Thérèse de Lisieux : 1895
vendredi 27 septembre 2002

par Dazur


Ce texte est extrait d’une étude sur "Thérèse de Lisieux"
Pour revenir à la page précédente : "Thérèse de Lisieux : 1890 à 1895"

Thérèse, par sa jeunesse, sa tonicité, sa joie de vivre, est, sans jeu de mots, la flamme du Carmel. Au cours des temps libres communautaires, ses deux soeurs aînées remarquent ses talents de conteuse et sourient à la belle façon qu’elle a de raconter les anecdotes de son enfance. Mère Agnès au début de l’année 1895 ordonne à Thérèse d’écrire ses souvenirs et de les lui remettre dans un an. Troublée d’abord par cette demande qui semble l’occuper uniquement d’elle même, Thérèse s’y plie au nom du voeu d’obéissance qu’elle a prêté.

Voici les toutes premières lignes de ce manuscrit :

Histoire printanière d’une petite Fleur blanche écrite par elle-même et dédiée à la Révérende Mère Agnès de Jésus.

"C’est à vous, ma Mère chérie, à vous qui êtes deux fois ma Mère, que je viens confier l’histoire de mon âme... Le jour où vous m’avez demandé de le faire, il me semblait que cela dissiperait mon coeur en l’occupant de lui-même, mais depuis Jésus m’a fait sentir qu’en obéissant simplement je lui serais agréable ; d’ailleurs je ne vais faire qu’une seule chose : Commencer à chanter ce que je dois redire éternellement - "Les Miséricordes du Seigneur !!!"... Avant de prendre la plume, je me suis agenouillée devant la statue de Marie (celle qui nous a donné tant de preuves des maternelles préférences de la Reine du Ciel pour notre famille), je l’ai suppliée de guider ma main afin que je ne trace pas une seule ligne qui ne lui soit agréable.
Ensuite, ouvrant le Saint Evangile, mes yeux sont tombés sur ces mots : "Jésus étant monté sur une montagne, il appela à Lui ceux qu’il lui plut ; et ils vinrent à Lui." (St Marc, chap. III, v. 13). Voilà bien le mystère de ma vocation, de ma vie tout entière et surtout le mystères des privilèges de Jésus sur mon âme... Il n’appelle pas ceux qui en sont dignes, mais ceux qu’il lui plaît..."

Elle se livre dans ces pages avec une grande sincérité. Elle explique ce qui anime son âme. "Je pensais que j’étais née pour la gloire, et cherchant le moyen d’y parvenir, le Bon Dieu m’inspira les sentiments que je viens d’écrire. Il me fit comprendre aussi que ma gloire à moi ne paraîtrait pas aux yeux mortels, qu’elle consisterait à devenir une grande sainte !!!..." Thérèse ne rapporte pas le jugement de son confesseur auquel à l’époque, elle s’était ouverte de ses impulsions mystiques : Péché d’orgueil ! avait-il dit.

Plus loin dans son manuscrit, elle avoue qu’elle n’a "jamais fait aucune pénitence, bien loin de ressembler aux belles âmes qui dès leur enfance pratiquaient toute espèce de mortifications... Mes mortifications, dit-elle plus loin, consistaient à briser ma volonté, toujours prête à s’imposer, à retenir une parole de réplique, à rendre de petits services sans les faire valoir, ..."

Nouvelle affirmation de la spiritualité de Thérèse, elle acquiert la conviction que ce n’est pas à la Justice Divine qu’il faut s’offrir, ainsi qu’il est de coutume dans son entourage religieux, mais à l’Amour miséricordieux. La révolution spirituelle de Thérèse est là toute présente. En beau milieu d’un monde où l’on comptabilise les péchés, où l’on soustrait les sacrifices pratiqués avec méticulosité par Crainte de la Justice Divine à laquelle on se doit d’être tout entier soumis, Thérèse franchit avec une foi toute pure les portails du Royaume de l’Amour Divin.

Plus de limite, ici, toutes les pirouettes de l’âme sont un enchantement et ne peuvent conduire qu’à la Sainteté. Il n’y a dans ce jardin-là aucune place pour l’orgueil. Tout y est simplicité et évidence. "Dieu n’est qu’amour et miséricorde !" écrira Thérèse un mois avant de mourir. La plénitude de sa spiritualité est toute entière dans le "n’est que" de cette belle formule. "Dieu n’est qu’amour et miséricorde !" Plus tard, elle écrira : "Je suis d’une nature telle que la crainte me fait reculer ; avec l’amour non seulement j’avance, mais je vole..."

Pour lire la suite : "Thérèse de Lisieux : 1895 et 1896"

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Dazur

 

Les illustrations proviennent du site :
- https://www.pinterest.com/boruszewska/little-flower-teresa/

Cette page a déjà été visitée 1573 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE Thérèse de Lisieux : le Galaad de notre temps... Voyage à Lisieux Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face L’enfance de Thérèse Thérèse de Lisieux : 1888 Thérèse de Lisieux : 1888 à 1890 Thérèse de Lisieux : 1890 à 1895 Thérèse de Lisieux : 1895 Thérèse de Lisieux : 1895 et 1896 Thérèse de Lisieux : juin 1897 Thérèse de Lisieux : jusqu’à sa mort...

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Amour
Pierre Teilhard de Chardin
L’instrument et la mélodie
"La puissance vibratoire de la pensée"
"Maitreya, le Bouddha futur"
Forum sur le symbolisme de l’Oeuf

Dieu
L’arbre de vie ou arbre séphirothique
Jean-Pierre Bayard parle de la Franc-Maçonnerie et de l’Eglise
Raymond Bernard : "avec une ouverture d’esprit absolue"
"Silence..."
La doctrine de Martinez de Pasqually
Comprendre l’humain, en regardant les témoignages de "6 milliards d’autres"
"Une Chapelle pour le roi"

Ecrire
Les auteurs du "Voyage au coeur de la Pierre"
Du carbone au diamant
Médecin généraliste : un métier merveilleux !
Qu’est-ce que la littérature ?
2010 : Trois voeux pour notre Monde !

Enfance (Esprit d’)
Les petits cailloux
Thérèse de Lisieux : juin 1897
Thérèse et Jeanne Guyon...
Pierres d’illusions
La Spiritualité dans les chansons des "Derniers Trouvères"

Evangile de Marc
"Jesus…"
Le martyr byzantin de Notre Dame du Puy-en-Velay
Elie dans la tradition chrétienne

Inspiration
Itsuo Studa
La loi des polarités sexuelles et de la folie
De Kannur à Ernakulam
Charles Ferdinand Ramuz
Ma pierre

Joie
Le versant éclairé
Les plantes sur les sentiers 19 à 23 de l’Arbre de vie
Alphonse de Lamartine
Médecin et patient : une co-responsabilité face à la vie et la mort
Les Bâuls et la musique
Blanche de Richemont nous offre des instants qui chantent !
Joy for the planet !

Justice
Maât, la déesse de vérité
Maharishi Valmiki
Les Justes (Tsaddikim)
Les belles vertus de Sainte-Avoye
Le Jugement

Peur
"L’homme a d’immenses possibilités inexploitées et des pouvoirs inconnus."
Djalâl al-Dîn Rûmî
Ecrire au tableau ou... la conscience de la marmotte
Je suis la Souffrance, je suis.
Ombre et Lumière dans Harry Potter
« L’Europe et L’Islam, la liberté ou la peur ? »

Prière
Thérèse de Lisieux : jusqu’à sa mort...
Départ de Bruno
Ô Toi !
Souvenirs imaginaires d’anonymes (3)
De Buddha-land
"We Are Ocean"
24 h de méditation pour la Terre du 1er au 2 novembre 2015

Réalisation (salut, libération...)
Swami Premananda : choisir sa vie
Personnel et Privé
Swami Premananda : passé, présent, futur ...
Swami Premananda : la libération
Le premier chant de l’aube

Révélation
Thérèse de Lisieux
Amma
Le mois de Ramadan 2019 commence le 6 mai

Thérèse de Lisieux (Sainte)
Elie dans les écrits chrétiens en dehors de la Bible
Voyage à Lisieux
Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face
Thérèse de Lisieux : le Galaad de notre temps...
Calendrier de la Tradition : Mai !
Calendrier de la Tradition : Octobre !

Vie spirituelle
Maître Eckhart
Ma Ananda Moyi
"Il ne faut pas devenir esclave de ses lectures."
L’apport fondamental de la version coranique
"La prière, la vie, la mort"


Il y a actuellement 0 contribution(s) au forum.

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2019 - Les Baladins de la Tradition