Le Sri Yantra : une philosophie
samedi 12 novembre 2005

par Arkhghan


Pour revenir à la page précédente de ce récit

Arkhghan : Si pour pouvoir réaliser le Sri Yantra il a fallu cette longue préparation, cette ascèse avec toutes ces connaissances, est-ce pour autant que la réception du Sri Yantra soit réservée à une élite de connaisseurs ?

Sadhinata  : Cet échange devrait constituer une initiation, mais ceux qui regardent un Sri Yantra doivent pouvoir ressentir son rayonnement sans connaissances particulières sur l’Hindouisme. Il faut que ce soit une porte, en dehors des dogmes, librement, une ouverture divine. C’est une puissance en soi qui ne peut qu’aider ceux qui peuvent le recevoir sans enfermement.

Arkhghan : Et maintenant cette puissance-là sort de la tradition Hindoue pour être plus largement donnée en dehors de son ésotérisme, à toute l’humanité. C’est un passage de l’invisible au visible.

Sadhinata  : Jusqu’à dernièrement, la chose visible pour moi c’était le Shivalingam qui est tantrique. C’était déjà quelque chose de plus large que l’adoration de la divinité figurative de l’Hindouisme.

Arkhghan : Nous dépassons progressivement la forme cultuelle d’adoration. Le Shivalingam a été une étape pour vous avant le Sri Yantra.

Sadhinata  : Absolument. Le lingam et le Yoni existent depuis très longtemps dans le Shivaïsme en Inde, visibles dans des temples spécifiques. Le Sri Yantra a toujours existé mais dans des endroits secrets. Je n’ai jamais personnellement vu un Sri Yantra lorsque j’étais en Inde dans un temple public ou privé.... Il y en a un maintenant à Paruldanga.

Arkhghan : Pourquoi ?

Sadhinata  : Je pense que les peuples Hindous préfèrent la représentation réaliste de toutes leurs divinités. Le Shivalingam est uniquement Shivaïte. Il fait l’objet de rituels bi-quotidiens au même titre que les divinités. Le Sri Yantra restait occulte et il est abstrait alors que le lingam-Yoni est une représentation stylisée mais réaliste.

Arkhghan : Est-ce qu’on peut parler maintenant de ce qui apporte comme un jeu récréatif en constituant autour de l’architecture de base de vos illustrations du Sri Yantra une sorte de décor. C’est une touche encore plus personnelle à chaque symbole ?

Sadhinata  : La variété est sans limite. Je crois que cette partie récréative est la récompense de tout ce que j’ai travaillé dans tant de domaines, artistiques et spirituels dans ma vie.

Arkhghan : Il y a la synthèse des ascèses, la synthèse de la recherche et la synthèse artistique. Mais c’est encore l’harmonisation de la Tradition d’une part et de la création d’autre part comme de l’individuel et du collectif. D’ailleurs vos Sri Yantras sont signés. N’est-ce pas une infraction à la tradition de les signer ?

Sadhinata  : Je ne le pense pas car je signe tout en bas à côté de mon décor en respectant avec obéissance une tradition Immuable.

Arkhghan : On retrouve cette liberté dans le fait qu’obéissante à la Tradition, vous pouvez en même temps créer autour de ce qui est immuable. Il y a là une philosophie de vie.

Sadhinata  : Et c’est illimité car rien n’empêche de faire un Sri Yantra très grand et un décor petit ou le contraire, dans les proportions et en respectant la loi.

Arkhghan : La liberté dans le respect des règles, cela vous convient comme formule Sadhinata ?

Sadhinata  : La liberté dans le respect des règles... c’est exact.

Arkhghan : Il me semblait bien avoir remarqué chez vous, Sadhinata, un amour très grand pour la liberté aussi je vous pousse légèrement dans vos retranchements, c’est de la plus amicale taquinerie. Mais franchement, est-ce qu’on ne peut pas être amoureux d’indépendance et cependant obéir à la loi dans la mesure où elle n’est pas imposée de l’extérieur mais vient de l’intérieur comme l’intégration d’une nécessité pour la création ?

Sadhinata  : En effet, c’est comme cela que l’on grandit. Sinon ça partirait dans tous les sens. Surtout ce que je voudrais faire comprendre, c’est qu’il n’est pas indispensable d’avoir rempli sa tête de toute la connaissance universelle pour créer. Il y a simplement à regarder, à avoir cet appel, une émotion, et avoir la sensation de quelque chose qui fera son cheminement tout seul jusqu’à la réalisation. Cela doit être un écho personnel. En regardant les Sri Yantras, il y aura celui qui nous émeut particulièrement.

Pour lire la suite de cet article...

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Arkhghan

 

Les oeuvres présentées sont toutes de Sadhinata. Elles sont publiées ici ainsi que ses photos avec son aimable autorisation.

Cette page a déjà été visitée 2957 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE Sadhinata Sadhinata et les Bâuls du Bengale La vie des Bâuls Les Bâuls et la musique Sadhinata et le Sri Yantra Rencontre avec Wishvanat Réaliser un Sri Yantra Le Sri Yantra : une philosophie Jai Guru !

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Hindouisme
Swami Premananda : être ou ne pas être...
St Valentin en Inde
Swami Premananda : passé, présent, futur ...
Rationalisation du mystère
Les lingams venus d’en haut : un plan sur la comète...

Liberté
Jai Guru !
Les tables de l’Alliance
Voyage symbolique en compagnie de la cigogne
"Un homme ou une femme..."
"L’homme a d’immenses possibilités inexploitées et des pouvoirs inconnus."
« L’Europe et L’Islam, la liberté ou la peur ? »

Mandala
Sadhinata et le Sri Yantra
Réaliser un Sri Yantra

Shiva
Graine d’Agni
Forum sur Shiva
La Saint Jean d’hiver
Il y a des lieux qui t’appellent à eux...
De Shivanataraj au Shivalingam

Tantrisme
La vie des Bâuls


Il y a actuellement 2 contribution(s) au forum.


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2018 - Les Baladins de la Tradition