Accueil du site Sur les routes Espagne Le Camino del Ebro Etape 25 : De Calzadilla de la Cueza par Moratinos à Sahagun
Pèlerinage à Compostelle par le Camino del Ebro

Etape 25 : De Calzadilla de la Cueza par Moratinos à Sahagun
Camino del Ebro : 660 km déjà parcourus

par El Peregrino


Pour revenir à l’étape précédente...

Vendredi 29 septembre 2006
Etape de 21 km

J’ai ouvert les yeux vers 6h30 et déjà certains pèlerins s’affairent avec leur frontale.

Un quart d’heure après nous sommes une très grande majorité bien éveillés dans le dortoir à nous préparer dans le silence. Jugeant qu’il était maintenant inutile de rester dans le noir, une femme se décide à allumer la lumière, c’est alors que tout commence. Le drôle de pèlerin d’hier, un peu marginal sur les bords, se lève brusquement de son lit et en grommelant éteint la lumière. Je regarde l’heure, il est sept heures. À mon tour je rallume la lumière, le gaillard bondit à nouveau et devient menaçant... Il éteint à nouveau et commence les insultes avec un accent belge flamand de plus en plus prononcé... Dans les quelques mots imagés que je peux comprendre, les Français en général sont très malmenés. Loin d’attirer de l’agressivité, l’attitude de l’homme commence à provoquer des rires dans l’assemblée des pèlerins... ! Une dame d’un certain âge nous donne à nouveau la lumière... Alors le Belge explose et voyant autour de lui l’assistance le regarder avec stupéfaction et toujours en insultant la terre entière, il sort enfin du dortoir en slip et torse nu pour aller dehors sûrement se calmer... C’est bien la première fois dans un refuge où je suis témoin d’une telle attitude entre pèlerins !

Notre Flamand reste invisible quand nous sortons pour aller prendre un petit-déjeuner au restaurant d’hier. Nous commentons un peu les péripéties du matin tout en dégustant de très bons toasts beurrés. Le moment est agréable et la journée finalement commence bien...

JPEG - 28.7 ko
Et toujours le Camino...

Le jour se lève à peine quand je sors de Calzadilla. Toutes les villes, tous les villages, et presque tous les hameaux qui depuis des millénaires bordent le Camino mériteraient un long développement... ! Calzadilla avec ses 52 habitants comme les autres, on y a découvert les vestiges d’une ville romane et son église paroissiale de San Martin contient un beau retable du XVIème siècle provenant du monastère Santa Maria de las Tiendas. Ma curiosité me donne beaucoup de regrets dans chaque village traversé... Par exemple le but de ma journée est Sahagun, dans cette ville de 3 000 âmes, il y a une dizaine d’édifices religieux plus intéressants les uns que les autres... ! Aujourd’hui l’étape est courte, je vais donc avoir un peu de temps à consacrer à la balade et au tourisme, mais ce n’est pas le but de ce voyage. Parfois même, certains jours, il m’arrive de ne pas voir une splendeur architecturale à quelques pas d’une auberge où je suis. Mon corps a envie de se poser dans un coin et de devenir le lézard qui se chauffe au soleil...

Vingt et un kilomètres aujourd’hui, l’étape est une vraie balade sans histoire et presque sans fatigue, bien que la mochila de 12 kg avec ma provision d’eau soit toujours sur les épaules...

JPEG - 36.9 ko
Voilà le confortable refuge pour pèlerins de Sahagun...

Une chance à Sahagun je pourrai longuement profiter de l’église de la Trinité du XIIIème siècle. Elle est fermée au culte depuis 1964 et ce bel édifice est transformé en albergue pour 80 pèlerins. J’aime vraiment faire étape ici. En bas une salle de spectacle et l’office de tourisme. Au premier étage le dortoir avec son plafond à une quinzaine de mètres au-dessus des têtes. Il y a une très belle charpente en bois fixée sur les anciens murs de l’église... ! Le soir dans des lits en bois confortables, on a l’impression de s’endormir dans une cathédrale...

La douche est bien chaude et après un peu de lessives, je termine les provisions qui étaient dans mon sac. Pour ce soir, j’ai repéré un restaurant juste en face du refuge. Les nuages semblent être menaçants et en sortant ce soir, je n’aurai que la rue à traverser, super...

Je vais me balader, je ne suis pas trop fatigué. Je rentre dans une pharmacie pour me peser. En Espagne il y a des appareils pour ça, ils délivrent même un ticket avec le poids et la date. Le 15/9 je faisais 64 kgs aujourd’hui la bascule me donne 61,800 kgs. Quand je suis parti de Foix, je faisais 66 kgs... Tout va bien, je retrouve mon poids de quand j’avais 19 ans... ! Malheureusement c’est le seul retour en arrière qui peut m’arriver... La ville de Sahagun mériterait que ma curiosité s’épanouisse... San Lorenzo entre autres est une merveille, mais en Espagne les horaires d’ouverture des églises sont toujours aléatoires. Comme en France les curés s’occupent de plusieurs paroisses en même temps et surtout, les richesses artistiques doivent être protégées des « amoureux de l’art »... !

JPEG - 43.2 ko
Imposante San Lorenzo

Je suis assis sur un banc au centre de la ville, j’aime aussi regarder la vie ordinaire d’une ville. Ici tout semble un peu revivre dans les rues vers 18h, j’en ai d’ailleurs profité pour faire quelques achats. Un vieil homme vient s’asseoir à mes côtés, il a déjà deviné que je suis un pèlerin, pourtant rien ne semble y paraître... Peut-être ma barbe en bataille ? Du coup je quitte ce brave homme pour trouver un coiffeur qui pour trois euros va me rendre plus présentable.

J’ai laissé derrière moi des têtes connues et ce soir au restaurant je rencontre pour la première fois deux Espagnols qui commencent le Camino ici à Sahagun. Ils vont jusqu’à Santiago et nous renouvelleront ces rencontres les jours à venir... Je vous reparlerai d’eux, il y aura même de l’émotion entre nous arrivés devant la cathédrale de Saint-Jacques... Ce soir, nous sommes tous les trois autour de la table et déjà il s’installe une ambiance fraternelle qui va faire que nous la rechercherons à nouveau dans les jours à venir. Pendant tous mes voyages, il y a toujours un visage qui reste profondément dans ma mémoire, pour celui-ci, c’est Miguel y Miguel comme je les appelle, qui resteront gravés dans mon cœur. Il y a aussi Michel le Gersois qui bientôt va croiser notre chemin.

Je vais très bien dormir dans mon église... Pour une fois nous sommes peu nombreux, mais un seul ronflement peut pourrir une nuit. J’ai placé mes boules Quies et je dors déjà. Je suis bien, tout va bien. Merci à LUI.

Pour laisser un commentaire à la suite de cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

El Peregrino

- Le logo de l’article provient du site : http://www.photo-libre.fr/gens_photo.htm
- Les photos ont été prises par l’auteur pendant son pèlerinage.

Cette page a déjà été visitée 1328 fois.


Etape précédente...

Pour revenir à la "carte" du Camino...

Etape suivante...
Pour être informé par un court message dans votre boîte aux lettres de la mise en ligne d'une prochaine aventure, inscrivez-vous à la liste de diffusion : "Sur les Routes de la Tradition"

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Colère
Le Rire
Retour sur Vipassana. Méditation marathon
La colère de Jonas
Echec et Mat ! (2)
Colère et Vipassana

Eglise
Le combat de Nasbinals
Notre Dame de Meymac
Happy New Year from Goa
La vierge noire Notre-Dame de Belloc
Baptême à Saint-Julien-le-Pauvre

Lumière
Une bougie à votre fenêtre en signe de Lumière et de Paix
La Pomme Bleue
La nuit la plus longue
La Maison-Dieu
La lumière du Tribann
"Le Voyage alchimique" : sept DVD à découvrir !
Sur ce site, (re)découvrez les lumières de l’Avent jusqu’à l’Epiphanie !
Joy for the planet !
Les lumières de Hannoukah vont briller du 2 au 9 décembre !

Il y a actuellement 0 contribution(s) au forum.

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2019 - Les Baladins de la Tradition