Accueil du site Sur les routes France Bretagne Morbihan Les belles vertus de Sainte-Avoye

Les belles vertus de Sainte-Avoye
Réponse de l’énigme N°27
mercredi 22 novembre 2006

par Bayazid


La réponse de l’énigme N°27 est bien dans la chapelle Sainte-Avoye (1554-1560), au sud du village de Pluneret, sur le bord du golfe du Morbihan. C’est là que se trouvent trois des quatre belles vertus cardinales : la Tempérance, la Justice et la Prudence, sculptées sur l’un des plus magnifiques jubés de Bretagne.

Ce jubé de style Renaissance est signé par le charpentier Bizeul. Il comprend trois éléments : une clôture, une tribune et une Crucifixion qui domine la tribune, représentant la Croix entourée de la Vierge et de Saint Jean.

JPEG - 132.6 ko
Du côté du choeur, les vertus

L’habitude de clore le choeur remonte en France au XIIème siècle et est apparue en Bretagne au XIVème. Il y eut jusqu’à 110 jubés en Bretagne. Le XVème et le XVIème furent la grande époque des jubés bretons. La tribune servait à proclamer l’Epître et l’Evangile, les sermons, les annonces aux fidèles. On y chantait les offices. Le lecteur commençait par une formule pour demander la bénédiction de l’officiant : "Jube, domine, benedicere" c’est à dire "Maître, veuillez me bénir". De ce premier mot "jube" est venu le nom donné à cette tribune.

Le jubé de Sainte Avoye offre 12 personnages en pied sur chacun de ses côtés. Du côté des fidèles, sont représentés les douze apôtres.

JPEG - 99.9 ko
Du côté des fidèles : les douze apôtres

Du côté du chœur, les « belles dames » représentent les vertus, au nombre de sept : les trois vertus théologales (Foi, Charité, Espérance) et les quatre vertus cardinales (Tempérance, Justice, Prudence et Force), sont entourées : à gauche de Saint Fiacre et de Saint Laurent, à droite de Saint Yves (Patron des avocats) entouré du Client Pauvre et du Client Riche.

La photo de l’énigme représente trois vertus cardinales. Vous pouvez apercevoir la quatrième vertu, la force (adossée à une tour) sur la photo d’ensemble des sept vertus.

Sur cette photo d’ensemble, les sept vertus (les trois vertus théologales et les quatre vertus cardinales) ne sont pas représentées dans l’ordre auquel nous sommes parfois habitués à les citer.

De gauche à droite, vous pouvez apercevoir la Foi, tenant une croix. Puis la Charité tenant un cœur, et l’Espérance, en attitude de prière.

Puis la première vertu cardinale qui suit est la Tempérance qui met « de l’eau dans son vin ». Dans d’autres représentations, on la voit tenant un mors (pour freiner les passions), ou une horloge (pour souligner le rôle modérateur du Temps).

La Justice, ensuite, est classiquement dotée d’une balance (qu’elle regarde attentivement) et d’un glaive (pour trancher).

JPEG - 16.3 ko
La Prudence à deux faces
Tombeau de François II à Nantes

La représentation de la Prudence est plus singulière. L’iconographie nous habitue à trouver un serpent à ses côtés, et il est étonnant de la voir ici dotée simplement d’un miroir. Dans ce miroir, elle (se) réfléchit. Mais le miroir tenu de biais est aussi une sorte de rétroviseur : qu’il y a-t-il derrière les motivations de l’action que je m’apprête à entreprendre ? Et surtout, que m’apprend le passé ?

Il peut être intéressant de comparer la Prudence du Jubé de Sainte-Avoye avec la version d’un artiste breton du début du seizième siècle, Michel Colombe, pour orner le tombeau de François II à la demande d’Anne de Bretagne. L’oeuvre figure dans la Cathédrale de Nantes. La Prudence de Michel Colombe tient dans sa main droite un compas (pour régler sa conduite et mesurer la portée de ses actes) et se regarde dans le miroir comme celle de Sainte Avoye. Mais pour renforcer l’idée du regard de mémoire, l’arrière de la tête de la jeune femme est constitué d’un autre visage, celui d’un vieillard à la longue barbe et aux rides marquées par l’expérience et la sagesse...

La Force, située après la Prudence, s’appuie sur une tour. Le symbole est classique. Mais là aussi, Michel Colombe était allé plus loin dans la statuaire de son « tombeau de François II » en faisant sortir de la tour un dragon à qui la Force tord le cou.

On songe aux lames du Tarot... Ces correspondances évidentes mériteraient une étude particulière et approfondie.

Pourquoi les vertus de Sainte Avoye ne sont-elles pas représentées dans l’ordre auquel nous sommes parfois habitués ?

La réponse est simple : les trois vertus théologales, les quatre vertus cardinales n’ont pas de hiérarchie entre elles. Elles existent simultanément.

La Foi, l’Espérance et la Charité sont commencement et fin, but recherché et grâce accordée.

Les quatre vertus cardinales sont les points cardinaux de notre vie morale. « Je chanterai les grandes Muses carrées, les Quatre Vertus cardinales orientées avec une céleste rectitude. » écrit Paul Claudel.

Ces vertus morales ne sont pas distinctes les unes des autres. Comme le dit Saint Grégoire : « La prudence n’est pas véritable si elle n’est pas juste, tempérante et forte ; ni la tempérance, si elle n’est pas forte, juste et prudente ; ni la force n’est complète si elle n’est pas prudente, tempérante et juste ; ni la justice n’est véritable si elle n’est pas prudente, forte et tempérante ».

À propos des vertus cardinales, Raymond Lulle enseigne au « fils du Soleil et de la Lune » :

« Le Sage qui a su développer en son Ame ces Quatre Vertus cardinales est assuré, de par leur présence même, de voir se développer en lui Foi, Espérance et Charité... À leur tour, lorsque nos trois Principes supérieurs sont définitivement acclimatés en nous, ils s’empressent d’éveiller d’autres présences, celles des Puissances de la dyade suprême : Intelligence et Sagesse. Et à leur tour, ces deux grâces divines en éveillent une autre en nous : celle qui ne saurait être exprimée par des mots et des images. En cette dernière est toute la Béatitude promise aux élus, par elle, nous participons, créatures, à la Vie Divine ».

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Bayazid

 

Les photos de Sainte-Avoye sont de l’auteur. Celle de la Prudence de Michel Colombe provient du site : http://nantescathedrale.free.fr/.

Cette page a déjà été visitée 5389 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE Les belles vertus de Sainte-Avoye L’Ankoù de Locmaria Dieu le père à Saint Cado Le Chevalier aux cerfs de Suscinio

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

3 - Trois
Les Rois Mages
Sous le signe des Gémeaux : troisième jour
Sainte Cécile
Et Jonas dort
Libres méditations sur les quarante-quatre lumières de Hannoukah

4 - Quatre
La lune
"Silence..."
Jeux de mots laids
Echec et Mat ! (2)
Le mystère d’une marque au Quatre de chiffre sous les couverts de Mirepoix
Sur ce site, (re)découvrez les lumières de l’Avent jusqu’à l’Epiphanie !

A visiter : Eglises, chapelles
Le triple visage de Rocamadour
Cocteau à Milly-la-Forêt
L’Ankoù de Locmaria
La Vierge de la Sauvetat
Le lion de Chamalières-sur-Loire

A visiter en Bretagne
La Vierge couchée, Notre Dame du Yaudet
Le signe de Guingamp
Le graal de Saint-Michel-en-Grève
Le graal de Tourribel
L’abbaye de Coat-Malouen

Apôtre(s)
Le martyr byzantin de Notre Dame du Puy-en-Velay
Les 13 desserts de Noël
La Saint Jean d’hiver
L’histoire du portail Nord de la cathédrale de Cahors
La fête de l’Epiphanie

Chapelle
A la découverte du Puy-en-Velay !
Dieu le père à Saint Cado
Une main à Saint Michel
Ma pierre
Enigmes : du nouveau !
"Une Chapelle pour le roi"

Charité
Etape 12 : De Tudela à Alfaro
Qu’est-ce que la littérature ?
La Charité et l’Inconnu
Le motif central de la marque
Swami Premananda : choisir sa vie

Croix
La Couronne de l’Avent : 3ème bougie
Le Maître Inconnu
Souvenirs imaginaires d’anonymes (3)
Réaliser un Sri Yantra
Etape 16 : De Logroño à Navarette

Espérance
2007 : Trois voeux pour l’avenir de notre Monde !
Pierres reconstituées et rêves d’Empire
Etape 27 : De Mansilla las Mulas à Leon
"La prière unit l’homme à Dieu..."
Du maquis à l’humanitaire : le chemin d’un homme
Une nuit de prière pour les victimes de la torture

Foi
Fidélité à Notre Dame
Thérèse de Lisieux : 1895 et 1896
Avec Maïtreyi Amma (1)
Un jeune médecin catholique
Le labyrinthe de Chartres : miroir du Sentier

Force
Souvenirs imaginaires de Lady Margaret Gordon
Souvenirs imaginaires de Maria Hamilton
Etape 32 : De Pereje par Trabatelo et La Faba à Ô Cebreiro
Invitation pour un voyage dans le coeur du monde enseignant
L’Etoile

Jubé

Justice
Le Jugement
Les Justes (Tsaddikim)
Thérèse de Lisieux : juin 1897
Maât, la déesse de vérité
Les plantes sur les sentiers 19 à 23 de l’Arbre de vie

Laurent (Saint)

Morbihan

Points cardinaux
Les instruments de la navigation mystique
Le Chiffre Quatre
Le règne végétal revêt pour l’être humain une importance vitale.

Prudence
La Théologie apophatique
1 - Jehan perdu... Jehan trouvé ! (suite)
Etape 40 : De Oliveiroa par Hospital, Cee et Corcubion à FISTERRA
Souvenirs imaginaires du Marquis de Marialva
Léonard de Vinci

Saint(e)
Les Sept Saints Fondateurs de la Bretagne
Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face
Saint André
Sainte Claire d’Assise
Sainte Marie, mère de Dieu
Calendrier de la Tradition : Décembre !
Calendrier de la Tradition : Mars !

Tempérance
Jeanne Guesdon
La doctrine de Martinez de Pasqually
Le dragon, cracheur de feu

Yves (Saint)
Le signe de Saint Yves


Il y a actuellement 1 contribution(s) au forum.


Les belles vertus de Sainte-Avoye
3 juillet 2011

Vous dites : "De gauche à droite, vous pouvez apercevoir l’Espérance (ou la Foi ?), tenant une croix et (peut-être) une hostie. Puis la charité tenant un cœur, et la Foi (ou l’Espérance ?), en attitude de prière."


Dans cet article, vous vous demandez qui représente la Foi et qui représente l’espérance. En tant que catholique, je crois pouvoir vous répondre de façon certaine que l’Espérance repose sur la prière, car la prière est la manifestation la plus certaine de l’Espérance. C’est parce qu’on espère qu’on prie. Sinon, pourquoi prier si on n’a rien à espérer de Celui qu’on prie ?

Quant au fait que la Foi porte une Croix : il est vrai que la religion catholique repose sur deux principaux Mystères : l° l’Unité et Trinité de Dieu ; 2° l’Incarnation, la Passion et la Mort de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Ces Mystères sont déclinés dans le Credo et résumés dans le Signe de Croix : Dans le signe de la Croix, nous exprimons par les paroles l’Unité et la Trinité de Dieu, et par la figure de la Croix la Passion et la Mort de Notre-Seigneur Jésus-Christ.


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2019 - Les Baladins de la Tradition