Accueil du site Alphabétiquement vôtre Jean-Pierre Bayard Rencontre avec Jean-Pierre Bayard : en guise de conclusion...

Rencontre avec Jean-Pierre Bayard : en guise de conclusion...
mardi 27 février 2007

par Arkhghan


- Pour accéder au début du récit de cette rencontre avec Jean-Pierre Bayard...
- Pour revenir à la page précédente de cet entretien...

Et on est devenu copains !

J’aime mieux dire ici ma certitude : si l’initiation est monde hermétique, élitiste, fermé, un chemin dérobé, une démarche rigide qui peut impliquer une certaine aridité et une incontournable solitude, si le visage de l’initié est à jamais caché, n’oublions pas que cela n’a pas dû être difficile pour les êtres sensibles et réceptifs qui ont pu l’approcher au cours de sa vie de « devenir copain » avec Jean-Pierre Bayard, ce grand initié.

Ce visage s’offre sans détour et ses mots sont une fête du langage, de l’intelligence et de l’esprit, ils invitent à une communication totalement naturelle. Avec une retrouvaille de 15 ans et deux après midis seulement en sa compagnie, je me demande comment on peut ne pas « devenir copain » avec lui.

Bien des questions ont été soulevées ensemble et éclairées à la lumière de son bon sens, de son érudition et de sa sagesse mais il est bien certain que ce que nous en avons dit n’a rien d’exhaustif, ni de définitif. Il va de soi que nous avons eu à cœur de mettre à l’honneur un auteur, mais aussi un grand et noble courant de la Tradition à savoir la Franc-Maçonnerie et le Compagnonnage.

Je reste encore avec mes interrogations n’ayant pas rendu les armes sur certains sujets même s’il a su être convaincant. Par exemple : est-ce que malgré tout la mixité n’est pas une évolution inévitable et nécessaire dans les sociétés initiatiques ? Peut-être que oui, mais en tous cas, il y a une vérité dans les convictions de Jean-Pierre Bayard sur la distinction des sexes et je me dis que cette distinction doit être exprimée d’une façon ou d’une autre au sein de ces organisations même mixtes si elles veulent rester Traditionnelles et Initiatiques.

La Franc-Maçonnerie, il m’en donne la conviction, représente pour demain une voie privilégiée d’épanouissement spirituel de l’homme et de la femme et d’émancipation véritable, et tout en restant Traditionnelle, elle ne peut que s’adapter au monde car de tous temps, les initiés ont été dans ce sens-là, modernes.

Si, pour René Guénon, la Franc-Maçonnerie est avec les trois grandes religions monothéistes l’une des expressions authentiques de la Tradition Primordiale maintenue aux occidentaux pour les temps de fin du cycle, c’est qu’à son avis, l’Occident, depuis la Renaissance qui va rompre avec le Moyen Age, ne fait que s’abîmer dans la perte des clés de la Connaissance pour se livrer à un savoir phénoménal matérialiste où il s’écarte de plus en plus de la Gnose à jamais à l’Orient dont la compréhension lui échappe.

Que tous les Maçons « sachent ce qu’ils font », ce n’est certainement pas le cas et Jean-Pierre Bayard l’admet. Son Obédience, la Grande Loge de France, plus en retrait que les autres en France, est certainement un lieu privilégié de préservation de la Connaissance.

Certains auteurs pensent que la Franc-Maçonnerie ne dispose pas des véritables arcanes dites Arcana Arcanorum ayant trait à l’alchimie par exemple à moins de se faire initier dans certaines branches très minoritaires comme celles qui pratiquent le rite Memphis Misraïm, et c’est là une question que j’aurais pu poser à notre ami mais ses livres comportent sa réponse car je crois que, lui, sait bien voir le symbolisme alchimique dans la Franc-Maçonnerie qu’il pratique.

En tous cas, je suis étonné que l’on ait pu envisager à certaines époques au XXe siècle de faire des grands regroupements de sociétés initiatiques sans faire une large part à la Franc-Maçonnerie ou même en voulant l’exclure.

Pour le Maître Djwhal Khul, dit le Tibétain, qui inspira les ouvrages d’Alice Bailey, fondatrice de l’Ecole Arcane, son cérémonial contient, caché, le maniement des forces en rapport avec le développement et la vie, règnes de la nature et épanouissement des aspects divins en l’homme. C’est en son sein, de même qu’au sein de l’Eglise et du monde de l’Education, que se trouvent la plupart des serviteurs qui se préparent à jouer un rôle dans la mise en place du monde nouveau.

La question de l’affaiblissement de son efficacité occulte résultant de la large divulgation de ses rituels est une autre question que j’aurais pu aborder avec Jean-Pierre Bayard. Mais n’oublions jamais que la véritable Tradition est orale et non écrite. Les écrits ne sont que des aides octroyées au chercheur dans le cycle obscur pour aider les âmes à retrouver la source, les mettre dans la direction.

C’est ce qui m’apparaît maintenant de plus en plus clairement dans le but de ces Rencontres. Les éléments subjectifs recueillis sur les lieux et auprès des êtres éclairés que nous recherchons ne sont pas entièrement transmissibles ni communicables et nous pouvons simplement tenter de suggérer ce qu’il en est par les mots.

Lecteur, si tu as laissé ton esprit emporté par ce dialogue, tu comprendras que nous y mettons ici un terme mais qu’en réalité, il n’a pas de fin. Il est en fait comme dans le « Cimetière marin » de Paul Valéry, la mer, la mer toujours recommencée car la richesse des réponses du Maître apporterait toujours dans mon esprit de nouvelles questions comme les vagues et le ressac mais finalement la pensée est sublimée comme l’écume sur la crête des vagues et le mental peut se dissoudre dans une Paix ineffable... Oh, je ne résiste pas à citer le poète :

« Ce toit tranquille, où marchent des colombes,
Entre les pins palpite, entre les tombes ;
Midi le juste y compose de feux
La mer, la mer, toujours recommencée !
O récompense après une pensée
Qu'un long regard sur le calme des dieux !

Quel pur travail de fins éclairs consume
Maint diamant d'imperceptible écume,
Et quelle paix semble se concevoir !
Quand sur l'abime un soleil se repose,
Ouvrages purs d'une éternelle cause,
Le temps scintille et le songe est savoir. »

Paul Valéry
« Cimetière marin »

Quant au crépuscule, sur l’Océan, un soleil se pose, on peut alors espérer traquer le rayon vert. C’est ce que nous avait révélé le frère Lancelot un jour, à mon épouse et à moi-même, en nous laissant nous hisser jusqu’aux pieds de l’Archange au Mont-St-Michel.

Puisque la dernière réponse de Jean-Pierre Bayard évoque le degré Rose-Croix, 18e degré du Rite Ecossais Ancien et Accepté, je vais conclure en citant la fin de son livre « La symbolique de la Rose-Croix » qu’il a fini d’écrire en 1973 à Maison-Laffite. Un écrivain tel que lui a laissé une œuvre qui représente une grande part de lui-même, de son effort, de son service, de sa mission cosmique. Il faut prendre la peine et surtout la joie de les lire et de les relire avec l’attention et la vigilance voulue car ils sont une initiation !

« Ainsi nous ne pouvons que souhaiter à tous de reprendre ce long chemin initiatique, cette longue quête alchimique, ce long périple pratiqué par les authentiques Rose-Croix, ces hommes qui ne révèlent pas leur visage ; et après ce long parcours qui affecte la forme d’un labyrinthe avec ses éternels retours sur soi-même, avec ce parcours qui paraît stationnaire, peut-être parviendrons-nous à rejoindre l’Unité, la révélation de la chambre carrée baignée d’une lumière blanche, où le rayon verdâtre nous montre le processus qui conduit au mystère de l’Absolu, à l’heure où la rose refleurira sur la Croix.

Mais seul le Roi du Monde sort de la caverne tellurique par l’ouverture du Zénith dans le resplendissement de la Lumière cosmique qui inonde la Croix transfigurée, support de la Rose énigmatique... »

Jean-Pierre Bayard
"La symbolique de la Rose-Croix"
(Editions Dangles et Dualpha)

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Arkhghan

 

La photo de Jean-Pierre Bayard est publiée avec son aimable autorisation.

Cette page a déjà été visitée 2927 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE Jean-Pierre Bayard : le Maître dans sa demeure Jean-Pierre Bayard et la Tradition Avec Jean-Pierre Bayard : aux origines de la Franc-Maçonnerie... Jean-Pierre Bayard parle de la Franc-Maçonnerie et de l’Eglise Avec Jean-Pierre Bayard : la Franc-Maçonnerie, les rites et le Compagnonnage... Jean-Pierre Bayard parle de Raymond Bernard Jean-Pierre Bayard parle de Mircea Eliade, Robert Charroux, Dan Brown... Rencontre avec Jean-Pierre Bayard : en guise de conclusion...

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Bayard (Jean-Pierre)
Jean-Pierre Bayard parle de Mircea Eliade, Robert Charroux, Dan Brown...
Jean-Pierre Bayard : le Maître dans sa demeure

Compagnonnage
Eclats de pierre
Le signe de Guingamp
Tours et détours en prélude au Chemin...
Le mystère d’une marque au Quatre de chiffre sous les couverts de Mirepoix
Une histoire cruelle
40ème anniversaire du musée du Compagnonnage de Tours
Chefs-d’oeuvre des transports au musée du Compagnonnage

Franc-Maçonnerie
Raymond Bernard : "toute ma vie était pré-ordonnée"
Le temple du Champ de Mars
Avec Jean-Pierre Bayard : la Franc-Maçonnerie, les rites et le Compagnonnage...
Souvenirs imaginaires d’anonymes (2)
Balzac et le Martinisme : Conclusion
Calendrier de la Tradition : Avril !
Biographie de Raymond Bernard : un web-puzzle de plus de 300 pièces !

Gnose
Maître Eckhart et le néoplatonisme
Emmanuel Swedenborg
Profane, sacré et connaissance
Recherche du langage angélique dans le pouvoir des mots
Sultan Valad
Le premier tome d’une traduction française des manuscrits de la Mer Morte vient d’être publié.


Il y a actuellement 6 contribution(s) au forum.


Rencontre avec Jean-Pierre Bayard : en guise de conclusion...
24 juillet 2008, par Garanos

Cher Argkam
en ce qui concerne les arcana arcanorum , ces mysteres alchimiques sont peut etre transmis sous une forme extérieure. La démarche alchimique est si dure finalement que beaucoup de cherchants pensent "les recevoir" de plein droit. Il me semble là , voir encore la difference si soulignée par Guénon lorsqu’il parle de "pouvoir et autorité" il semble bien en effet que tre tres peu de mystes soient en réception de ce sujet, de cette réelle transmission d’en Haut, peut être quelque avatar occidentaux oui , mais ne rêvons pas tout de même...comme vous le savez la réalisation c’est autre chose..amitiés fraternelles.



Site : mystere ou mysterieux ?

Rencontre avec Jean-Pierre Bayard : en guise de conclusion...
12 mars 2007

"La séduction représente la maîtrise du langage symbolique alors que le pouvoir ne représente que la maîtrise de l’univers réel" Jean Baudrillard


Rencontre avec Jean-Pierre Bayard : en guise de conclusion...
2 mars 2007, par Pontif

J’applaudis à tout rompre aux propos de cet échange qui nous dit que les hommes doivent construire des ponts.Voilà qui me fait penser à un passage du livre de Colin Higgins "Harold et Maude" :
« Pour moi nous sommes tous pareils. Le tout est de se comprendre. J’ai entendu une fois raconter en Orient, l’histoire de deux architectes qui se rendirent auprès du Bouddha. Ils manquaient d’argent pour finir leurs travaux et ils espéraient que le Bouddha leur viendrait en aide. « Je vais voir ce que je peux faire », leur déclara-t-il, et il partit inspecter leurs travaux .Le premier architecte construisait un pont et le Bouddha en fut fort impressionné, « C’est là un point magnifique » et il se mit en prières. Soudain un grand boeuf blanc surgit portant sur son dos assez d’or pour achever ses travaux. « Prends cet or, dit le Bouddha et construit encore beaucoup d’autres ponts. » Sur quoi le premier architecte partit le coeur en fête .Le deuxième architecte élevait une muraille et quand le Bouddha la vit, il en fut également impressionné. « C’est là une très belle muraille » dit-il gravement et il se mit en prières .Soudain le boeuf sacré surgit, se dirigea vers le deuxième architecte et se coucha sur lui l’écrasant de tout son poids.
Harold fut à ce point secoué de rire qu’il dut se tenir au tronc du pin pour ne pas tomber.
- Maude s’écria-t-il cette histoire vous venez de l’inventer.
Ma foi c’est vrai je l’avoue, fit Maude joignant son rire au sien ; Mais elle est pleine d’enseignement.
Le monde a assez de murailles. Ce dont les hommes ont besoin, c’est de sortir de leur forteresse et de jeter des ponts entre eux. »


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2016 - Les Baladins de la Tradition