La loi des polarités sexuelles et de la folie
mardi 6 novembre 2007

par Célestin Valois


Cet article s’inscrit dans le cadre d’une vaste étude intitulée "Balzac et le Martinisme". Pour en consulter le plan. Pour revenir à la page précédente...

L’écueil de Lambert, Frenhofer, Gambara, Claës, c’est justement la femme, preuve que la clé de la sublimation alchimique leur manquait. Gambara finit par retrouver sa femme qui revient à lui à la fin du récit. Ils rencontrent alors Massimilla, la princesse italienne et son amant (platonique) Emilio Memmi.

"Chargeons-nous d’eux ? demanda la princesse à Emilio, car cet homme est resté fidèle à l’idéal que nous avons tué". Pour ce couple, l’extase mystique a été tuée par l’accomplissement charnel, le génie se détruit à cause de son impuissance à l’union charnelle.

JPEG - 42.9 ko
Masimilla Doni

Dans Massimilla Doni, il y a la même réflexion sur la musique que nous trouvons dans Gambara, avec cette différence que le thème du couple et de l’amour est mis en parallèle. L’amour va au-delà de la science, de la peinture, de la musique et rejoint la plus pure inspiration religieuse. Massimilla est très pieuse et ignore la volupté terrestre. La femme ange trouve son contraire dans la cantatrice Tinti, la femme sensuelle recueillie et protégée par le vieux duc de Caetano, mari de Massimilla, et par qui Emilio est séduit également. Emilio Memmi est déchiré entre ces deux amours (l’amour spirituel et l’amour charnel) comme l’est Félix de Vandenesse entre Henriette de Mortsauf et Lady Dudley. Massimilla qui craint de perdre son coeur accepte la machination bienveillante du médecin français qui veut sauver Emilio de sa folie, la réalité chasse alors l’idéal une fois que l’amour est consommé par les amants, il se noie dans les larmes de la future femme d’Emilio. Le thème de la folie est, dans cette nouvelle, analysé avec une grande clarté.

Le ténor Genovèse, amoureux de la Tinti, met en colère le parterre car ses répliques à la cantatrice sont une cacophonie. Il ressent ce qu’il ne devrait que jouer et tout est donc faussé sans qu’il s’en aperçoive, il croit chanter une mélodie céleste.

Au contraire quand, en dehors du spectacle, ses amis lui reprochent sa mauvaise prestation, il relève le défi et les gratifie d’un sublime chant céleste. "Cette simple et naïve mélodie en pénétrant les sens intérieurs, y apportait la lumière".

Capraja en donne l’explication au médecin.

"Quand un artiste a le malheur d’être plein de la passion qu’il veut extrême, il ne saurait la peindre car il est la chose même au lieu d’être l’image".

Le cas de Genovese est comparable à celui de Gambara, rendu lucide par l’ivresse. La folie est la fatalité des êtres d’exception qui ne peuvent se résoudre au compromis de l’illusoire extériorité. Vendramin, l’ami d’Emilio, est opiomane. Chacun est fou à sa manière, à cause de la science, de l’art, de l’amour, de l’opium, mais cette folie est pour chacun le moyen de marcher vers une autre réalité.

"Ces deux hommes appartiennent à la Légion des esprits purs qui peuvent se dépouiller ici bas de leurs larves de chair et qui savent voltiger à cheval sur le corps des sorcières dans les creux d’azur où se déploient les sublimes merveilles de la vie morale : ils sont dans l’art là où te conduit ton extrême amour, là où me mène l’opium. Moi de qui l’âme est exaltée par un triste moyen, moi qui fais tenir cent ans d’existence en une seule nuit, je puis entendre ces grands esprits quand ils parlent du pays magnifique appelé le pays des chimères par ceux qui se nomment sages, appelé pays des réalités par nous autres qu’on nomme fous".

Si cette folie est la nostalgie de l’état originel de l’homme, peut-être comme Vendramin, ne faut-il pas guérir. Contrairement à Genovese et Emilio, le docteur ne parvient pas à le ramener au "bonheur" terrestre. "L’amour d’une patrie qui n’existe plus est une passion sans remède" commente le narrateur.

Vendramin, du reste, s’explique très bien la folie métaphysique qui les hante. Il cherche à dissuader son ami du suicide.

"Es-tu bête ! reprit Vendramin, mais non, tu es fou, car la folie, cette crise que nous méprisons, est le souvenir d’un état antérieur qui trouble notre forme actuelle".

Celui en qui a germé l’idéal peut difficilement faire retour en arrière. "Nous devons être ou sur terre ou dans le ciel. Reste dans le ciel, tu seras toujours trop tôt sur la terre".

JPEG - 16.4 ko
Marie d’Agoult

Le médecin s’est donné pour mission dans cette Italie vénitienne idéaliste et passionnée, de défendre la réalité terrestre en bon rationaliste français. Cependant, il se demande s’il a bien fait de guérir Emilio et si cette normalisation ne les prépare pas, lui et Massimilla, à un futur grand désespoir, à une profonde désillusion.

Les réflexions qu’il fait à Vendramin ne sont pas celles d’un médecin matérialiste.

"Il possédait une divinité, le malheureux veut en faire une femelle ! Je vous le dis, Monsieur, il abdique le ciel, je ne réponds pas que plus tard il ne meure de désespoir".

Dans cette nouvelle donc, Balzac trace une figure de la femme initiatrice. Il se fait l’émule de Dante avec Béatrix : "Oui, Béatrix, cette figure idéale, la reine des fantaisies du poète, élue entre toutes, consacrée par les larmes, déifiée par le souvenir, sans cesse rajeunie par les désirs exaucés".

Dans son amour platonique pour Emilio, Massimilla a pensé que son amant est au-dessus des expressions amoureuses autant que la cause est supérieure à l’effet. Cet amour est le reflet de l’amour cosmique entre le Père céleste et la Reine du ciel. Dans cet amour chaste, la femme est identifiée à SOPHIA, la seule avec qui, dit Louis Claude de Saint-Martin, l’homme de désir doit chercher à s’unir.

Un amour comme celui de Louis Lambert et Pauline de Villenoix dépasse toute forme de communication ordinaire, entre Emilio et Massimilla, il dépasse même cette forme de langage suprême qu’est la musique.

"Leur pensée développait ce baiser comme un musicien développe un thème par les modes infinis de la musique et il produisait en eux des retentissements tumultueux, ondoyants, qui les enfièvraient".

"Massimilla devenait une de ces vierges célestes entrevues dans les rêves que le chant du coq fait disparaître mais que vous reconnaissez au sein de leur sphère lumineuse dans quelques oeuvres des glorieux peintres du ciel".

Pour lire la suite de cette étude...

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Célestin Valois

 

Les illustrations proviennent des sites :
- http://www.musicologie.org
- http://fr.wikipedia.org

Cette page a déjà été visitée 3879 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE Jeux de mots laids Ecriture et tradition Recherche du langage angélique dans le pouvoir des mots De la physiologie du mot à l’essence du verbe Qu’est-ce que la littérature ? Vers une théorie de l’art - la musique La loi des polarités sexuelles et de la folie De la musique avant toutes choses L’instrument et la mélodie Le voile d’Isis retombe sur le mystère brumeux

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Alchimie
Quel est ce blason ?
Jeu du pendu des Alchimistes
Le Martinisme dans la Tradition
La femme - L’homme et l’androgynat
La Boussole d’Or
Anselme Kiefer et l’ésotérisme
"Le Voyage alchimique" : sept DVD à découvrir !

Amour
"Maitreya, le Bouddha futur"
De la musique avant toutes choses
Daniel Pons
La Pomme Bleue
De la physiologie du mot à l’essence du verbe

Amour platonique - Amour charnel

Anges
La cosmogonie de Jacob Boehme
L’Etoile des Mages
Jeux de mots laids
Les trois messes de Noël
L’histoire du portail Nord de la cathédrale de Cahors
A Lille, le vidéaste Bill Viola nous immerge dans sa vision mystique du "Passage du Temps".

Beatrix
La Société Angélique

Bonheur
Djalâl al-Dîn Rûmî
Une souris et le déclin de l’empire américain
À Fathepur avec le Dr Kahn
Pierres sèches

Caetano (Duc de)

Capraja

Chant, art lyrique
24h de méditation pour la Terre (16h-17h)
La grenouille du cloître de la cathédrale de Barcelone
La Spiritualité dans les chansons des "Derniers Trouvères"
L’instrument et la mélodie
Pierres des extrêmes
L’édition 2008 du Festival des Musiques Sacrées de Fès se déroule du 6 au 16 juin.
19ème Festival de Musiques Sacrées à Fès

Claës (Balthazar)
Rationalisation du mystère
Le voile d’Isis retombe sur le mystère brumeux
Les rédempteurs ou les rédemptrices
Balzac et le Martinisme : Conclusion
Autour de la Pologne - Madame Hanska

Couple (Le)
"Un homme ou une femme..."

Désespoir

Dudley (Lady)

Extase
Vers l’Extase !
"La prière, la vie, la mort"
Les deux Thérèse...
Echanges sur "Conscience"
Limites de l’intellect - recherche unitaire
Oum Kalsoum est toujours vivante !

Folie
Vers une théorie de l’art - la musique

Frenhofer (Maître)

Gambara
L’amitié initiatique révèle le sens de la souffrance

Idéal

Inspiration
De Kannur à Ernakulam
Charles Ferdinand Ramuz
Les auteurs du "Voyage au coeur de la Pierre"
Ma pierre
Thérèse de Lisieux : 1895

La femme, le féminin
Le docteur Jouissance

Lys dans la Vallée (Le)
Balzac et le Martinisme : Introduction
Influences diverses - Le rôle des femmes
Séraphîta

Maximilla Doni

Memmi (Emmilio)

Mortsauf (Henriette de)
Une vision de la société : la Théocratie

Musique
Souvenirs imaginaires de Gregorio Franchi
Sri Aurobindo
Sadhinata et les Bâuls du Bengale
Musicien de l’âme, à tes gammes !
Les Bâuls et la musique
Festival des Musiques Sacrées du Monde à Fès
Les Orientales, festival de musiques et traditions d’Orient

Nostalgie (sensucht, saudade)

Opéra
Souvenirs imaginaires du Marquis de Marialva
Souvenirs imaginaires de W.A. Mozart

Peinture
Souvenirs imaginaires d’Alexander Cozens
Jai Guru !

Philosophie
Sous le signe du Sagittaire : neuvième jour
Jeu du pendu des Philosophes et Mathématiciens grecs
Raymond Bernard : "toute ma vie était pré-ordonnée"
Vladimir Jankélévitch
Le tétragramme de la chapelle du château de Versailles

Psychologie
"La prière unit l’homme à Dieu..."
"Les guérisseurs, la foi, la science !" : un DVD à découvrir sans tarder !

Rossini (Gioacchino)

Saint Martin (Louis-Claude de)
L’Ordre Martiniste
Louis-Claude de Saint-Martin
La doctrine de Martinez de Pasqually
La Charité et l’Inconnu
Qu’est-ce que la littérature ?

Science
Qu’est-ce-que la magie ?
Les statuts de l’association "Les Baladins de la Tradition"
"Dieu" et la civilisation UIGOUR...
Forum sur Emmanuel Swedenborg
La lumière du Tribann

Sociologie
Comprendre l’humain, en regardant les témoignages de "6 milliards d’autres"

Sophia (Sagesse)
La colère de Jonas

Terre - Ciel
Pour découvrir la suite...
Quand les pierres rencontrent le yoga...
L’histoire des Crops Circles
Thérèse de Lisieux : jusqu’à sa mort...

Théâtre
Cheruthuruthy
Thérèse de Lisieux : 1890 à 1895
AESAHAETTR, le poignard subtil
L’expédition de 1421
La Passion à Ménilmontant : 80e anniversaire !

Tinti (Clara)

Vandenesse (Félix de)

Vendramin

Venise
La Prière de Jésus ou Prière du coeur
Au Palazzo Grassi, à Venise, découvrez l’exposition "Rome et les barbares".


Il y a actuellement 8 contribution(s) au forum.


La loi des polarités sexuelles et de la folie
24 juin 2010

Je me suis souvent demandé si Michel Foucault était la réincarnation d’Erasme.
Mais Balzac ne fait pas l’éloge de la Folie.Elle est pour lui l’indicible ,le manque absolu de l’amour et la blessure mortelle infligée à l’éternel féminin.Ajoutons à votre étude celle de Jan-Luc Martine sur la nouvelle de Balzac "Adieu" qui met en scène la folie d’une contesse Stépahnie ayant laissé sa raison dans les dégats collatéraux de la retraire de Russie sur la Bérézina. Nous pouvons aussi y voir les névroses non seulement de Balzac mais aussi la genèse de celles de l’autre grand romantique,Nerval.
http://www.etudes-episteme.org/ee/f...

"Le romantisme de Balzac semble renouer avec les
intuitions profondes de la folie renaissante : la Bérézina est un cosmos rendu au
chaos. Mais ce n’est plus une folie vraiment cosmologique, c’est la traduction en
termes cosmiques d’une folie historico politique, d’un égarement profond du sens
de l’Histoire ; la Bérézina signifie la fin d’un monde, la fin d’un âge.


La loi des polarités sexuelles et de la folie
13 mars 2008, par El Peregrino

Le marcheur et dame nature.

Il marche l’âme à découvert, l’esprit papillon,

Le temps s’évanouit pour un cœur en tourbillon.

La nature numineuse est silence et douceur,

Sa belle compagne l’enivre d’effluve et de senteur.

Comme femme elle allègue la force et la faiblesse,

Mais aussi sensuelle aux évocations diablesses.

Alors en soi se produit l’instant merveilleux,

Pour le cœur, la raison, un mariage sourcilleux.

Aimer, avec le corps et l’âme comme un enfant,

Aimer hors la loi, aimer l’amour triomphant.

El Peregrino


La loi des polarités sexuelles et de la folie
12 mars 2008, par Isha

J’ai vu ! pas d’intervention sur cet article ! et pourtant ! Dans cette Rencontre spirituelle de l’Homme et de la Femme réside sans doute tout le secret de Vie émanant du Créateur Lui-Même et en même temps, celui de la Réintégration et Gustav Meyrink ne s’y est pas trompé lorsque dans son ouvrage "le Visage Vert" il fait dire à Sephardi "Mais si un homme réussit à franchir le "pont de vie" c’est un bonheur pour le monde. C’est presque plus que si un sauveur lui était envoyé. Mais une chose est nécessaire ; un seul ne peut y réussir, il a besoin pour cela .. d’une compagne et d’une force féminine. C’est là le sens secret du mariage que l’humanité a perdu depuis des millénaires...."
Ainsi, sans doute l’humain et le surhumain peuvent se rencontrer dans un même élan vers Dieu . La folie de l’homme se transforme en folie de Dieu.
Ne pas faire d’une femelle la divinité, là est sans doute une Clé qui ouvre la porte de l’évolution. La Femme porte en elle la réponse, qu’elle-même ignore hélas, même si elle la pressent ! et cette réponse ne peut lui être à elle-même révélée que par cet "autre" en face d’elle dont la conscience se sera révélée.
N’hésitons pas à croire que Cela existe.



Site : La loi des polarités sexuelles et de la folie

Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2016 - Les Baladins de la Tradition