Qu’est-ce que la littérature ?
samedi 27 octobre 2007

par Célestin Valois


Cet article s’inscrit dans le cadre d’une vaste étude intitulée "Balzac et le Martinisme". Pour en consulter le plan. Pour revenir à la page précédente...

L’écriture, dans sa fin la plus sublime, est une tentative pour retrouver le langage angélique. Elle constitue donc avec les autres arts un moyen offert à l’homme, à l’artiste illuminé, pour oeuvrer à sa Réintégration. Le martinisme peut être une idéologie inspiratrice pour l’écrivain et nous étudions ici le cas de Balzac. Mais il est un autre auteur, son contemporain, chez qui cette influence est manifeste, il s’agit de Gérard de Nerval.

L’article d’Anne Marie Amiot dans "Le cahier de l’Herne" consacré à Nerval, traite le sujet en profondeur. Les mêmes thèmes martinistes que nous avons étudié chez Balzac sont évoqués dans l’oeuvre Nervalienne, surtout dans Aurélia. Citons pour mémoire : la vanité de l’érudition intellectuelle et du savoir livresque ; l’inévitable douleur que trouve "L’Homme de Désir" dans la prise de conscience de sa condition d’exil ; l’importance de la vie onirique révélatrice du surnaturel et de la double nature de l’homme ; le rôle régénérateur de la Volonté et la nécessité de pratiquer la charité ; le rôle rédempteur de la femme ambassadrice de la Divine SOPHIA, la Sagesse ; le mystère des origines cosmogoniques ; les tentations démoniaques ; l’origine de l’écriture ; puis enfin la recherche du langage angélique.

La conclusion de Anne Marie Amiot sur Nerval résume presque notre propre réflexion sur Balzac :

"Comme le voulait Saint-Martin, l’entreprise littéraire apparait ici comme la forme la plus élaborée et la plus efficace de la spiritualité "engagée" dans la lutte toujours recommencée contre l’Esprit des Ténèbres, celui que Boehme ou Saint-Martin nomment Satan".

Dans "le Ministère de l’Homme Esprit", le théosophe appelle les littérateurs à fonder une littérature nouvelle, dégagée du formalisme technique qui caractérise le classicisme et destinée à exprimer la spiritualité de la parole, c’est-à-dire l’inspiration divine. Selon lui, la littérature de l’avenir doit être prophétique au sens le plus large, elle ne doit plus "mimer" les formes du monde, ni répéter les paroles mortes, mais révéler aux homme les terres inconnues du savoir, se référant à la théorie Boehmienne de la Parole qui est création, révélation de la parole jusqu’alors occultée du monde naturel. Saint-Martin propose une conception radicalement neuve de la littérature qui devient poésie (c’est-à-dire création). Or, Boehme avait poussé la logique de son système jusqu’à inventer des mots susceptibles d’exprimer la nouveauté radicale des mondes que lui révélaient ses visions. Si la littérature a cette révélation pour objet/sujet, elle est donc invention totale, sur le plan linguistique elle se veut à la limite invention d’une langue inouïe que Mallarmé nommera "Le Dire de l’Ineffable" ; sur le plan du contenu, elle présentera la plus grande variété en fonction du domaine sur lequel porte la révélation : nature, homme, histoire, etc ... Si tout discours est contenu en germe dans le verbe primordial, si les écritures sacrées ont déjà tout dit, et si rien n’est donc nouveau sous le soleil, nous nous trouvons face à un paradoxe car la mystique martiniste est un appel à la création, à la nouveauté, chacun doit retrouver à sa manière, d’une façon unique et personnelle, l’Unité Originelle et devenir co-créateur d’un monde particulier au sein du Grand Tout.

La poésie et au-dessus d’elle la musique, sont les formes les plus approchées du langage angélique.

Pour lire la suite de cette étude...

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Célestin Valois

 

Les illustrations proviennent des sites :
- http://www.maison-de-chateaubriand.fr/
- http://www.geocities.com

Cette page a déjà été visitée 1581 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE Jeux de mots laids Ecriture et tradition Recherche du langage angélique dans le pouvoir des mots De la physiologie du mot à l’essence du verbe Qu’est-ce que la littérature ? Vers une théorie de l’art - la musique La loi des polarités sexuelles et de la folie De la musique avant toutes choses L’instrument et la mélodie Le voile d’Isis retombe sur le mystère brumeux

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Anges
L’Etoile des Mages
Mon expérience dans les Crops Circles...
Thérèse de Lisieux : juin 1897
Emmanuel Swedenborg
Sous le regard de l’Ange de Tomar
A Lille, le vidéaste Bill Viola nous immerge dans sa vision mystique du "Passage du Temps".

Boehme (Jacob)
Balzac et le Martinisme : Avant propos
L’illumination du cordonnier
La doctrine de Saint Martin
Rationalisation du mystère
Forum sur Louis-Claude de Saint Martin

Charité
Les belles vertus de Sainte-Avoye
Le motif central de la marque
Martin, jeune légionnaire
Le manteau de Martin
L’étincelle de la vocation

Connaissance
Profane, sacré et connaissance
L’Etoile
"Rien de ce qui est humain ne vous sera jamais étranger."
Carl Gustav Jung
Qu’est-ce qu’elle a ma tête ?
"Le Voyage alchimique" : sept DVD à découvrir !
« L’Europe et L’Islam, la liberté ou la peur ? »

Diable, Satan...
La pierre de Lanleff
Vers une théorie de l’art - la musique
"La partie de dés" (2)
Joseph et la femme de Putiphar
L’histoire des Crops Circles

Ecrire
Ecriture et tradition
2010 : Trois voeux pour notre Monde !
Autrefois, la Malle des Indes, aujourd’hui des E-mails de l’Inde
"La Lettre des Baladins de la Tradition"
Blanche, l’écriture en mouvement

Langues et langages
Kya ap hindi bolta hai ? (Parlez-vous Hindi ?)
Feliz Año Nuevo de Goa
Recherche du langage angélique dans le pouvoir des mots
De la physiologie du mot à l’essence du verbe
L’instrument et la mélodie
Avec "L’homme sans âge", l’étonnant film de F-F. Coppola, Mircea Eliade est de retour !

Littérature
Thérèse de Lisieux : 1890 à 1895
Qui a rencontré qui ?
Blanche de Richemont nous offre des instants qui chantent !

Logos (Verbe créateur, Parole...)
Le culte de Saint Blaise
La lumière du Tribann
Le tétragramme de la chapelle du château de Versailles
Le Mantra Yoga
"Tout fut, est et demeure éternellement en Dieu."
"Une Chapelle pour le roi"

Mallarmé (Stéphane)
Jeux de mots laids

Monde incréé - Monde manifesté
Le Monde de Nulle Part
"Le Coeur est Tout"
La vibration de la roche
"La création est un respir de Dieu."
De Goa au Père-Lachaise

Nerval (Gérard de)
Voyage au centre de notre planète, de Jules Verne à George Sand
La Société Angélique
Le voile d’Isis retombe sur le mystère brumeux
De la musique avant toutes choses

Poésie
La Spiritualité dans les chansons des "Derniers Trouvères"
Séraphîta
Saint Blaise et le celtisme
Transparence
Hafez de Chiraz
Les Orientales, festival de musiques et traditions d’Orient
Oum Kalsoum est toujours vivante !

Réintégration
Angelus Silesius
"Un homme ou une femme..."
"Pour la terre, un autre matin s’est levé..."
La conférence du Mont-Saint-Michel
La cosmogonie de Jacob Boehme

Sagesse
De Panjim (Goa)
La Pomme Bleue
"Maitreya, le Bouddha futur"
"La vie est une exploration quotidienne"
"Le Graal, c’est l’accession au secret de la vie universelle..."

Saint Martin (Louis-Claude de)
Une vision de la société : la Théocratie
La doctrine de Martinez de Pasqually
L’Ordre Martiniste
Pierres sèches
Influences diverses - Le rôle des femmes

Sophia (Sagesse)
La colère de Jonas
La loi des polarités sexuelles et de la folie

Sujet - Objet
Victor Hugo

Surnaturel

Théosophie

Unité
Beauté, où es-tu ?
Réaliser un Sri Yantra
"La prière, la vie, la mort"
Quand les pierres rencontrent le yoga...
Raymond Bernard : "pourquoi j’ai fondé le CIRCES..."

Vanité
"Mata…"

Volonté
Limites de l’intellect - recherche unitaire
Thrissur, le retour
Correspondances entre les centres d’énergie cosmique et les sphères d’activité sur notre planète
Slumdogs 3
"Recevoir force et lumière"


Il y a actuellement 4 contribution(s) au forum.


Qu’est-ce que la littérature ?
5 mars 2013

Ces analyses concernent l’Art du bien-écrire ; malheureusement, au siècle où nous vivons, il appert que ce noble Art est bien malade. Certes il reste encore des écrivains dignes de ce nom, et il sont reconnus comme des grands de la littérature, étant bien entendu que je ne parle ici que de la littérature française, ou plutôt francophone. Car les écrivains de langue française, africains ou baptisés maintenant ultra-marins, nous ont donné et nous donnent encore des chefs d’oeuvre, que ce soit en prose ou en poésie.
De grandes usines de ventes de livres permettent au public de consommer un livre comme on le fait d’un sandwich ; il faut donc les alimenter, ce qui poussent les auteurs à écrire n’importe quoi, de n’importe quelle manière. Certains, pour cacher leur inculture et leur manque de technicité, se cachent derrière le modernisme, le besoin de faire un expérience. On devient écrivain comme on devient une star d’un télé-crochet, cela ne dure qu’un temps ; certains, plus malins, réussissent à tenir, avec au minimum un livre par an...juste avant les prix littéraires. Et ils recoivent alors les louanges des critiques, des médias, bien souvent acoquinés avec des maisons d’édition...et le public, ne cherchant pas plus, suit le mouvement.
Mais, à l’analyse, beaucoup de ces ouvrages n’ont aucune valeur littéraire réelle ; on pourra dire qu’il faut admirer ces auteurs pour leur (au-moins) tentative d’expression, mais il arrive souvent que leurs écrits trahissent leur inculture.
Il existe cependant toujours des écrivains dignes de ce nom, il faut les chercher, savoir parfois lire entre les lignes des comptes-rendu de critiques, fureter dans les librairies ou les bibliothèques, demander conseil aux vrais libraires.
Il m’arrive de dire, tiens je vais relire un vieux livre de ma bibliothèque ; j’ai, je dois le reconnaitre, un grand choix à ma disposition, ce peut être un écrit classique, ce peut être un grand roman du siècle passé (et oui, du XXième siècle...) et chaque fois c’est un régal !
(et aussi des livres d’origines étrangères mais formidablement traduits en français, à tel point que l’on ne fait pas la différence)


Qu’est-ce que la littérature ?
4 septembre 2008, par Un merle

Balzac dans « La Comédie Humaine » trouve les ressorts du récit déjà en germes dans le roman du Graal, c’est à dire au moment de la naissance de cette forme littéraire spécifique à l’occident que nous nommons le roman. Pour preuve : dans un dossier du bimensuel TDC paru le 1er septembre 2008 consacré à la Légende Arthurienne, Christine Ferlampin-Acher et Denis Hüe, professeurs de langue et de littérature du Moyen Age à l’Université Rennes II nous disent : " A l’initiative de Merlin, les chevaliers font au départ le serment de tout raconter de ce qu’ils auront accompli au cours de leur périple. La Cour devient ainsi le lieu où s’archive la mémoire des exploits. C’est un monde presque Balzacien, où les aventures s’entrecroisent, où les personnages se connaissent et se reconnaissent, parcourent le monde d’un roman à l’autre." Je ne sais pas qui est votre Merlin si vous en avez un mais il me semble que les Baladins de la Tradition se veulent un lieu et même un Cour où ce monde narratif là peut se dire.



Site : Roman du Graal presque Balzacien

Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2019 - Les Baladins de la Tradition