"Voir un monde dans un grain de sable, un paradis dans une fleur sauvage,
tenir l’infinité dans la paume de sa main, et l’éternité dans une heure. »
(William Blake)


Pierres des extrêmes
jeudi 4 juin 2015

par Oziam



Les pierres en situation extrême m’ont toujours fasciné.

Il y a celles qui viennent du magma, et qui sortent soudain, brûlantes et hurlantes par le sommet des volcans.

De ma mémoire musicale, surgissent brusquement les accents primitifs du Sacre du Printemps de Stravinsky.

http://www.bldt.net/Om/spip.php?action=acceder_document&arg=2754&cle=d9713a3507fa8f669e26a787d024073dd24edf81&file=mp3%2Fsacre029.mp3
JPEG - 213.8 ko

Toutes les forces de la Terre se concentrent pour nous offrir les fruits de ses entrailles, cette roche en fusion, ces pierres de lave qui fertiliseront les flancs du volcan pour produire des fruits délicieux : les raisins et le vin de la vigne, par exemple…

Regardons de plus près cette lave en fusion.

JPEG - 296.8 ko

Ne dirait-on pas que la pierre émerge du feu ?

À l’extrémité de cet univers de pierres et de feu,
il y a les pierres du ciel, astéroïdes et comètes.

L’astéroïde a l’image d’une pierre d’errance…. Il est souvent vu comme un gros rocher dans le ciel : un rocher qui chercherait sa place... De forme irrégulière, il est composé de roche, de métaux et de glace.

Contrairement aux comètes, les astéroïdes sont inactifs, même s’ils sont souvent groupés en ceinture, au-delà de l’orbite de Neptune, ou entre les orbites de Mars et de Jupiter.

Ces pierres errantes, longtemps considérées comme des rebuts du système solaire, sont ostracisées par les auteurs de science-fiction : ne sont-elles pas des obstacles sur le chemin des vaisseaux interplanétaires ! Souvenons-nous de la "Guerre des Etoiles" et des ordres furibonds du capitaine Yann Solo, ponctués par les grognements de Chubaca, son acolyte, lorsque leur vaisseau « Le Faucon Millenium » devait traverser une ceinture d’astéroïdes !

Mais l’intérêt scientifique des astéroïdes est qu’ils ont gardé la trace des origines de notre système solaire. La plupart d’entre eux n’ont pas beaucoup évolué géologiquement : ils ont très vite évacué la chaleur originelle de la nébuleuse protosolaire, figeant ainsi la composition initiale de celle-ci. Ils nous renseignent donc sur les conditions initiales qui ont prévalu à la naissance du système solaire.  [1]

La comète, elle, est plus attirante. C’est sa longue chevelure scintillante qui l’entoure de poésie. Elle est constituée d’un noyau de glace et de poussières interstellaires, et elle circule en orbite elliptique autour d’une étoile. Lorsqu’elle s’approche de cette étoile, elle est exposée aux vents stellaires, à la radiation et à la gravitation. Son noyau s’entoure alors d’une fine aura brillante faite de gaz et de poussières, souvent prolongée de deux traînées lumineuses qui peuvent s’étendre sur plusieurs dizaines de millions de kilomètres.

Pour nous, terriens, certaines comètes sont périodiquement visibles à l’œil nu et peuvent être spectaculaires comme la comète de Halley.

JPEG - 89.9 ko
La comète de Halley vue en périhélie depuis l’Angleterre en mars 1986

Quant à la comète « Tchouri » vers laquelle la sonde Rosetta et le robot Philae sont parvenus, au terme d’une mission de 10 ans, à donner bien des informations aux chercheurs (variété des paysages et des géologies, composition étonnante de la chevelure), elle nous offre aussi une émouvante surprise.

JPEG - 92.7 ko
Photo de la comète Tchouri prise par la caméra haute résolution Osiris embarquée à bord de la sonde Rosetta.
PHOTO ESA. ROSETTA. MPS FOR OSIRIS. AFP (AFP)

La comète chante. Sa mélodie pourrait venir de l’ionisation des particules de sa queue. Dans l’espace, ces particules entrent en collision avec des particules à haute énergie qui leur donne une charge électrique. Elles interagissent alors avec le champ magnétique dont s’entoure la comète pour se protéger des vents solaires, ce qui donne naissance à ces oscillations à très basses fréquences, que nous avons pu découvrir une fois amplifiées.

Écoutons ce son : c’est comme si la comète nous murmurait des confidences, rapportées de sa longue pérégrination elliptique bien au-delà de notre système solaire.

Du fond de la Terre au plus haut du ciel

Pierre volcanique qui sort brûlante et hurlante des profondeurs de la Terre, comète filant son chemin dans l’espace, qu’ont-elles de commun ?

Il y a plusieurs sorte de pierres volcaniques, classées selon la composition chimique du magma, et le mode d’éruption du volcan (éruption plinienne ou phréatique).

Toutefois, les humains peuvent contempler des roches équivalentes, qu’elles proviennent des entrailles de notre planète ou d’un corps céleste ayant percuté notre sol. Bien des roches volcaniques sont de même nature (voire de même composition) que les météorites qui ont traversé notre atmosphère avant de percuter notre sol. [2]

La raison ? Elle est évidente : la cuisson et vitrification de roches, soit par l’intensité de la chaleur du magma en éruption (entre 700 et 1100° C), soit par la traversée de l’atmosphère terrestre pour la météorite (jusqu’à 2000° C).

En ce qui concerne les pierres de l’extrême, bien souvent "ce qui est en bas, est comme ce qui est en haut ; et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, pour faire les miracles d’une seule chose." [3]

JPEG - 48.2 ko
Structure interne du globe terrestre
Schéma en coupe
JPEG - 95.1 ko
Instantané des positions des astéroïdes et des comètes dans le système solaire.

Et voilà la conclusion de cette vision bien personnelle de ces roches qui viennent du centre de la Terre, ou du ciel.

L’histoire de la matière, celle de sa création, de sa composition (atomes, molécule, particules...) explique la multitude de ses "comportements" sur notre planète et ailleurs. Les lois de la nature ne sont que l’expression mathématique des propriétés de la matière. Là réside le merveilleux. [4].

La science nous donne bien des occasions de rêver et de méditer la sentence d’Hermès Trismégiste.

Elle nous amène aussi à rencontrer "cette sphère infinie, dont le centre est partout et la circonférence nulle part", phrase à la fois hautement mathématique et hautement métaphysique, que nous devons à Aristote, reprise par Pascal, approuvée par certains scientifiques contemporains comme une façon de comprendre l’Univers.

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Oziam

 

Pour découvrir le site d’origine des photos proposées en illustrations, cliquer sur les visuels.


[1] http://media4.obspm.fr/

[2] Il peut être difficile de les distinguer : http://hdt.mnhn.fr/

[3] La Table d’émeraude d’Hermès Trismégiste, père des Philosophes (traduction de l’Hortulain) : http://herve.delboy.perso.sfr.fr/

[4] Pour se rafraîchir la mémoire : http://www.sciences.univ-nantes.fr/


Cette page a déjà été visitée 1360 fois.


Pierre précédente...

Pierre suivante...

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Alchimie
Forum sur le symbolisme de l’Oeuf
La Forge de l’existence
La Boussole d’Or
Réflexions "naïves" sur l’économie de ce monde
Balzac et le Martinisme : Conclusion
Anselme Kiefer et l’ésotérisme
"Le Voyage alchimique" : sept DVD à découvrir !

Astéroïde

Astronomie
De l’Unique vers le Banal ? !
Des bateaux par milliers !
D’autres personnages qui lient fiction et réalité...
A la Rencontre de l’Incroyable !
Le crocodile de Saint-Sulpice

Atomes
Nuits
Beauté, où es-tu ?
De Shivanataraj au Shivalingam
Sultan Valad
Du carbone au diamant
Antimatière : du nouveau !

Cercle
Le Temple de Lanleff
Pour découvrir la suite...
La pierre percée de Villers-Saint-Sépulcre
Le menhir dans la forêt
Swami Premananda : la libération
Sur ce site, (re)découvrez les lumières de l’Avent jusqu’à l’Epiphanie !

Champ magnétique
Où nous conduisent les Crops Circles ?

Chant, art lyrique
De la musique avant toutes choses
La grenouille du cloître de la cathédrale de Barcelone
La loi des polarités sexuelles et de la folie
La Spiritualité dans les chansons des "Derniers Trouvères"
L’instrument et la mélodie
L’édition 2008 du Festival des Musiques Sacrées de Fès se déroule du 6 au 16 juin.
19ème Festival de Musiques Sacrées à Fès

Comète
Les versets de la Lumière

Elipse
Les lingams venus d’en haut : un plan sur la comète...

Energie
Correspondances entre les centres d’énergie cosmique et les sphères d’activité sur notre planète
La Pierre, mémoire jaillie de la Source
Pierre Teilhard de Chardin
Jonas, colombe de Dieu

Etoile
L’Etoile
Etape 10 : De Torres de Berrellen par Luceni à Gallur
L’Etoile des Mages
24h de méditation pour la Terre (21h-22h)
Sirius Black et les étoiles...

Feu
Voyage au centre de notre planète, de Jules Verne à George Sand
24 h de méditation pour la Terre (9h-10h)
Sous le signe du Bélier : premier jour
Les quatre éléments
Les plantes sur les sentiers 19 à 23 de l’Arbre de vie

Jupiter (Planète)
Sous le signe des Poissons : douzième jour

Lune
Enigme à Tarascon
Haïti : une société profondément attachée à ses traditions populaires
Le Jardin
La Tasse de Thé
Sous le signe du Cancer : quatrième jour

Mars
Mystérieuses météorites
Martin, jeune légionnaire

Mathématiques
L’histoire des Crops Circles
Jeu du pendu des Philosophes et Mathématiciens grecs
Ostrakon & Calculi

Mercure
Les plantes sur les sentiers 24 à 28 de l’Arbre de vie
Les plantes sur les sentiers 29 à 32 de l’Arbre de vie
La volonté et son utilisation démoniaque
Sous le signe des Gémeaux : troisième jour
Sous le signe de la Vierge : sixième jour

Météorite
Eclats de pierre

Musique
William Beckford de 1787 à 1822
Sadhinata et les Bâuls du Bengale
Souvenirs imaginaires de Maria Hamilton
Le roi David à Sornay
Sri Aurobindo
Les Orientales, festival de musiques et traditions d’Orient
Festival des Musiques Sacrées du Monde à Fès

Musique et chants spirituels
O peuples du Nord !
Le rituel de l’Abishekam
Les Bâuls et la musique
L’église d’Irlande : son substrat celte
Theyyam
24 h de méditation pour la Terre du 1er au 2 novembre 2015

Saturne
Les Saturnales

Sirène

Soleil
Le Soleil
Elie, quelques préliminaires...
Les symboles de l’aléthiomètre
Mon expérience dans les Crops Circles...
La vibration de la roche

Terre (La planète)
24h de méditation pour la Terre - Le clip
Swami Premananda : passé, présent, futur ...
24h de méditation pour la Terre (15h)

Unité
"La prière, la vie, la mort"
"La création est un respir de Dieu."
Inde incroyable et inépuisable
"Tout fut, est et demeure éternellement en Dieu."
La Théologie apophatique
"Une Chapelle pour le roi"

Univers (évolution)
Vers une théorie de l’art - la musique
Jean d’Ormesson
"A la Croisée des Mondes" : pour échanger...
Les chasseurs de poussières existent...
Archéops

Vénus
Un carré magique pour fêter la Lumière

Vigne
Le vendangeur du Mont-Saint-Michel
Jonas, naissance à la joie

Volcan
Agni, dieu de la Lumière
Le règne végétal revêt pour l’être humain une importance vitale.
"La partie de dés" (1)


 

Durant tout le printemps 2015, un nouvel article de ce "Voyage au coeur de la Pierre" va paraître tous les quatre jours. Pour ne rien manquer de cette aventure et être informé par une rapide annonce dans votre boîte aux lettres de la mise en ligne du prochain article, inscrivez-vous à : "La Lettre des Baladins de la Tradition" ou retrouvez-nous sur "Facebook".

 

Il y a actuellement 15 contribution(s) au forum.


Pierres des extrêmes
14 juin 2015, par Bayazi

L’auteur de cet article supposait bien qu’en ce qui concerne « les pierres du ciel », et notamment la comète Tchouri, les avancées de la science permises par le travail de la sonde Rosetta et du robot Philae entraîneraient des débats sur les rapport entre l’esprit humain et la matière, et sur les rapports entre la science et la transcendance. Ce débat est activé surtout par les découvertes survenues à la suite de l’exploration des comètes : celles-ci contiendraient des composés organiques évolués, possiblement des acides aminés. Il est donc question du passage de la matière au vivant. Ce n’est pas rien ! Les travaux scientifiques n’en sont qu’au début, mais les chercheurs évoquent une suite de mutations progressives de la matière, depuis la formation des premiers atomes jusqu’à la biodiversité connue aujourd’hui sur la terre. Et les auteurs d’ajouter « selon une logique de sélection naturelle comme celle énoncée par Darwin ».

Plusieurs intervenants ont cité Nadia Farouki (que j’estime par ailleurs), parlant « d’un obscurantisme évolutionniste aussi fallacieux que l’obscurantisme créationniste ». La formule est malheureuse. L’auteur évoquait les guerres de tranchées entre Foi et Science, entre ceux qui veulent prouver ou infirmer l’existence de Dieu en commentant les découvertes scientifiques. Les deux camps sont effectivement dans l’obscurité en se positionnant ainsi.
Mais par ailleurs, on ne peut qualifier Darwin et ses suiveurs, avec tout ce qu’ils ont apporté à la connaissance de la vie, « d’obscurantistes ».

En tant qu’auteur de l’article, je voudrais réaffirmer les vues qui sont les miennes.

Il ne faut pas tenter de rapprocher la science et la Foi. Les scientifiques constituent une communauté que je respecte infiniment pour la rigueur de sa démarche. C’est une vaste communauté qui comprend des athées, des agnostiques et des croyants (cette croyance se positionnant dans tous les spectres de « la transcendance »). Mais quand un scientifique fait son travail, il le fait avec des méthodes scientifiques. S’il a la chance d’être inspiré inconsciemment par d’autres sources : foi, intuition, mythes, instinct…Bref, tout ce qui passe par des circuits neuronaux mettant en relations différentes parties du cerveau, et bien tant mieux ! Mais il appliquera des méthodes scientifiques pour vérifier ses hypothèses.

Par contre, lorsqu’un scientifique rêve et savoure la présence active de « la transcendance », il est dans son jardin, et tant mieux si ce jardin alimente d’autres secteurs de sa pensée pour ce qui est des directions de ses recherches. Mais les vérifications qui devront suivre se feront avec des procédures qui n’ont rien à voir avec la rêverie. G. Bachelard a beaucoup écrit sur tout cela il y a déjà longtemps.

C’est pourquoi je pense que ce que certains appellent « l’univers de la parapsychologie » n’a rien à voir dans un débat comme celui-ci.
Je ne suis pas en accord avec la citation de Pierre Servat citée par CV.
Il n’y a pas de « plan occulte de l’existence sur la face cachée du cosmos ».
Ce vocabulaire m’étonne. La face cachée, non encore connue du cosmos est obscure pour les humains, et notamment pour les chercheurs en astrophysique et en astronomie, certes.
Mais l’occulte n’a rien à voir là-dedans. Les avancées scientifiques lèveront le voile peu à peu sur ce que nous ne connaissons pas encore de l’univers, après des erreurs et des réussites, comme dans toutes entreprises humaines.


Quant à la citation suivante du même auteur : « Certes les entités supérieures ne sont pas maîtresses de l’histoire humaine qui relève de mécanismes complexes et de facteurs matériels qui leur échappent en grande partie. Mais il est probable que par l’entremise des grandes personnalités, les puissances supérieures travaillent à infléchir son cours dans un sens conforme à leurs desseins », elle m’étonne !

Tout d’abord, je doute profondément de l’existence « d’entités supérieures », ou de « puissances supérieures ». Si l’on veut parler de Dieu, on dit Dieu. Et là on peut théologiquement discuter sur le pourquoi du comment « les facteurs matériels lui échapperait en grande partie…. ». Si c’est un Dieu créateur, le Grand Architecte de l’Univers, le monde créé fait partie de son job. Si c’est le Soi Universel, une émanation de bas en haut à partir de l’humain, là on peut en discuter…Mais on quitte le sujet de mon article.

La dernière partie de la citation est -pardon- pour moi délirante au sens médical du terme : « Mais il est probable que par l’entremise des grandes personnalités, les puissances supérieures travaillent à infléchir son cours dans un sens conforme à leurs desseins. ».
Alors là, il faut rester dans le réel tout de même.
On aurait donc des entités supérieures qui, sans être Dieu himself, n’auraient pas de pouvoir sur la matière mais sur la capacité de l’infléchir ! Et tout cela par l’intermédiaire de « grandes personnalités » aux pouvoirs magiques ?

Nous n’utilisons que 15 à 20% de notre cerveau, c’est connu. Certains en utilisent une plus grande partie, c’est prouvé. Progresser sur le chemin de l’Humanité, comme progresser spirituellement, c’est aussi mieux savoir utiliser ses capacités, intellectuelles, certes, mais surtout affectives, morales, imaginatives et mémorielles (y compris la mémoire phylogénétique).
Jésus de Nazareth a été une « grande personnalité », comme d’autres prophètes de toutes religions. Il a peut-être fait des miracles, ou pas. À l’époque, c’était la mode, pour être prophète confirmé et avoir des suiveurs : il fallait faire des miracles. Personnellement, je pense que l’apport révolutionnaire de Jésus vient de sa Parole, pas de ses miracles. Ses miracles, on s’en fout (beaucoup de chrétiens l’exprime d’ailleurs). La plupart des « miracles » des guérisseurs viennent d’un effet placebo. Sous l’influence d’un sentiment de confiance, nous secrétons toutes les substances qu’il faut, y compris psychotropes, pour guérir. Tout est dans notre cerveau. Là, le Dieu créateur, s’il existe, à fait des merveilles !

Je dirais bien, pour terminer : nous avons tous les capacités de connaître, de comprendre et d’aimer la création. Nous n’avons aucune capacité d’infléchir la matière. Et pourquoi le souhaiter d’ailleurs ? Le monde créé est périssable. Notre Humanité périra, comme chacun d’entre nous, une autre prendra le relais, sur une autre planète. Renonçons à l’illusion de la puissance magique de l’Homme (fut-il une « grande personnalité »). Nous sommes dans les mains de Dieu.


Pierres des extrêmes
10 juin 2015, par Bayazid

En ce qui concerne les découverte de Rosseta et de son petit robot Philae sur Tchouri, la comète qui murmure, lire un compte rendu d’une émission d’Arte "Rosetta aux origines de la vie".

Avant la rencontre avec la comète de Halley en 1986, on pensait que les comètes étaient composées de CO2 (dioxyde de carbone) ou de CH4 (méthane)...Résultat : aucune des deux ! Les observations suggèrent que les comètes contiennent des composés organiques beaucoup plus évolués, possiblement des acides aminés. ….

Le passage de l’inerte au vivant a longtemps été considéré comme une transformation mystérieuse de la matière, un phénomène énigmatique... À tel point que cette frontière a séparé, d’un côté la chimie qui s’intéresse à la matière inerte, et de l’autrela biologie, qui s’intéresse aux corps vivants.
Aujourd’hui, les découvertes astronomiques remettent profondément en cause cette scission. L’apparition de la vie ne se serait pas faite en une seule étape extraordinaire, mais découlerait d’une suite de mutations progressives de la matière, qui suivrait la logique de la sélection naturelle énoncée par Darwin, depuis la formation des premiers atomes jusqu’à la biodiversité connue aujourd’hui sur Terre.
http://future.arte.tv/fr/rosetta#.V...


Pierres des extrêmes
5 juin 2015

Merci pour Igor Stravinsky au passage. Vous pouviez aussi nous mettre Zvezvodikiy, le roi des étoiles, celui qui a le visage comme une étoile.https://www.youtube.com/watch?v=cUg...


Pierres des extrêmes
5 juin 2015, par M. de s.s.

Pour rappel la comète 67P/ TG porte les noms de ses découveurs de Kiev en 1969,Tchourioumov-Guérassimenko à l’époque russes et aujourd’hui Ukrainiens.. A un demi millards de kilomètres de distance de la terre entre mars et jupiter à 30 fois la distance de la terre et du soleil, la géopolitique de Gaïa nous suit. Il parâit aussi que Rosetta et son petit robot ont eu à négocier des taxes sur les résidences secondaires, mais ce n’est peut être pas de source sûre. En tout cas quelle aventure ce petit robot atterisseur Philaë qui fait des bonds finit une patte en l’air.. ! .Les savants ont été très surpris par la diversité géologique découverte sur la comète que les photos et analyses ont révélées. En particulier de l’eau de la comète contient plus de déterium que l’eau terrestre ce qui infirmerait l’hypothèse selon laquelle l’eau terrestre viendrait des comètes. Ils ont partagé le gros caillou en forme de canard ou plutôt son noyau en 19 régions portant des noms de la mythologie Egyptienne.


Pierres des extrêmes
5 juin 2015, par Manduka

Bravo Oziam. Les photos sont très belles. Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut et vase verci. Entièrement d’accord.
Pas impressionnées par le chant de la comète, nous les grenouilles rieuses ont sait faire ça.
https://www.youtube.com/watch?v=Efz...


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2016 - Les Baladins de la Tradition