Accueil du site Sur les routes Inde India-Log Arbres et Palais de Mysore
INDIA-LOG
E-mails expédiés au cours de 5 mois de voyage en Inde

 

Date :
Objet :
De :
A :

 

 

5 mars 2009 - 07:37
Arbres et Palais de Mysore
jp guillot
un ami

 



Pour revenir au message précédent…

Si tu voulais vraiment voir de tes yeux ce que peut devenir un albizia, l’arbre à soie, c’est à Mysore qu’il faut venir : les avenues sont ombragées par ces arbres majestueux dont les branches puissantes se déploient en éventail au-dessus de la chaussée. Comme nous sommes déjà au début de l’été, les fleurs ont jauni, mais il est facile d’imaginer la beauté de ces arbres quand leur canopée se drape d’un sari de soie rose.

Un tronc d’albizia occuperait facilement toute la surface de la courette des Églantines et ombragerait tout le quartier. Les dimensions étonnantes que cet arbre n’atteindra jamais sous nos latitudes se retrouvent dans toute la famille des ficus, dont le ficus elastica qui dans nos appartements n’est qu’une tige qui sort d’un pot avec quelques feuilles persistantes et que nous appelons « caoutchouc ».

La saison est sans doute aussi trop avancée pour que les flamboyants déploient toute leur splendeur, par contre, au Jardin Botanique, le rare Gouroupita guianensis, l’arbre aux boulets de canon, donne une profusion de fleurs étonnantes et ces noix rondes comme des boulets effectivement.

L’avantage de Mysore c’est d’être à 900m d’altitude : à l’heure de la sieste, quand il fait 35° à l’ombre, je ne transpire presque plus. Et tant mieux parce que, depuis 4 jours, je peine à marcher : mon genou gauche me joue des tours à la suite d’une partie de jambes en l’air un peu acrobatique.

J’ai cru que l’acupuncteur qui a son cabinet tout proche de l’hôtel pourrait me soulager mais il m’a vu venir et m’a taxé un max pour une ordonnance de rayons X et de tests. Que je n’ai pas faits car l’hosto, houlala ! : les malades et leurs familles couchent dehors pour être les premiers au guichet le matin, et je n’aime pas jouer les coupe-files.

Je n’ai pas trouvé mieux dans une clinique privée : devant la réception, c’était le bordel intégral. Les patients qui peuvent se permettre de se payer des soins dans ces établissements font passer sans scrupules leur ordonnance assortie d’un bakchich aux infirmiers et secrétaires pour faire avancer leur affaire. Devant la perspective d’une attente interminable et sans espoir, écoeuré, j’ai pris le large.

Finalement, un pharmacien m’a indiqué un orthopédiste excentré et excentrique qui m’a rapidement et fort bien reçu : il me palpe, conclut qu’un ligament a besoin de repos sous une genouillère, me déconseille de continuer à faire du vélo. Tenir ma jambe en l’air (!) pendant qq. minutes de temps en temps serait bien préférable.

Suis tout de même retourné dans des endroits que j’aime :

Le Maharaja’s Palace : à l’intérieur, apothéose du style saracénique (style mogol mâtiné de victorien, autrement dit kitsch) mais, de l’extérieur, féérique quand il est illuminé de ses 90,000 ampoules et semble un palais des 1001 Nuits flottant au-dessus de son jardin.

Et Chamundi Hill, une des 8 montagnes sacrées de l’Inde du Sud. Temple sans intérêt très fréquenté, mais vue superbe sur la ville. La descente des 1000 marches du chemin des pèlerins réserve plein de surprises charmantes : des ermites allumés, des vendeurs de lait parfumé ou d’ananas frais, des singes funambules, des écolières toutes contentes d’être prises en photo dans leur uniforme amidonné... Au bas des marches, je me suis retrouvé, bien fatigué, à l’abri d’un reposoir où j’avais été particulièrement heureux l’an dernier sans raison.

Visite aussi de Srirangapatnam, et du palais de Tipu Sultan. Une gracieuse demeure toute peinte, tout en recoins et salons cosy, la grâce indienne du 18e siècle, avant que les Anglais ne viennent introduire la surcharge victorienne et le style saracénique.

Pour découvrir ci-dessous le lien vers l'e-mail suivant...

Pour laisser un commentaire à la suite de cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

jp guillot

Mes photos du jour
(Cliquer sur les vignettes.)

Fleur de l'arbre aux boulets de canon Arbre aux boulets de canon Bâtiment de style "saracénique" Façade du Palais Le Palais illuminé Fleurs d'albizia Dans le Jardin Botanique de Mysore



Les photos de cette page ne sont pas libres de droits. Elles appartiennent à l'auteur. Elles peuvent cependant être utilisées à des fins non-commerciales avec son autorisation. Pour le contacter, cliquer ici...

Cette page a déjà été visitée 1588 fois.


E-mail précédent...

Pour revenir à la page principale...

E-mail suivant...
Nous voilà partis pour 5 mois de voyage en Inde durant lesquels nous allons recevoir de temps à autre un mail de jp guillot.
Pour ne rien manquer et être informé par une rapide annonce dans votre boîte aux lettres de la mise en ligne du prochain message,
inscrivez-vous à : "La Lettre des Baladins de la Tradition" ou retrouvez-nous sur "Facebook".

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Ananas
Les plantes sur les sentiers 24 à 28 de l’Arbre de vie

Arbre
Du carbone au diamant
Bodh Gaya
William Beckford de 1787 à 1822
Du maquis à l’humanitaire : le chemin d’un homme
Hafez de Chiraz

Fleurs
Le Jardin
Thérèse de Lisieux : 1890 à 1895
Humilité, demeure !
Souvenirs imaginaires d’Henry Lansdown
Etrange saule...

Genoux
Tours et détours en prélude au Chemin...
La double Couronne de l’Orant
Le labyrinthe de Chartres : miroir du Sentier
Etape 10 : De Torres de Berrellen par Luceni à Gallur
Retour

Mysore
Petites misères à Mysore – suite et fin
Petites misères à Mysore

Il y a actuellement 0 contribution(s) au forum.

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2018 - Les Baladins de la Tradition