Accueil du site Alphabétiquement vôtre Jean-Pierre Bayard Jean-Pierre Bayard : le Maître dans sa demeure

Jean-Pierre Bayard : le Maître dans sa demeure
mardi 25 juillet 2006

par Arkhghan


Rencontrer Jean-Pierre Bayard, c’était déjà fait il y a 15 ans, dans sa demeure du Maine et Loire. Cette rencontre et cet échange avaient été motivés par le désir d’écouter de plus près cette voix que tout passionné de Mystère et de questions initiatiques aura trouvé sur son chemin. La bonne trentaine d’ouvrages qu’il a consacrée à de nombreux sujets Traditionnels que ce soit aux Editions Dangles dont il a été directeur de collection ou dans d’autres maisons d’éditions prestigieuses a jalonné en effet la recherche de la plupart d’entre nous que nous ayons partagé ses affiliations maçonniques ou non.

Mais aujourd’hui, pour les « Baladins de la Tradition », ma démarche devait s’approfondir et j’allais devoir essayer de connaître mieux l’homme qui est derrière tous ces livres même si je l’avais déjà approché chez lui lors de notre première et désormais lointaine rencontre et à l’occasion de plusieurs conférences dans un cadre initiatique.

Il me fallait avoir une vue d’ensemble et plus précise de sa pensée, de sa démarche. C’est chose faite, mais c’est là le début d’une recherche qui va se poursuivre. En effet, je ne peux abuser du privilège qu’il m’a accordé de pouvoir l’interroger, il me reste maintenant à relire ses livres et à découvrir ceux que je ne connais pas encore.

J’en profite pour le remercier d’avoir bien voulu me donner un peu de son précieux temps pour les « Baladins de la Tradition » car l’homme que je suis venu déranger est fort occupé. Quoique ayant atteint un âge qui n’est plus celui de la prime jeunesse, sa vie n’a rien de celle d’un oisif, il demeure toujours absorbé par des travaux importants de recherche et d’écriture.

Je savais donc que c’était un être de qualité que j’allais retrouver, un être rare de par sa vaste culture, son esprit de synthèse, sa tolérance, son intelligence humaniste au service de l’esprit, mais je dois dire que j’ai été surpris car, si je me souvenais bien de sa gentillesse, je ne me rappelais plus parfaitement de sa simplicité et même de sa grande humilité. Peut-être que les années ont augmenté encore ces vertus-là dans sa personnalité...

Il arrive qu’une personne nous aide à nous représenter les idéaux d’une philosophie et c’est heureux car, dans ce cas, ces idéaux et la technique par laquelle ils se manifestent se trouvent validés, confirmés, réalisés. On en éprouve un renforcement d’aspiration à mieux faire soi-même sur son propre chemin.

C’est bien ce que j’ai éprouvé en retrouvant Jean-Pierre Bayard, un homme chez qui la sagesse est pour ainsi dire tangible. Sa pensée m’a permis de me sentir continuellement à l’aise car elle ne procède pas par affirmations dogmatiques, elle explore largement, envisage tous les possibles, elle marche avec prudence au rythme de la raison et pourtant elle aborde avec audace le Mystère et le Sacré. Par-dessus tout, il demeure d’une fidélité sans défaut envers les grands principes humanistes que défend la Tradition et à cet égard sa parole est sans détour pour ne pas dire d’une vigoureuse franchise.

Les écrits de Jean-Pierre Bayard explorent l’univers des sociétés Traditionnelles anciennes ou récentes à travers leurs mythes et leur mode de fonctionnement, mais cette recherche dépasse de loin le point de vue sociologique car elle avance par intuition, par sympathie et par analogie avec ce qu’il vit lui-même pleinement.

S’il nous parle de l’histoire des grands courants de la Tradition avec leurs écoles, c’est qu’il les connaît par les liens fraternels, du symbolisme architectural, c’est tout de même son métier ! Quand il fait sentir ses points de vue sur la littérature, on peut le suivre car c’est peu de dire qu’il a fréquenté les livres, mais on le suivra d’autant plus que, comme toujours chez lui, le savoir théorique est vivifié par l’expérience humaine et l’on ne peut oublier qu’il a bien connu des écrivains et les milieux littéraires.

Aussi nous ne devrions pas le lire comme un auteur qui met en fiches et qui classe ou ordonne simplement le savoir dans le temps et l’espace. Son « répertoire des Déesses Mères et Vierges noires » est assez éloquent pour faire réagir les intellectuels catholiques figés dans la doctrine quant à son « Guide des sociétés secrètes et des sectes », il constitue une sérieuse leçon pour les inquisiteurs de tout poil qu’ils soient laïques, religieux, seulement politiques opportunistes ou médias manipulateurs.

Autant dire que nous avons besoin de cette bonne parole, parfois audacieuse et parfois diplomatique, toujours avisée et réfléchie. Après l’avoir écoutée, on revient avec le sentiment que l’homme peut s’accomplir sans se perdre dans les passions doctrinales, identitaires car ce que respire l’univers de Jean-Pierre Bayard, c’est, au fond, un certain détachement amusé envers le monde des conflits pour ne laisser exister que la seule bonté. Je suis persuadé que son souci des hommes l’a poussé dans bien des situations à jouer un rôle modérateur et pacificateur d’ailleurs notre entretien le laisse deviner.

Tout en l’écoutant, je pouvais laisser se poser mon regard sur le décor rustique de sa belle demeure angevine qui a fait une place remarquable au symbolisme, soit sur tel ouvrage de porcelaine accroché ici au mur, soit par tel tableau suspendu là. Des bibelots ou des objets rituels placés discrètement sur une table, dans un coin de la pièce, attiraient ensuite mon attention.

La présence discrète et serviable de sa femme me prouvait que cet homme n’est pas un solitaire alors que les photos des petits-enfants témoignaient encore que « les grands travaux » n’ont pas laissé en friche la vie affective dans le cœur du chercheur.

Les nombreux chats locataires de ces lieux bénéficient eux aussi de la générosité des hommes et contribuent sans doute à l’ambiance inspirante de ce monde harmonieux et équilibré que Jean-Pierre Bayard a su construire autour de lui.

« Construire », c’est un des mots-clés de l’enseignement que je vais recevoir ici. Tout se construit et nos vies sont ce que nous en faisons dans le domaine matériel, intellectuel ou humain et bien entendu spirituel. La porte ouverte me ramenait de temps en temps avec un peu d’air pur les chants des oiseaux ou les aboiements des chiens avec d’autres bruits de la ferme plus diffus comme pour faire comprendre que la nature aussi, le Maître la connaît et la travaille.

Mon regard se portait alors sur ce visage serein animé malgré les signes du passage du temps ou peut-être grâce à cela par l’éclat d’un amour de la vie presque juvénile.

Je pouvais rencontrer son regard bienveillant et amical qui devenait parfois malicieux au détour d’une parole plus appuyée dans le flot abondant et paisible de ses réponses. Ce regard semblait alors venir me confirmer que le Maître se prêtait volontiers au jeu de mes questions sans craindre de dire et redire des vérités fondamentales. Ce jeu en effet ne peut épuiser la patience et la compassion d’un tel instructeur.

Ecoutons-le...

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Arkhghan

 

Les photos sont toutes publiées avec l’aimable autorisation de Monsieur Jean-Pierre Bayard que nous remercions vivement.

Cette page a déjà été visitée 5150 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE Jean-Pierre Bayard : le Maître dans sa demeure Jean-Pierre Bayard et la Tradition Avec Jean-Pierre Bayard : aux origines de la Franc-Maçonnerie... Jean-Pierre Bayard parle de la Franc-Maçonnerie et de l’Eglise Avec Jean-Pierre Bayard : la Franc-Maçonnerie, les rites et le Compagnonnage... Jean-Pierre Bayard parle de Raymond Bernard Jean-Pierre Bayard parle de Mircea Eliade, Robert Charroux, Dan Brown... Rencontre avec Jean-Pierre Bayard : en guise de conclusion...

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Bayard (Jean-Pierre)
Rencontre avec Jean-Pierre Bayard : en guise de conclusion...
Jean-Pierre Bayard parle de Mircea Eliade, Robert Charroux, Dan Brown...

Ecrivain
Etape 6 : De Escatron par Sastago et Velilla de Ebro à Quinto
Pour retrouver Blanche de Richemont
Blaise, le compagnon de Merlin
William Beckford de 1777 à 1783
Qui était William Beckford ?
William Beckford publié dans La Pléiade !

Franc-Maçonnerie
La double Couronne de l’Orant
Souvenirs imaginaires d’anonymes (2)
La famille Beckford à la Jamaïque
Balzac et le Martinisme : Conclusion
Avec Jean-Pierre Bayard : aux origines de la Franc-Maçonnerie...
40ème anniversaire du musée du Compagnonnage de Tours
Calendrier de la Tradition : Novembre !

Rencontre
Le Mont du Soleil
Inde incroyable et inépuisable
La rencontre, l’Autre
La lumière des regards
Sadhinata et les Bâuls du Bengale
19ème Festival de Musiques Sacrées à Fès


Il y a actuellement 8 contribution(s) au forum.


Le Maître dans sa demeure
31 août 2006, par Arkhghan

Non, c’est vrai je suis bien en dessous ! Il y a plus de 50 livres, 52 ou 53 peut être et il en a encore sous le coude qui doivent être publiés


Le Maître dans sa demeure
31 août 2006, par A. Lepage

Est-ce que c’est le bon chiffre pour les livres écrits de la main de notre Jean-Pierre Bayard ?


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2016 - Les Baladins de la Tradition