INDIA-LOG
E-mails expédiés au cours de 5 mois de voyage en Inde

 

Date :
Objet :
De :
A :

 

 

23 février 2009 - 05:24
Slumdogs 3
jp guillot
un ami

 



Pour revenir au message précédent…

Oui, j’ai vu Slumdog Crorepatti (Millionnaire) – comme ils disent ici – et je pense que le scénario peu vraisemblable mais habile de ce conte de fée, permet d’exprimer quelques vérités sur les difficultés que bon nombre de jeunes urbains indiens rencontrent dans leur vie. Une des réalités que le film communique n’est pas tant l’« occidentalisation crasse », comme tu dis, des jeunes Indiens (Est-ce que les règles de l’Organisation Mondiale du Commerce imposées par les USA au reste du monde quand elles leur profitent ne sont pas encore plus crasses ? Et que dire lorsqu’ils foutent l’économie mondiale en l’air et n’ont pas scrupule à régresser dans le Buy US protectionniste). Ce que le film montre c’est la détermination, l’endurance de ces jeunes à s’adapter à des conditions épouvantables. Pour moi la scène-clé du film c’est quand le gamin, enfermé dans une latrine, décide de sauter dans la fosse à merde pour obtenir à tout prix un autographe de son acteur préféré. Pour se sortir de la merde, en Inde comme dans tous les pays qui ne sont pas industrialisés, il faut énormément de détermination et d’énergie. C’est probablement pourquoi le film ne fait pas un tabac, malgré tout le battage, dans les classes moyennes et supérieures, mais pour les 25/30 ans il reflète une réalité.

Mais oui, j’ai rencontré plus d’un jeune de cette génération :

Naveen de Bangalore, 23 ans, vient d’obtenir un Doctorat en Science du Yoga & Naturopathie. Il suit en ce moment le cours de médecine Ayurveda pour obtenir une qualification supplémentaire. Sérieux, motivé, anglais courant, le profil d’un bon docteur. À Kannur , il partage une piaule crasseuse (900 rps/mois) avec quatre jeunes travailleurs avec lesquels il n’a rien d’autre à partager. Il envoie son CV un peu partout depuis un an et il vient de décrocher un job dans un hôpital au Gujarat près de la frontière pakistanaise – un endroit où peu de jeunes diplômés du Sud voudraient mettre les pieds – mais cela lui donnera une expérience professionnelle et un salaire de 15000 rps/mois (US$ 300), nourri logé. Pas mal pour un début ici, mais son ambition est de trouver un emploi dans un spa des Émirats où son salaire pourrait être multiplié par 100.

Son copain Krishan espère, trouver le même genre de travail en Suisse où il a passé l’hiver avec sa copine chinoise qu’il a rencontrée ici l’été dernier. Pour lui ces études d’Ayurveda sont un investissement, la possibilité d’acquérir en trois mois un « diplôme professionnel » ( ! ?) dans une pratique où les Indiens sont censés être les meilleurs.

Et, de fait, l’Anglo-Indienne et la Colombienne de notre groupe d’étude ont proposé à Naveen et Krishan de travailler pour elles dans le centre de soins qu’elles ont l’intention de créer dans leur pays. Pour ces jeunes gens qui ne rêvent que d’émigration, la proposition est tentante mais à la réflexion, ils ont vite compris que le salaire promis, alléchant en roupies, risquait d’être très insuffisant en monnaie locale et, d’autre part, que leur présence dans ces beauty parlours servirait surtout à donner à ces établissements une touche d’exotisme et d’authenticité.

Ces deux gars sont loin d’être des « chiens de bidonville ». Leurs parents financent leurs études, mais attendent du retour : dans la famille, il y a des filles à doter, des vieux parents à entretenir, des biens d’équipement à acquérir etc. Ils sont conscients de leurs responsabilités et du fait que les privations de leurs parents les obligent, par respect et piété filiale, à accepter de sacrifier une partie de leur vie. Sur ce point, il n’y a aucune confusion ni révolte dans leur esprit. Certes ils aimeraient bien s’éclater, se taper une bière, frimer en jeans et lunettes de soleil sur une Honda ou Suzuki, s’envoyer en l’air de temps en temps, mais ils savent que ce n’est pas pour demain. Et ils acceptent leur sort avec un sourire résigné : Voilà notre vie à nous !

Mithilesh de Bodh Gaya, qui avait accepté de me donner quelques leçons de hindi, a la trentaine, marié, un enfant, prof de maths ; il habite dans la maison de ses parents agriculteurs. Laquelle ressemble un peu, à l’intérieur comme à l’extérieur, à une maison de ksar du sud marocain d’il y a une trentaine d’années : pièces petites et sombres, petite cour intérieure avec puits, toilette à la turque, cuisine en terrasse. Comme au Maroc encore, sa femme préparera le repas sous nos yeux mais ne le partagera pas avec nous.

Seuls luxes : une antenne parabolique et un ordinateur. Car Mithilesh ne sera pas agriculteur et ne veut pas rester prof : son salaire (4000 rps/mois, à peu près 70 €) suffit difficilement à faire vivre sa famille. Il ambitionne de devenir programmateur dans les technologies de l’information et suit des cours par correspondance qui coûtent 3000 rps par trimestre. Il n’a pas de véhicule pour faire tous les jours la dizaine de Kms qui sépare Khiriyawan, son village, de la Maitreya Project School à l’autre bout de la ville ; il se réveille donc tous les jours à 5h pour prendre les transports publics. Pourtant il déborde d’enthousiasme et d’ambition. Et son hospitalité est généreuse : c’est chez lui que j’ai été invité à déjeuner pour la première et seule fois de ce voyage.

Je n’ai pas rencontré de slumdogs, mais dans un quartier de Kannur où des blocs de 15 étages d’appartements sont en train de se construire 24h par jour et 7 jours sur 7, les ouvriers sont logés sur le chantier dans les appartements sans fenêtres. Pourquoi ? Parce qu’ils n’ont certainement pas les moyens de se louer une chambre en ville. lls viennent de régions lointaines comme le Bihar. Et parfois, tôt le matin, je vois un groupe de ces ouvriers arriver de la gare avec leur petit sac pour tout bagage, fatigués, les vêtements fripés et prendre la direction de ces nouveaux chantiers où ils vont passer plusieurs mois, comme en exil.

En exil comme ces jeunes Kéralais qui choisissent de partir travailler dans les pays arabes et les Émirats. Ils savent que ce qui les attend là-bas n’est pas un exil doré, loin s’en faut. De plus, aujourd’hui, avec la crise économique, ils sont renvoyés chez eux massivement avec un mois de préavis. Non seulement la maison de leurs rêves ne sera jamais construite ou achevée, mais ils devront rembourser les emprunts souscrits pour payer leur billet d’avion et l’intermédiaire ou l’agence qui leur a procuré ce travail. Des années de dettes. Et pas de perspective d’embauche au pays.

Si aujourd’hui plus de 6o% de la population vit encore dans des zones rurales, les statistiques démographiques prévoient qu’en 2020, la moitié de la population de l’Inde vivra dans des villes, ce qui implique que les bidonvilles vont s’agrandir considérablement et que les problèmes de circulation vont atteindre un niveau insupportable. Ce qui est déjà le cas, à mon avis.

Pour découvrir ci-dessous le lien vers l'e-mail suivant...

Pour laisser un commentaire à la suite de cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

jp guillot

Mes photos du jour
(Cliquer sur les vignettes.)

Naveen et Krishan Mithilesh et son fils



Les photos de cette page ne sont pas libres de droits. Elles appartiennent à l'auteur. Elles peuvent cependant être utilisées à des fins non-commerciales avec son autorisation. Pour le contacter, cliquer ici...

Cette page a déjà été visitée 873 fois.


E-mail précédent...

Pour revenir à la page principale...

E-mail suivant...
Nous voilà partis pour 5 mois de voyage en Inde durant lesquels nous allons recevoir de temps à autre un mail de jp guillot.
Pour ne rien manquer et être informé par une rapide annonce dans votre boîte aux lettres de la mise en ligne du prochain message,
inscrivez-vous à : "La Lettre des Baladins de la Tradition" ou retrouvez-nous sur "Facebook".

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Emigration

Famille
Blanche de Richemont : la mise en écriture
Swami Premananda : passé, présent, futur ...
Cinq médecins gravissent la colline !
Le choix des Illuminés : la masse commune intégrale !
"L’Odyssée de l’empathie" : un projet à découvrir !
Un calendrier interculturel pour 2008 !
"Pour méditer comme une grenouille"

Générosité
Etape 14 : De Calahorra par Carca et Lodosa à Alcanadre
Balzac et le Martinisme : Conclusion
O peuples du Nord !
Les trois messes de Noël
La foi dans l’homme !
Merci, l’écureuil !
Salon national de l’Humanitaire 2006
Tsunami Asie : Solidarité
Samedi 6 avril à 17h à Paris - Récital de chants sacrés indiens au profit du Kérala

Sacrifice
Le martyr byzantin de Notre Dame du Puy-en-Velay
Jeux de mots laids

Tiers-Monde
Namaste
Thrissur, le retour
Papiers
À propos de SlumDog Millionnaire et des Castes (Kannur)
De Goa au Père-Lachaise

Volonté
Rationalisation du mystère
Correspondances entre les centres d’énergie cosmique et les sphères d’activité sur notre planète
Qu’est-ce que la littérature ?
La volonté et son utilisation démoniaque
"Recevoir force et lumière"

Il y a actuellement 1 contribution(s) au forum.


Slumdogs 3
14 septembre 2010, par Oziam

Merci Jean-Pierre pour ce portrait si réaliste de l’Inde actuelle.

J’ai retrouvé ce climat dans le magnifique roman d’Aravind Adiga : "Le Tigre Blanc".

Je laisse un lecteur s’exprimer (mieux que je ne pourrais le faire)

"The White Tiger" nous fait découvrir sans faux-semblants la cruauté insensée de la société indienne, enserrée dans une inégalité sociale fondamentale (les castes, la perpétuation de leur asservissement par les esclaves eux-mêmes...), mais surtout donne une impression stupéfiante de "justesse" totale, de ne jamais chercher à enjoliver ou à enlaidir, à romancer ou à "élever" l’histoire à un niveau politique ou métaphysique, qui sont pourtant très présents, comme en creux, dans chaque page.



Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2019 - Les Baladins de la Tradition