Les Bâuls et la musique
samedi 8 octobre 2005

par Arkhghan


Pour revenir à la page précédente de cet entretien...

Arkhghan : N’oublions pas que les Bâuls ont une tradition orale et non écrite, pouvez-vous nous en parler ?

Sadhinata  : Et bien la tradition orale philosophique est aussi celle de la musique, car la musique est entièrement traduite oralement, il n’y a pas de partitions, tout est appris, ils ont une mémoire sensationnelle, pour retenir 250 chants et plus. C’est justement ce qui fait leur force parce que cela développe une espèce de concentration authentique qui ne peut être dispersée par autre chose. Il n’y a que la volonté de dire ce qui n’a pas été écrit et qui est dans leur cœur . Il y a une authenticité qui peut être atténuée par les changements modernes mais... on ne peut pas empêcher le progrès non plus.

Arkhghan : On peut donc voir cette musique et ce chant comme un yoga dévotionnel mais qui développe aussi une très grande concentration.

Sadhinata  : Absolument, mais il faut dire aussi que ce sont eux qui font leurs instruments de musique, de façon très simple, c’est toujours une noix de coco ou un morceau de bois qui accorde inlassablement tous les concerts, une corde qui garde la tonalité.

Arkhghan : Quel est l’instrument le plus important ?

Sadhinata  : C’est l’Ektara, le plus Bâul si on peut dire, qui est emporté par les musiciens quand ils cheminent avec un tambour qu’ils portent attaché à leur ceinture.

Arkhghan : Pour en revenir à la tradition orale, elle est essentielle dans l’Inde où une grande place est accordée aux maîtres qui viennent périodiquement vivifier, donner un nouvel élan à la tradition, l’éclairer. Est-ce qu’il y a des maîtres chez les Bâuls ? Avez-vous fait une rencontre unique ?

Sadhinata  : Toute rencontre est unique. La rencontre du maître et du disciple est quelque chose d’absolument unique. Oui, bien sûr, j’ai eu le privilège de rencontrer un maître et j’ai été préparée à cela par mon premier maître qui lui, n’est plus de ce monde. Je l’ai déjà plusieurs fois nommé.

Arkhghan : Pensez-vous que les Bâuls sont plus heureux que nous ne le sommes dans cette vie moderne ou qu’ils sont plus malheureux à cause de la pauvreté ?

Sadhinata  : C’est-à-dire qu’ils vivent l’instant. Ils peuvent être très malheureux à la mort (fréquente à l’époque des moussons) de quelqu’un de leur famille, mais ce n’est que momentané. On peut leur redonner la joie d’un instant à l’autre. On pense à la prière, on pense au chant, ils oublient vraiment tout, si bien que quand on est avec eux, il n’y a absolument pas de choses à organiser à part les grandes fêtes. Dans ce petit ashram Bâul où une chambre m’est réservée, je m’efforce de prolonger un mode de vie ascétique. Il n’y a pas d’électricité, il y a une pompe à eau, on vit avec la présence des éléments puisqu’on est à la campagne, on peut attendre le soleil, vivre autrement quand le soleil se couche, se réunir sous la véranda pour chanter parce qu’à part des petites lampes à pétrole, on n’y voit pas très clair et c’est le moment de répéter les chants. Tout ça c’est extraordinaire, c’est vraiment la vie. Peut-être que la prochaine fois, il y aura de l’électricité, car il y en a partout, mais je freine au maximum, tout en sachant tout de même que c’est beaucoup de travail pour la maîtresse de maison d’allumer des lampes et de nettoyer les verres.

Ce qu’il ne faut pas, et ça malheureusement ça sera, c’est que la télévision arrive dans les villages les plus reculés, et la télévision avec... enfin... les plus mauvais programmes. C’est comme autrefois chez nous quand il n’y avait pas la télévision et qu’on se racontait des histoires au coin du feu. Là-bas, c’est pareil. On n’aura plus le soir les rencontres de musique spontanées où chacun chante sans micro, le plus sincèrement possible ce qu’il a à apprendre, à rechanter pour entretenir sa voix et sa mémoire. Je n’y peux rien... cela arrivera... mais moi je vis encore très près de l’authentique.

Arkhghan : La vie avec les Bâuls est une vie de joie ?

Sadhinata  : Tout est une improvisation de joie, qui peut effectivement être entre la peine et la joie, mais il y a toujours la joie parce qu’il y a le chant. Ils le disent : " Notre nature, c’est la joie ". Même s’ils n’en sont pas forcément conscients, je pense que ces silhouettes oranges dans le paysage... Apercevoir un Bâul qui marche dans la lande apporte quelque chose comme une fleur orange, comme un coquelicot, c’est une joie parce que c’est un Bâul qui passe là et qu’on le voit... et qu’il est en orange.

Arkhghan : Sadhinata, je vous remercie et je vais maintenant formuler ma conclusion avant que vous ne nous donniez la vôtre. Je crois que les Bâuls sont des messagers de paix et de tolérance, car on sait que lorsqu’ils passent, ils apaisent les tensions entre les communautés. Ils sont aussi un exemple de simplicité et vous nous avez fait comprendre cela. Nous avons tendance à nous compliquer la vie à cause des différences génératrices de conflits alors que la spiritualité authentique se reconnaît partout en ce qu’elle est avant tout et essentiellement une source de paix et de joie.

Sadhinata  : Alors je vais conclure à mon tour avec l’évocation de Rabindranath Tagore. Mais avant de finir ainsi cet entretien, je vous remercie, moi aussi, car j’ai pu exprimer ces émotions et cette expérience.

Tagore a 60 ans lorsqu’il est à Paris, au Musée Guimet, c’est en avril 1921. Il fait une conférence sur un sujet qui lui tient particulièrement à cœur : les Bauls.

Quarante ans

JPEG - 8.7 ko
Rabindranath Tagore

après, en décembre 1961, Philippe Stern fait lui-même une conférence au Musée Guimet, à l’occasion de la commémoration du centenaire de la naissance de Tagore. Cette conférence est intitulée " Le vrai Rabindranath Tagore et le monde des chansons ". Philippe Stern y défend la thèse que Tagore est à chercher bien plus du côté des Bâuls que de l’érudition qui serait celle d’un pandit féru de la connaissance des Upanishad. Il reprend donc la conférence de Tagore où celui-ci reconnaît que son inspiration a été intensifiée par la rencontre des Bâuls. A ce moment-là , en 1921, on avait donné à Tagore le titre de " Plus grand des Bâuls " et c’est vrai, mais je dois avouer que je n’ai jamais entendu mes amis comme Anando le dire. Voici donc pour clore cet échange les mots de Tagore et ceux des Bâuls que je ne peux malheureusement pas vous chanter mais que vous entendrez, j’espère dans la musicalité et la poésie. Ils sont extraits de cet article de Philippe Stern :

" Un jour j’entendis par hasard une chanson d’un mendiant appartenant à la secte des Baouls du Bengale... Ce qui me frappa dans sa simple chanson, c’est une expression religieuse qui n’était ni grossièrement concrète et crue, ni métaphysique dans ce transcendant raréfié qu’elle entraîne. Et cette chanson, elle était remplie d’émouvante sincérité. C’était une intense aspiration du cœur vers le dieu qui est dans l’homme et non dans le temple... Depuis j’ai souvent essayé de mieux comprendre ces Baouls à travers les chansons qui sont leur forme de culte.../... J’ai exprimé mon amour pour les chansons Baouls dans nombre de mes chansons et, dans beaucoup d’autres, les airs des Baouls ont consciemment ou inconsciemment été mêlés avec d’autres modes en les modifiant... Les airs et le message des Baouls ont un certain moment absorbé mon esprit comme s’ils en étaient le véritable élément de base. "

Et voilà peut être ce qu’il faut retenir de ce message : " La religion de Vishnu, qui est devenue la religion du peuple, apporte aussi ce message : que l’amour de Dieu trouve sa cause finale dans l’amour de l’homme. " Ecoutons le chant Bâul, comme le " Cantique des Cantiques " biblique, il énonce le désir d’une union divine jamais commencée, jamais achevée :

"Je brûle de jouer avec vous au jeu de l’amour, ô mon amant -
Mais vous aussi éprouvez ce désir ardent -
Car vos lèvres ne peuvent sourire et votre flûte chanter
Que quand mon amour fait vos délices ; et c’est pourquoi
Vous êtes aussi pressant que je le suis moi-même."

"Votre flûte n’exhalerait point sa musique de beauté, si mon amour ne faisait vos délices. Grande est votre puissance et là je ne suis pas votre égal ; mais il est en mon pouvoir de vous faire sourire ; si jamais nous devons nous unir, ce jeu d’amour reste inachevé."

Pour découvrir le second entretien avec Sadhinata...

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Arkhghan

 

Note : Si vous souhaitez entrer en contact avec Sadhinata, la rencontrer à votre tour, elle, son œuvre, pour acheter ses toiles ou l’inviter à les exposer, vous pouvez vous adresser à "La Maison de Ganesh" (3 rue du Pont de Mayenne 53000 Laval) ou par mail en cliquant sur le logo d’Arkhghan ci-dessus.

- La photo de Tagore provient du site http://www.satyajitray.org/.
- Les photos de ses tableaux ainsi que les photos du village Bâul sont reproduites avec l’aimable autorisation de Sadhinata.

Cette page a déjà été visitée 2520 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE Sadhinata Sadhinata et les Bâuls du Bengale La vie des Bâuls Les Bâuls et la musique Sadhinata et le Sri Yantra Rencontre avec Wishvanat Réaliser un Sri Yantra Le Sri Yantra : une philosophie Jai Guru !

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Amour
Sri Aurobindo
Angelus Silesius
"La puissance vibratoire de la pensée"
Emmanuel Swedenborg
Thérèse et Jeanne Guyon...

Ascétisme
Pratiques - suite (Kannur )
Colère et Vipassana
Méditation marathon (suite et fin)

Bible (Cantiques des Cantiques)
L’Amoureux
Jonas, colombe de Dieu
Thérèse de Lisieux : 1890 à 1895
Thérèse de Lisieux : juin 1897

Civilisation
Jean-Pierre Bayard et la Tradition
Nuits (suite)
2012 : Trois voeux pour notre Monde !
2009 : Trois voeux pour notre Monde !
"Dieu" et la civilisation UIGOUR...
Les Assises Nationales du Développement Durable
"Planet Positive"

Corde
La légende de saint Mexme à Rivière
Le Diable
La pierre d’angle

Ganesh
Le rituel de l’Abishekam
De Vishakhapatnam alias Vizag
Papiers
La vie des Bâuls

Joie
Solstice d’hiver : méditation pour la Paix
Raymond Bernard : "le chercheur doit trouver l’Etre en lui"
Raymond Bernard : "avec une ouverture d’esprit absolue"
Les plantes sur les sentiers 19 à 23 de l’Arbre de vie
"L’homme a d’immenses possibilités inexploitées et des pouvoirs inconnus."
Joy for the planet !
Blanche de Richemont nous offre des instants qui chantent !

Médias (radio, télé, journaux, réseaux...)
Raymond Bernard : "ce village global, universel qu’il faut réaliser"
Correspondances entre les centres d’énergie cosmique et les sphères d’activité sur notre planète
"La Lettre des Baladins de la Tradition"
Découvrez la Quinta du Temple sur vos réseaux sociaux !
@BLDT14 ! Bonjour Twitter !
Retrouvez-nous sur Facebook !

Musique
Profane, sacré et connaissance
Vers une théorie de l’art - la musique
La Spiritualité dans les chansons des "Derniers Trouvères"
L’instrument et la mélodie
Pierres des extrêmes
L’édition 2008 du Festival des Musiques Sacrées de Fès se déroule du 6 au 16 juin.
Samedi 6 avril à 17h à Paris - Récital de chants sacrés indiens au profit du Kérala

Musique et chants spirituels
Grottes de Barabar
Theyyam
Hérodote et l’Histoire
L’église d’Irlande : son substrat celte
O peuples du Nord !
24 h de méditation pour la Terre du 1er au 2 novembre 2015
19ème Festival de Musiques Sacrées à Fès

Tagore


Il y a actuellement 3 contribution(s) au forum.


Les Bâuls et la musique
3 avril 2006, par Naranja

La dernière image de cette étude offerte par Sadhinanta la silhouette d’un BAûl qui s’en va et la vision d’un coquelicot de même que la conclusion d’Arkhghan me ramèent à ce très beau poème d’Aragon mis en chanson par Ferrat.
Si je peux le partager avec vous simlement lme refrain, merci.
"Un jour pourtant, un jour viendra couleur d’orange
Un jour de palme, un jour de feuillages au front
Un jour d’épaule nue où les gens s’aimeront
Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche" Aragon

Paix et Liberté !


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2019 - Les Baladins de la Tradition