Accueil du site Alphabétiquement vôtre Jean-Pierre Bayard Jean-Pierre Bayard parle de Mircea Eliade, Robert Charroux, Dan Brown...

Jean-Pierre Bayard parle de Mircea Eliade, Robert Charroux, Dan Brown...
mardi 27 février 2007

par Arkhghan


- Pour accéder au début du récit de cette rencontre avec Jean-Pierre Bayard...
- Pour revenir à la page précédente de cet entretien...

Arkghan : Vous avez donc connu Eliade ?

Jean-Pierre Bayard : Roumain, il est venu s’installer en France à l’université, il est parti en Amérique par soif de la liberté justement. Mais je crois que tout mouvement ésotérique a des règles, une certaine rigidité. Quand on veut organiser, ce n’est pas pour enlever une liberté individuelle mais il faut assumer une discipline matérielle et morale ce que dans le monde aujourd’hui on ne perçoit plus, on veut aller au-delà de la morale. Eliade recommandait cette recherche spirituelle, cette moralité avec une certaine rigidité de la conscience. Tel que je l’ai rencontré dans nos conversations, c’était un homme très simple, d’une grande liberté, très large d’esprit. Toute son œuvre prouve la sincérité d’un auteur épris de symbolisme, de valeurs initiatiques, de spiritualité sacrée, qui ont d’ailleurs fait son renom.

Arkghan : Eliade a été piégé dans l’histoire de la Roumanie d’avant-guerre avec son climat d’extrémisme et d’antisémitisme mais cela ne signifie pas qu’il soit demeuré extrémiste et encore moins que son œuvre soit porteuse de valeurs faussées.

JPEG - 14.3 ko
Mircea Eliade

Jean-Pierre Bayard : Quand je l’ai connu, j’ignorais son passé. Je l’ai rencontré assez souvent, j’avais son adresse, et je l’ai même rencontré dans son petit appartement au pied de la Butte Montmartre. Je le rencontrais peut-être deux ou trois fois par an. Pour moi, c’était un homme d’une très grande liberté, reflétant la recherche spirituelle. C’était un Maître profondément bon, généreux et très accessible.

Arkghan : Son ouverture le prouve mais d’après Célestin Valois, Eliade a été tourmenté jusqu’à la fin de sa vie.

Jean-Pierre Bayard : Je sais... On m’a posé plusieurs fois des questions, même par téléphone, où j’ai répondu assez sèchement. Si je l’ai rencontré assez souvent, je n’étais pas à vivre avec lui mais enfin pour moi ce qui est dit sur lui est faux. Il avait réellement l’esprit de la pensée initiatique.

Arkghan : De la pensée traditionnelle ?

Jean-Pierre Bayard : De la pensée traditionnelle, mais René Guénon aussi, alors... Dans son œuvre, je ne comprends pas qu’on puisse trouver du fascisme. Julius Evola est beaucoup plus engagé.

Arkghan : Evola a une pensée bien plus dure...

Jean-Pierre Bayard : Pour moi Eliade est un homme très bon, s’intéressant à tout, intéressant lui-même. Mais je me souviens d’une chose qui m’avait considérablement marqué. Un jour, nous étions dans un petit groupe, je crois qu’il y avait Pidoux des éditions Payot, et aussi Paul Barbanegra. On parlait sur un sujet quelconque. Il se tourne vers moi et me dit : « Mais Jean-Pierre vous avez traité ce fait dans vos livres. » Qu’Eliade puisse s’intéresser à moi, avoir lu de mes livres... ! Parce que moi à côté d’Eliade, vous comprenez ! Il était très axé sur l’humain et était d’une grande ouverture d’esprit, très tolérant.

Arkghan : Moi, je ne suis pas surpris que vos livres aient suscité l’intérêt et même l’admiration d’Eliade mais votre modestie est toujours la même...

Jean-Pierre Bayard : Pour moi, c’était un homme très doux, très simple, très gentil, d’une grande valeur spirituelle, qui a apporté des éléments fort importants dans la pensée traditionnelle, dans l’histoire des religions. Je ne comprends pas qu’on puisse l’attaquer, lui reprocher d’être né à une période troublée dans un climat où il a dû grandir et dont il n’était pas responsable. Chacun est tributaire du milieu où il est né, mais ensuite l’homme apparaît et prend sa véritable dimension qui n’est pas fatalement conforme à celle de son entourage.

Arkghan : Quand nous avons parlé de Newton, j’avais promis de vous poser une question sur le roman de Dan Brown « Da Vinci Code ». Car Newton y joue post-mortem un rôle déterminant et le film de l’américain Ron Howard relance encore la polémique, d’une part, et l’engouement du public, d’autre part. Le cardinal Poupard, président du Conseil Pontifical de la culture, grand défenseur de Vatican II et émule d’Emmanuel Fourrier et du cardinal de Lubac est assez contrarié par cet événement culturel et il est loin d’être le plus virulent puisque le livre a été interdit de lecture aux chrétiens par Rome... Les critiques et médias dénoncent une médiocrité littéraire ou encore un brûlot ésotérique. Comment réagit-on dans les milieux maçonniques et vous, qu’en pensez-vous ?

Jean-Pierre Bayard : Dans les milieux maçonniques, on ne s’en inquiète pas beaucoup... Tout le monde en parle superficiellement, mais il n’y a pas véritablement d’étude critique. Pour ma part, je crois qu’il a pris la peine de marquer « Roman ».

Arkghan : Il faut ramener les choses à ce qu’elles sont ?

Jean-Pierre Bayard : Ce n’est pas un livre historique. Il faut le prendre comme une récréation, comme une fiction. Il a le droit de faire des suppositions, d’être romanesque. Je trouve au contraire que ce livre est très bien fait, très amusant, bien construit. L’auteur a beaucoup de connaissances sur le Prieuré de Sion, Rennes le Château, Marie-Madeleine. Tout ça, c’est très monté. Je pense qu’on a tort de vouloir juger, de vouloir en faire une critique historique. Il a marqué « Roman », et peut donc tout inventer ! En tant que roman, je trouve que c’est très habile et je lui tire mon chapeau ! En réfléchissant, je reconnais que beaucoup des questions qu’il a traitées me sont connues et je n’ai jamais pensé à en tirer un roman. Je n’ai pas la chance d’avoir son imagination humoristique.

JPEG - 6.4 ko
Dan Brown

Arkghan : Son succès alors est mérité ?

Jean-Pierre Bayard : C’est un habile roman auquel il ne faut pas croire. Faut-il croire au Comte de Monte Cristo et même à d’Artagnan vu par Dumas ? Ce n’est pas une étude historique et « Da Vinci Code » n’apporte aucune référence, aucune précision, si ce n’est le fruit d’une imagination débridée ! J’espère que l’auteur malgré le succès insolite de son œuvre ne se perçoit pas comme un historien...

Arkghan : En effet, il ne faut pas le croire, c’est juste la réaction de l’Eglise catholique qui pourrait nous faire croire que ce serait plus ou moins vrai, mais tout de même il donne une impression de vraisemblance.

Jean-Pierre Bayard : C’est justement pour cela que je trouve que c’est habile puisqu’il a mêlé des choses vraies à l’imaginaire.

Arkghan : Mais pourquoi un tel succès ? Il y a beaucoup de gens qui n’ont jamais étudié l’ésotérisme et dont la culture sur l’histoire du christianisme est inexistante et qui tout à coup se passionnent. Le cardinal Poupard a raison en disant que ce ne sont pas des idées neuves que ces questions du mariage du Christ avec Marie-Madeleine. Sauf que lui, cela le choque et que nous, on trouve ça romantique, un fils de Dieu qui serait amoureux. (Les Avatars de l’Inde antique comme Krishna et Rama sont mariés, le célibat dans l’Eglise commence au deuxième millénaire et un rabbin de son époque aurait même toutes les chances d’avoir eu une compagne plutôt que d’être célibataire).

Jean-Pierre Bayard : C’est une découverte, bien entendu. Beaucoup n’ont jamais entendu parler du Prieuré de Sion et de Rennes le Château. C’est un peu le même phénomène qui s’est passé avec Jacques Bergier et Louis Pauwels quand ils ont sorti « Le matin des magiciens ». Ils ont beaucoup inventé. Je connaissais Pauwels avant la sortie de son livre. J’avais été obligé de mettre une note dans un de mes ouvrages « Le Monde souterrain » pour critiquer Pauwels parce qu’il fabulait. Bergier avait une imagination formidable, mais ils ont eu aussi un grand succès. Critique-t-on Jules Verne, Alexandre Dumas, Gustave Meyrink ?

Arkghan : C’est un peu comme Robert Charroux ?

JPEG - 8 ko
Robert Charroux

Jean-Pierre Bayard : J’ai bien connu Charroux.

Arkghan : Vous l’avez connu aussi ?

Jean-Pierre Bayard : Oh oui ! J’ai été souvent chez lui. Un jour, je faisais une signature de livres. Je ne le connaissais pas physiquement. Il vient pour faire dédicacer un ouvrage et se présente : « Robert Charroux ». Il me dit : « Maître je vous demande de bien vouloir faire une signature. » Puis, il se met à me parler. Il me donne du « Maître ». Au début, je pense qu’il s’amuse. Et puis, à la fin, je dis : « Mais vous ne m’appelez pas Maître quand même ! » Et il me répond : « Mais si je vous appelle Maître ». Je lui dis : « Vous exagérez et vous vous moquez de moi ! » Il me dit : « Vous êtes mon Maître parce que j’ai lu tous vos ouvrages. Vos livres sont annotés et je m’en suis beaucoup servi et je ne vous ai pas toujours cité. » Cette réponse m’a amusé et on est devenu très copains. Il désirait que nous écrivions ensemble et m’a proposé un voyage éclair en Angleterre. Mais j’ai refusé pour continuer d’écrire selon mes convictions.

Arkghan : Cher Jean-Pierre Bayard, ce sera ma dernière question : si j’évoque les trois vertus théologales « Foi-Espérance-Charité », qu’est-ce que cela vous inspire ?

Jean-Pierre Bayard : J’insisterais surtout sur l’Espérance. Il y a dans le décor du 18e degré du Rite Ecossais Ancien et Accepté, le degré Rose-Croix, trois luminaires dont l’un reste toujours allumé et qui symbolise l’Espérance. C’est l’Espérance qui nous permet de vivre en nous améliorant.

Ainsi s'achève le récit de notre seconde rencontre avec Jean-Pierre Bayard le 4 mai 2006.

Pour lire la conclusion d’Arkghan...

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Arkhghan

 

- Les photos proviennent des sites : http://www.franc-maconnerie.org/, http://www.e-mago.co.il/, http://cybermees.monserveurperso.com/ et http://www.popularculture.it/.

Cette page a déjà été visitée 3780 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE Jean-Pierre Bayard : le Maître dans sa demeure Jean-Pierre Bayard et la Tradition Avec Jean-Pierre Bayard : aux origines de la Franc-Maçonnerie... Jean-Pierre Bayard parle de la Franc-Maçonnerie et de l’Eglise Avec Jean-Pierre Bayard : la Franc-Maçonnerie, les rites et le Compagnonnage... Jean-Pierre Bayard parle de Raymond Bernard Jean-Pierre Bayard parle de Mircea Eliade, Robert Charroux, Dan Brown... Rencontre avec Jean-Pierre Bayard : en guise de conclusion...

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Bayard (Jean-Pierre)
Jean-Pierre Bayard : le Maître dans sa demeure
Rencontre avec Jean-Pierre Bayard : en guise de conclusion...

Charroux (Robert)

Christianisme
De l’Unique vers le Banal ? !
Forum sur le monachisme des premiers siècles
Les apports du monachisme celte dans le monachisme, l’église et la société des européens
Le monachisme Irlandais et Colombanien
L’église d’Irlande : fondation et particularités
Sur ce site, (re)découvrez les lumières de l’Avent jusqu’à l’Epiphanie !
L’édition 2008 du Festival des Musiques Sacrées de Fès se déroule du 6 au 16 juin.

Da Vinci code

Eliade (Mircea)
Graine d’Agni
Inde incroyable et inépuisable
La Spiritualité dans les chansons des "Derniers Trouvères"
Avec "L’homme sans âge", l’étonnant film de F-F. Coppola, Mircea Eliade est de retour !

Espérance
Le motif central de la marque
2007 : Trois voeux pour l’avenir de notre Monde !
Crise de foie
Le Supramental : une autre planète (2)
Les belles vertus de Sainte-Avoye
Une nuit de prière pour les victimes de la torture

Marie-Madeleine (Sainte)
La Caverne des Sept Dormants
Marie-Madeleine à Reims
Le martyr byzantin de Notre Dame du Puy-en-Velay
Le Sommeil des Sept Dormants

Quête spirituelle
Au monastère Root
"Quand sommes-nous : nous ?"
Swami Premananda : la libération
Où l’Appel s’orne d’une majuscule !
Pour retrouver Blanche de Richemont


Il y a actuellement 8 contribution(s) au forum.


Jean-Pierre Bayard parle de Mircea Eliade, Robert Charroux, Dan Brown...
2 décembre 2009, par Célestin

Alain Bauer ancien GM du GO nous aide à poursuivre notre réflexion sur l’univers de dan Brown avec son denier roman plutôt bienveillant envers la Franc Maçonnerie.
http://www.lexpress.fr/culture/livr....
En contemplant la couverture de ce nouveau roman de l’écrivain américain je me suis dit que les voies initiatiques ne délivrent pas de vérités ou de révélation que les initiations ne sont pas à proprement parler des transmission de pouvoirs mais simplement ou nous donne des clés.
Une initiation délivre en général les clés du grade auquel on accède. Ce n’est pas le tout d’avoir reçu des clés, encore faut-il ouvrir les portes pour que la voie initiatique soit opératives et non seulement spéculative.
http://www.wakeupnews.eu/public/wor...


Jean-Pierre Bayard parle de Mircea Eliade, Robert Charroux, Dan Brown...
25 juillet 2008, par Garanos

Bonjour Argkhan je rebondis tardivement sur votre entretien , Dan Brown a bien copié deux livres parus chez Pygmalion semble t’il , puis il a mélangé et fait un roman. Il ne s’est pas attaqué à "l’ile des veilleurs" de Weysen ou il aurait eu plus de mal à faire la synthese et à discerner l’essentiel sous le Manteau des maitres , alors que chez pygmalion tout etait fixé déjà par les auteurs, il n’ y avait plus qu’à faire un bon plagiat.Mais en édition , en librairie , on prétend que dans l’histoire de la littérature c’est constant. Comparer à d’Artagnan , oui c’est vrai Bayard a raison.. je crois aussi que dan Brown voulait expliquer les mysteres de Chartres dans une édition plus privée. sale coup pour les druides qui ont inventé le gorsedd de Chartres ou jésus dans notre tradition serait venu initier les druides à une loi qui etait celle de l’amour selon les druides. Enfin les chretiens sont arrivés comme immigrés chez eux les druides ont participé aux compagnonages , et on créés les moines kuldées..mais dan Brown ignore cela ..alors le prochain roman quel sera t’il , vous en jugerez vous même ! mais la tradition dit-on n’est pas du bois tout vert n’est ce pas fraternelles amitiés à vous Argkham, je pars dans ma Brocéliande ...



Site : imposteur ou brillant copieur ?

Jean-Pierre Bayard parle de Mircea Eliade, Robert Charroux, Dan Brown...
6 mars 2007, par Aristide

Bien pour la cause d’Eliade ici au moins tout autant que dans l’article du Valois.


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2016 - Les Baladins de la Tradition