métaphore ? Dans l’un ou l’autre cas, quel enseignement avait-elle pour but de nous communiquer ? L’existence d’une structure logique nous semble avoir présidé au scénario de la frise sculptée dans la pierre au milieu du XIIe siècle.

Mais en l’état actuel de nos connaissances, nous ne pouvons que formuler des hypothèses. Cette étude a donc pour but de stimuler les recherches des lecteurs. Elle est un appel à savoir et comprendre ce qui est représenté.

Reportons-nous au schéma ci-contre, et essayons de voir comment ces éléments peuvent s’organiser dans un ensemble cohérent et signifiant.
Engageons-nous dans l’hypothèse suivante, qui est esquissée, déjà, par notre schéma.

- Le « contexte » de l’histoire racontée et le style de vie des personnages protagonistes du drame sont exprimés par les scènes de chasse figurant sur les bandeaux latéraux de la frise, qui, à l’Orient et à l’Occident du portail, partent des deux piédroits pour aller jusqu’au mur nord, utilisant ainsi l’épaisseur de l’avant-corps du portail.

- Le narrateur s’est figuré lui-même au sommet de l’archivolte, c’est le sculpteur, le « scénariste-réalisateur » de l’histoire racontée.

- De chaque coté de l’ogive formée par l’archivolte deux éléments narratifs s’opposent. Il ne s’agit nullement du Bien et du Mal, comme certains commentateurs l’avancent. Sur le côté occidental, la communauté composant les acteurs de l’événement est décrite dans un « temps ordinaire et quotidien », alors que sur le côté oriental, elle est montrée dans un « épisode paroxystique », dans une passion violente et cruelle.

Voyons comment nous pouvons dérouler les différents temps de cette hypothèse…

I - Les scènes de chasse qui figurent sur les bandeaux latéraux nous donnent le contexte géographique et humain au sein duquel les événements vont se précipiter, à travers un passe-temps courant à toutes les époques. Même si la chasse est un plaisir pour ceux qui la pratiquent, elle a aussi une utilité : rapporter du gibier est une activité économiquement utile !

JPEG - 97.9 ko
Début de la frise sur le piedroit oriental
Cavalier armé d’une lance.

Nous sommes dans un pays africain ou « oriental ». Les arbres sont très nettement des palmiers, identifiés à leurs troncs et leurs palmes. Si le sculpteur n’a pas lui-même voyagé en Orient (en Terre Sainte, par exemple), on lui a décrit la végétation précisément.

JPEG - 84.7 ko
Scène symétrique sur le piedroit occidental.

Il est courant de voir, dans la sculpture romane, des « maladresses » qui peuvent faire figurer un chêne un peu comme un palmier (c’est le cas sur certains chapiteaux de Vézelay, par exemple). Mais dans ce cas, un œil exercé à relever les détails voit bien qu’il ne s’agit pas d’un palmier, mais d’un arbre des pays tempérés, stylisé.

Ici, les tenues vestimentaires des chasseurs sont adaptées à un climat chaud, et leur vêture n’est pas celle d’un Européen du XIIe siècle : tuniques légères, et même un turban pour l’un des chasseurs.

II - Les événements se déroulent de part et d’autre de l’observateur central : le sculpteur.
Le sculpteur est impliqué dans l’histoire qu’il raconte. Il l’a vécue, lui ou l’un de ses proches. Ou bien elle est une opinion, une mise en garde, une invitation à la réflexion. Bien que son visage de pierre soit abîmé par le temps, son regard qui reste d’une grande acuité, est tourné vers nous, et il ne sourit pas. Il taille sa pierre consciencieusement. Et là, il ne faut pas oublier la signification symbolique que représente pour un maître maçon le fait de « tailler sa pierre ».

JPEG - 50.1 ko
Il s’est représenté en train de travailler... et de nous regarder !

Dans le réel, un maître sculpteur taille bien sûr, mais il est aussi le concepteur et le metteur en scène des images en relief qu’il va produire et faire produire par ses compagnons.

Ici, il s’est reproduit à la fois comme l’homme à son métier, et dans l’acte symbolique de façonner se faisant son chemin vers la Connaissance, ce que l’initiation compagnonnique présuppose.

III - À côté du sculpteur, du côté occidental, une scène qui est particulièrement importante pour le sculpteur : la fameuse scène de « la dispute du bâton ».
Qui est l’homme qui tient le bâton ? Le sculpteur lui-même ? Un autre personnage précis ? Comme nous l’avons dit au début de cette étude, les traits du visage de la femme peuvent la faire qualifier d’orientale (ou d’africaine), et la dispute du bâton (s’il s’agit de cela) semble tourner à l’avantage de l’homme.

L’analyse symbolique du bâton s’impose, au moment où nous sommes. Ici, on peut considérer ce bâton sous plusieurs aspects. Le bâton tel qu’il figure sur cette image, comme lien entre un homme et une femme, nous suggère un symbolisme axial, au même titre que la lance (fréquemment représentée dans la sculpture romane d’inspiration celte).

Axe du monde, axe entre les deux opposés que représentent l’homme et la femme, qui peuvent aussi figurer deux courants contraires et complémentaires de l’énergie cosmique. Le bâton est aussi le bâton-tuteur, le bâton du pèlerin, le maître indispensable dans l’initiation. Soutien et défense, il devient sceptre et emblème du pouvoir, dans l’ordre spirituel comme dans l’ordre matériel.

Mais le bâton est aussi le symbole de l’étincelle, de l’éclair, et du feu. Tel le bâton de Moïse, il fait jaillir la source qui étanche la soif, il fertilise les terres arides. L’aspect phallique est évident, explicite.

JPEG - 55.8 ko
La scène du bâton à côté du sculpteur-narrateur.

Comme on le voit, à la lumière de tous les sens que peut prendre cette « dispute du bâton », il est bien difficile de lui en trouver un qui puisse les résumer tous, et peut-être faut-il attendre d’avoir compris la nature des événements se déroulant tout au long de la frise qu’a composée le sculpteur.

Retenons un élément, toutefois : la scène se situe à côté du sculpteur thaumaturge, mais du côté occidental, c’est-à-dire dans la partie de la frise qui raconte des scènes de la vie quotidienne de ce peuple qui sera, dans la partie orientale, victime d’une furie meurtrière et sadique.

IV - Observons les "scènes de la vie courante", sur le côté occidental de la frise.

Entraînement au combat Dans un premier segment, on voit deux personnages qui combattent, l’un avec un gourdin, l’autre avec une lance (à l’angle de l’archivolte, on voit se terminer les scènes de chasse évoquées plus haut : un archer est face à un cerf).

Cela ressemble à un entraînement plus qu’à une scène se déroulant durant une bataille. L’image qui suit est d’ailleurs une image pacifique : on voit un personnage tenant une marmite, et un berger soufflant dans une trompe, la houlette sur l’épaule.

L’image qu’on peut observer ensuite (après un segment de sculpture érodée, montrant un personnage agenouillé) est une scène réaliste de ferrage d’un cheval. Un premier personnage, muni d’un tord-nez, retient le cheval, et un deuxième personnage tient le pied du cheval, pendant qu’un troisième, à l’arrière, fixe le fer au brochoir.

Cette scène est importante pour notre "enquête". En effet la ferrure des chevaux est datée. En Asie centrale, berceau de la domestication du cheval, au Moyen-Orient, en Égypte ou dans le monde gréco-romain, la ferrure à clous n’est pas attestée avant l’ère chrétienne, et elle s’est développée après les invasions sarrasines, et à grande échelle à partir du IXe siècle [1]. Cette constatation m’a fait abandonner l’hypothèse d’une scène biblique rapportée sur la frise de l’archivolte, hypothèse qu’il serait possible d’évoquer, les récits de violence n’étant pas rares dans la Bible (voir plus loin).

Mais notre scène de ferrure, avec fixation du fer par le brochoir (marteau du maréchal-ferrant), peut nous faire supposer que la scène se déroule à l’époque contemporaine de l’édification de la cathédrale et de la sculpture du portail Nord. [2]

V- Observons enfin, sur le versant oriental de l’archivolte les scènes les plus cruelles de l’histoire qui nous est racontée par le sculpteur.

Nous ne pouvons pas affirmer qu’elles sont chronologiquement postérieures aux "scènes de la vie courante" qui figurent sur le côté occidental. Elles s’opposent à ces dernières par leur nature (violences exercées sur des hommes, et non pas actes de la vie quotidienne), mais nous ne savons pas comment elles sont censées se dérouler dans le temps de vie de la communauté humaine présentée au regard des observateurs. Nous ne savons pas non plus si la scène de "la dispute du bâton" en est la cause directe ou indirecte, ou bien si elle intervient simultanément aux scènes de cruauté.

Ces scènes de cruauté montrent de manière très réaliste des mises à mort par empalement.

JPEG - 70 ko
Un personnage attrape par les cheveux un deuxième personnage qui le supplie.
JPEG - 39.9 ko
Un personnage en empale un deuxième.
JPEG - 68.7 ko
Deux personnages en émasculent et en égorgent un troisième.
JPEG - 59.7 ko
Deux personnages procèdent encore à l’empalement d’un troisième.
La victime est maîtrisée à l’aide d’une lance par un personnage à l’expression particulièrement féroce.

Ces quatre images, dont le thème central est l’empalement, évoquent un supplice d’origine orientale. Les premières représentations du supplice du pal sont assyriennes. Ce supplice était employé dans tout le Moyen-Orient, notamment dans sa version qui voulait qu’on enfonce le pal dans l’anus du condamné, avant de le planter en terre. La cruauté du supplice était modulée par le degré d’acuité de la pointe, la taille du pieu, et la profondeur à laquelle on l’enfonçait. Cette torture était plus rarement utilisée en Europe pour supplicier les homosexuels...

Comment se fait-il que le supplice du pal soit représenté de façon si réaliste à Cahors, sur le portail Nord de la cathédrale ? Est-ce un supplice observé par les croisés ? Une façon de dénoncer la "barbarie" des musulmans qui la pratiquaient, les ennemis des chrétiens en Terre Sainte ?

JPEG - 28.1 ko
Personnage armé de boules...
...suivi d’une scène ou un homme en tient un autre renversé.
Les deux dernières images montrent un personnage armé de boules, suivi d’une scène ou un homme en tient un autre renversé, puis des scènes de corps humains dévorés par des animaux.
JPEG - 22.4 ko
Corps humains dévorés par des animaux.

Sont-ce les corps des suppliciés par le pal qui sont ainsi jetés aux bêtes ? Ou bien cherche-t-on à nous montrer une allégorie ?

Pour découvrir la suite de cette étude...

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Bayazid

 

Les photos ont été prises par l’auteur.


[1] Voir les liens : http://www.galopin-fr.net/ferrure/h... et http://sabotsnus.free.fr/articles/p...

[2] Voir les liens : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fer_à_... et http://chevaldereve.com/2009/03/fer...

Cette page a déjà été visitée 3040 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE Bientôt la suite ! L’énigme de la cathédrale de Cahors Les évêques croisés bâtisseurs de la cathédrale de Cahors L’histoire du portail Nord de la cathédrale de Cahors Une histoire cruelle

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Arme
Thérèse de Lisieux : 1895 et 1896
Saint Blaise et le celtisme

Bâton, baguette
A propos du Bâton...
Ombre et Lumière dans Harry Potter
En route vers Compostelle...
Les bergers de Noël
L’énigme de la cathédrale de Cahors

Cheval
Souvenirs imaginaires d’anonymes (1)
Le mythe de Rama (2)
Le manteau de Martin
Echec et Mat ! (3)
Echec et Mat ! (2)

Compagnonnage
Avec Jean-Pierre Bayard : la Franc-Maçonnerie, les rites et le Compagnonnage...
Le petit cerf de Chartres
Rencontre avec Jean-Pierre Bayard : en guise de conclusion...
Pierres reconstituées et rêves d’Empire
Eclats de pierre
40ème anniversaire du musée du Compagnonnage de Tours
Chefs-d’oeuvre des transports au musée du Compagnonnage

Croisades
La pierre percée de Villers-Saint-Sépulcre
Les évêques croisés bâtisseurs de la cathédrale de Cahors
Quelles sont nos données de base ?
La légende de saint Mexme à Rivière
Raymond Bernard : "pourquoi j’ai fondé le CIRCES..."

Cruauté
Amma
Thrissur, le retour

Lance
Le combat de Nasbinals

Maillet
Merlin
Forum sur Merlin

Moyen-Age
Etape 20 : De Villafranca Monte de Orca par San Juan de Ortega à Atapuerca
L’église d’Irlande : son substrat celte
Départ de Bruno
Le monachisme Irlandais et Colombanien
La Spiritualité dans les chansons des "Derniers Trouvères"
Templum Aeternum
Décès d’Azalaïs


Il y a actuellement 2 contribution(s) au forum.


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2019 - Les Baladins de la Tradition