INDIA-LOG
E-mails expédiés au cours de 5 mois de voyage en Inde

 

Date :
Objet :
De :
A :

 

 

13 février 2009 - 05:42
Papiers
jp guillot
un ami

 



Pour revenir au message précédent…

Tu viens de m’en donner l’idée : il y aurait un papier à faire sur le(s) papier(s) en Inde, mais par quel bout commencer ?

Pourquoi pas par le journal du matin dont le papier est d’une qualité semblable à celle de nos quotidiens pour un prix très inférieur (3,5 rps) et une quantité d’informations dont la lecture occupe la demi-heure du petit-déjeuner (sudoku non compris) ?

Du matin toujours mais antérieur à la lecture du journal, ce que nous appelons le pq s’achète au rayon « importations occidentales » des supermarchés et des bons bazars et coûte le prix d’un repas correct. Il n’est pas d’usage dans les moeurs locales où le torchage à main gauche et à l’eau est de rigueur : en face de ma pension, cela se fait au bord de la mer ; dans les maisons modernes, à côté du trône, un dispositif à pression douche délicatement le sphincter culier sans manquer de causer quelques dommages collatéraux.

De recyclage sont les papiers d’emballage, marron, fragiles, aux impressions baveuses, qui enveloppent les dhotîs repassés au fer à charbon de bois du dhobbi [1]. Quant aux pochettes collées main dans lesquelles le pharmacien vous délivre les 3 gélules qui reconstitueront une flore intestinale en un rien de temps, ou le grilleur de cacahuètes le snack à 5 roupies de la promenade, elles sont de récup de papier journal.

Ici comme ailleurs, ce sont les administrations qui sont les plus grandes consommatrices de papier, car elles sont friandes de formulaires divers – (une officine d’écrivain public s’intitule The Master of Forms le Maître des Formulaires) - en multiples exemplaires, de registres épais et, de nos jours, de listings interminables. Si l’on est amateur de vieux papiers jaunis, friables, à l’encre pâlie, il faut aller jeter un œil du côté des Cours de Justice et des cabinets d’avocats attenants dont des rayonnages entiers croulent sous des empilements d’archives ficelées qui évoquent Kafka et son Château vu par Orson Welles.

Le papier des éditions pirates des auteurs à succès comme Rushdie, Amitav Gosh etc... est grisâtre, parfois souillé ou déchiré, et l’impression en est si pâle qu’il faut lire ces bons textes sous une lumière forte, mais ces éditions sont 3 à 4 fois moins chères que les originales, alors les yeux souffrent mais pas le porte-monnaie !

Le papier-monnaie : plus il monte en valeur plus il devient craquant, propre, sans marque ni pli, si bien que les commerçants soupçonneux mirent les billets de 500 et de 1000 rps avec circonspection comme pour s’assurer que je ne viens pas de les tirer sur ma polycopieuse ! Par contre quand on descend vers les 10 et 5 roupies - les basses castes de la monnaie - c’est sans délicatesse qu’on me balance sur le comptoir ces billets mous et crasseux que je fourre dans ma poche comme de vieux mouchoirs sales. Cependant il faut veiller à ne pas les déchirer aussi minimalement que ce soit, car ils seraient refusés par le commerçant (ce qui ne manquait pas de me faire enrager à chaque fois que cela se produisait, mais maintenant je me méfie et ne me laisse plus refiler cette monnaie de singe).

La fantaisie décorative des paquets d’encens trouve un écho dans les images pieuses et leurs encadrements, car il n’est pas une bonne maison hindoue qui n’ait son petit autel familial et ses déités à vénérer : Krishna, Hanuman, Ganesh sont les grands favoris et les variations décoratives autour de ces divinités sont infinies. L’influence du graphisme agressif des affiches de cinéma s’y fait sentir mais ce sont encore les versions d’un académisme « sulpicien » qui se vendent le mieux !

Ce qui se fait de plus beau en papier ce sont les cartes de vœux et les faire-part, d’énormes machines m’as-tu-vu, avec des effets de relief, de dorure et de calligraphie, car pour les mariages, rien n’est trop beau n’est-ce pas, et il faut faire encore mieux que les voisins !

Pour découvrir ci-dessous le lien vers l'e-mail suivant...

Pour laisser un commentaire à la suite de cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

jp guillot

Mes photos du jour
(Cliquer sur les vignettes.)

Étoiles de Noël Récupération de papiers Entrée d'un cinéma Poster Shiva, Parvati, Ganesh


[1] Dhobbi : Hommes et femmes qui s’occupent du linge des autres. Ils font partie de la classe des intouchables, c’est-à-dire des gens relégués aux tâches les plus basses de la société indienne, tout comme les balayeurs, les croque-morts, les barbiers, les cordonniers ou encore les pêcheurs. (wiki source)


Les photos de cette page ne sont pas libres de droits. Elles appartiennent à l'auteur. Elles peuvent cependant être utilisées à des fins non-commerciales avec son autorisation. Pour le contacter, cliquer ici...

Cette page a déjà été visitée 520 fois.


E-mail précédent...

Pour revenir à la page principale...

E-mail suivant...
Nous voilà partis pour 5 mois de voyage en Inde durant lesquels nous allons recevoir de temps à autre un mail de jp guillot.
Pour ne rien manquer et être informé par une rapide annonce dans votre boîte aux lettres de la mise en ligne du prochain message,
inscrivez-vous à : "La Lettre des Baladins de la Tradition" ou retrouvez-nous sur "Facebook".

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Ganesh
La vie des Bâuls
Le rituel de l’Abishekam
De Vishakhapatnam alias Vizag
Les Bâuls et la musique

Hindouisme
Forum sur Shiva
Le Mantra Yoga
Un lys pour Blanche, pour Lylia ou pour Lou ?
Le mythe de Rama (1)
24h de méditation pour la Terre (15h)

Krishna
Amma
A propos de la Bhagavad Gita
La Bhagavad-Gita
Le mythe de Rama (2)
St Valentin en Inde

Tiers-Monde
Slumdogs 3
À propos de SlumDog Millionnaire et des Castes (Kannur)
De Goa au Père-Lachaise
Thrissur, le retour
Namaste

Il y a actuellement 1 contribution(s) au forum.



Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2019 - Les Baladins de la Tradition