La Société Angélique
mercredi 5 décembre 2007

par Célestin Valois


Cet article s’inscrit dans le cadre d’une vaste étude intitulée "Balzac et le Martinisme". Pour en consulter le plan. Pour revenir à la page précédente...

Cette société fut fondée au XVIème siècle par un imprimeur lyonnais, elle était d’obédience maçonnique. [1] Le nom ou plutôt pseudonyme du fondateur était Gryphe, nom grec qui signifie le brouillard.

Mazelier écrit dans les cahiers d’études Cathares "En lisant Nerval" à propos de la Société Angélique et de son créateur à l’emblême du griffon : "c’était la nue, le nuage qui embrassait Ixion et que les grecs nommaient Gryphe, l’embrouillée avec une tête de boeuf pour hiéroglyphe".

Citons maintenant V. Lamy : "Curieux terme à priori que celui de brouillard et qui réclame quelques explications. Il est l’Inconnu nous l’avons dit, c’est lui qui préside aux nuées d’Aristophane aussi bien qu’au Niebelung". L’auteur ajoute une remarque qui nous intéresse beaucoup. "De même que le mot sanscrit "Ghana", "nuage", est appliqué à l’embryon primordial, de même dans l’ésotérisme islamique le nuage (al ama) est l’état inconnaissable d’Allah devant la manifestation. Ajoutons avec L. C. de Saint-Martin que la nébulosité enveloppe toujours des éclats de lumière qui sillonnent les ténèbres humaines parce que nos sens ne pourront en soutenir l’éclat".

Il s’agit donc peut-être de l’Agent Inconnu dont parlent les Martinistes. Grasset d’Orcet aurait dressé une liste de membres de cette société... Nous y trouvons Dante, Rabelais, Cervantes, Goethe, plus tard Dumas, Nerval, George Sand, V. Hugo, J. Verne. Il y avait peut-être aussi Balzac. V. Lamy montre que G. Sand marquait son appartenance à la société par la récurrence fréquente du mot ange dans son oeuvre. Dans "Spiridon" d’abord avec le novice ange et le premier nom qu’elle avait choisi pour Hebronius : Pierre d’Engelwald. Dans "Consuelo" ensuite où la fille de Carilla et Anzoletto sera nommée Angèle. Et puis de bien curieux passages dans la comtesse de Rudolsta ou George Sand lie l’Ange et l’oiseau : le rossignol.

La récurrence du mot ange chez Balzac est aussi très remarquable dans "Béatrix", "Le Lys dans la Vallée", "Ursule Mirouët", "La Recherche de l’Absolu" entre autres.

JPEG - 26.1 ko
Le Songe de Poliphile"(1467), était la "bible" de la société Angélique. L’ouvrage offre de profonde similarités avec "Les Noces Chymiques" de Christian Rosenkreutz.

Dumas, membre de la société angélique, fut l’ami de Papus et d’Eliphas Levi. Ces deux grands mages du XIXe siècle étaient étroitement liés à Balzac. Nerval était, nous l’avons vu, très imprégné de la pensée Martiniste. Initié chez les Druzes, il écrit dans son voyage en Orient qu’ils sont les Rose-Croix d’Orient. [2] Pour risquer une telle comparaison qui est tout à fait pertinente, encore faut-il bien connaître les Rose-Croix. Jules Verne affirme que la formule "Transire Benefaciendo" devrait guider tout homme. Balzac en fait la maxime des "Frères de la Consolation" dans "L’Envers de l’Histoire Contemporaine".

Est-ce un hasard si ces deux auteurs se réfèrent à la maxime des Rose-Croix ?
"Je ne suis point orthodoxe et ne croix pas à l’église romaine. Le swedenborgisme est ma religion." H. de Balzac.

Une lettre de Henri de Latouche à son cousin :
"Je n’ose te parler de toi relativement à ton voyage. Je suis persuadé que tu as manqué de "VOULOIR". Si tu avais bien voulu les obstacles auraient cédé. J’ai sur cette puissance si rare, la volonté, une théorie qui place avant tous les fluides électriques et les puissances surnaturelles sa fascination irrésistible. J’en ai souvent montré les effets à Balzac. Elle seule a fait d’un fils d’huissier corse le maître de l’Europe, l’Empereur et le roi qui a été seize ans locataire des Tuileries. Je suis convaincu que, si tu le voulais bien, mais je dis à chaque pulsation de tes artères, le soir au bonnet de coton, le matin avant de faire avaler le vin, tu parviendrais à coucher avec la reine Amélie, dût ta femme en crever de dépit ou de rire".

Balzac doit à H. de Latouche sa conscience littéraire, sa méticulosité et son perfectionnisme. Il lui a emprunté nombre de recettes d’écrivain, le sens de la description des décors et le réalisme dans la peinture des lieux. Il semble qu’il lui doive sa vocation littéraire et certaines de ses manies telles le collectionnisme d’objets rares et insolites. L’extrait de lettre qui précède fait un éloge de la volonté et en esquisse une définition scientifico-magique très conforme aux conceptions Martinistes. Les principes et l’application de cette force, Balzac les tient donc de H. de Latouche. Cette qualité est particulièrement recommandée à l’artiste qui doit s’identifier au Créateur et collaborer à son oeuvre. Cette volonté peut servir à assouvir les désirs mondains, les désirs charnels, ou l’ambition comme dans "La peau de chagrin". H. de Latouche, assurément, incita Balzac à la vanité littéraire. A la foi naïve en son propre génie, cette vanité lui fait adopter un mépris total envers l’opinion des critiques. Cependant, il put bien semer en lui les germes du plus haut idéalisme.

Certaines oeuvres ont été inspirées par H. de Latouche comme "Séraphîta". Le maître avait écrit "Fragoletta".

Balzac écrit à Madame HANSKA le 20 octobre 1833 :
"Séraphîta serait les deux natures en un seul être, comme Fragoletta, mais avec cette différence que je suppose cette créature un ange arrivé à sa dernière transformation et brisant son enveloppe pour monter aux cieux".

Malgré le côté anticlérical et républicain de Balzac -qui s’oppose au Balzac religieux et royaliste- Henri de Latouche aura donc contribué à la formation mystique Martiniste et Swedenborgienne de Balzac.

L’emprunt à Henri de Latouche pour Séraphîta ne doit pas nous étonner plus que l’emprunt à Sainte Beuve pour "Le Lys dans la Vallée" (Volupté). Balzac avait d’étonnantes dispositions pour l’adaptation et le syncrétisme.

Sans doute les idées d’une évolution humaine jusqu’au règne angélique, d’une dualité homme intérieur-homme extérieur, et de l’androgynat étaient-elles partagées par Balzac et Henri de Latouche dans la foi Swedenborgienne.

Mais Henri de Latouche fut-il l’initiateur de Balzac au Martinisme ? Si tel est le cas, nul ne saurait en fournir les preuves qui n’y soit autorisé, les faits ésotériques ne sont jamais cachés sans raison et ne peuvent être révélés que quand il se doit.

Mais le goût de Balzac pour les sociétés secrètes ne saurait être un fruit de notre imagination. Non seulement parce que la Comédie Humaine en fait état, mais aussi parce qu’il en fonda une lui-même, "Le Cheval Rouge", dont les buts étaient la promotion littéraire de ses membres par un soutien réciproque inconditionnel. Si ce projet dont il était l’instigateur échoua, nous ne saurions nous étonner que son auteur n’ait participé à des entreprises plus sérieuses.

La rencontre des deux hommes est un tournant dans l’évolution du jeune écrivain. "Louis Lambert" et "La Peau de Chagrin" sont des romans autobiographiques et la rencontre des deux hommes a le caractère providentiel de celle entre Raphaël et la Peau de Chagrin. Le jeune homme est soustrait au suicide : "Moi, je regarde la Seine et je me demande si je ne vais me coucher dans ses bras humides". Il est mis sur la route du succès où il va user sa vie.

JPEG - 13.7 ko
H. de Balzac

Henri de Latouche est alors un vétéran de la bataille romantique, un auteur dramatique, journaliste essayiste brillant ; traducteur des romantiques allemands. Il est l’éditeur de Chénier. C’est lui qui devait lancer la mode romantique des vieilles légendes et faire connaître la littérature étrangère dont Goethe et Schiller. Il est l’intime de Lamartine, Hugo, Chateaubriand, Vigny. On comprend qu’il fut un Maître pour Balzac dont les débuts en littérature étaient difficiles. Lorsque Henri de Latouche fit l’éloge du roman de Balzac "Wann-Clore" dans "La Pandore", il le fit sortir définitivement de l’ombre et ce fut le commencement pour Balzac d’un apprentissage, certes littéraire et mondain, mais aussi philosophique.

"Il s’attacha à lui, lui donna ses librairies et s’amusait à débrouiller dans de longues causeries ce cerveau compliqué", dit G. Sand. De ces conversions, il est dommage qu’il ne nous reste trace, G. Sand en avait une idée très certainement. Frédéric Segu dans "De Latouche, un Maître de Balzac méconnu", dit : "Aucun témoin ne nous a rapporté les conversations de H. de Latouche et de G. Sand, de H. de Latouche et Balzac". Gageons qu’elles étaient très teintées "d’Angélisme".

Il est curieux de constater que même post mortem le destin de Balzac est associé aux sociétés secrètes et à l’ésotérisme.

Le grand ésotériste et penseur contemporain Raymond Abellio s’est penché sur "La Comédie Humaine", essayant une analyse littéraire basée sur son système de la structure absolue.

René Schwaller de Lubicz surnommé Aor fut le fondateur en 1945 d’une société secrète, "La Fraternité des Veilleurs", dont on connaît quelques sympathisants : Henri Barbusse, Paul Fort, le sculpteur Bourdelle, le peintre flamand Fernand Léger. Le rêve qu’avait fait Balzac d’une aristocratie des arts et des lettres se réalisait, et grâce à son épouse Isha schwalller, le savant ésotériste put racheter la maison de Balzac, à Auteuil.

Si le Martinisme de Balzac est un mythe, celui-ci alors a la dent dure.

Pour lire la suite de cette étude...

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Célestin Valois

 

Les illustrations proviennent de :
- http://www.roerich.org
- http://hdelboy.club.fr
- http://fr.wikipedia.org


[1] On sait la Franc-Maçonnerie très puissante dans les corporations du livre et particulièrement à Lyon.

[2] Les Druzes qui prétendaient détenir les connaissances du Roi du Monde auraient-ils pu être les initiateurs de Christian Rosenkreutz ?

Cette page a déjà été visitée 7775 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE Henri de Latouche La Société Angélique Influences diverses - Le rôle des femmes Autour de la Pologne - Madame Hanska

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Abelio (Raymond)

Allah
Le coq
Les versets de la Lumière
Elie dans la tradition musulmane
Le mois de Ramadan 2016 commence le 7 juin

Angéliques (Société des)
Voyage au centre de notre planète, de Jules Verne à George Sand
Henri de Latouche
Le voile d’Isis retombe sur le mystère brumeux

Anges
Jean Cocteau
L’Ange
Le martyr byzantin de Notre Dame du Puy-en-Velay
Emmanuel Swedenborg
Jeux de mots laids
A Lille, le vidéaste Bill Viola nous immerge dans sa vision mystique du "Passage du Temps".

Aristophane

Beatrix
La loi des polarités sexuelles et de la folie

Bourdelle (Emile-Antoine)

Cervantes (Miguel de)

Chateaubriand (François-René de)

Chénier (André)

Comédie Humaine (La)
Balzac et le Martinisme : Conclusion

Dante Alighieri
La Spiritualité dans les chansons des "Derniers Trouvères"

Druzes
Rencontre avec l’esprit du rocher
Nouvelle édition des "Lettres de Nulle Part" !

Dumas (Alexandre)
Autour de la Pologne - Madame Hanska

Envers de l’Histoire Contemporaine (L’)
Séraphîta
Balzac et le Martinisme : Introduction
Vers une théorie de l’art - la musique
Louis-Claude de Saint Martin, le Philosophe Inconnu
La Charité et l’Inconnu

Franc-Maçonnerie
Le tétragramme de la chapelle du château de Versailles
Mais en quoi Elie nous concerne-t-il aujourd’hui ?
La Théologie apophatique
Jean-Pierre Bayard et la Tradition
Avec Jean-Pierre Bayard : aux origines de la Franc-Maçonnerie...
Calendrier de la Tradition : Mars !
Calendrier de la Tradition : Novembre !

Goethe (Johann-Wolfgang von)
Préparer Compostelle : les deux pieds sur terre et la tête dans les étoiles !

Grasset d’Orcet (Claude-Sosthène)

Hindouisme
Un lys pour Blanche, pour Lylia ou pour Lou ?
24h de méditation pour la Terre (15h)
La cosmogonie de Jacob Boehme
Le rituel de l’Abishekam
Le mythe de Rama (1)

Hugo (Victor)
Victor Hugo

Imprimeur
Sous les "couverts" de Mirepoix...
Le motif central de la marque
Le mystère d’une marque au Quatre de chiffre sous les couverts de Mirepoix
Le Maître Inconnu

Islam
Pourquoi une étude ayant pour sujet le prophète Elie ?
Les lingams venus d’en haut : un plan sur la comète...
St Valentin en Inde
Pardon des Sept Saints Dormants d’Ephèse
D’une lune à l’autre...
« L’Europe et L’Islam, la liberté ou la peur ? »
Aïd el Fitr le 25 juin 2017

Lamartine (Alphonse de)
Empreintes dans la pierre
Alphonse de Lamartine

Lamy (Victor)

Léger (Fernand)

Louis Lambert
La volonté et son utilisation démoniaque
Ecriture et tradition
Influences diverses - Le rôle des femmes
Limites de l’intellect - recherche unitaire
Recherche du langage angélique dans le pouvoir des mots

Lys
La femme - L’homme et l’androgynat
L’histoire
Les plantes sur les sentiers 29 à 32 de l’Arbre de vie
Le calendrier de l’Avent

Lys dans la Vallée (Le)
Les rédempteurs ou les rédemptrices
De la physiologie du mot à l’essence du verbe

Nerval (Gérard de)
L’instrument et la mélodie
De la musique avant toutes choses
Qu’est-ce que la littérature ?

Oiseau
Maât, la déesse de vérité
Sur les traces du sanglier
Il est temps que le pigeon voyageur…
Comment lire l’aléthiomètre ?
Ô Toi !

Papus
A propos du Martinisme
La doctrine de Martinez de Pasqually
Thérèse de Lisieux : 1888
L’Ordre Martiniste

Peau de chagrin (La)

Rabelais
Saint Blaise et Gargantua
Le Rire
Voyage symbolique en compagnie de la cigogne

Recherche de l’Absolu (La)
Rationalisation du mystère

Roerich (Nicholas)
L’Etoile des Mages
Le ramadan : un mois de piété dédié à la Révélation
Matins
Agni, dieu de la Lumière
La Caverne des Sept Dormants

Rose-Croix (Ordre de la)
L’Ordre Martiniste Traditionnel et la Rose-Croix
Jean-Pierre Bayard parle de Raymond Bernard
Raymond Bernard : "toute ma vie était pré-ordonnée"
Raymond Bernard : "avec une ouverture d’esprit absolue"
La vie de Jacob Boehme
"Raymond Bernard, un homme exceptionnel"
Un site consacré à Raymond Bernard

Saint Martin (Louis-Claude de)
Forum sur Emmanuel Swedenborg
Que Toi qui sois avec moi !
Une vision de la société : la Théocratie
Balzac et le Martinisme : Dédicaces
Forum sur Louis-Claude de Saint Martin

Sand (George)

Schwaller de Lubicz (Isha)

Schwaller de Lubicz (René-Adolphe)
Douze Jours pour atteindre l’Etoile !

Séraphîta

Swedenborg
Thaumaturgie - pouvoirs de la pensée
Balzac et le Martinisme : Avant propos
Livres mystiques !

Ursule Mirouët

Valentin (Raphaël de)

Verne (Jules)

Vigny (Alfred de)

Volonté
La volonté
Correspondances entre les centres d’énergie cosmique et les sphères d’activité sur notre planète
La doctrine de Saint Martin
AESAHAETTR, le poignard subtil
"Laissez l’initiative à Dieu"


Il y a actuellement 17 contribution(s) au forum.


La Société Angélique
27 février 2013, par G.rare

Tout d’abord, la Société Angélique est toujours d’actualité à Lyon, puisque l’année dernière (le 3 avril 2012) l’antenne locale d’Atlantis y organisa une importante conférence avec visite de la Cathédrale Saint Jean et du Vieux Lyon, où justement la Société Angélique se réunissait.
D’autre part, tous les Lyonnais, bien souvent sans savoir qui il était, connaissent Sébastien Gryphe : il s’agit en effet d’une importante du quartier des Facultés qui le relie vers le nord jusqu’au Cours Gambetta ! Et de plus il fut l’un des plus importants et connus imprimeurs du XVI°siècle et fut à l’origine d’une véritable dynastie d’imprimeurs qui se succédèrent par la suite. Même la revue trimestrielle de la Bibliothèque municipale de Lyon s’appelle Gryffe !
A son sujet l’article Wikipédia est très bien réalisé : http://www.youtube.com/watch?v=R58H...
L’écrivain-chercheur Patrick Berlier anima la conférence et la visite de 2012, il est en effet spécialisé dans la Société Angélique (ouvrage en 2 volumes complété par des inédits) :
http://www.editions-arqa.com/editio...


La Société Angélique
22 décembre 2011, par JMG

Un petir détail qui a son importance : la Société Angélique ayant été fondée au XVIe siècle il est impossible que Dante (XIIe-XIVe) en ait fait partie comme le dit malencontreusement Grasset d’Orcet. Pour les autres, tels que Rabelais ou Francesco Colonna, cela est sans doute exact.

Jean-Marc Geffrier


La Société Angélique
7 novembre 2008, par Haroun Caesar Aguilar de Jean

A propos de George Sand, de la Société Angélique et de l’Académie d’Arcadie. Il existe un ouvrage à son nom intitulé "Un hiver à Majorque" édité à Palma de Mallorca (éditorial Clumba) en 1968 qui se présente incidemment comme une sorte de compilation de thémes référenciés aux préocupations de ces cénacles : l’oeuvre pictural de Nicolas Poussin, la généalogie de Napoléon Bonaparte, le méridien d’Arago, la prédication de Vincent Ferrier, l’Ordre Cartusien... et ceux qui sans doute m’auraient échappé. Je les ai relevé sans qu’il me soit possible de décider finalement si cet ensemble hétéroclite de coïncidences relève d’une intention délibérée de signalement ou de simples opportunités de voyage offertes à la sagacité éclairée de l’auteur.


La Société Angélique
25 février 2008, par Ei Peregrino

Bonjour,

Je craints toujours les conclusions rapides pour ne pas dire nébuleuse… L’ésotérisme ne s’explique pas c’est une question de conscience du disciple et non une doctrine comme l’écrit Bayard… Alors cette intelligence du cœur comme il le dit aussi, doit se recevoir avec réserve et non comme une instruction qui serait cachées… L’ésotérisme est une source pour soi-même, l’homme qui passe sur le chemin ne va pas forcement y étancher sa soif et pour autant il reste mon semblable… Nous connaissons tous un de ces êtres sur le même camino et pourtant il y a de l’incommunicable entre nous, alors la solitude se fait sentir…


La Société Angélique
24 février 2008, par Azalais

Juste un point important : le brouillard, c’est aussi la nuée. En grec, néphélé, le bélier qui emporte en Colchide les enfants royaux fugitifs et l’on connaît la chute d’egée dans la mer qui porte son nom, bélier qui deviendra la toison d’or. Le même mot existe en hébreu : nephilim. Il signifie "les tombés", "ceux de la chute" ou "ceux de l’obscurité". Curieux, non ? C’est le terme toujours mal traduit par "géants" dans le célèbre verset de Genèse 6, lorsque les "fils de Dieu" s’unissent aux filles des hommes. Et le même mot, à l’accent près, existe en burgonde : niebelung, nebelung, d’où la famille des Niebelungen, famille à laquelle appartenait, semble-t-il, le comte Thierry d’Autun, père de saint Guilhem.


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2018 - Les Baladins de la Tradition