"Il n’est rien d’essentiel à l’homme
qui ne soit figuré naturellement, dans le caillou, la plante ou la bête."
(André Pieyre de Mandiargues)


Pierres, Pouvoir et Tradition
lundi 8 juin 2015

par Antinoüs



Très tôt, dans l’histoire de l’Humanité, les hommes ont découvert le pouvoir de la Pierre.

La pierre fut une arme d’abord. Arme de jet. Capable d’atteindre une cible, de la blesser voire de la tuer. Elle fut aussi un outil, tranchant, coupant et à ce titre facilitât la vie quotidienne des premiers hommes. Sa taille éclat par éclat devint un art. La connaissance de ces techniques se transmit.

Est-ce à l’occasion de ces contacts vitaux avec la Pierre que l’Homme entra en contact avec l’âme de la Pierre ? Peut-être… Et cette communion nouvelle fut protégée et transmise par les premiers chamans. Aujourd’hui encore, certains savent. Ils savent approcher les "grandes pierres", respectueusement les saluer et silencieusement se mettre à leur écoute. [1]

GIF - 52.4 ko
Aaron
Cathédrale de Chartres

Ainsi l’Homme, sans doute, prit-il conscience du pouvoir de la Pierre et se mit-il en harmonie avec les pierres de couleur, les plus rares, dans toute la magnificence multicolore de leur diversité.

Dans de très nombreuses traditions, les pierres précieuses et semi-précieuses qui ont chacune un pouvoir particulier dû à leur vibration spécifique sont utilisées pour amplifier les actes majeurs de la vie spirituelle des peuples et marquer à la vue de tous par leur palette de couleurs la fonction spirituelle de quelques-uns.

Pour ne prendre que quelques exemples, on se souvient des instructions divines reçues en plein désert par Moïse pour "armer" la poitrine (souffle et coeur) d’Aaron, le premier grand prêtre d’Israël :

"Tu feras à ton frère Aaron des vêtements sacrés pour marquer son importance et son rang. (…) Tu feras le pectoral du jugement selon l’art du brodeur. Tu le feras avec le même matériau que l’éphod, en or, en fil bleu, pourpre et cramoisi, et en fin lin retors. Il sera carré et double ; sa longueur et sa largeur seront de 25 centimètres. Tu y enchâsseras une garniture de 4 rangées de pierres ; première rangée : une sardoine, une topaze, une émeraude ; deuxième rangée : une escarboucle, un saphir, un diamant ; troisième rangée : une opale, une agate, une améthyste ; quatrième rangée : une chrysolithe, un onyx, un jaspe. Ces pierres seront enchâssées dans leurs montures en or. Il y en aura 12, d’après les noms des fils d’Israël. Elles seront gravées comme des cachets, chacune avec le nom de l’une des 12 tribus." (Livre de l’Exode - Verset 28)

L’Eglise également, de la seconde partie du Moyen Age jusqu’à Vatican II, orna les anneaux épiscopaux de ses dignitaires d’une pierre précieuse, souvent une améthyste.

JPEG - 52.2 ko
L’ange révèle à Jean la Jérusalem céleste
Tapisserie de l’Apocalypse (Angers)

Dans l’Apocalypse de Jean, l’immatérielle Jérusalem céleste est ainsi décrite :
« La ville brillait d’un éclat semblable à celui d’une pierre précieuse, d’une pierre de jaspe transparente comme du cristal. Elle avait une très haute muraille, avec douze portes, et douze anges gardaient les portes. Sur les portes étaient inscrits les noms des douze tribus du peuple d’Israël. Il y avait trois portes de chaque côté : trois à l’est, trois au nord, trois au sud et trois à l’ouest. La muraille de la ville reposait sur douze pierres de fondation, sur lesquelles étaient inscrits les noms des douze apôtres de l’Agneau. »

JPEG - 43.4 ko
Toison d’or de Louis XV (gouache)
montrant le "Diamant bleu de la Couronne" ainsi que le spinelle "Côte de Bretagne" (rouge).

« L’ange qui me parlait tenait une mesure, un roseau d’or, pour mesurer la ville, ses portes et sa muraille. La ville était carrée, sa longueur était égale à sa largeur. L’ange mesura la ville avec son roseau : douze mille unités de distance, elle était aussi large et haute que longue. Il mesura aussi la muraille : cent quarante-quatre coudées de hauteur, selon la mesure ordinaire qu’il utilisait. La muraille était construite en jaspe, et la ville elle-même était d’or pur, aussi clair que du verre.

Les fondations de la muraille de la ville étaient ornées de toutes sortes de pierres précieuses : la première fondation était de jaspe, la deuxième de saphir, la troisième de calcédoine, la quatrième d’émeraude, la cinquième de sardonyx, la sixième de sardoine, la septième de chrysolithe, la huitième de béryl, la neuvième de topaze, la dixième de chrysoprase, la onzième d’hyacinthe et la douzième d’améthyste. Les douze portes étaient douze perles ; chaque porte était faite d’une seule perle. La place de la ville était d’or pur, transparent comme du verre. » (Apocalypse 21)

Ainsi, les pierres précieuses et semi-précieuses sont étroitement liées au pouvoir spirituel. Et c’est sans doute pourquoi, les monarchies se réclamant "de droit divin" ont orné de pierres rares les instruments et symboles du pouvoir royal.

JPEG - 26.3 ko
Diamant dit "Le Régent"
Photo 1989 RMN

Au XVIe siècle en France, la possession de ces pierres prennent une telle importance aux yeux du pouvoir que François 1er établit par lettres patentes une clause d’inaliénabilité qui impose à toutes les reines de remettre au trésor royal les joyaux qu’elles ont portés et ce, dès la mort du roi leur époux. Instituée dès la Renaissance, cette règle fut en vigueur jusqu’à la fin de l’Ancien régime et permit la constitution d’un véritable trésor qui s’enrichit au fil des siècles.

Ces pierres restèrent propriétés royales et on finit par les nommer comme des entités subtiles. Qui n’a entendu parler du "Régent", splendide diamant qui fut l’une des pierres de la couronne royale de France, puis porté en pendentif par Marie-Antoinette, avant de paraître à la garde de l’épée de Napoléon et au front de l’impératrice Eugénie ? Il prend maintenant quelque repos dans la galerie d’Apollon au Musée du Louvre. Qui ne connaît la "Côte de Bretagne", spinelle magnifique provenant d’une parure d’Anne de Bretagne ?

Et l’on pourrait évoquer bien d’autres monarchies et bien d’autres trésors bien gardés dans de célèbres tours...

Pouvoir temporel, pouvoir spirituel, l’un comme l’autre aiment à s’orner de pierres, mais les apprécient-ils pour leur rareté et donc leur prix, pour leur beauté ou bien pour… le pouvoir qui s’en dégage ?

JPEG - 56.8 ko
l’Arkenstone enchâssée dans le trône du roi.

Un récit fantastique récemment remis en lumière par le cinéma illustre de belle façon cette problématique. "Bilbo, le hobbit", le héros de Tolkien part avec la compagnie des seigneurs Nains sous la houlette du magicien Gandalf pour récupérer le joyau du roi Throrn : l’Arkenstone.

Signe de son royal pouvoir, l’histoire montre combien le désir de possession de cette pierre unique corrompt l’âme du roi comme elle transformera plus tard tous ceux qui s’en approchent. Mais la leçon réside dans les dernières pages dont peu se souviennent - tant l’épopée est riche en événements marquants - et où l’on assiste - muets - au début du nouveau destin de cette pierre au si puissant pouvoir !

JPEG - 29.3 ko
Image du film "Le Corniaud"

Pouvoirs et illusions générés par les richesses matérielles sous la forme de pierres précieuses.

Là encore, c’est au cinéma que nous partons pour un voyage en compagnie de l’une des plus célèbres pierres précieuses, l’une de celles qui portent un nom propre : le Youkounkoun, plus gros diamant du monde !

Revoyez "Le Corniaud" de Gérard Oury [2] où un personnage avide de richesses accompagné d’un autre, au coeur pur, klaxonnent en traversant l’Europe et méditez sous cet angle ses joyeux enseignements !

Ce "pouvoir" particulier que quelques romans accordent à des pierres mythiques a-t-il quelque rapport avec la réalité ?

JPEG - 38.1 ko
Chapelet musulman
en malachite

De nombreuses traditions enseignent que les pierres auraient un pouvoir propre dont tout être peut bénéficier s’il les connaît et sait comment l’utiliser.

Ainsi certaines pierres permettraient d’amplifier nos qualités propres, de nous révéler sur nous-mêmes ce que nous ignorons, comme le cristal de roche ; d’autres par leur vibration particulière agiraient comme un bouclier pacifiant protégeant ainsi l’atmosphère de lieux brouillés par la souffrance, c’est la qualité première de la labradorite posée sur le bureau des thérapeutes ; d’autres encore auraient le pouvoir de calmer, d’apaiser, comme l’améthyste….

Il faut - et il y a - des livres entiers pour décrire les pouvoirs des pierres, pouvoirs qui furent longtemps considérés comme magiques et surnaturels. Au XIIIe siècle, Ahmad al-Tifachi, [3] dans son "Traité des pierres précieuses", révèle le pouvoir hémostatique du rubis qui est aussi protecteur du coeur, les vertus de l’émeraude pour fortifier la vue, celles de l’hématite qui faciliterait l’accouchement et bien d’autres encore.

D’aucuns pensent qu’il s’agit là de simples croyances ou superstitions. Quelques-uns osent expérimenter et, loin des idées comme des écrits, ils touchent les pierres, les prennent en main, se laissent apprivoiser doucement par le règne minéral avec lequel ils entrent ainsi en contact et ressentent… Ceux-là n’argumentent plus, ils sourient seulement, parce qu’ils savent...

Ils savent que le Pouvoir est un jeu qui s’apparente au Jeu du Monde dont chacun se doit d’apprendre à jouer.

Jouer ? La Tradition nous a légué plusieurs jeux dont le symbolisme n’est plus à démontrer : marelles, jeu de l’oie, de tarot, de dames, d’échecs et autres jeux de plateau.

Pèlerin de la Tradition, vous qui souhaitez goûter le Pouvoir des Pierres, remplacez les pions de vos jeux par des pierres que vous aurez choisies avec soin puis observez… observez vers lesquelles votre main se dirige spontanément pour la partie du jour et… savourez !

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Antinoüs

 

- Vitrail d’Aaron à Chartres : http://www.medievalart.org.uk/
- Tapisserie de l’Apocalypse : http://architecture.relig.free.fr/apocalypse.htm
- "Le Régent" : http://www.louvre.fr/
- Spinelle dit "Côte de Bretagne" : http://fr.wikipedia.org/
- Arkenstone : http://lotr.wikia.com/wiki/Arkenstone
- Plan de la Cadillac du Corniaud : https://spacefiction.wordpress.com/
- Les autres photos sont de l’auteur.


[1] A lire sur le présent site l’article : "Les pierres, mémoire du Monde dans la tradition Muisca"

[2] Le Corniaud est un film franco-italo-espagnol réalisé par Gérard Oury, sorti le 24 mars 1965 qui rassemblent en un duo mémorable Bourvil et Louis de Funès. http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Corniaud ou, pour vous rafraîchir la mémoire, la bande-annonce du film : https://www.youtube.com/

[3] Ahmad al-Tifachi (1184-1253) est un poète, écrivain et anthologiste berbero-arabe qui aurait principalement vécu à Tunis, au Caire et à Damas.


Cette page a déjà été visitée 1024 fois.


Pierre précédente...

Pierre suivante...

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Aaron
Le triple visage de Rocamadour

Agathe
Sous le signe du Lion : cinquième jour

Améthyste
Quand les pierres rencontrent le yoga...
Voyage au centre de notre planète, de Jules Verne à George Sand
Sous le signe des Poissons : douzième jour

Apocalypse
La Pierre, mémoire jaillie de la Source
La Saint Jean d’hiver
Sous le signe du Bélier : premier jour
Ecriture et tradition
Le symbolisme du puits

Béryl ou Aigue marine
Sous le signe du Scorpion : huitième jour

Bible (Exode)
Le tétragramme de la chapelle du château de Versailles
Saint Nicolas
Le Bâton

Bilbo le Hobbit

Calcédoine
Sous le signe des Gémeaux : troisième jour

Chaman
Les pierres, mémoire du Monde dans la tradition Muisca
La fontaine de Barenton
L’église d’Irlande : son substrat celte
"Les guérisseurs, la foi, la science !" : un DVD à découvrir sans tarder !

Chartres
A propos des Vierges noires...
La Présentation de la Vierge
Joseph et la femme de Putiphar
Le petit cerf de Chartres
Melchisédech à Chartres
"Le Voyage alchimique" : sept DVD à découvrir !

Chrysolithe ou Péridot
Force et fragilité
Sous le signe de la Balance : septième jour

Chrysoprase
Sous le signe du Capricorne : dixième jour

Cristal
Le Mont du Soleil
Arco iris
Un carré magique pour fêter la Lumière

Diamant
Du carbone au diamant
Limites de l’intellect - recherche unitaire
François Jollivet-Castelot
Retraite sur le Livre Tibétain des Morts

Emeraude
Le sacraire de Notre Dame d’Avaugour
Saint Colomban : la légende
L’Ange
Sous le signe du Cancer : quatrième jour

François 1er

Grenat (ou escarboucle)

Hématite

Hyacinthe ou "zircon"
Sous le signe du Verseau : onzième jour

Jaspe
Les lingams venus d’en haut : un plan sur la comète...

Jérusalem
Hanoukkah
Les Justes (Tsaddikim)
Eclats de pierre
Les évêques croisés bâtisseurs de la cathédrale de Cahors
Emmanuel Swedenborg
Le premier tome d’une traduction française des manuscrits de la Mer Morte vient d’être publié.

Jeu
Jeu du pendu des Pierres
Les toupies de Hanoukkah
La Spiritualité dans les chansons des "Derniers Trouvères"
Courtes méditations sur les thèmes du Livre et de la Lecture
Enigme à Tarascon
Pour les amoureux des labyrinthes...

Labradorite

Marie-Antoinette

Moïse
Maître Eckhart et le néoplatonisme
Elie dans la tradition chrétienne
Le martyr byzantin de Notre Dame du Puy-en-Velay
A propos du Bâton...

Napoléon 1er

Onyx et sardonyx
Souvenirs imaginaires de Maria Hamilton

Opale

Pierre semi-précieuse

Pierre, caillou, roche
Le menhir dans la forêt
Ma pierre
La vibration de la roche
"Voyage au coeur de la Pierre" : Jour J !!!
Pierres d’illusions

Pieyre de Mandiargues (André)

Pouvoir
Correspondances entre les centres d’énergie cosmique et les sphères d’activité sur notre planète
L’arbre de vie ou arbre séphirothique
"La prière unit l’homme à Dieu..."
"L’homme a d’immenses possibilités inexploitées et des pouvoirs inconnus."
"Le pouvoir par l’argent sera impossible..."

Préhistoire

Renaissance
La Boussole d’Or
Les cartes et les planisphères

Rubis

Saphir
Sous le signe du Taureau : deuxième jour

Sardoine ou Cornaline
Sous le signe de la Vierge : sixième jour

Spinelle

Tolkien

Topaze
Sous le signe du Sagittaire : neuvième jour

Tradition
Un lys pour Blanche, pour Lylia ou pour Lou ?
En 2018, devenez membre de l’association "Les Baladins de la Tradition" !
Le Martinisme dans la Tradition
Henri de Latouche
Plan général de l’étude sur Balzac
Retrouvez-nous sur Facebook !
En 2016, devenez membre de l’association "Les Baladins de la Tradition" !


 

Durant tout le printemps 2015, un nouvel article de ce "Voyage au coeur de la Pierre" va paraître tous les quatre jours. Pour ne rien manquer de cette aventure et être informé par une rapide annonce dans votre boîte aux lettres de la mise en ligne du prochain article, inscrivez-vous à : "La Lettre des Baladins de la Tradition" ou retrouvez-nous sur "Facebook".

 

Il y a actuellement 9 contribution(s) au forum.


Pierres, Pouvoir et Tradition
9 juin 2015, par CV

On ne peut s’empêcher de rêver autour de ces pièces de joaillerie à la magnificiance qu’elles aprotèrent dans le rayonnement des grands de ce monde. Par exemple le collier fabriqué par les ateliers Cartiers pour les Maharaj du Patiala. Quant à la monarchie française, il n’est pas anodin que le collier de diamants commandé aux joailliers Bœhmer et Bassange par Louis XV et qui pour cause d’ignoble descendante Valois épouse de la Motte et fausse Comtesse vraie escroc à l’œuvre dans la sinistre affaire du Cardinal de Rohan que l’on sait, va se transformer en collier de diamants de la guillotine (roman historique de Pierre Combescot). Marie-Antoinette innocente, mais Cagliostro et le Cardinal aussi. Marie-Antoinette qui se serait contentée du Régent. Les pierres sont de curieuses pièces pour édifier notre mémoire historique, mais comme le dit Marguerite Yourcenar dans ses notes à la rédaction des "Mémoires d’Hadrien" :
« Quoi qu’on fasse, on reconstruit toujours le monument à sa manière. Mais c’est déjà beaucoup de n’employer que des pierres authentiques.  » _ »


Pierres, Pouvoir et Tradition
9 juin 2015, par Bayazid

Quel bel et instructif article ! Les pierres précieuses et semi-précieuses ont eu la charge de signer le pouvoir temporel et spirituel dans la plupart des traditions.
Toutefois, pour le peuple maya, une pierre semi-précieuse a servi aussi d’outils et de métal pendant des siècles.
L’obsidienne ! Elle est composée majoritairement de silice, et contient des traces de nombreux autres minéraux. C’est en quelque sorte une pierre volcanique, une pierre vitrifiée.
Le peuple maya avait décidé de prolonger "l’âge de pierre" jusqu’au 9ème siècle après J-C. L’obsidienne servait d’arme de guerre, de couteau, de scalpel pour les sacrifices humains, d’ornements pour les dignitaires, et de signe ostentatoire de pouvoir et de richesse, pour les rois et les prêtres.

http://www.earth-of-fire.com/articl...


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2018 - Les Baladins de la Tradition