Le labyrinthe de Chartres : miroir du Sentier


Lorsque l'on entre dans la cathédrale de Chartres, il suffit de quelques pas pour se trouver face au labyrinthe. Il est là, comme un défi à relever. Tout autour, ses épines veillent dans le silence de la pierre. La rose en son centre sera le trophée de celui qui saura parvenir jusqu'à elle.

Nos premiers pas, après un court détour, nous conduisent rapidement tout près de la rose. Nous sommes encouragés par cette promesse de succès...

...mais voilà que le sentier s'écarte et tourne comme les circonvolutions de notre cerveau. Et nous cheminons sur le côté gauche. Cerveau gauche : l'intellect. Celui qui calcule, qui compte, qui raisonne. Le sentier nous intéresse. Nous poursuivons.

Nous passons à droite et, là encore, très vite, nous approchons du centre pour nous en éloigner.

Cerveau droit : premières expériences psychiques marquantes, impressions subjectives, nous prenons conscience d'un monde différent. Mais déjà, nous voulons l'analyser et revenons vers le cerveau gauche.

Nous cherchons des savoirs et nous tentons d'en faire le tour , intellectuellement. Bientôt, de nombreux concepts jusqu'alors inconnus nous deviennent familiers. Certains, ne voyant pas ce qu'ils pourraient apprendre de plus, n'iront pas plus loin. Et passeront le reste de leur existence à faire des discours et à expliquer la vie aux autres. Stagnation.

D'autres franchiront ce pont, la connection entre les deux cerveaux qui se trouve la plus proche de l'Orient. Et ils entreront dans ce monde ignoré de l'intellect où l'on ne peut demeurer qu'après avoir rassasié et maîtrisé celui-ci, en avoir fait un outil et non plus un frein. Dans ce monde nouveau, il faut alors vivre et oser l'expérience et la vivre pleinement. Ici, les discours n'ont pas leur place. L'heure est à l'action : l'action-service envers l'humanité tout autant que l'action-démarche active vers le centre de Soi.

Mais le sentier s'éternise et, de rose, toujours point ... Et c'est une double circonvolution si longue et si lointaine du centre que tout devient découragement, non plus intellectuel, mais intérieur voire physique : la nuit obscure de l'initié où le vécu perd son sens au-delà de l'idée que l'on peut s'en faire.

Certains, encore, resteront là : déçus, usés, brisés. D'autres puiseront dans une foi sans objet le courage de poursuivre. Et, retrouvant l'axe du départ, vivront à nouveau le doute dans un ultime détour, comme s'il était trop simple d'avancer vers le coeur. Car c'est bien dans le coeur que nous pénétrons alors, dans la rose dont enfin nous respirons le parfum.

Fiers d'avoir parcouru ce long périple et d'en avoir franchi avec succès toutes les épreuves, nous croyons être arrivés tandis que, par cette simple analyse, nous fabriquons de toutes pièces le plus subtil et le plus dangereux des écueils de la route. Croyant avoir conquis la rose, nous sommes en réalité enfermés au centre de notre Satisfaction d'avoir maîtrisé nos deux cerveaux et d'avoir avancé avec courage jusqu'au bout du sentier.


Si nous restons, nous vivrons captifs dans l'illusion d'être libres. Notre orgueil aura alors tout loisir de s'exprimer. Il faut sortir et continuer car le coeur du sanctuaire n'est pas ici. Mais faudra-t-il refaire tout ce chemin et quitter le labyrinthe par l'Ouest, vers le soleil couchant ? Comme une défaite avec le goût amer de l'effort inutile ? Avant de repartir, nous goûtons encore cet endroit et c'est à genoux, le reste de la nuit, que nous prions pour que la lumière apparaisse à nouveau au milieu de nos ténèbres. Alors, si notre coeur est pur dans sa demande, aux premiers rayons du soleil levant, la Lumière se fait enfin.

Nous nous levons les yeux baignés de larmes de Joie Profonde, et nous marchons droit devant, vers la lumière de l'Orient, sans plus voir aucun des murs du labyrinthe.

Nous les traversons en quelques pas prenant conscience qu'ils n'étaient que des lignes dessinées par terre : labyrinthe illusoire de notre mental et de notre auto-satisfaction.


Libre, cette fois, nous le sommes, et nous avançons baignés de Lumière à la rencontre du Coeur véritable au sein duquel, enfin, nous comprenons pleinement ces mots : Non nobis, Domine, non nobis, sed nomini tuo da Gloriam.

"Pas pour nous, Seigneur, pas pour nous, mais pour la Gloire de Ton Nom."
Devise des Chevaliers de l'Ordre du Temple


Dazur
Novembre 1990

Pour vous exprimer sur ce thème, communiquer avec son auteur, cliquez sur le blason.

* Le dessin en coupe de la cathédrale en haut de cette page est extrait de l'excellent ouvrage de Michel Neillo "La symphonie symbolique ou les merveilles de la Cathédrale de Chartres" - 1989 - Ed. du Chariot


Une traduction de cet article est disponible en portugais sur le site "Lusophia".


Copyright © 2002/2006 - Les Baladins de la Tradition