La Belle de Sri Premananda
vendredi 25 février 2011

par Vignesh


On dit d’un prisonnier évadé qu’il s’est fait la belle. On ne peut pourtant pas dire que, libéré de sa condition carcérale par son décès, Sri Premananda soit mort de sa belle mort, loin s’en faut !

Ce n’est pas cette Inde-là des temps présents qui l’aurait permis et ce n’est pas dans ce monde-là que nous vivons tous sur toute la surface de la terre.

Pourtant compte tenu de tout ce que nous avons pu expérimenter de Lui, de Son pouvoir et de Son omniscience, il nous est impossible de croire qu’Il aie pu subir cette situation jusque dans son issue fatale.

Nous étions dans notre dix septième année d’attente active, espérant toujours sa libération dans le triomphe de la vérité, préparant Sa venue dans tous les coins du monde où Son Amour et Sa grâce continuaient à rayonner malgré les barreaux de la prison.

Rarement dans l’histoire de la terre un être Divin, un Avatar, s’est autant approché, donné, fait intime des hommes ordinaires que nous sommes.

Notre rêve est brisé, notre déception immense, nous pouvons boire des océans de chagrin, mais nous n’allons jamais nous noyer. Il y a trop à faire, il nous a montré la route.

La quarante-quatrième manifestation publique de lingams ou Lingodbhava n’aura pas lieu.

Le quinze février, l’ashram Sri Premananda nous prévenait que Swami hospitalisé avait perdu connaissance à cause d’une grave déficience du foie. Le 21 février 2011 à 13h30 [1], il a quitté son corps mortel, son corps de sacrifice et de service, s’agissant d’un Avatar, il est entré selon l’expression Hindoue en Mahasamadhi [2].

Le service n’est nullement interrompu, Sri Premananda est partout.

A l’instant où Il quittait son corps en Inde du sud, j’étais, en France ,en train de lire un dossier de « Philosophie Magazine N° 44 » de Novembre dernier : « La mort : oser y penser ».

Voilà un peu ce que Sri Premananda est capable d’organiser au moment même qui paraît être celui de Sa défaite.

Comment pourrais-je prendre cette mort au sérieux malgré ma peine ?

Aujourd’hui, 24 février, le corps de Swamiji est arrivé à l’ashram, en ambulance, à 18h40 [3] ce soir. Il a été sorti du véhicule d’une façon très digne, alors que tout le monde récitait calmement et paisiblement "HariOm"et "Jai Prema Shanti !". Il était vêtu de sa robe de sannyas jaune et d’une guirlande de fleurs. Une Arati (offrande de la flamme de camphre) lui a été faite et ensuite il a été transporté dans le Puja Hall (Temple). Quelques minutes après cela, toutes les personnes à l’ashram ont commencé à se mettre en rang et sont allées dans le Puja Hall pour rendre hommage à Swamiji. Durant les prochains jours, les fidèles seront des milliers à venir rendre hommage à Swamiji. Nous nous attendons à ce que la cérémonie finale du Samadhi ait lieu le 28 février, à partir de 6 heures du matin.

Dans tous les centres du monde, les disciples, les fidèles et les amis se rassemblent pour rendre hommage au si merveilleux sage qu’ils ont reconnu, certains depuis longtemps, d’autres depuis... maintenant. D’autres encore viendront pour les temps à venir puisque Son Dharma [4] est établi pour 2500 ans !

Le Nom, les Noms, les images et les objets spirituels sacrés qu’Il nous a laissés, Ses paroles, Lui le Sans Forme, tout ceci est chargé d’un immense pouvoir à la disposition de tous ceux qui veulent faire entrer le Bien dans ce monde.

Que sont ces 60 années d’incarnation non achevées dans une mission qui nous semble interrompue pour le Grand Maître Sri Premananda originaire du Sri Lanka venu à nous chargé des grâces de la Tradition Primordiale ?

« Toutes le religions sont belles, toutes se valent mais la plus ancienne de toutes est le culte du Shivalingam, il a un million d’années. » proclamait-t-Il.

Pourquoi l’an dernier pendant la Mahashivaratri [5] nous a-t-Il parlé de la mort de Rama, de Krishna, de Mahomet et de Jésus ?

Quelle intention divine préside à cette dramaturgie ? C’est là pour le moment une question sans réponse.

Mais il y a une certitude : à tout ce qu’il y a de vil et de menteur, à toute la haine dans le coeur de l’homme, Sri Premananda Maharaj répond pour l’éternité par Son sourire radieux d’Amour et Joie, par Ses yeux brillants d’innocence.

Jai Prema Shanti ! Jai Prema Shanti ! Jai Prema Shanti !

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Vignesh

 


[1] 9h30 heure française

[2] Mahāsamādhi du Sanskrit mahā (Devanāgarī : महा ) : grand, final et samādhi (Devanāgarī : समाधि) : absorption, méditation, départ. Ce terme est souvent utilisé dans la culture indienne pour évoquer le décès de grands maîtres spirituels

[3] 14h40 heure française

[4] Dharma, dans la tradition indienne, fait référence aux lois régissant le monde, au niveau du macrocosme comme du microcosme

[5] Mahashivaratri est une fête annuelle dédiée au Seigneur Shiva

Cette page a déjà été visitée 5503 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE Swami Premananda : choisir sa vie Swami Premananda : être ou ne pas être... Swami Premananda : la libération Swami Premananda : passé, présent, futur ... La Belle de Sri Premananda

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

21 février

Camphre
A propos de l’Abishekam
Les plantes sur les sentiers 29 à 32 de l’Arbre de vie

Inde
Le Supramental : une autre planète (2)
Le règne végétal revêt pour l’être humain une importance vitale.
De Vishakhapatnam alias Vizag
Deux questions pour toi.
Le mythe de Rama (1)
Nouvelle édition des "Lettres de Nulle Part" !

Mahashivaratri
Les lingams venus d’en haut : un plan sur la comète...
De Shivanataraj au Shivalingam

Maître spirituel (Guru, Sheikh)
Swami Premananda : choisir sa vie
"Œuvrez et ne perdez jamais courage !"
"Le monde entier est TON maître."
"La toiture sera posée et mon œuvre terminée…"
Pratiques de méditation

Mort
Bénarès
À Dharampur avec le Dr Khan
Thérèse de Lisieux : jusqu’à sa mort...
"Pour un plus beau temple encore..."
Pas le choix !
"La Vie après la Vie", 30 ans après !!

Premananda (Swami)
Swami Premananda : être ou ne pas être...
Swami Premananda : passé, présent, futur ...
Ondoiement et premier pas
Le mythe de Rama (4)
Le rituel de l’Abishekam

Sri Lanka

Vie - Mort
Mahatma Gandhi
Retraite sur le Livre Tibétain des Morts
Etape 5 : De Caspe à Escatron
Et Jonas dort
La pierre percée de Villers-Saint-Sépulcre
"Harry Potter and the Deathly Hallows"


Il y a actuellement 39 contribution(s) au forum.


La Belle de Sri Premananda
13 mars 2013, par Vignesh

En concordance avec vos discussions sur Maitreya : J’avais posé une question écrite par à Sri Premananda sur ses liens avec Maitreya ;Il m’avait répondu par lettre aussi,une réponse confirmant ce qui avait été dit ailleurs. Pour preuve qu’un Mahatama n’a pas besoin d’être dans son corps physique pour intervenir dans notre monde humain : Premananda continue à donner le Lingodbhava pour Shivaratri depuis trois ans après son départ physique ! De même de la Vibhuti ( cendre sacrée) apparaît sur sa statue ou des photos. Le 11 mars de cette année un lingam est venu dans le temple encore. D’autre part lors de sa dernière apparition publique pour Mahashivaratri 2010, j’étais présent et me souviens parfaitement, Sri Premananda avait annoncé et promis qu’il allait régler rapidement l’épineuse question de la guerre civile au Sri Lanka. Cela semblait très improbable compte tenu de la gravité et l’ancienneté de cette situation politique comparable à celle qui oppose les Palestiniens et la Juifs en Judée. Pourtant une avancée considérable, une pacification surprenante ont eu lieu au Sri Lanka depuis cette période, même si tout n’est pas encore juste et harmonieux loin de là entre ces deux communautés Tamoule et Cinghalaise. Voilà pourquoi il est raisonnable d’espérer dans l’aide de ces grands maîtres, voilà pourquoi nous devrions nous tourner vers eux après avoir entrepris tous les efforts possibles à notre niveau humain.
Cet avatar est probablement l’un des plus grands Maîtres qui se sont fait connaître des hommes.
Om Namah Shivaya !


La Belle de Sri Premananda
3 janvier 2013

Tout continue :
à lire dans le magazine de l’ashram.Une nouvelle édition en français a été mise en ligne sur le site Sri Premananda :
Prema Ananda Vahini - octobre 2012 (.pdf)
http://www.sripremananda.org/french...

Le Dharma décline dans ce monde moderne. Comment allez vous pouvoir changer cela ? Le riche devient de plus en plus riche et vit dans un luxe inimaginable.Qui se soucie du pauvre et du nécessiteux en ce monde ?
C’est une époque ou même le très riche et le très puissant recourt à d’horribles crimes et corruptions pour devenir encore plus riche et puissant.
Y a-t-il une fin à cette folie.Au même moment il y a un nombre innombrable de personnes vivant sans un morceau de pain pour se nourri,sans vêtements, sans abris ou médicaments, et sans eau pour se laver ou boire : Pouvez vous imaginer vivre comme cela ?
Si vous avez de l’amour pour les autres , pour vos semblables et pour votre pays, ou simplement pour votre Mère la Terre je vous exhorte à être très courageux et à faire de votre mieux pour corriger ces erreurs de toute manière possible."


La Belle de Sri Premananda
14 octobre 2011, par Ariane

Dans la série :
« On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu’on a lues. »Sei Shônagon in « Notes de chevet » : Le deuxième et dernier roman de Blanche de Richemont "Harmonie" évoque la figure de ce grand sage français Vijayananda juste avant puis après qu’il quitte son corps en Inde à Pâques l’an dernier.
Cette femme est un ange. Elle vient de Vénus.La lire peut aider les gens qui ont perdu un Maître spirituel, s’interrogent sur la transmission.
Je vous conseille ce blog pour la découvrir.Ses autres livres sont tout aussi fabuleux.Une nouvelle plume digne de celle de Paulo Coelho pour la densité de l’enseignement spirituel.
http://blanchederichemont.skyrock.com/

Pour son roman :
http://www.toutpourlesfemmes.com/co...

amitiés à la ronde.


La Belle de Sri Premananda
28 août 2011

Est-ce qu’il y a une Garden Party au paradis ? Après Premananda , Sai Baba, une ou deux Mères Divines c’est le tour d’Arnaud Desjardin qui a quitté son corps le 10/08.


La Belle de Sri Premananda
3 avril 2011, par secrétaire OHP

Swami Premananda a quitté son corps, mais sa mission se poursuit, tant sur le plan spirituel qu’humanitaire : dans son Ashram, dans le Tamil Nadu, près de 500 enfants, orphelins ou déshérités, sont accueillis et scolarisés. Ils ont plus que jamais besoin de votre soutien.
Si vous voulez faire un don ou parrainer un enfant, l’association OHP (Oeuvres Humanitaires Premananda) gère pour la France le financement de l’orphelinat.
Contact : A.Lemaître
E.mail : ohp.france wanadoo.fr


La Belle de Sri Premananda
23 mars 2011, par Sarasvati

Sri Mataji Nirmala Devi ,une autre grande personnalité de l’Inde a quitté son corps quelques jours après Premananda, le 23 février à l’âge de 88 ans.Son enseignement était gratuit,dispesé aux masses à travers le monde pour partager sa réalisation, elle était l’épouse d’un diplomate qui lui survit et disciple de Gandhi.Elle avait aussi son idée sur les vrais ou les faux Gurus.
http://media.freemeditation.tv/Queb... Vide.pdf


La Belle de Sri Premananda
21 mars 2011

Bien sûr qu’il faudrait imiter Socrate, Jésus Chist, Premananda, ce serait déjà le paradis sur terre !D’ailleurs ils ont quelque chose en commun.


La Belle de Sri Premananda
18 mars 2011, par Isha

Je viens de prendre connaissance de tous ces derniers messages en même temps que de celui-ci et bien que dans une des interventions il soit recommandé de ne pas se « poser de question », je m’en pose en l’immédiat ainsi que je le fais d’ailleurs en permanence – Par exemple et ente autre, dans le Kabbaliste de Patrick Lévy ne trouve-t-on pas régulièrement « pose ta question » …

En effet, je m’en pose à la lecture de certaines lignes qui renvoient constamment justement à des questions : On rencontre dans toutes les Traditions des âmes d’exception comme celle de Swami Premanenda (que son âme soit dans la pleine Lumière) et cependant ils restent tous au niveau de l’humanité tout en offrant par leur existence le témoignage indiscutable de la divinité que tous portons en nous, et je crois qu’il est important d’en être conscient – Ils sont là pour nous montrer le Chemin …. Je ne pense pas que des Etres d’un tel niveau puisse avoir voulu ou encourager une vénération que l’on ne peut réserver qu’à D.ieu seul ! il y a là-dedans un réel danger qui à mon avis favorise l’obstacle de l’égo dont on fait toujours grand tapage en disant qu’il faut l’éradiquer. L’égo a besoin d’idoles …Et je dirai qu’on ne peut se soumettre qu’à D.ieu lui-même et même si une Ame d’exception nous renvoie son Image ce n’est pas Swami …. Saint …. Maître ….etc… à qui l’on doit dévotion ou adoration au risque de se trouver dans un enfermement - Le respect en même temps qu’une admiration face au sacré oui ! l’engagement dans l’Etude et l’enseignement dans le respect de la Transmission d’un Eveillé : oui ! Ces Etres sont des modèles qu’il faut imiter mais pas copier ! ils sont là pour nous aider à nous révéler ce qu’il y a de plus profond et de caché en nous mais je ne suis pas certaine qu’ils aient voulu qu’on les vénère comme des dieux ! Jésus ne dit-il pas Lui-Même, de prier le Père ? il ne dit pas de le prier « lui » ou de le vénérer ? il dit aussi « le disciple n’est pas au-dessus de son maître, mais tout disciple bien formé sera comme son maitre » … et encore et encore mais c’est là un autre débat.
D.ieu marque ainsi de son sceau les plus grandes des âmes chargées de ramener les autres au « bercail », et seul l’esprit de D.ieu peut alors habiter en chacun et non pas celui d’un swami, d’un saint, ou autres… tout en y restant sensible et cet « Autre » ne peut rester qu’extérieur à nous-mêmes !
L’humain reste l’humain quelle que soit la hauteur qu’il atteint dans le monde céleste et si ces Ames telles que « Les avatâras et les vibhutis (incarnations partielles) de Dieu, viennent faciliter l’aventure, créent le milieu favorable, détruisent les obstacles..../,(comme il est dit et ce à quoi j’adhère) on ne peut que malheureusement être rappelés à l’ordre ne serait-ce qu’en constatant que les obstacles ne sont pas détruits et que même parfois de plus monstrueux surgissent qui ne font que montrer la distance qui sépare l’homme ordinaire de ces âmes qui semblent venir prêcher dans un désert. Quelques « oreilles entendent » c’est vrai, mais ne confondons pas recevoir un enseignement et en rechercher l’application et laisser l’imaginaire inférieur croire être habité par l’esprit d’un autre aussi saint soit-il .
Ceci dit, et comme je l’ai déjà indiqué je n’ai pas eu le privilège de rencontrer Swami Premanenda mon chemin étant différent quoiqu’il ne soit pas éloigné du même But, et je rends grâce à D.ieu qu’Il persiste à mettre sur notre route de tels Etres, ce qui ouvre des perspectives infinies d’espérance et qui montre que D.ieu ne s’est pas détourné de nous et qu’Il continue à nous prodiguer ses Dons et ses Enseignements, grâce à ses Envoyés, le But du Dharma comme - il est dit - étant de trouver D.ieu.


La Belle de Sri Premananda
18 mars 2011, par Marie Claude

Bonjour Om Om Om

Merci de cet article en hommage a
Swamiji...


La Belle de Sri Premananda
17 mars 2011, par Nirmalan

Lors d’une réunion entre amis samedi dernier au cours de laquelle il a été rendu hommage à Sri Premananda, j’ai proposé un extrait du Satsang du Jeudi 27 Juillet 1995, Premananda Satsang Vol.1, N°30, afin de dire comment nous devons surmonter l’épreuve du départ de notre Maître bien aimé, Swami Premananda :
" Maintenant imaginez-moi, Swamiji. Enlevez mon nom et pensez que je n’ai pas de nom et pas de corps, mais il restera encore une conscience, une vibration vivante extraordinaire ; C’est Shakti. C’est la Mère . Vous devez vous entraîner à comprendre et à percevoir Shakti, la force divine. La plupart des gens ne perçoivent rien, absolument rien, parce qu’ils ne peuvent pas aller au delà du nom et de la forme. " Swami Premananda



Site : Shakti :sans nom ni forme

La Belle (Parole) de Sri Premananda
16 mars 2011, par Premagita

Pour ceux qui souhaitent découvrir ou approfondir l’enseignement de Swami Premananda, vous pouvez recevoir par mail, chaque lundi et jeudi, une parole extraite de ses entretiens avec des disciples ou chercheurs.

Il vous suffit d’envoyer un mail à premagita free.fr pour demander votre inscription, qui est bien sûr totalement gratuite et confidentielle.

Premagita n’est pas le chant du cygne de Swami Premananda, mais le chant (gita) de son Amour (Prema) éternel.


Un témoignage
16 mars 2011

Merci à Vignesh pour ce bel article !
Voici mon témoignage...

Quand on m’a appris la mort de Swami Premananda, j’ai éclaté de rire comme si on me faisait une grosse plaisanterie, je ne parvenais pas à croire à son décès et je suis restée quelques minutes prostrée en répétant « ce n’est pas vrai, ce n’est pas vrai »...
Depuis 17 ans, j’ai de nombreuses fois entendu parler de Swami Premananda, j’ai longuement cotoyé certains de ses disciples (ils sont des amis très chers dans ma vie, et malgré ma volonté d’oublier Swami Premanda et de ne plus jamais entendre parler de lui, les liens avec ces personnes sont si forts que je n’ai jamais pu envisager de rompre ces relations), je tâchais juste du mieux que je pouvais de me rendre hermétique dès qu’ils se mettaient à parler de leur maître, à m’éloigner concrètement, je dirai même à fuir lorsqu’ils commençaient leurs abishekams). J’ai malgré tout au début assisté à de nombreux rituels pour leur faire plaisir et aussi pour tenter l’expérience, je me suis même rendue en Inde où j’ai rencontré « Swami » en prison à deux reprises, tout cela sans rien ressentir de particulier, sinon un certain sentiment de tristesse, de l’aversion et surtout beaucoup de peur, comme si je devais subir les affres du « jugement dernier »...J’aurais souhaité ne jamais l’avoir connu. Le simple fait de connaître son existence était cause de souffrance pour moi. Je me rappelle une fois, lors d’une retraite dans un monastère catholique, (je sentais avec effroi qu’il était présent en permanence à l’intérieur de moi, je n’en pouvais plus) je l’ai supplié ainsi : « pourquoi me persécutes-tu ainsi ? Laisse-moi, va-t-en » et curieusement j’ai été exaucée et je n’ai presque plus ressenti intérieurement sa présence par la suite.
Quand Il est tombé dans le coma, je suis tombée malade, et j’ai vécu des états d’esprit particuliers. Je me suis mise à écrire un texte dans lequel je suppliais de revoir le maître spirituel que j’ai tant aimé dans des vies anciennes, le maître que j’ai trahi, que j’ai fui, et que je recherche depuis que je suis enfant. Dans ce texte, je demandais si je pouvais le voir « demain », et l’on me répondait : « oui, le jour tant attendu est enfin arrivé ». Le lendemain matin effectivement fut le jour de ces retrouvailles...
J’ai compris que ce maître tant cherché était Swami, celui que je tente justement de fuir en vain depuis 17 ans ! J’ai ressenti une joie profonde, si intime, comme si j’étais enfin de retour à la maison. L’amour qu’Il nous porte est si profond qu’il prend pour moi toutes les teintes. Il est pour moi le maître, l’enseignant, le père, le mendiant qui mendie notre amour, Il peut aller jusqu’à prendre la forme d’un enfant qui demande à être aimé, l’Ami par excellence. J’ai donc beaucoup pleuré...de joie, de peine aussi de le reconnaître si tard...J’ai ressenti le fait qu’Il ne parlerait plus ou très peu à l’avenir et qu’une nouvelle ère pour lui et les disciples s’annonçait. Swami avait annoncé qu’Il serait en silence dans l’avenir et, qu’Il sortirait de prison et qu’Il visiterait les centres dans le monde entier, partout où Il avait des discilples, aussi je gardais l’espoir qu’Il sorte du coma...j’échafaudais des plans pour aller Le voir en Inde, Le rencontrer lorsqu’Il viendrait en France...Sa mort fut un choc très profond : pour moi, « l’histoire ne pouvait pas se terminer ainsi »...Je venais de Le retrouver, je ne voulais pas Le perdre à nouveau !

Quel bonheur, un bonheur que je ne m’explique pas ! Ce bonheur qui m’étonne reste présent malgré qu’Il ait quitté Son corps. Ma seule crainte est de perdre ce lien avec Lui, (qui me relie aussi aux autres ). Je dois prier, me concentrer, être très calme et avoir une attitude toute faite de simplicité pour ressentir Sa présence à l’intérieur de moi, cet état d’esprit est à reconquérir à chaque fois, ce n’est pas une chose aisée pour moi, « acquise ».

J’ai tout à fait conscience d’être une piètre disciple, je ne mérite même pas ce terme d’ailleurs, moi qui n’ai pas su Le reconnaître de son vivant, mais à ma façon je porte le deuil et je ne peux dire que cela : je suis émerveillée et si heureuse de ressentir enfin à nouveau Son amour, l’amour qu’Il nous voue, cette grande paix. Qui est-Il donc pour être avec nous ainsi, partout, en tous ?

Myriam


La Belle de Sri Premananda
8 mars 2011, par El peregrino

Chers amis,

Toutes les spiritualités sont en liberté sur les Baladins et c’est bien...

Reste que parfois pour en donner une bonne image à tous et informer les lecteurs, il serait bien que les mots à consonance lointaine soient au moins traduits et au mieux expliqués pour une bonne compréhension des messages…

Amicalement du pays cathare.


La Belle de Sri Premananda
8 mars 2011, par Gontrand

CADEAU D’ADIEU ? Le 3 mars pendant la préparation de l’abishekam dans le Samadhi de Swamiji un fidèle qui nettoyait aurait découvert un gros lingam couvert de kumkum parmi les fleurs . Existe-t’il une ou des photos ? Si oui,je suis preneur.Si ce n’est pas un miracle( pour les rationalistes) c’est au moins un beau cadeau !


La Belle de Sri Premananda
3 mars 2011, par Vignesh

A l’Inconnaisannt en réponse à sa parole de rappel ardent du seul réel

Grand est le Grand Mystère des Avatars mais grand aussi est le petit mystère du service des Avatars en tant que voie royale pour s’approcher au moins un peu du premier Grand Mystère.
Je reconnais que trois fois profond se trouve hermétiquement être le mystère de l’Inconnaissant dans sa légitime négation affirmée de tous les savoirs. Nous avons découvert ce message et nous y répondons après une nuit de veille sanctifiée par les pratiques rituelles et de dévotion traditionnelle requises lors de la fête de Mahashivaratri que nous avons apprises de notre satguru Sri Premananda... ;tout ce chewing gum que l’Inconnaissant ne mâche pas plus que ses mots lui qui aurait pu être près de nous cette nuit....et que nous avons aidé modestement soutenu dans le questionnement envers Sri Premananda dont il fait état dans ce message..
Je suis persuadé quoiqu’il s’en défende que l’auteur d’un livre ayant pour titre « Aimez vous les uns les autres » est aimanté pas une éthique supérieure, car enfin là tout est dit !. Sa déception sagace devant toutes les insuffisances du dialogue , les manques et les ratages de l’unité quand ce n’est pas les oppositions au sein de tout le monde de la Tradition d’Orient ou d’Occident est aussi celle de tous ceux qui ont un peu vécu la parodie spirituelle en représentation casi universelle. Les questions de l’Inconnaissant étaient pour moi fondamentales mais je lui ai dit que peut être il ne recevrait pas de réponse en mots, ces mots dont il se méfie tant tout en sachant les manier lui-même avec art un peu comme Krishnamurti..
Je lui avait fait savoir que peut être les réponses à Solaris 44 de Sri Premananda se donneraient à lire dans les événements eux même. Oh comme je ne croyais et comme j’aurais voulu ne pas si terriblement bien dire !. Voilà que la Mahashivaratri numéro 44 que je sentais programmée avec l’Inconnaissant aura été en son absence /présence et en celle de mon Satguru idem une sorte de veillée mortuaire concentrée, recueillie et douce dans notre centre Sri Premananda à l’ouest ...tout tourné vers l’Ouest cette nuit. Puis je affirmer moi-même sans espérer convaincre qu’une expérience fondamentale a été faite sur la terre avec l’approche que des occidentaux ( les Indiens et autres orientaux aussi ont pu faire sans aucun doute une expérience aussi fondamental dont ils devront dégager la compréhension en retire la substantifique moëlle) de Sri Premananda pendant ces années où il nous a laissé nous inter réagir avec lui. ? Sri Premananda n’était surtout pas le mot Avatar que l’iconoclastie de Solaris fustige non sans pertinence, mais un être incroyablement vivant, inattendu, imprévisible … jusqu’au bout, un être qui m’a donné à sentir ce que c’est que le nom conditionné quoique s’exprimant dans le cadre bien défini de la tradition Hindoue, un être dont on ne pouvait pas douter qu’il soit tout amour mais qui nous élargissait effroyablement parfois sur ce que l’on peut considérer comme le visage convenu de l’Amour...Sri Premananda brûlait tout le savoir spirituel livresque en se moquant du type de cherchant bookknowledge devant un Vignesh et ses efforts de bonne volonté pour enrichir et organiser la bibliothèque de l’asrhram. Sri Premananda a été une formidable école pour se libérer de tous les préjugés et toutes les connaissances , conceptions attentes et même aspirations sur ce que c’est qu’un Avatar ,un Messie ,un Sauveur. C’était une opportunité remarquable de se libérer de tout ce cinéma mental que ne me suis pas refusée. Je suis désolé pour ceux qui ne se seront pas offert ce cadeau et pour ceux qui en auraient fait et en feront très probablement un autre usage., cela les regarde. En ce qui concerne les miracles la question ne me semble pas de savoir si c’est ou non facile, nous pourrions ne point tomber d’accord. La question est que c’est bien plus que de la blague, se sont des blagues. Des blagues bâtardes si l’on veut ,mais j’ai beaucoup aimé l’humour divin comme j’apprécie cette eau forte de la dérision déraison Inconnaissante. Le Karma, le Dharma ,les miracles et la grâce tout simplement constituent Cela qui est..Je crois ne pas avoir été embarrassé par l’interpellation de l’Inconnaissant
il n’y a pas pour moi le moindre iota d’irrévérence dans ce qu’il dit sur Sri Premananda son respect et sa reconnaissance me suffisent et je l’en remercie..
Le corbeau est-il noir , blanc ou rouge ? Si le Guru dit que le corbeau est noir alors que nous le voyons blanc il s’agit pour nous de croire que c’est vrai, telle est la méthode. Mais nous ne croyons ni en nous ni dans les paroles du Guru. Alors que faire ? Quand à savoir si les hommes vont s’aimer mieux grâce à la venue de ce Maître Divin... affaire à suivre.
Cela ne lui échappera en tout cas pas !

"La raison pour laquelle nous manquons de confiance en nous est que l’on se
pose trop de questions, et nous créons notre propre confusion - ce corbeau
est-il noir ou blanc ou peut être est-il rouge...Vous ne voulez pas croire
que le Guru est à l’intérieur de vous
. » Swami Premananda décembre 2009



Site : Corbeau noir, blanc ou rouge ?

La Belle de Sri Premananda
3 mars 2011, par Ajita ( 10 ans)

Bonjours à tous En rentrant de l’école mon frère m’a appris la mort de Swami et j’ai pleuré.Je suis triste parce que je ne l’aurai jamais vu de mes yeux mais pas seulement pour ça.Cette soirée du lundi étai vraiment différente. J’ai appris à faire des abishekams .Swami m’aide à prier à être plus sérieuse à faire la paix entre mes amies.J’espère que là où il est au ciel il me regarde et s’occupe encore de moi et tous les autres. Jai Prema shanti


La Belle de Sri Premananda
2 mars 2011, par jean Jacques Dupont-Yokhanan

bonjour
J’apprends aujourd’hui la mort de Swami, un être qui a marqué ma vie, pas brutalement mais en douceur...j’ai rencontré de nombreux ’éveillés’ mais c’est avec lui que j’ai communiqué le mieux, le plus, dans les profondeurs de mon âmes...le lien persiste. Je me rappelle de l’avoir invité a venir aux Philippines, ce qu’il avait accepté ( c’était juste avant son incarcération)car dans sa jeunesse il y avait déja séjourné...Il y a aussi Mère Divya, si je ne trompe pas...elle doit être protégée dans quelque lieu...mon coeur est toujours imprégné de leur amour...car pour moi l’Inde est ma Grande Famille...Jean jacques Dupont-Yokhanan


La Belle de Sri Premananda
1er mars 2011, par gautam

En apprenant la mort de swami j’ais ressenti un immense vide.Je suis resté en silence,J’ais prié et j’ais compris que malgré cette absence,il sera toujours présent en moi.La déception fait place à une profonde envie de suivre ce qu’il nous a enseigneé de son vivant et de se laisser guider par son énergie.


La Belle de Sri Premananda
1er mars 2011, par Sikhantim (12 ans )

Je suis triste qu’il soit parti car nous n’allons plus pouvoir être instruits,nous n’aurons plus ce contact.Je ne l’ai jamais rencontré physiquement mais j’ai écrit beaucoup de lettres auxquelles il répondait en donnant ainsi une réponse à mes besoins.Je le remercie de tout cœur.
Il nous élevait par le haut. Il me reste ce prodige, une statue de ganesh que je prie incessablement et vigoureusement Jai Prema Shanti !


Mon respect irrévérencieux...
28 février 2011, par L’inconnaissant

Au rayonnement évident du Feu Premananda, à Vignesh pour son intrépidité…

Et à toutes celles et ceux qui aujourd’hui peuvent réellement méditer sur la présence-absence à soi-même.

Une provocation à l’éveil de l’Intelligence embrassante

La forme existentielle de Premananda n’est plus. Quelle est la cause de l’apparaître et du disparaître d’une forme ? De toutes les formes ? De qui, de quoi la forme est-elle porteuse ? Pour un certain nombre de personnes de par le monde, le pulsif rythmique du son a cessé d’irriguer cette forme que l’on aura dite « vivante ». Et l’on aura dit beaucoup sur Premananda, comme lui-même aura dit beaucoup par les événements comme par ses paroles. Mais beaucoup sur qui ?
Je ne l’ai pas rencontré physiquement. Quelques semaines avant son départ, j’étais entré en contact avec lui par une série de questions écrites pour entamer un dialogue qui pouvait mettre à jour, - pourquoi pas ? -, ce qui est réel dans tout ce que l’on dit de quelqu’un, tout ce qu’il dit de lui et des autres, de toute une représentation de quelque chose que, bien souvent, on n’a pas touché par soi-même.
Que disons-nous des avatars ? Le mot avatar. C’est très impressionnant. Littéralement impressionnant. Une littérature impressionnante. Depuis des générations et des générations les mots nous impressionnent de leur plein de sens. Et si les mots étaient vides ? Et si tout le sens de la noix, sa chair tendre de sens dans la coquille, n’était ni plus ni moins que le grelot d’un noyer qui accueillerait des perroquets ?

Que n’avons-nous pas entendu à partir de ce mot décliné dans toutes les langues, toutes les traditions, toutes les cultures ? Qu’est-ce qu’un avatar si ce n’est, pour commencer, un mot ? Et si je dis, en consonance : « c’est un bâtard » ? Mais ne le prenez pas littéralement, je vous en prie ! C’est juste une façon, à travers les mots, de secouer tout le savoir généré par un mot dans l’arbre généalogique de sa racine, cause de distanciation, de représentation qui me fait penser, plutôt que d’être silencieux.

Ce petit préambule pour dire que je m’apprêtais en direct avec Premananda, dans la forme-image et historique de la pensée, je m’apprêtais donc à interpeller, à épeler, à peler le mot pour entrer en prise directe avec ce qui est, et qui n’est pas pensable, car comment la pensée peut-elle penser l’impensable ? Tout ce savoir traditionnel… - et ce mot « traditionnel » est très impressionnant -, littéralement impressionnant. Mes questions à Premananda, dans cette forme dite « vivante », allaient droit au but pour défaire l’atmosphère radieuse du vide de tous ces concepts grandioses qui taillent un costume à l’infini et répètent à qui voudra bien entendre : « Oh qu’il est grand ! Oh qu’il est beau, Oh qu’il est fort ! Oh que je suis petit ! Oh que je suis pas grand ! Oh que j’ai besoin d’une échelle ! Oh priez pour moi ! »…

Premananda n’a pas pu, - étrangement -, répondre au dialogue auquel je l’invitais non pas en tant que chercheur, ni éveillé, ni avatar, ni bâtard, mais en tant que je ne me définis en aucune façon - n’ayant aucun moyen de me connaître, je ne cherche pas, et donc je suis toujours intéressé par ceux qui arrivent à se définir, à se connaître, et à faire croire à tout cela. Je ne suis pas impressionné, littéralement pas impressionné ni impressionnable. Je n’ai pas besoin de réponses puisque je n’ai pas de questions. Donc la question de l’avatar ou du bâtard, ne se pose pas. La question de la tradition, ou de la non-tradition, ne se pose pas, etc... Par contre l’atmosphère terrestre est surpeuplée, envahie, polluée, littéralement harcelée par le savoir : savoir spirituel, savoir technique, matériel, tout ce savoir et ce savoir-faire que les bibliothèques à mains palmées, et à langues veloutées nous ont transmis de générations en générations. D’un côté, l’impressionnante artillerie avatarique, de l’autre impressionnante artillerie technique. Qu’est-ce que c’est impressionnant ces deux bouts de ficelle ! Et nous : qu’on est mal, qu’on souffre, qu’on est contradictoire, et qu’est-ce qu’on voudrait un sauveur ! D’un côté la promesse pas toujours très claire de je ne sais quoi, et de l’autre le progrès ou le conservatisme dans le progrès de la technique du savoir-faire pour ne pas se poser dans la juste indisposition de tout le savoir.

Ce concept de « Premamanda », « d’avatar », de cette image que j’ai sous les yeux, de l’annonce qu’il était là, en prison, qu’il n’est plus là, que je lui ai écrit, qu’est-ce tout cela si ce n’est de la cendre ? Qu’ai-je épousé en vérité pour parler de Premananda ou de qui que ce soit ? Ce qui est étonnant, c’est qu’aujourd’hui comme hier, comme il y a 2000 ans, 3000 ans, 4000 ans, 5000 ans, plus encore, « avatar » = la même bande magnétique dans toutes les bouches : « Je suis le plus grand », « J’aime tout le monde », « Je vais sauver l’humanité ». Et ils sont passés tous ces grands, tous ces très grands, et ils passent encore. Ils nous disent tous la même chose. Que nous devons être comme eux ? Ils nous disent quoi ? Et puis de leur vivant, comme l’on dit, il y en a un grand nombre qui sont là au même moment, en Inde et partout dans le monde, et chacun de revendiquer son géant, et chaque géant de se hisser à la hauteur de son horizon par un certain rayonnement, un rayonnement certain habillé de mots qui se coagulent en principes de mots dans une arborescence de grumeaux que l’on appelle « pratiques spirituelles », dans un consensus de morale, au mieux d’éthique, et tout ce que la croyance peut générer sans engagement intense pour être et non pas croire en l’être.

Mon propos, n’est-ce pas, est de dire à moi-même, dans cette écriture, que tout ce qui se formule et qui sert de croyances pour créer des organisations marchandes, religieuses ou spirituelles, ne peut en aucune façon contribuer à un quelconque amour entre les êtres manifestés.

Premamanda, n’est-ce pas, en appelait de son vivant à l’unité entre les filières religieuses, et vous avez entendu parler de la suite, les dix-sept années de prison que personne d’autre n’a vécu comme il les a vécues. Maintenant, qu’est-ce qu’un être dans une forme qui, en appelant à l’unité, se retrouve en prison, étant soumis au jeu de répression de tout le savoir humain en opposition au savoir « avatarique » ou « divin » ?

Mais tout être que nous sommes maintenant, tout de suite, qu’est-ce qui nous meut si ce n’est ce dilemme même, ce dilemme des intérêts « terrestres » et des intérêts « célestes » ? Il semblerait que ceux qui l’ont poussé à rentrer derrière les barreaux se sentaient menacés dans leurs propres prisons psychiques à l’écoute de son appel à la liberté.

Je le répète, je ne l’ai pas rencontré physiquement. Je le répète, on m’en a parlé, j’ai lu certaines retranscriptions de ses satsangs, visionné certaines vidéos qui lui sont consacrées, et il y a un certain nombre d’années, avant même toutes ces lectures, j’avais eu la vision de cette forme d’être en prison, en Inde. C’est ce qui m’a poussé à lui écrire, moi-même étant, par la forme qui écrit, en exil et en prison de tout le savoir terrestre et céleste qui me met entre ses propres barreaux de savoir… Je lui avais écrit dans cet esprit carcéral qui nous réunissaient, semble-t-il, et je voulais débattre de cette problématique : pourquoi sommes-nous en prison, que nous soyons aspirants ou rayonnants ? Comment se fait-il que sur cette terre, en fait, tout le monde soit en prison, y compris les soi-disant êtres les plus libres qui puissent se manifester, les avatars, les sages, etc.. ?

Premananda m’interpelle là comme une loupe sur le problème de tout le monde, vous, maintenant, qui pouvez lire ce qui est dit et l’interpréter comme ça arrange l’interprétant. Et si quelqu’un ne se conforme ni au savoir terrestre, ni au savoir céleste, si même les paroles de Premananda sont pour lui autant de barreaux que ceux ou celles qui mettent en prison ? Imaginez cela.

Les photos-images de cette forme dégagent un rayonnement. Comme le soleil, je peux sentir sa chaleur. Cela est évident pour le même soleil dans le soleil, mais comme tout le monde est dans le soleil du rayonnement, comment faire une distinction ? Grand soleil, petit soleil, lune ? Quand vous n’avez plus aucune assise dans le savoir terrestre et céleste, que toutes les bibliothèques sont inexistantes en vous, alors vous reconnaissez ce qui est immédiatement sensitif : le rayonnement. Je ne doute pas de Premananda, ni de vous qui me lisez, mais je n’ai aucune croyance ni en Premananda, ni en vous, ni en moi, ni en qui que ce soit. Tout votre savoir à partir du mot « avatar » est aussi sacré qu’un pipi de chat. Bruits de langues, représentations, comportements, attitudes, enrégimentements : situations carcérales.

Alors si tout le monde est en prison, et que tout le monde n’y est pas en vérité, quel est le sens, - si tant est que la noix ait une chair, et que le perroquet ait perdu ses plumes -, quel est le sens insensé de cette prison mondiale pour tous les êtres libres que nous sommes ?

Faire des miracles, ce n’est pas difficile. Qu’est-ce qu’un miracle ? Ce qui, à vous, semble et que vous pouvez penser « impossible ». Mais ce qui rayonne par une forme fait murir les tomates, et toute chose peut surgir de ce rayonnement. Où est le miracle ? Ce que l’on considère comme « miracle », selon moi, n’est que la désuétude d’un fragment de croyance, l’obsolescence d’une concrétion insensée de quelque chose plutôt que rien qui nous permettrait, pour un instant, de croire en « l’extra » - ordinaire. Mais nous sommes tous le miracle d’être libres ! Qu’avons-nous besoin des avatars, des sages, des saints, des statues, des pratiques ? De tout ce matérialisme ancestral que la tradition des primates répètent à longueur de souffrances de générations en générations ?

Premananda n’est que le symptôme, qu’une loupe de ce seul miracle qu’aucune croyance, qu’aucune pensée donc n’a la moindre consistance, n’a la moindre réalité de sensation, de sensitivité : rien ! « Premananda, comme « moi » maintenant : de la pensée, des mots, des images, une cigarette, de la fumée : rien ! Rien il a été, rien il est, rien nous serons. Ainsi donc toute la prison mondiale n’est que le signe flagrant que nous sommes tous déjà libres, que nous n’avons besoin d’aucune autorité extérieure, et que nous devons payer le prix de ce qui n’a pas de prix : l’illusion de la prison, l’illusion de la mort, et de la naissance, et des renaissances, et du karma, et du dharma, et de l’amour inconditionnel, et de la relation « gourou/disciple » : tout ça c’est de la blague ! Je ne mâche pas de ce chewing-gum !

Comment célébrer ce non-événement absolu manifeste dans l’expression de la pleine puissance de nous tous qui sommes là maintenant, totalement libres ?

En cela, je ne me joins à aucune célébration des « morts » ni des « vivants », car nous sommes là dans la célérité de l’Inconditionné.

Accélérez s’il vous plaît !

L’Inconnaissant.



Site :

La Belle de Sri Premananda
28 février 2011, par Claude Delarose

Malgré toute la peine que nous pouvons ressentir au départ d’un être cher, d’un Maître qui nous a guidé sur le chemin, nous savons qu’une parcelle de lui-même vit encore en nous.

Ce monde change très vite et s’il le fait aujourd’hui, c’est grâce à ces êtres qui se sont incarnés à cette époque et se sont dévoués pour nous montrer la bonne direction.

L’œuvre de ces Maîtres se poursuit et nous, leurs humbles élèves. Nous assurerons la continuité, nous construirons ensemble le pont vers le nouveau monde auquel nous aspirons. Il nous conduira en un lieu où plus jamais il ne sera nécessaire de vivre les conditions si difficiles qu’a vécues celui que nous pleurons, un monde où nous vivrons ensemble, dans la Paix, l’Amour, l’Harmonie et la Douceur.

Soyons confiant en LUI, en NOUS et en l’Avenir…

Claude Delarose.


La Belle de Sri Premananda
26 février 2011, par Gontrand

J’ai toujours rêvé que Dieu nous envoie des " Avatars " pour nous montrer le chemin ou au moins la direction , ensuite je lui ai demandé la grâce de les reconnaître et ensuite
d’essayer de les suivre et maintenant je lui demande qu’ils soient éternels...jamais content . Merci beaucoup Vignesh disciple d’un jour disciple toujours...mais un jour l’élève rattrappera le Maître , c’est écrit .


La Belle de Sri Premananda
26 février 2011, par Irène

Une amie m’a montré sa dernière lettre de Premananda datée de son anniversaire le 17 Novembre 2010.Abasourdie ! Comment sa santé a-t-elle pu se dégrader en si peu de temps ? Il dit qu’à sa sortie d’hôpital on ne lui a pas trouvé de maladie grave.Il demande aussi qu’on s’occupe de ses enfants orphelins en Inde.
(comme s’il savait ?)


La Belle de Sri Premananda
25 février 2011, par Les Baladins de la Tradition

Pour retrouver tous les articles de ce site évoquant Swami Premananda : http://www.bldt.net/Om/spip.php?mot...


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2016 - Les Baladins de la Tradition