Synthèse
lundi 20 avril 2020
Confinement Jour 35

par Jean Pion


Voilà ma thèse, force de la conviction brute. Voilà la vérité. Voilà ce que je pense. Peu importe que cela soit vrai, ou possible, ou faisable. Le monde entier n’existe pas dans cette histoire. Mon point de vue est universel. Il embrasse tout et tous. C’est bien simple, vous n’aimez pas ma thèse ? Vous ne m’aimez pas !

Puis se pointe le monde avec son lot de contrariétés, se pointe l’antithèse ! Pas moyen d’y échapper. Ma belle construction, ma chère opinion confrontée à d’autres se retrouve mise à mal.

Bon ok, depuis mon petit coin, j’avais prévu bien des choses, envisagé bien des points, mais j’avoue, frottée à cette altérité, ma thèse se fragmente. Cette cohérence qui n’est pas mienne semble toutefois légitime et valable. C’est justement ça l’ennui. Parce qu’elle est légitime, elle ne fait rien qu’à me contrarier. J’ai du mal à savoir si c’est juste une autre thèse, ou si elle se corrèle à la mienne. Or visiblement, elle colle à mes basques. Elle fait semblant de n’être qu’une autre thèse qui passe par là, mais je ne suis pas dupe. Je vois bien que cette autre réalité veut ma chute.

Ahhhh rien à faire !! L’antithèse voulait ma chute, elle l’a eue. Je n’ai pas pu survivre aux assauts de la vision autre.

J’aurais pu discrètement faire semblant de concéder, mélanger ma thèse à l’antithèse histoire de garder la face. Ainsi dans le patchwork y aurait-il eu des morceaux originaux du début, un peu de moi. Mais je ne serais pas allé bien loin.

J’ai préféré faire mieux : dans mon fatras, j’ai palpé la substantifique moelle, en ai retiré l’essence.

Si je veux vivre, je dois d’abord mourir !

Alors j’ai détruit et la thèse et l’antithèse ! et toc ! J’ai fait un gros tas avec tout ça, j’y ai fourré cette essence que je suis allé chercher loin dans le fond de l’esprit, j’ai fait fermenter le tout.

Il en a surgi une autre thèse, plus solide, plus universelle : la synthèse. Et là, je ne suis pas peu fier ! c’est une nouvelle naissance ! Un enfançon tout propre, tout frais, tout transfiguré.

Dans le purin de cette dualité batailleuse et égotique, voilà pousser la fleur paisible de l’unité. Ouf !

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Jean Pion

 

Les cartes des Anges sont présentées avec l'aimable autorisation des Editions "Le Souffle d'Or" : https://www.souffledor.fr/

Les articles de ce parcours ne se veulent ni complets ni exhaustifs. C'est pourquoi nous invitons les visiteurs de ce site à utiliser largement le forum lié à chaque article en cliquant sur le lien Pour répondre à cet article afin de noter les réflexions, remarques et commentaires qu'ils souhaiteraient partager ici.

Cette page a déjà été visitée 1346 fois.


Ange précédent...

Ange suivant...

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

3 - Trois
Les Rois Mages
Et Jonas dort
La Lune
La pierre d’angle
La découverte d’une vocation

20 avril
La surprise du Taureau

Défense (mécanisme de)
Arrivée à Kannur

Philosophie
Jeu du pendu des Philosophes et Mathématiciens grecs
Un lys pour Blanche, pour Lylia ou pour Lou ?
Influences diverses - Le rôle des femmes
Sous le signe du Sagittaire : neuvième jour
Raymond Bernard : "toute ma vie était pré-ordonnée"

Synthèse

Unité
Seule la soif de l’Un nous éclaire
Balzac et le Martinisme : Conclusion
Les versets de la Lumière
Réaliser un Sri Yantra
Raymond Bernard : "pourquoi j’ai fondé le CIRCES..."
"Le Voyage alchimique" : sept DVD à découvrir !
"Une Chapelle pour le roi"

Vérité
De la physiologie du mot à l’essence du verbe
Swami Premananda : la libération
Le symbolisme du puits
Blanche de Richemont : la mise en écriture
Un jeune médecin catholique


Il y a actuellement 1 contribution(s) au forum.


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2021 - Les Baladins de la Tradition