Accueil du site Sur les routes Inde India-Log Autrefois, la Malle des Indes, aujourd’hui des E-mails de l’Inde
INDIA-LOG
E-mails expédiés au cours de 5 mois de voyage en Inde

 

Date :
Objet :
De :
A :

 

 

A quelques jours du départ...
Autrefois, la Malle des Indes, aujourd’hui des E-mails de l’Inde
jp guillot
un ami

 



Pour revenir au début de cette correspondance…

Quand sonne l’heure de la retraite, c’est le moment d’aller de l’avant. De renouer avec le fil de ses rêves et cette fois, de le dérouler jusqu’au bout du rouleau. Tous les bons conseilleurs s’accordent à dire qu’il faut profiter de la vie pendant qu’il en est encore temps, que si tu ne fais pas maintenant ce dont tu as envie… Autrement dit : « Cultive ton jardin », sachant qu’il ne s’agit pas pour moi de planter des poireaux et des choux.

Mon jardin, c’est de voyager de par le monde. Je ne me lasse pas de le parcourir, car en voyageant, je me parcours moi-même. J’aime être étranger, parler d’autres langues, m’adapter à des coutumes différentes. Je me trouve chez moi à peu près partout où je pose mon sac. Et depuis que je suis libre de mon temps et que j’ai la possibilité de faire ce qui me chante et m’enchante, le « carré » de jardin que j’ai envie de cultiver, c’est l’Inde. Les Indes, la fabuleuse, la spirituelle et aussi celle d’aujourd’hui avec ses contradictions et ses inégalités.

Ça ne s’explique pas, c’est comme ça, à moins que dans une vie antérieure… Car l’Inde est un de ces rares lieux où, étonnamment, d’emblée, les choses m’arrivent « comme par miracle », exactement comme j’ai toujours désiré qu’elles se produisent, dans l’impulsion d’un désir profond qui resurgit là, après avoir été longtemps enfoui sous les normes et les tracasseries d’une société obsédée de sécurité, étouffée par les lois et les contrôles.

L’Inde, parce qu’elle n’est pas une mais plurielle, parce qu’elle est inépuisable, qu’elle déborde d’énergie, qu’elle est toujours irriguée par de grands courants spirituels et aussi parce qu’elle aspire à devenir une nation moderne. Parce que pour le photographe, elle est chaude, colorée, vibrante. Parce que pour le voyageur solitaire, elle est accueillante et que je m’y suis toujours senti en sécurité. Certes souvent elle me fatigue, cette Inde fébrile, bruyante, bordélique, elle m’attriste, m’énerve, me désespère mais, au bout du compte, j’y trouve toujours quelque chose qui rachète ma journée.

L’Inde est un pays tout à fait propice à développer « l’usage du monde », à accroître les vertus de patience, sobriété, entregent, débrouillardise, tolérance ; un pays qui éveille les sens et l’esprit.

Au cours du voyage qui précéda celui-ci, je tenais un journal de voyage. Les petits carnets s’accumulaient et pesaient lourd dans le bagage. Au retour, il fallait déchiffrer toutes ces notes, faire de l’ensemble un récit, un recueil à tirer pour les amis. Je n’en finissais plus de passer des heures devant l’ordinateur. Alors, cette fois-ci, j’ai pensé e-mails. Des cybercafés, il s’en trouve partout et si ce ne sont pas les endroits les plus confortables (sièges déglingués, bruits des jeux vidéo que les gamins du quartier jouent en réseau…) ils sont rafraîchis par de la clime alors, plutôt que de suer la sieste sous un ventilo, pourquoi ne pas y passer les heures chaudes de l’après-midi ?

Une fois surmontée la difficulté de s’adapter au clavier Qwerty et aux enrageantes et fréquentes coupures de courant qui peuvent expédier une page d’écriture laborieusement tapée dans le néant virtuel, consulter son courrier et écrire un e-mail devient un moment agréable de la journée.

Si partir c’est mourir un peu dans la mémoire de ceux qui nous sont chers, par les mails, je souhaitais leur prouver le contraire : partir, c’est vivre plus, beaucoup plus, et ces moments privilégiés, je voulais les partager avec eux car il n’est de bonheur que partagé, n’est-ce pas ? Et lorsqu’on voyage seul, les occasions de dialogues ne sont pas toujours aussi fréquentes qu’on le souhaiterait.

Alors en pensant à mes amis et connaissances je notais dans l’intention de les leur faire partager, les événements qui m’avaient frappé, les découvertes qui m’avaient ému ou qui risquaient de les intéresser, voire amuser. Pour ne pas toujours me répéter certains mails sont devenus des newsletters qui se construisaient au fil des jours, entre deux caprices de la distribution d’électricité. J’ai toujours préféré le courrier électronique au téléphone : on touche tout le monde à la fois, et on a le temps de penser à ce qu’on va dire.

Les mails, comme dialogue et partage. D’où le titre India-Log - jeu sur l’anglais dialog et log, carnet de route. Mais aussi dialogue avec l’Inde, l’Inde immense que je n’ai qu’entrevue et comprise moins encore mais dont je voulais donner une autre image que celle des reportages souvent misérabilistes, ou des informations sur nos échanges commerciaux avec elle. Car, d’une façon générale, la plupart d’entre nous en savent bien peu sur ce pays et en sont beaucoup moins curieux que les Indiens ne le sont de l’Occident.

Comment ces mails sont-ils arrivés jusqu’aux Baladins de la Tradition ? Un ami les a transmis à un de ses amis, grand connaisseur de l’Inde, lequel a pensé que ces textes pourraient les intéresser.

Que Pierrick Pinot et Marc Gandonnière en soient remerciés.

Pour découvrir ci-dessous le lien vers l'e-mail suivant...

Pour laisser un commentaire à la suite de cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

jp guillot

Mes photos du jour
(Cliquer sur les vignettes.)

Étudiantes en excursion Enfants d'un village du Bihar


PS : "Malle des Indes" : d’après l’anglais mail. 1860. Service par chemins de fer et bateaux, assurant le courrier de Londres aux Indes, par Calais et Marseille.


Les photos de cette page ne sont pas libres de droits. Elles appartiennent à l'auteur. Elles peuvent cependant être utilisées à des fins non-commerciales avec son autorisation. Pour le contacter, cliquer ici...

Cette page a déjà été visitée 1021 fois.


E-mail précédent...

Pour revenir à la page principale...

E-mail suivant...
Nous voilà partis pour 5 mois de voyage en Inde durant lesquels nous allons recevoir de temps à autre un mail de jp guillot.
Pour ne rien manquer et être informé par une rapide annonce dans votre boîte aux lettres de la mise en ligne du prochain message,
inscrivez-vous à : "La Lettre des Baladins de la Tradition" ou retrouvez-nous sur "Facebook".

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Ecrire
2011 : Trois voeux pour notre Monde !
Balzac et le Martinisme : Dédicaces
Etape 28 : De Léon par Villadangos Del Paramo à Hostpital de Orbigo
Bulletin d’adhésion à l’association
"La Lettre des Baladins de la Tradition"

Esprit
Initiation au bouddhisme tibétain
Thérèse de Lisieux : jusqu’à sa mort...
Le Supramental : une autre planète (2)
Saint Eloi
Maurice Zundel

Eveil
La Pomme Bleue
Ô Toi !
Ondoiement et premier pas
Epilogue...
"Le monde entier est TON maître."

Inde
Raymond Bernard : "avec une ouverture d’esprit absolue"
Le mythe de Rama (1)
Le règne végétal revêt pour l’être humain une importance vitale.
Arc-en-ciel des couleurs de l’Inde !
Echec et Mat ! (1)
Nouvelle édition des "Lettres de Nulle Part" !

Orient - Occident
Avec Maïtreyi Amma (1)
Les cartes et les planisphères
Portrait de Maïtreyi Amma
Arrivée à Bénarès
Retour
Les Orientales, festival de musiques et traditions d’Orient

Patience
L’histoire
Pluie sur Bbsr
Le labyrinthe
Jean-Pierre Bayard parle de Raymond Bernard
Crise de foie

Tolérance
La vie des Bâuls
L’expédition de 1421
Saint Nicolas
Sur les traces du sanglier
Elie dans les écrits chrétiens en dehors de la Bible

Voyage
Blanche, l’écriture en mouvement
La surprise du Cancer
Petit voyage à travers les énigmes...
De Goa au Père-Lachaise
Etape 1 : De Tortosa à Xerta
Chefs-d’oeuvre des transports au musée du Compagnonnage

Il y a actuellement 2 contribution(s) au forum.




Autrefois, la Malle des Indes, aujourd’hui des E-mails de l’Inde
18 octobre 2009, par M.G.

" Sommes-nous dignes du nom de civilisés si notre conception de la vie doit rester à jamais déterminée par un simple accident, je veux dire par le fait que nous sommes nés à Bristol plutôt qu’à Bombay ? Ceux qui ferment leur esprit à toute influence asiatique le ferment à une somme de pensées délicates, de vérités profondes, de lumières sur l’âme qui valent pourtant la peine qu’on s’y arrête. Plus avisé celui qui se donnera la peine de fureter dans ce bric-à brac poussiéreux de l’Orient avec l’espoir d’y trouver quelque gemme oubliée, un fait étrange, un grain de mystérieuse sagesse, car sa recherche n’aura pas été vaine. " Paul Brunton L’Inde Secrète ED. Payot 1946. Voilà un voyageur qui a tout l’air de se présenter comme un de ces "bien avisés" dont parlait le journaliste anglais Paul Brunton dans son merveilleux récit de voyage. Suivons donc Jean-Pierre G. dans ces écrits, avec son joli style annoncé,car cette lecture sera donc pas vaine non plus pour chacun de nous, de plus j’ai l’impression que ce ne sera pas un effort du tout mais un vrai bonheur.



Site : Voyageur avisé


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2016 - Les Baladins de la Tradition