"Le monde entier est TON maître."


"Rares sont ceux qui, dans leur existence, ne rencontrent pas au moins une fois des circonstances exceptionnelles, bizarres ou insolites - voire extravagantes. Or, de telles circonstances, je les connais beaucoup plus souvent que d’autres. C’est peut-être un privilège, mais c’est sûrement un état d’esprit. Dans cet itinéraire qui a commencé à ma naissance et dont il faudra bien qu’un jour, inéluctablement, il ait une fin pour que mon âme puisse jouir, ravie, d’un repos peut-être mérité, j’ai constamment considéré, aussi loin qu’en arrière je me reporte, tous mes compagnons de route, jeunes ou plus âgés, initiés ou profanes, pauvres ou riches, cultivés ou, au pire, analphabètes, bons ou prétendus mauvais, comme mes maîtres, des maîtres puissamment intéressants qui, pour peu qu’on sache les écouter, sont aussitôt prêts à partager les riches expériences retirées de leur propre cheminement dans les événements de la vie.

Quelle gratitude, en vérité, mon cœur éprouve pour ces rencontres d’un jour, parfois d’une heure, ici ou là, sur terre, sur mer ou dans les airs de ce monde devenu si étroit, pour ces amis plus proches dont la pensée bat au rythme de la mienne, pour notre mère Nature qui murmure avec patience sa sagesse à ses fils attentifs et pour ce monde besogneux de règnes que l’on dit trop hâtivement inférieurs ou inertes ! Tous m’ont appris, tous ne cessent de m’apprendre et mes sens sont toujours en alerte, voient, regardent, sentent, touchent pour que la leçon soit assimilée, comprise, profitable. Oh ! mes maîtres de ce monde qui supposez votre vie inutile, ratée, triste et sans but ou au contraire, joyeuse et accomplie, combien vous avez enrichi mon être ! Comment aurais-je pu tant connaître si, par vos expériences, vous ne m’aviez permis de vivre mille vies en une seule qui, sans vous, eût été lamentablement limitée.

Malheureux est l’homme qui erre au fil des jours, replié sur lui-même dans sa propre contemplation avec pour seuls guides ses déroutantes chimères, ses faux espoirs, ses trompeuses certitudes, son indulgente évaluation de lui-même et sa douloureuse vanité ! Oui, vous, célèbres ou ignorés, qui avez fait jusqu’ici la grande épopée de la terre, et vous tous qui, depuis que la naissance m’a placé en ce monde, avez traversé ma vie pour en constituer la trame et former mon histoire, agréez l’humble hommage d’un élève ignoré de vous qui, s’il a voulu ou su mieux que d’autres apprendre vos incomparables leçons, n’aurait été sans vous que misérablement lui-même.

Toi qui, lecteur, curieusement, participera tout à l’heure à l’histoire d’un bossu [1], sais-tu que, près de toi, à chaque instant de ta vie consciente, un maître se tient prêt à t’instruire ? Ecoute, ou simplement vois ! Est-ce ton père, ton épouse ou ton ami ? Est-ce le marchand dont si souvent tu requiers, sans prêter davantage attention à l’homme, le service ? Est-ce l’employé que tu côtoies, le chef que tu crois connaître, la foule où tu t’égares ? Vois ou simplement écoute ! le monde entier est TON maître. Où que tu sois où que tu ailles, il est prêt à t’instruire, à te livrer les richesses de sa vie secrète. Tu peux, par lui, être des milliers de fois toi-même. Alors, qu’attends-tu ? Reçois des autres ce que toi-même m’as donné...."


Raymond Bernard

Extrait de l’ouvrage "Le bossu d’Amsterdam" de Raymond Bernard - Editions Rosicruciennes. Pour lire ce texte sur le net : http://www.tradition-mystique.net


[1] Ce texte est extrait du chapitre d’introduction de l’ouvrage "Le bossu d’Amsterdam" .


Les textes qui composent ces "Miscellanées" sont de Raymond Bernard (1923-2006). Les extraits des ouvrages sont publiés avec l’aimable autorisation de Madame Yvonne Bernard que nous remercions tout particulièrement.

Pour consulter le forum lié à ce texte

Pour ajouter un commentaire à ce texte



Texte précédent...

Voir tous les textes

Texte suivant...
Pour être informé de la mise en ligne du prochain article,
inscrivez-vous à la liste de diffusion : "La Lettre des Baladins de la Tradition" ou retrouvez-nous sur "Facebook".

Pour découvrir d'autres articles du site sur les thèmes traités ici : 10 janvier , Bernard (Raymond) , Bossu d’Amsterdam (Le) , Chance , Connaissance , Enseignement , Eveil , Explorateur , Fraternité , Gratitude , Maître spirituel (Guru, Sheikh) , Providence , Rencontre

Cette page a déjà été visitée 1370 fois.

Il y a actuellement 2 contribution(s) au forum.


"Le monde entier est TON maître."
2 mars 2011, par Isha

Bien sûr ces textes sont beaux et ont l’avantage ’d’interpeller"et inviterait à intervenir à différents niveaux ce qu’un précédent a déjà fait en ce qui me concerne. Se raconter est un besoin chez l’homme, en tout cas chez certains. Ce qui n’est pas en faîte négatif, puisque ce sont là des témoignages qui peuvent faire prendre conscience à d’autres qui se disent alors "mais moi aussi ..." ou "cela est possible". Pourtant, les Textes sacrés transmettent tous les Secrets qui peuvent être vécus dans la grotte du coeur et de l’âme et de belles âmes savent, sans se raconter eux-mêmes, très bien les commenter et les rendre étonnamment vivants, actuels, et par l’Etude faire toucher ainsi au cherchant une Réalité encore enfouie en lui,dépassant l’ordinaire de son humanité, mais qui ne sera alors que "la sienne", sans copier-coller, et qui viendra enrichir et compléter d’autres vécus, le risque du maître tel que le perçoit souvent l’étudiant étant de l’influencer - Aussi comment appeler "Maître" un autre que D.ieu , Maître du monde visible et invisible et donc qui inclue l’Universel, le passé, le futur, la totalité, le UN ?
Ce mot maître , dans le sens où on veut le placer, est si souvent et tellement galvaudé, même si certains sont sur la Voie qui mène au Tout Puissant mais qui n’ont cependant qu’une parcelle d’un Tout qui restera inaccessible à l’humain en ce monde et qu’aucun mot ne pourra jamais traduire - Bien des mystiques et d’autres penseurs ne se sont adressés qu’à ’Celui qui Est" et ce qui est dit ainsi à D.ieu l’est en même temps à l’Homme, nous n’avons qu’à y puiser. Il y a là un long développement à faire sur ces questions où les mots perdent si souvent leur sens initial - L’orgueil a fait dire un jour à un homme sans doute, "je suis le maître" "je suis ton maître" (ce mot semble apparaître dans le langage aux alentours de l’an 1080 (magister en latin) et voilà bien que cela est entré dans le langage vulgaire, sans même qu’on s’en aperçoive. Salomon demande à D.ieu de lui donner Discernement et Sagesse , et seulement cela ! point ici, question d’être « un maître » – Un terme de "guide" dans ce monde de la recherche de la Connaissance, ou encore "mentor" celui qui enseigne, qui transmet,qui montre les subtilités de la Voie me paraît plus juste que celui de « maître » - il y a de l’orgueil dans ce mot utilisé ici et même si D.ieu a fait l’homme à son image et à sa ressemblance, il n’en reste pas moins que c’est l’orgueil qui a provoqué sa chute, ce qui prouve si besoin en est, qu’Il est le seul Maître de toute la Création –
Aussi, je dirais, non le monde entier n’est pas mon maître, il est trop petit pour cela et trop à l’extérieur - D.ieu seul est mon Maître, ce qui n’exclue pas que le monde entier peut m’enseigner à discerner le Bien et le Mal.
J’avais envie de partager cela – Bien Fraternellement


"Le monde entier est TON maître."
10 janvier 2011, par Gontrand

Ce qui me semble extraordinaire c’est que Monsieur Raymond Bernard ait osé en parler dans les années 1970 , bien avant le "retour vers le futur" , cela m’épate...Encore aujourd’hui il ne fait pas bon parler de"passe-muraille" ou de respirien...et j’en oublie...il existe des personnes qui pensent que les homéopathes ou osthéopathes sont des sorciers, Dieu merci l’inquisition n’existe plus ou bien moins car le rationalisme est bien vivant, malheur aux précurseurs ou MERCI .


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2018 - Les Baladins de la Tradition