Raymond Bernard : "toute ma vie était pré-ordonnée"
Interview réalisée le 22 février 1997
jeudi 10 janvier 2008

par Theodore J. Nottingham


C’était le 22 février 1997, Raymond Bernard qui était alors Grand-Maître de l’Ordre Souverain du Temple Initiatique avait accepté de rencontrer Theodore J. Nottingham pour une interview. Au début de l’entretien, il déclara en riant qu’il porterait pour l’occasion le nom de Valaire de Gramscott, son daïmon du jour. Nous avons tenu à respecter son souhait. La rencontre eut lieu au coeur de Paris, non loin de la place de la Concorde. L’un des créateurs des "Baladins de la Tradition" y assistait.

A l’occasion du deuxième anniversaire du décès de Raymond Bernard, nous sommes heureux d’honorer son souhait d’être le cinquième interviewé du site des "Baladins de la Tradition" en publiant cet article inédit en langue française jusqu’à ce jour.

"Les Baladins de la Tradition" tiennent à remercier Theodore J. Nottingham de leur avoir confié ce document historique.


Theodore J. Nottingham : Comment pourriez-vous décrire la direction de votre vie ?

Valaire de Gramscott : Je pense que la direction de ma vie a été établie dès le début et même dès l’enfance. Mes parents étaient extrêmement libéraux et ouverts. Ils étaient en outre d’une tolérance absolue, bien qu’ils aient dirigé leurs enfants selon les voies étroites d’une morale bien établie et qui était conforme à ce qui était généralement admis dans des milieux assez ouverts de l’époque où je suis entré dans cette vie physique.

JPEG - 8.7 ko
Raymond Bernard

Je suis né catholique romain, pour ainsi dire par tradition puisque ma famille appartenait à cette religion et qu’il était de coutume dans notre famille de suivre ce qui avait été fait dans le passé en ce qui concerne ce domaine particulier. J’ai donc suivi les études normales d’un enfant d’abord, puis d’un adolescent, dans les dogmes catholiques tels qu’ils étaient transmis par les prêtres à cette époque.

Cela naturellement étant à part complètement des études proprement dites que je pouvais faire dans ma vie, en vue d’une situation professionnelle ultérieure. J’ai été élevé dans des collèges privés catholiques précisément, dans lesquels, à la formation purement intellectuelle, s’ajoutait cette pratique religieuse qui était, à cette époque, une obligation et qui conditionnait dans une certaine mesure, une mesure même assez large, toutes les activités scolaires et ultérieurement dans les collèges et à l’université.

Et dès le début, et même à une période reculée de l’enfance, j’étais très attiré par tout ce qui concernait les mystères de la vie et aussi l’aspect religieux au sens très large du terme, se rapportant à la création, à l’existence d’un monde peuplé de personnes ou êtres et qui vivaient, répondant à nos questions et à tout ce qui pouvait concerner notre vie proprement dite.

Grâce à ma mère, j’ai pu être assez rapidement en relation avec certains professeurs passant leurs vacances dans la région de France où j’habitais, c’est-à-dire dans les Alpes, et je me souviens d’un professeur de philosophie, une femme, âgée, qui m’avait révélé et instruit sur toute la mythologie grecque dans un aspect, certes académique, mais également en relation avec des données traditionnelles qui dépassaient largement toutes ces questions limitées à la simple histoire et à l’explication de la particularité de cette mythologie proprement dite. Je devais également étudier en même temps au commencement, le piano puis par la suite le violon et je dois dire que la pratique de la musique toute ma vie a été un élément de stabilité et d’inspiration extrêmement élevé.

Au moment de la Deuxième Guerre mondiale, en 1940, une anglaise âgée, qui avait dirigé un grand collège en Angleterre et qui vivait habituellement à Ibiza, était venue dans les Alpes et avait été bloquée là par la guerre, ne pouvant retourner aux Baléares. Comme j’apprenais à l’époque l’anglais, grâce à ma mère encore, j’étais entré en rapport avec cette personne de manière à pratiquer un peu l’anglais et peu à peu, nous étions devenus très liés et je la considérai comme un maître pouvant m’apporter des indications utiles et répondant à beaucoup de questions.

JPEG - 18 ko
Jeanne Guesdon

Ce qui m’avait particulièrement frappé, c’était à un moment où, désirant partir en Angleterre par les voies qui permettaient de quitter la France de manière illégale pour rejoindre les forces combattantes, alors qu’en France nous étions occupés par les Allemands, je devais le faire avec un polonais de mon âge, qui, lui était également réfugié dans la région où je me trouvais ; j’avais interrogé cette personne anglaise, Mrs Edith Lynn, et j’avais vu qu’elle consultait un livre fait de tableaux et donnant des indications, et à partir de ce tableau me donnant des conseils que je devais suivre : l’échec était au bout de la tentative et j’avais dû rentrer à la maison et reprendre mon travail, de sorte que je restai ainsi en contact avec madame Edith Lynn qui, le jour de mon anniversaire, vint me trouver - je devais avoir 17 ans - et m’apporta une brochure « The secret Heritage » qui correspond à une brochure actuellement en cours dans l’Ordre de la Rose-Croix AMORC [1] et qui s’appelle maintenant « Maîtrise de la Vie ».

Et Edith Lynn me forma tout à fait dans le domaine de la spiritualité. Elle m’instruisit de différentes écoles, elle m’ouvrit l’esprit sur Sri Aurobindo et la pensée orientale ; tout en faisant le point par une sorte de comparaison des religions avec tout ce qui existait dans le monde et aussi me faisant lire les ouvrages qu’elle pouvait avoir de l’AMORC et les revues « Rosicrucian Digest » qui pouvaient être en sa possession. J’étais donc ainsi préparé, si je puis dire, sans que je sache moi-même où j’étais dirigé parce que je me destinais à une profession qui aurait pu me conduire à faire Sciences Politiques, c’est-à-dire mon Droit d’une part et me diriger ensuite vers le domaine diplomatique.

Au moment où la guerre se terminait, après avoir moi-même été dans les « Chantiers de Jeunesse » qui étaient une forme para-militaire secrète, pendant la guerre, à l’insu des Allemands, où tout au moins avec la tolérance qu’ils avaient, ne comprenant pas les buts de ces chantiers où il n’y avait pas d’armes, mais où il y avait une formation très rigoureuse, et après avoir été mobilisé pour participer aux derniers mois de la guerre et faire mon service militaire, lorsque je revins à la maison, je trouvai une note d’Edith Lynn qui me disait : « Voilà, j’ai fait tout ce que j’avais à faire pour vous, maintenant, continuez votre chemin et entrez en contact avec Jeanne Guesdon. » Jeanne Guesdon [2] qui était en France la représentante de l’AMORC (mais il n’y avait pas encore d’Ordre de la Rose-Croix en France).

JPEG - 15.8 ko
Raymond Bernard et Ralph M. Lewis
Première Convention de l’AMORC à Paris (1959)

Et c’est ainsi qu’a été ma première formation ; j’ai été en relation avec Jeanne Guesdon très longtemps – je ne l’ai jamais vue de son vivant – mais je savais tout ce qui se passait à Villeneuve-Saint-Georges pour l’établissement de l’Ordre et je suis devenu le premier membre de l’AMORC dans le territoire de langue française. Ensuite, je suis devenu membre de la Militia Crucifera Evangelica vers 1952.

Puis un jour, Jeanne Guesdon étant décédée et comme il y avait ici, au siège de l’AMORC en France, quelqu’un qui ne parlait pas bien le français et qui était suédois, et n’avait pas la possibilité de remplir ce qui était attendu de lui, Ralph Lewis [3], après m’avoir mis en contact en Italie avec des personnes que j’aurais pu rencontrer puisque je m’y rendais en voyage privé avec mon épouse, me proposa de venir et de prendre la suite, ce qui naturellement posa quelques problèmes étant donné que j’avais une situation bien établie. Jeanne Guesdon d’ailleurs, avant son décès, interrogée par Ralph Lewis avait dit : « Je connais quelqu’un qui pourrait prendre la suite, mais il a une trop bonne situation, mais vous verrez le moment venu. » Et c’est ainsi que tout s’est fait. Je me suis retrouvé donc à la tête de la Rose-Croix AMORC et je me suis efforcé de l’établir fortement, établissant des organismes partout et rencontrant un grand succès grâce au travail effectué et aussi aux quelques relations que j’avais dans d’autres mouvements traditionnels qui pouvaient apporter l’aide nécessaire.

Entre-temps, à Rome, puis ensuite à Paris, j’avais été reçu dans la Franc-Maçonnerie et j’étais maître maçon, mais peu à peu, je devais laisser cette activité de côté, étant trop occupé par ailleurs naturellement pour établir l’AMORC. Par la suite, j’ai été élu au Bureau Suprême, j’ai rempli différentes fonctions dans l’AMORC, notamment celle de Légat Suprême, d’abord pour l’Europe, puis pour le monde entier [4] et j’ai quitté par la suite, le moment venu, laissant mon fils [5] assumer les fonctions qu’il devait remplir et il l’a fait à la suite de ce que j’avais fait moi-même.

Voilà, d’une manière très résumée, la démarche qui a été la mienne et c’est pourquoi je disais dès le départ que, vraiment, à partir de l’enfance, jusqu’au moment où j’ai été appelé à servir dans un domaine particulier, toute ma vie, toute cette direction était pour ainsi dire prévue, pré-ordonnée d’une certaine manière et cela étant sans doute la conséquence de ce qui était destiné pour moi en raison du passé puisque je crois, en ce qui me concerne, en la réincarnation, celle-ci s’effectuant uniquement dans un corps d’homme ou de femme, mais jamais, comme l’enseigne la métempsychose, avec un retour dans des ordres inférieurs, végétaux, animaux, etc.

http://www.bldt.net/Om/spip.php?action=acceder_document&arg=1463&cle=5b4a40d5abed684cf2b27deb0bb9d8a07c171818&file=mp3%2F02_Boieldieu-Concerto_pour_Harpe_et_Orchestre_C-dur_Andante_lento_1.mp3

Pour lire la suite de cet entretien...

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Theodore J. Nottingham

 

- La photo de Raymond Bernard enfant provient du site qui lui est consacré : http://www.tradition-mystique.net/
- Les autres photos sont publiées avec l’aimable autorisation de Madame Yvonne Bernard que nous remercions tout particulièrement.
- Le passage musical est extrait de l’Andante lento du Concerto pour harpe et orchestre de Boieldieu interprété par Lily Laskine et l’orchestre de chambre de Jean-François Paillard (Disque Erato).


[1] L’Ordre de la Rose-Croix AMORC dispose de sites internet dans plusieurs langues dont le français. (Note des "Baladins de la Tradition")

[2] Jeanne Guesdon (1884-1955) s’affilie à l’Ordre de la Rose-Croix AMORC le 12 janvier 1926 lors d’un long séjour qu’elle fait à Cuba. Elle devient en 1930 secrétaire de la FUDOSI. C’est elle qui fera toutes les démarches légales nécessaires à l’installation de l’AMORC en France et commencera à traduire les documents de l’Ordre qui n’existaient alors qu’en anglais. (Note des "Baladins de la Tradition")

[3] Ralph Maxwell Lewis (1904-1987) fut Impérator (responsable mondial) de l’Ordre de la Rose-Croix AMORC de 1939 jusqu’à son décès le 12 janvier 1987. (Note des "Baladins de la Tradition")

[4] Raymond Bernard a exercé la fonction de Grand-Maître de l’AMORC pour les pays de langue française de 1959 à 1977, date à laquelle son fils Christian Bernard lui a succédé dans cette tâche. Dès le 4 août 1966, Raymond Bernard avait été nommé membre du Bureau Suprême mondial de l’Ordre avec la fonction de Légat suprême pour l’Europe puis à partir de 1967 de Légat suprême pour le monde entier. Il s’est retiré de toutes ses fonctions rosicruciennes en 1986 tout en restant membre de l’AMORC, ce qu’il n’a jamais cessé d’être par la suite." (Note des "Baladins de la Tradition")

[5] Christian Bernard après avoir été Grand-Maître pour les pays de langue française est actuellement Impérator de l’Ordre de la Rose-Croix AMORC. (Note des "Baladins de la Tradition")

Cette page a déjà été visitée 7838 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE Raymond Bernard : "toute ma vie était pré-ordonnée" Raymond Bernard : "avec une ouverture d’esprit absolue" Raymond Bernard : "pourquoi j’ai fondé le CIRCES..." Raymond Bernard : "ce village global, universel qu’il faut réaliser" Raymond Bernard : "le chercheur doit trouver l’Etre en lui"

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

19 mai
Hommage à Raymond Bernard
"Ce que Dieu conçoit à votre sujet est important"
Rencontre avec l’esprit du rocher
"Ecoute"
Biographie de Raymond Bernard : un web-puzzle de plus de 300 pièces !
Nouvelle édition des "Lettres de Nulle Part" !

22 février

Alpes
Le Yak du Mont Pélerin
Départ de Bruno

Angleterre
Avec Jean-Pierre Bayard : la Franc-Maçonnerie, les rites et le Compagnonnage...
Forum général sur William Beckford
Raymond Bernard : "avec une ouverture d’esprit absolue"
La localisation particulière des Crops Circles
L’histoire des Crops Circles

Aurobindo (Sri)
Sri Aurobindo
Thérèse de Lisieux : 1888
Balzac et le Martinisme : Conclusion
A propos de la Bhagavad Gita
Limites de l’intellect - recherche unitaire
"Mai : je m’en vais..."
Calendrier de la Tradition : Novembre !

Bernard (Christian)
L’Ordre Martiniste Traditionnel et la Rose-Croix

Bernard (Raymond)
"La toiture sera posée et mon œuvre terminée…"
Balzac et le Martinisme : Dédicaces
"Rien de ce qui est humain ne vous sera jamais étranger."
"Paix dans tous les mondes !"
"Silence..."
Un Code moral pour un art du vivre ensemble
Un site consacré à Raymond Bernard

Catholicisme
Le Maître Inconnu
Haïti : les tentatives d’éducation de masse
Un jeune médecin catholique
Jean-Pierre Bayard parle de la Franc-Maçonnerie et de l’Eglise
Haïti : l’offensive du clergé catholique : une thérapeutique de choc
Sur ce site, (re)découvrez les lumières de l’Avent jusqu’à l’Epiphanie !

Franc-Maçonnerie
Feux de la Saint Jean
Etape 22 : De Tardajo par Hontanas à Castrojeriz
Jean-Pierre Bayard : le Maître dans sa demeure
Avec Jean-Pierre Bayard : aux origines de la Franc-Maçonnerie...
Voyage au centre de notre planète, de Jules Verne à George Sand
Calendrier de la Tradition : Avril !
40ème anniversaire du musée du Compagnonnage de Tours

Guesdon (Jeanne)
Jeanne Guesdon

Lewis (Ralph Maxwell)
Le Martinisme dans la Tradition

Lynn (Edith)

Militia Crucifera Evangelica

Mythologie
Le labyrinthe
Regards éclairés sur la célèbre Collection "L’aventure mystérieuse"
Avec "L’homme sans âge", l’étonnant film de F-F. Coppola, Mircea Eliade est de retour !

Parents - Enfant(s)
Voyage symbolique en compagnie de la cigogne
Blanche de Richemont : la mise en écriture
Avec les parents : rencontres du troisième type !
Adulte, enfants : que transmettre ?
Dix mots grecs pour dire "Aimer"

Paris
Baptême à Saint-Julien-le-Pauvre
Le crocodile de Saint-Sulpice
Mystérieux motif à Saint-Germain-des-Prés
Topo-guide de l’étape 1
William Beckford de 1787 à 1822
La Passion à Ménilmontant : 80e anniversaire !
"Le Voyage alchimique" : sept DVD à découvrir !

Philosophie
Sous le signe du Sagittaire : neuvième jour
Jeu du pendu des Philosophes et Mathématiciens grecs
Le tétragramme de la chapelle du château de Versailles
La loi des polarités sexuelles et de la folie
Vladimir Jankélévitch

Piano
La nuit la plus longue
Vers une théorie de l’art - la musique
William Beckford de 1760 à 1777

Réincarnation
De Buddha-land
Swami Premananda : la libération
Swami Premananda : choisir sa vie
François Jollivet-Castelot
Avec Maïtreyi Amma (1)

Rome (Italie)
L’enfance de Thérèse
Saint Blaise et le celtisme
La Saint Jean d’hiver
Au Palazzo Grassi, à Venise, découvrez l’exposition "Rome et les barbares".

Rose-Croix (Ordre de la)
Autour de la Pologne - Madame Hanska
A propos du Martinisme
Forum sur Jacob Boehme
L’Ordre Martiniste
Balzac et le Martinisme : Introduction
"Raymond Bernard, un homme exceptionnel"
Expo "Franc-Maçon" à Tours

Seconde Guerre mondiale
Du maquis à l’humanitaire : le chemin d’un homme

Villeneuve-Saint-Georges
Les hôtels parisiens de William Beckford
Souvenirs imaginaires d’anonymes (3)
William Beckford à Paris

Violon
Courant ambarique ou électrique ?
De la musique avant toutes choses
24 h de méditation pour la Terre (9h-10h)
La doctrine de Saint Martin
La Théologie apophatique


Il y a actuellement 4 contribution(s) au forum.


Raymond Bernard : "toute ma vie était pré-ordonnée"
19 mai 2010, par Consania

Raymond Bernard est né le 19 mai 1923. Dans cette interview, il parle de son enfance et de sa jeunesse. Relire cet article en ce jour anniversaire de sa naissance est fort enrichissant ! Merci aux "Baladins de la Tradition" pour cette publication exceptionnelle !


Raymond Bernard : "toute ma vie était pré-ordonnée"
11 janvier 2008, par MG

Pré-ordonné dans le sens d’une consécration dans l’Ordre de Melchisédech ? On apprend on comprend mieux certaines choses. Par exemple par qui il a eu ce lien avec Sri Aurobindo.
A suivre ;; ;quel cadeau , merci.


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2018 - Les Baladins de la Tradition