Accueil du site Sur les routes France Ile-de-France Versailles Le tétragramme de la chapelle du château de Versailles

Le tétragramme de la chapelle du château de Versailles
Réponse de l’énigme N°56
dimanche 30 mars 2008

par Aïon


La photo de l’énigme N°56 a effectivement été prise dans la chapelle du château de Versailles. C’est un détail du décor qui figure au-dessus du maître-autel réalisé par Corneille Van Clève en 1708...

Le détail photographié représente un "Delta Rayonnant". Ce "Delta Lumineux" (autre de ses appellations) présente en son centre le Tétragramme sacré en caractères hébraïques : Yod, He, Vav, He (YHVH).

Moïse reçoit au Buisson ardent la révélation du Nom de Dieu, le tétragramme YHWH qui signifie le verbe "être" à tous les modes, accomplis ou inaccomplis : "Je suis qui Je suis", ou "Je suis qui Je serai", ou "Je serai qui Je suis" (Exode 3:14,15).

Par ce nom, Dieu affirme sa présence mais échappe à toute projection ou représentation. Dans la tradition juive, ce nom sacré ne se prononce pas.

Les quatre lettres au centre du delta lumineux, faute de pouvoir représenter Dieu, tentent de montrer ce qu’il est : l’Etre au-delà de tout être (le Nom que l’on ne prononce pas), la Trinité (le triangle), sel-soufre-mercure (principes alchimiques), la Lumière, le Logos (les rayons), etc.

Le Siècle des Lumières, dans le cadre de ses spéculations philosophiques, a souvent utilisé cette représentation. Elle est centrale en Franc-Maçonnerie, où parfois le tétragramme est complété en son centre par un oeil ouvert. Toutefois, elle fut utilisée dans bien des églises dès la Renaissance : on la trouve, par exemple, en haut d’un retable représentant Saint Marc, sur un autel daté de 1585, dans l’église de Landeronde, en Vendée.

Pour découvrir une nouvelle énigme sur les routes de la Tradition...

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Aïon

 

Photos de l’auteur.

Cette page a déjà été visitée 25101 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE Apollon et les nymphes Le tétragramme de la chapelle du château de Versailles

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Alchimie
Le Martinisme dans la Tradition
Jeux de mots laids
Quel est ce blason ?
Pierres des extrêmes
Voyage symbolique en compagnie de la cigogne
Regards éclairés sur la célèbre Collection "L’aventure mystérieuse"
"Le Voyage alchimique" : sept DVD à découvrir !

Autel
Les petits cailloux
Hanoukkah
Eclats de pierre
La Présentation de la Vierge
La cire, l’huile, les abeilles

Bible (Exode)
Pierres, Pouvoir et Tradition
Saint Nicolas
Le Bâton

Chapelle
Le sacraire de Notre Dame d’Avaugour
Une main à Saint Michel
L’agneau des Templiers de Laon
Les belles vertus de Sainte-Avoye
Cocteau à Milly-la-Forêt
"Une Chapelle pour le roi"

Dieu
Raymond Bernard : "avec une ouverture d’esprit absolue"
Séraphîta
Les tables de l’Alliance
"La création est un respir de Dieu."
"Rien de ce qui est humain ne vous sera jamais étranger."
Comprendre l’humain, en regardant les témoignages de "6 milliards d’autres"

Franc-Maçonnerie
Graine d’Agni
La double Couronne de l’Orant
Jean-Pierre Bayard et la Tradition
Jean-Pierre Bayard parle de Raymond Bernard
Influences diverses - Le rôle des femmes
Calendrier de la Tradition : Novembre !
Calendrier de la Tradition : Juin !

Grand Architecte de l’Univers
Le Chiffre Quatre
Raymond Bernard : "le chercheur doit trouver l’Etre en lui"
"La toiture sera posée et mon œuvre terminée…"
Quelles sont nos données de base ?
Etape 7 : de Quinto à Fuentes de Ebro


Les toupies de Hanoukkah
Libres méditations sur les quarante-quatre lumières de Hannoukah
La Couronne de l’Avent : 4ème bougie
La colère de Jonas
Jonas, colombe de Dieu

Logos (Verbe créateur, Parole...)
Le culte de Saint Blaise
De la physiologie du mot à l’essence du verbe
Ecriture et tradition
Vers une théorie de l’art - la musique
Recherche du langage angélique dans le pouvoir des mots

Lumière
La cosmogonie de Jacob Boehme
Les versets de la Lumière
La lumière sous l’inspiration de la langue hébraïque
Alphonse de Lamartine
Les Aurores
Joy for the planet !
Sur ce site, (re)découvrez les lumières de l’Avent jusqu’à l’Epiphanie !

Mantra, dikhr, rosaire...
La vie des Bâuls
Pratiques encore
Le mythe de Rama (4)
Ma Ananda Moyi : vidéos
Le ramadan : un mois de piété dédié à la Révélation

Philosophie
Raymond Bernard : "toute ma vie était pré-ordonnée"
Sous le signe du Sagittaire : neuvième jour
Jeu du pendu des Philosophes et Mathématiciens grecs
La loi des polarités sexuelles et de la folie
Un lys pour Blanche, pour Lylia ou pour Lou ?

Siècle des Lumières
William Beckford de 1760 à 1777
Les proches de William Beckford
La doctrine de Martinez de Pasqually
L’entrée de la Saline d’Arc et Senans
Qui était William Beckford ?

Tétragramme
Elie, quelques préliminaires...
Agni, dieu de la Lumière

Triangle
"Silence..."
Les points de Ranrouët ?
Limites de l’intellect - recherche unitaire
Jai Guru !
"Equilibre et silence vont de pair."

Trinité
"Ce sera l’Ere nouvelle fondée sur l’Esprit"
De Shivanataraj au Shivalingam

Vav

Versailles
Pierres d’illusions
Apollon et les nymphes

Yod
Les Cuisses ou la seconde Naissance


Il y a actuellement 10 contribution(s) au forum.


Le tétragramme de la chapelle du château de Versailles
31 mars 2008, par Azalaïs

Pour ma part, j’utilise plutôt le Kyrie Eleison qui roule comme un torrent sur les pierres de la vie... et j’ai longtemps chanté dans un choeur liturgique. J’ai fait partie aussi des élèves de Iegor reznikoff. Ma voix n’est plus ce qu’elle fut, la mémoire technique est toujours là...


Le tétragramme de la chapelle du château de Versailles
31 mars 2008, par KARL

J’ai lu quelque part ...
Dans la grande tradition seul prêtre connaissait le nom imprononçable de Dieu. Le nom a été écrit sur un tableau caché que seul le grand prêtre pouvait savoir.
Quand Caïphe (Caifa) est vidé avant Jésus (on dit) qu’il a fait, car il savait également le nom ... Si Jesus aussi connaissait... cessé le prérogative du grand prêtre ...
P.S. J’apprécie beaucoup l’humour des Aïon


Le tétragramme de la chapelle du château de Versailles
30 mars 2008, par Azalaïs

Si le Nom ne se prononce pas, c’est qu’il n’est pas fait de consonnes mais de semi-voyelles qui sont des souffles ou des modulations du souffle par l’ouverture des lèvres et du palais. En d’autres termes, Dieu ne se parle pas, Il se respire dans la colonne d’air intérieure. Mais n’oublions pas que ce souffle jaillit du Buisson Ardent, d’un feu qui illumine et sans doute réchauffe sans consumer, d’un feu qui est présence. C’est ce feu dont parle l’Apôtre quand il dit que, au jour de la résurrection, tous seront changés comme au travers du feu.


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2019 - Les Baladins de la Tradition