Le Mont du Soleil
dimanche 11 décembre 2011

par Microtheos


Un jour, je parcourais le chemin du Poisson
Qui revient des marais du triangle sacré,
Je cheminai longtemps par les bois et les monts,
Traversant des rivières, des forêts et des prés.
Tout autour de moi la nature vivait :
Le soleil dans les arbres dessinait des vitraux,
Au milieu d’herbes et fleurs, des sources s’écoulaient,
Au dessus de ma tête se parlaient les oiseaux.
Et, soudain, devant moi, la montagne apparut
Son sommet couronné s’auréolait de brume.
Dominant ses parois de rochers mis à nu,
Elle jaillit des vallées comme un dôme qui fume...
Et, bien longtemps après, j’arrivai fatigué
Tout en haut du navire environné de noir :
Le soleil au ponant était déjà couché,
La fatigue et la nuit m’empêchaient de tout voir...
Aussi, je m’endormis sur ce sol sacré
Protégé par les murs torturés par le vent...

Une douce présence, soudain, m’a réveillé
Et je vis devant moi un être vêtu de blanc.
Je ne peux le décrire car je ne le sais pas
Il était grand et beau, illuminé de paix.
Il me tendit la main, ensuite me guida
Tout le long des remparts et puis à leur sommet.
Et là je vis alors le soleil apparaitre,
Qui éclairait le ciel de sa boule de feu.
Je voyais la nature par le jour renaitre,
Tout était pur, parfait et vraiment merveilleux.
L’être vêtu de blanc, transparent de lumière,
Devint pour moi cristal et se trouvait partout.
Petit homme sur terre, j’étais dans l’Univers,
Je me mis à pleurer et tombai à genoux.
Et j’entendis alors que tout était Amour
Que les Hommes devaient sauvegarder la Vie,
Et que s’ils le faisaient ils comprendraient un jour
Que dans le monde entier tout est en harmonie.
Puis il me releva et parut me bénir,
J’étais atomisé, rayonnant de bonheur
Pendant toute ma vie j’aurai le souvenir
De sa grande puissance qui envahit mon coeur.
Il disparut alors...et je me réveillai.
Une douce lumière nimbait le paysage,
Un voile de brouillard recouvrait les vallées,
Les montagnes voisines pointaient dans les nuages,
Des oiseaux dans le ciel s’interpellaient entre eux.

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Microtheos

 

Photos du château de Montségur : celle du début de l’article est de l’auteur, la seconde provient du site : http://commons.wikimedia.org/.

Cette page a déjà été visitée 412 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE Sous les "couverts" de Mirepoix... La Couvertoirade Le Mont du Soleil Le triple visage de Rocamadour

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

A visiter : Châteaux
Le Chevalier aux cerfs de Suscinio
Enigme à Tarascon
Les points de Ranrouët ?

A visiter en Midi-Pyrénées
La Couvertoirade
L’énigme de la cathédrale de Cahors
Sous les "couverts" de Mirepoix...
Le triple visage de Rocamadour

Aurore, aube, matin...
Etape 35 : De Hospital De La Cruz par Palas de Rei à Melide
Le premier chant de l’aube
Solstice d’hiver : méditation pour la Paix
Matins
Etape 21 : De Atapuerca par Burgos à Tardajos

Château
Enigmes : du nouveau !
Ma pierre

Cristal
Arco iris
Pierres, Pouvoir et Tradition
Un carré magique pour fêter la Lumière
Voyage au centre de notre planète, de Jules Verne à George Sand

Montagne
Khalil Gibran
Empreintes dans la pierre
La Caverne des Sept Dormants
Ecrire au tableau ou... la conscience de la marmotte
Le Yak du Mont Pélerin

Montségur (09)

Nuit
Nuits
Le solstice d’hiver
Une bougie à votre fenêtre en signe de Lumière et de Paix
Le ramadan : un mois de piété dédié à la Révélation
Nuits (suite)

Rencontre
Sadhinata et les Bâuls du Bengale
La rencontre, l’Autre
La lumière des regards
Inde incroyable et inépuisable
L’étincelle de la vocation
19ème Festival de Musiques Sacrées à Fès

Sommeil
Etape 16 : De Logroño à Navarette
La légende des Sept Dormants
"Le silence"
Le Sommeil des Sept Dormants
Le Mantra Yoga


Il y a actuellement 1 contribution(s) au forum.


Le Mont du Soleil
12 décembre 2011, par Nina Padilha

Un poème, en guise de commentaire :

Les Cathares

Ils recherchaient l’eau pure dans le secret des pierres.
Celle qui ne bout pas et qui ne gèle guère.
Les soutanes, outrées par autant de mystères,
Ont allumés des feux et déclaré la guerre.

Ils ont croisé l’Orient et se voulaient "Parfaits"
Entassé des richesses, aux dires de certains.
Les soutanes, outrées par autant de méfaits,
Ont allumé des feux pour y mettre les mains.

Ils ont bâti des murs au sommet des collines :
D’étroites forteresses narguant le Vatican.
Les soutanes, outrées par autant de boucan,
Ont allumé des feux, fomenté des rapines.

Ils ont péri brûlés en jetant l’anathème
Sur Philippe le Roi, le Pape et son audace.
Les soutanes outrées ont subi ce blasphème
Mais les feux allumés ont des cendres tenaces.

Nina Padilha © 24/06/2011
http://www.leschaisesdenina.com/


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2018 - Les Baladins de la Tradition